Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Gérard Genette, Métalepse. De la figure à la fiction

Paris, Éd. du Seuil, coll. Poétique, 2004, 132 p.
Daniel Jacobi
p. 365-367
Référence(s) :

Gérard Genette, Métalepse. De la figure à la fiction, Paris, Éd. du Seuil, coll. Poétique, 2004, 132 p.

Texte intégral

1Le titre – énigmatique – comme le nombre réduit de pages – à peine 130 – pourraient laisser croire que le nouvel essai de Gérard Genette est un texte hâtif et secondaire, comme retrouvé dans le fond d’un tiroir où il aurait été oublié par l’auteur prolifique des Figures (déjà cinq tomes parus entre 1966 et 2002). L’image n’est sans doute pas forcée car, comme l’avoue l’auteur dès l’introduction : « Je crains d’être, par quelques pages déjà anciennes, un peu responsable de l’annexion au champ de la narratologie d’une notion qui appartient originellement à celui de la rhétorique ; je crains aussi d’avoir procédé à cette annexion, qui pourtant me semble encore légitime, d’une manière plutôt cavalière, en disant à la fois trop et trop peu » (p. 7). Aussi le projet de l’ouvrage n’est-il autre qu’« […] infliger à ce concept, légitimes ou non, quelques nouveaux élargissements » (p. 7).

2La métalepse est une figure de rhétorique peu connue. En tout cas beaucoup moins que la métaphore et la métonymie dont elle est pourtant proche et voisine. C’est probablement ce qui contribue à conférer une sorte d’étrangeté à la démarche de l’auteur. D’autant que le texte est sobre, écrit comme en continu, sans plan ni intertitres destinés à faire apparaître sa structure. Comme une sorte de longue méditation procédant par ondes successives, chacune d’elles étant soulignée par un saut de ligne muni d’un très sobre astérisque.

3Néanmoins, cette forme délibérément souple cache un raisonnement d’une rigueur sans faille et d’une grande subtilité. Après avoir défini la métalepse comme figure de rhétorique et donc comme forme surprenante jouant sur quelques mots (la métalepse est un déplacement qui mobilise les conséquences en lieu et place des faits), Gérard Genette montre comment cette figure est susceptible de devenir – par extension, au plan narratologique – l’une des formes les plus sophistiquées et des plus inventives de la mise en abyme.

4En somme, cette sorte de méditation sur la métalepse est l’occasion pour Gérard Genette de passer systématiquement en revue les formes et les conséquences discursives de l’intrication de deux plans de discours qu’il construit et distingue très soigneusement : au plan du récit, c’est-à-dire de l’intrigue et de ses actants (diégétique), il oppose un plan métanarratif (extradiégétique ou métadiégétique) qui est celui de l’auteur, de celui qui construit et gère le cours du récit, y compris son dénouement. Précisément, sont métaleptiques les va-et-vient, glissements ou transgressions opérés entre ces deux plans distincts : soit le narrateur s’introduit de façon manifeste dans le récit dont il n’est habituellement qu’un conducteur – régisseur invisible ; soit, au contraire, le cours du récit ou l’un de ses actants s’évade du plan littéraire pour intervenir dans la vie de l’auteur, comme s’il échappait aux conventions de la littérature ou de l’art pour se mêler à la réalité.

5L’ouvrage est très curieusement construit. Il semble osciller entre deux directions opposées. D’une part, il réunit une collection de détournements métaleptiques puisés et évoqués avec une sorte de jubilation aux sources les plus diverses. Dans la littérature (Balzac, Borgès, Diderot, Flaubert, Gautier, Giono, Proust…) et le cinéma (Deray, Hitchcock, Lelouch, Truffaut, Woody Allen…), mais aussi avec quelques incursions dans le théâtre, la peinture, la télévision ou les représentations de la culture (la montée de marches de Cannes). Mais, d’autre part, l’auteur esquisse une sorte de théorie de ce qui constituerait un système métaleptique. À cet effet, non content de différencier et nommer les différentes métalepses (Gérard Genette forge par exemple la notion d’analepse – mais pas celle de catalepse), il s’efforce de construire une théorie. À l’instar des théories de l’énonciation, elles-mêmes redevables de cette belle idée au grand Roman Jakobson, Gérard Genette identifie les « embrayeurs métaleptiques ». Bien entendu, parmi ces embrayeurs, le pronom « je », dans la mesure où il se superpose avec l’identité du narrateur, est un marqueur essentiel. Ailleurs, il analyse finement les temps verbaux reprenant la perspective weinrichienne qui distingue les temps commentatifs des narratifs.

6Cette prodigieuse promenade d’une culture et d’une inventivité permanente fait rapidement tomber le lecteur sous le charme et le plaisir des évocations. Du coup, on se prend parfois à regretter que Gérard Genette n’ait pas procédé avec plus de rigueur encore. Au lieu d’étudier en détail et formellement des métalepses exemplaires, il est curieux que sa démarche semble obéir à une sorte de quête d’exhaustivité, comme s’il voulait recenser toutes les métalepses qu’il a croisées. La démonstration en est quelque peu amoindrie. Tout aussi étrange est la perspective théorique. Comme si l’auteur ne jugeait pas vraiment utile, ou intéressant, d’aller jusqu’au bout de sa démarche et de sa volonté d’établir un système robuste et convaincant. En dépit de ces critiques mineures, qu’on ne s’y trompe pas : Métalepse est un ouvrage d’une intelligence et d’une culture rares. Il témoigne de façon exemplaire de l’actualité et de la fécondité des analyses formelles héritées des linguistiques structurales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Jacobi, « Gérard Genette, Métalepse. De la figure à la fiction », Questions de communication, 6 | 2004, 365-367.

Référence électronique

Daniel Jacobi, « Gérard Genette, Métalepse. De la figure à la fiction », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/5855

Haut de page

Auteur

Daniel Jacobi

LCC, Université d’Avignon et des pays du Vaucluse, daniel.jacobi@univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page