Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociologie

Dominique Desjeux, Les sciences sociales

Paris, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 2004, 128 p.
Philippe Hamman
p. 473-476
Référence(s) :

Dominique Desjeux, Les sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, icoll. Que sais-je ?, 2004, 128 p.

Texte intégral

1Dominique Desjeux signe ici un excellent « Que sais-je ? », dont un des rares torts pourrait être la banalité apparente du titre – Les sciences sociales – qui laisse augurer d’un manuel introductif parmi d’autres à cette sphère de disciplines. Or, tel n’est pas le cas, et l’étudiant comme le chercheur investis dans la compréhension de l’espace social et de l’interdisciplinarité en sciences humaines et sociales en sauront gré – en revanche, attention à ne pas induire en erreur l’étudiant non-spécialiste d’amphithéâtre de DEUG, lequel risque de ne voir ses attentes que partiellement comblées. Présentant une ligne directrice claire autour de la problématique des focales d’observation, ce petit livre n’est pas une « simple » synthèse descriptive (mais nécessairement située) de ce que recouvrent ou non les sciences sociales dans une logique d’inclusion/exclusion suivant tel ou tel assemblage de critères. Dès l’introduction, Dominique Desjeux s’écarte de ce qui serait « un panorama des sciences sociales avec leur contenu et leur méthode » (p. 4). Au contraire, c’est l’incertitude sur le placement des bornes et la labilité des frontières disciplinaires qui apparaissent fécondes. Cette posture n’est pas seulement celle du professeur d’université, mais aussi du directeur du magistère de sciences sociales appliquées à l’interculturel à Paris 5, du responsable d’une Sarl d’expertise et de recherche – Argonautes – et du consultant international – ainsi que l’auteur se définit de façon plurielle. On comprend d’autant mieux que « plutôt que de chercher à préciser [les] frontières a priori, [il] se propose de présenter une méthode pour penser et différencier les sciences sociales en fonction de ce qu’elles font en pratique […]. C’est la méthode des échelles d’observation » (p. 4), dont Dominique Desjeux explicite les principes dans un premier chapitre, avant d’exposer trois riches domaines et terrains d’application – la décision, la culture et l’innovation –, pour remonter à des considérations davantage conceptuelles dans un cinquième chapitre et une conclusion consacrant une « connaissance mobile ».

2L’objet et l’objectif du livre sont d’emblée posés : « Aborder les sciences sociales comme un ensemble de disciplines à la fois structurées et mobiles, et donc apprendre à changer de point de vue » (p. 4). Pour cela, l’hypothèse de départ est qu’en fonction de l’échelle d’observation retenue la réalité observée change, ce qui s’apparente à un relativisme méthodologique – les résultats d’une enquête dépendent de « la position de l’observateur, des conditions d’observation, de l’échelle d’observation et du découpage de la réalité à une échelle donnée » – corrélé à une posture transdisciplinaire – la question des échelles vaut pour toute discipline qui se fonde sur des travaux empiriques et « aucune discipline ne peut se réclamer d’une approche globale ou holistique de la réalité sociale » – et interdisciplinaire à la fois – s’agissant de situer les disciplines entre elles et « leurs points de recoupement sur une ou plusieurs échelles » (pp. 5-6). Trois échelles de base de l’observation en sciences sociales sont alors dégagées : l’échelle macro-sociale des régularités et des valeurs, l’échelle micro-sociale des acteurs sociaux en interaction (au niveau des organisations ou des rites d’interaction du quotidien) et l’échelle micro-individuelle du sujet ou de l’agent en termes psychosociaux ou cognitifs. C’est en faisant varier ces focales en fonction des trois thèmes transversaux retenus que l’auteur montre, par des études de cas, comment l’information recueillie varie à chaque échelle. Par exemple, étudier la diffusion de l’innovation dans le domaine de la consommation et des usages atteste combien les « rugosités » du jeu social sont visibles à une échelle micro-sociologique, tandis que la focale macro-sociale donne à voir davantage de fluidité ; de même, la variable culturelle, centrale à l’échelle macro-sociale de la géopolitique, devient plus difficile à autonomiser au niveau micro-social et semble presque disparaître sous la focale micro-individuelle, etc. Aussi, conclut Dominique Desjeux, c’est parce que la réalité change en fonction des échelles que l’observation doit être mobile, et « cette mobilité est elle-même encastrée dans l’action, dans la société, dans le jeu social dont la connaissance est issue » (p. 116). Un apport notable tient ici à une maîtrise consciente de la distinction entre effet d’observation et effet de réalité (« L’individualisation des sociétés occidentales est-elle un mirage ou un effet de réalité ? », se demande avec raison l’auteur, p. 8), reliée à la conduite concrète des enquêtes empiriques confrontées quasi-inévitablement à des recueils d’informations d’ampleur et de qualité disparates, d’où les deux problèmes courants tenant à la sur valorisation des cohérences et à la validité des comparaisons dans le temps et dans l’espace – c’est là que l’approche par les échelles permet d’être plus précis et donc de gagner en connaissance. Enfin, si l’on admet avec l’auteur que la connaissance est mobile, les échelles d’observation participent de la construction des nécessaires points de repère qui permettent de « donner la position de l’observateur et donc d’évaluer la validité de ce qu’il dit » (p. 123) – marque d’une théorie de la connaissance comme dispositif provisoire, limité et mobile, qui n’exclut toutefois pas de créer des espaces de stabilité en établissant par convention des points fixes.

3Cette perspective à la fois méthodologique, pratique et réflexive qui irrigue l’ouvrage ne lui fait cependant pas transgresser les « codes » attendus d’un « Que sais-je ? », à savoir la production de la synthèse accessible d’un objet ou domaine de connaissance. On mesure la gageure s’agissant rien moins que des sciences sociales. Le pari est tenu : à une problématique stimulante du choix de l’échelle d’observation s’articule une restitution large des controverses et enjeux qui parcourent, clivent ou lient les sciences sociales. En même temps qu’il expose ses propres recherches et ses propositions méthodologiques ou théoriques, Dominique Desjeux prend soin de rendre l’état des réflexions dans chacun des trois champs abordés. Par exemple, l’étude de l’échelle des aires culturelles s’ouvre par la présentation de différents modèles de classification : un premier fondé sur les valeurs familiales, celui d’Emmanuel Todd dans La troisième planète. Structures familiales et systèmes idéologiques (Paris, Éd. Le Seuil, 1983) ; un second sur des valeurs religieuses et séculières, des zones géographiques et des langues, celui du MIT aux États-Unis ; et un troisième sur des valeurs organisationnelles, celui de Daniel Bollinger et Geert Hofstede dans Les différences culturelles dans le management (Paris, Éd. d’Organisation, 1987, pp. 42-46). Plus largement, on retrouve au fil des pages, en situation – et c’est un attrait de l’opuscule – les grands questionnements « classiques » autour de la rationalité/irrationalité des acteurs sociaux dans leurs actions et croyances, ou encore le débat holisme/individualisme méthodologique, avec à chaque fois l’appel aux porte-drapeaux les plus identifiés, sans se limiter au prisme français. Il faut précisément saluer le très grand nombre d’auteurs et de références cités, sans exclusive disciplinaire, parmi la diversité des sciences sociales : plus de 245 !

4Outre l’appui sur ce guide bibliographique imposant, l’analyse de Dominique Desjeux a d’autant plus de poids qu’elle repose pour une bonne part sur des hypothèses mûries et issues de nombreux travaux de terrain menés par l’intéressé lui-même et ses équipes de recherche (quelques vingt-cinq chercheurs mentionnés, dans le cadre d’Argonautes, du magistère précité ou du CNRS) : ainsi, la diffusion des processus d’innovation est abordée aussi bien par le biais de la riziculture à Madagascar et du maraîchage au Congo que par la domotique, les déménagements ou l’électricité en France (pp. 59-90). Ces exemples permettent de dépasser une théorisation « programmatique » des échelles comme on peut la lire de longue date chez Georges Gurvitch par exemple, lequel distingue dans La vocation actuelle de la sociologie (Paris, Presses universitaires de France, 1950), « à l’horizontale » une échelle micro-sociologique et une échelle macro-sociologique, puis une échelle à but de « typologie des sociétés globales », mais sans réellement apporter des éléments concrets sur l’application de cette distinction. Qui plus est, les études de cas retracées par Dominique Desjeux facilitent la lecture et la compréhension, au même titre que son écriture pédagogique, avec en particulier un découpage tout au long de l’ouvrage entre la présentation des hypothèses, la démonstration-exemplification et les propositions validées, sur un ton mêlant force conviction et modestie – celle précisément du refus de toute explication théorique unique, globale et absolue. Il est ici louable que l’auteur présente également en fin d’ouvrage (pp. 110-115) des conceptualisations divergeant sur la centralité à accorder à l’observation par échelles, soit qu’elles visent à montrer que la réalité est faite de toutes les dimensions en débat et que l’on peut donc intégrer le micro et le macro – ainsi du hol-individualisme de Robert Boyer –, soit qu’elles partent d’une seule échelle macro ou micro comme cause explicative première de l’ensemble de la société – en schématisant quelque peu, l’habitus pour Pierre Bourdieu, les effets pervers pour Raymond Boudon, etc.

5Si le grand nombre de travaux mobilisés impressionne, leur convocation dans le texte aurait mérité un peu plus de rigueur éditoriale : les références sont (trop) souvent lacunaires en termes de renvoi bibliographique ou simplement allusives. Ceci ne remet guère en cause la validité du propos aux yeux d’un lectorat averti, mais peut grever quelque peu l’utilité – pratique, là aussi – du « Que sais-je ? » comme point de départ à une exploration scientifique pour un public non-spécialiste – la fameuse boussole emblème de la collection ! Signalons simplement, pour nous faire comprendre, que p. 17 il est question des « bonnes raisons » logiques, « pour reprendre l’expression de Raymond Boudon »… sans plus de précision. Autre exemple, lorsqu’il est fait référence à des travaux sur le langage p. 27, si l’ouvrage de Bruno Péquignot, Pour une critique de la raison anthropologique (Paris, éd. L’Harmattan, 1990), est bien référencé, Jacques Girin ou Christian Licoppe sont évoqués par la seule mention nominale. On regrettera également le fait que certains auteurs voient leur nom écorché et leur rattachement disciplinaire posé de façon un peu hasardeuse : ainsi de Nathalie Heinich (p. 10) ou de Patrick Le Galès et Bruno Palier (p. 96)… Enfin, on aimerait parfois en savoir un peu plus sur d’autres perceptions de la question des échelles ; par exemple, la perspective de Dominique Desjeux prend, non sans raison, le contre-pied des élaborations disciplinaires en termes de hiérarchisation, à l’instar du fameux triptyque ethnographie-ethnologie-anthropologie, où cette dernière devient le sommet des sciences de l’homme par la quête du substrat universel ordonnant toute société, si l’on renvoie rapidement à l’anthropologie structurale de Claude Levi-Strauss ; une déconstruction étayée aurait probablement intéressé le lecteur. De même, si Jacques Revel est signalé pour son important ouvrage Jeux d’échelles (Paris, Gallimard, 1996), on s’étonne quelque peu, que parmi de si abondantes références ne figurent point directement les tenants de la micro-histoire italienne, pour lesquels des élargissements successifs de la focale permettent de penser en relation des interactions de plus en plus complexes entre les différents acteurs sociaux en présence en fonction des contextes différents dans lesquels ils se trouvent – on songe en particulier à Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle (Paris, Gallimard, 1989, 1re éd. italienne, 1986), et Alberto Mario Banti, Terra e denaro. Una borghesia padana dell’Ottocento (Venezia, Marsilio, 1989). Ces quelques remarques n’enlèvent rien à l’attention que l’ouvrage de Dominique Desjeux mérite à plus d’un titre ; un « Que sais-je ? » peut-être inattendu parfois dans son contenu mais par là fort suggestif, tant comme instrument d’initiation qu’au titre des analyses propres qu’il étaye.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hamman, « Dominique Desjeux, Les sciences sociales », Questions de communication, 7 | 2005, 473-476.

Référence électronique

Philippe Hamman, « Dominique Desjeux, Les sciences sociales », Questions de communication [En ligne], 7 | 2005, mis en ligne le 23 mai 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/5579

Haut de page

Auteur

Philippe Hamman

CNRS/CRESS, université Strasbourg 2
GSPE, IEP Strasbourg
ph.hamman@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page