Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Howard Tumber, Jerry Palmer, Medias at war. The Irak crisis

Londres, Sage, 2004, 188 p.
Les médias dans la guerre. La crise irakienne
Aurélia Lamy
p. 452-454
Référence(s) :

Howard Tumber, Jerry Palmer, Medias at war. The Irak crisis, [Les médias dans la guerre. La crise irakienne], Londres, Sage, 2004, 188 p.

Texte intégral

1Événement historique dont les modalités ont porté à polémique, la guerre en Irak – ou seconde guerre du Golfe – est aussi un événement médiatique. Ainsi Howard Tumber, professeur de sociologie, et Jerry Palmer, professeur en communication, montrent-ils que la couverture médiatique de l’événement fait partie intégrante de la crise et de son développement auprès de l’opinion publique. Durant cette guerre, la concurrence entre médias a transformé le conflit en guerre informationnelle. À ce sujet, le titre de l’ouvrage est éloquent : Medias at war. Il pose une double question : celle des médias en guerre, et celle des médias au cœur de la guerre ; deux problématiques développées par les auteurs.

2En partie lié au raccourcissement des délais de transmission des informations, le pouvoir des médias modifie les relations avec le monde militaire et surtout l’opinion publique qui fait partie intégrante de la politique de la guerre. Howard Tumber et Jerry Palmer insistent sur les relations entre éthique médiatique, opinion publique et formation de la politique gouvernementale dans le traitement médiatique de la crise. Dès l’introduction, les objectifs sont clairement énoncés, le but des auteurs étant d’analyser les arrangements qui ont permis aux médias d’accéder au théâtre de la guerre, mais également d’étudier le traitement médiatique du conflit afin de mettre au jour le scénario communicationnel mis en œuvre au sein du gouvernement. Par une analyse quantitative et de contenu, les auteurs interrogent les pratiques journalistiques dans un climat de crise. En analysant les différentes perceptions de l’événement, qu’il s’agisse de la perspective journalistique, militaire ou politique, les auteurs resituent le contexte qui permet de comprendre la stratégie médiatique du gouvernement. Pour étayer le propos, ils n’hésitent pas à établir un parallèle entre leur étude et celles que des chercheurs étrangers ont menées sur cette thématique. Les nombreuses références historiques au rôle des médias – par exemple pendant la guerre du Vietnam ou la première guerre du Golfe – inscrivent l’ouvrage dans une perspective diachronique atemporelle et internationale.

3Assorti de références historiques et de commentaires d’auteurs ou acteurs de la guerre, Medias at war. The Irak crisis n’a pas la prétention de traiter de manière exhaustive le traitement médiatique de la Gulf War II (p. 2). Il se concentre sur une analyse des discours médiatiques en trois parties qui suivent le conflit de manière chronologique. Même si cette guerre a été largement médiatisée avant, pendant et après l’invasion des troupes de la coalition en Irak, il est essentiel de pointer les différences de traitement entre ces trois phases.

4Dans un premier temps, les auteurs font une mise au point des arrangements institutionnels qui ont facilité la pratique du reportage durant la seconde guerre du Golfe. Ils abordent de manière approfondie et documentée la question du embedded process [processus incorporé] (p. 13). Cette stratégie politique et communicationnelle, initiée par le gouvernement américain, permet aux journalistes d’être au cœur de l’événement et de délivrer des récits légitimes et empiriques de la guerre. Howard Tumber et Jerry Palmer explorent les problèmes liés au embedding : sécurité, identification aux militaires, programmes d’entraînement préalable sont autant de problématiques qui conduiront à la construction du modèle dans le plan médias du pouvoir. Les diverses citations d’acteurs du conflit au sujet du champ médiatique font partager le quotidien de ces journalistes de guerre ; non seulement, elles donnent une approche empirique de la mise en œuvre du programme, mais permettent surtout d’appréhender toutes les nuances de ces nouvelles pratiques journalistiques. En effet, même si les embedded éclairent notre compréhension du conflit, ils deviennent parfois – malgré eux – les instruments de l’information gouvernementale en temps de crise et sont, pour cela, remis en cause par l’opinion publique. Ce sont les modalités de ce scepticisme que les auteurs mettent au jour dans leur ouvrage.

5Dans une analyse sémiopragmatique de médias sélectionnés en Grande-Bretagne, les deux chercheurs mettent en évidence les lignes directrices et les caractéristiques du traitement de la guerre en Irak. Une étude quantitative complète la méthodologie inductive adoptée : elle établit des données chiffrées qui sont la base de l’analyse de contenu. Une étude par thème vient étayer l’analyse qualitative avant, pendant et après la guerre ; l’étude de contenu est effectuée par le biais de thématiques préalablement définies. En prenant en considération les penchants politiques de certains organes de presse, les auteurs analysent plus précisément certains micro-événements constitutifs de la crise. Ainsi apparaît-il que la prise de Bagdad et la chute de la statue de Saddam sont des marqueurs du changement de discours des médias. La mise en perspective des items retenus permet de rendre compte des vives polémiques qui, depuis, ont pris une ampleur internationale. Ce point est prédominant dans la dernière partie de l’ouvrage qui offre une étude complète et précise des controverses liées à l’événement et de la manière dont elles sont relatées dans les médias. L’existence ou non d’armes de destruction massive en Irak ainsi que la nature des relations entre les sources et les organes de presse sont à l’origine de questionnements qui aboutissent à une remise en cause du concept d’objectivité journalistique auprès de l’opinion publique.

6Ainsi la médiatisation a-t-elle joué un rôle important dans le développement de la situation militaire et politique en Irak. De manière globale, les auteurs explicitent le passage des médias d’une phase de consensus sur la politique gouvernementale américaine à une phase de controverses où sont remis en question non seulement la politique américaine, mais aussi les médias eux-mêmes. À grand renfort de références historiques et de données empiriques, les auteurs jalonnent des pistes à exploiter. Le nombre important de notes en fin de chapitres vient prolonger les idées développées, mais surtout élargir le débat en proposant d’autres axes de réflexion. Une riche bibliographie ouvre des portes à ceux qui souhaiteraient approfondir la question du traitement médiatique et des pratiques journalistiques en période de guerre. Finalement, le rajout en post-scriptum du rapport Hutton (en janvier 2004, Lord Brian Hutton avait innocenté le gouvernement du Premier ministre britannique, Tony Blair, de toute responsabilité dans la mort de David Kelly, ce spécialiste des armes irakiennes qui s’était suicidé six mois plus tôt) rappelle que la thématique de la médiatisation de la « seconde guerre du Golfe » est en cours ; elle se construit encore et donnera forcément lieu à d’autres travaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélia Lamy, « Howard Tumber, Jerry Palmer, Medias at war. The Irak crisis », Questions de communication, 7 | 2005, 452-454.

Référence électronique

Aurélia Lamy, « Howard Tumber, Jerry Palmer, Medias at war. The Irak crisis », Questions de communication [En ligne], 7 | 2005, mis en ligne le 23 mai 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/5518

Haut de page

Auteur

Aurélia Lamy

CREM, université Paul Verlaine-Metz
aurelialamy1@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page