Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jacques Demorgon, Edmond-Marc, Lipiansky, Burkhard Müller, Hans Nicklas, Dynamiques interculturelles pour l’Europe

Paris, Éd. Anthropos, coll. Exploration interculturelle et science sociale, 2003, 346 p.
Christoph Vatter
p. 354-356
Référence(s) :

Jacques Demorgon, Edmond-Marc, Lipiansky, Burkhard Müller, Hans Nicklas, Dynamiques interculturelles pour l’Europe, Paris, Éd. Anthropos, coll. Exploration interculturelle et science sociale, 2003, 346 p.

Texte intégral

1En 2003, la France et l’Allemagne ont célébré le 40e anniversaire du Traité de l’Élysée qui fut à la base de l’instauration de l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), institution qui a contribué de façon exemplaire au rapprochement entre Français et Allemands : environ 6 millions de jeunes ont participé à 200 000 rencontres dans les 40 dernières années ; 7000 projets franco-allemands correspondant à 140 000 participants sont subventionnés chaque année. Publié durant l’année d’anniversaire avec le concours de l’OFAJ pour la jeunesse, l’ouvrage dresse un bilan de ces quatre décennies d’activités et explore de nouvelles pistes concernant les échanges interculturels dans une Europe qui entame les prochaines étapes d’approfondissement institutionnel avec une constitution commune et l’élargissement de l’Union européenne depuis le 1er mai 2004. La thématique n’est pas nouvelle pour les quatre auteurs, experts reconnus du monde franco-allemand et de la communication interculturelle. Dans Dynamiques inter-culturelles pour l’Europe, ils mettent l’accent sur cet autre aspect de l’intégration européenne, celui des « échanges effectifs » (p. VII) entre personnes de différents pays au-delà des activités politiques ou économiques.

2L’originalité de l’ouvrage est de présenter, d’un côté, une réflexion théorique sur l’interculturalité et les perspectives d’échanges dans un nouvel environnement culturel et politique, et de l’autre, une approche pratique pour la mise en œuvre de ces échanges dans des chapitres dédiés à l’évaluation et aux méthodes applicables sur le terrain. Quatre parties traitent de ces aspects. La première, « Échanges en Europe », dresse le bilan des rencontres interculturelles et explore leurs enjeux au sein d’une Europe en construction. Les deuxième et troisième parties – à orientation plutôt pratique – présentent les pratiques et s’interrogent sur les modalités de leur évaluation. La quatrième propose les défis et perspectives pour la conception innovante de « formations approfondies pour l’Europe ».

3« Une culture des cultures » (p. 12), opposée à un simple savoir sur les cultures, tel est l’objectif pédagogique ambitionné pour l’Europe. Dans la première partie, Jacques Demorgon revient à juste titre sur la genèse interculturelle spécifique à toute culture à travers une évolution historique et thématique : un sujet qu’il a plus amplement traité dans L’histoire interculturelle des sociétés (Paris, Éd. Anthropos, 2002). Comprises comme entités dynamiques et non figées, les cultures résultent d’un processus adaptatif comprenant une sélection réversible de réponses face aux problèmes rencontrés. Dépassant la « substantialisation des cultures » (p. 18), la transposition des dynamiques culturelles à celles des échanges mène à une véritable interculturation des sociétés et constitue un procédé prometteur pour le développement d’échanges. De cette perspective découlent des exigences pour la politique culturelle qui devrait encore plus faire valoir les rencontres comme base nécessaire pour la création d’une Europe, au-delà des directives politiques ou économiques (p. 88). Selon les auteurs, la « triangulation des échanges » constitue une approche très fructueuse pour faire évoluer la pratique des échanges ; elle pourrait remédier aux problèmes de programmes binationaux par l’intégration d’une perspective médiatrice.

4Dans les deux parties plutôt orientées vers la pratique, les auteurs présentent de façon détaillée des méthodes applicables à des programmes de rencontre, ainsi que de nouvelles perspectives d’intégration de leur évaluation. Le premier chapitre de ces parties explique les fondements théoriques de la communication interculturelle. Hans Nicklas y élucide les processus communicationnels en jeu dans les situations interculturelles en se fondant sur la théorie de la communication de Jürgen Habermas. Ensuite, Edmond-Marc Lipiansky présente la méthode de l’observation participante ; il n’initie pas seulement à l’évolution historique de cette dernière – très répandue dans le contexte des rencontres franco-allemandes –, il expose également sa valeur pratique en tenant compte des aspects problématiques telle la perturbation introduite dans un groupe par la présence de l’observateur ou le problème de la subjectivité des observations. Avec la critique théâtrale, Burkhard Müller décrit une méthode fort originale pour structurer et évaluer une rencontre interculturelle. Dans cette approche qui mobilise la métaphore du théâtre, la rencontre est comprise comme une « série de dispositifs scéniques » (p. 144) et son succès dépendra de la capacité à créer une scène sur laquelle « les participants [peuvent] devenir des acteurs impliqués dans une “pièce” interculturelle qu’ils créent en commun » (p. 145). Par la suite, les critères nécessaires à la création d’un tel espace scénique – cités lors de l’évaluation – pourront aider à la structuration pédagogique d’une rencontre. La dernière méthode est celle de la recherche-formation, présentée par Jean-René Ladmiral, qui abolit la frontière entre chercheurs-observateurs et participants d’une rencontre interculturelle en les associant à un processus de recherche plus ouvert à la modification.

5Dans les chapitres consacrés à l’évaluation des échanges, les auteurs proposent un modèle ouvert et intégré, après un survol historique de la notion par Hans Nicklas. Pour sa part, Burkhard Müller expose une matrice qui prend en compte les différentes dimensions de toute évaluation. Ainsi les processus intègrent-ils les perspectives des institutions organisant les rencontres, des participants, des processus d’apprentissage interculturel ainsi que la formation d’animateurs. Dans le chapitre qu’il consacre à la méthode du groupe interculturel en discussion évaluative, Hans Nicklas en expose le déroulement et les avantages, et s’appuie pour cela sur les expérimentations menées dans des programme de l’OFAJ. Ainsi suggère-t-il que l’interprétation de l’enregistrement d’une discussion évaluative entre chercheurs et participants, réunis après une rencontre, irait au-delà d’une habituelle autoévaluation dans le sens d’une « critique réflexive immanente » (p. 200), au cours de laquelle les critères d’évaluation émergeraient des exigences du groupe. Dans la dernière contribution de ce chapitre, Burkhard Müller expose les quatre modalités d’une évaluation intégrée à une rencontre et à sa pratique : la méta-communication, la perspective de la « théâtralisation » (cf. supra), la visualisation des processus interculturels en jeu et la constitution d’une documentation de la rencontre.

6Dans la dernière partie, les auteurs posent la question « de la définition et de la mise en œuvre des formations approfondies dans les domaines de l’interculturel européen » (p. 215). L’analyse critique de l’évolution des formations interculturelles et des pratiques dans différents domaines (l’entreprise, le travail social, l’immersion…) fait surgir de nouvelles exigences. Tandis que les formations traditionnelles mettaient avant tout l’accent sur les différences culturelles tout en favorisant les stratégies de « caméléonistes » (p. 222) – ce qui engendre une adaptation unidirectionnelle du comportement à une image figée de l’autre culture jusqu’au point où l’apprenant « joue au caméléon » –, les plus récentes devraient mettre en avant les capacités communicatives dont nous disposons pour nous engager dans un processus adaptatif. Elles devraient également intégrer l’interculturalité historique, inhérente à l’évolution de chaque culture et les transformations culturelles en cours (p. 217) telles qu’elles se manifestent dans des phénomènes comme la mondialisation et l’essor des technologies de l’information et de la communication. L’analyse critique des programmes européens par Jacques Demorgon montre que, malgré leur nombre, les programmes d’échanges et de doubles diplômes existant aujourd’hui au niveau européen ne sont que très rarement accompagnés de formations interculturelles. Pour « constituer une véritable culture des cultures et des stratégies » (p. 220), celles-ci seraient pourtant fort utiles.

7La force de cet ouvrage est de combiner de façon originale des questionnements théoriques avec « le terrain » des acteurs. Organisateurs et animateurs d’échanges interculturels peuvent y trouver des pistes de réflexion sur leur pratique et de nouveaux outils pour structurer et évaluer leurs programmes. Certes, les aspects théoriques dominent ; le livre ne fournit ni recettes pour organiser des échanges, ni catalogue d’activités pédagogiques pour l’animation interculturelle. Néanmoins, Dynamiques interculturelles pour l’Europe constitue un outil pratique pour tous ceux qui, œuvrant dans le domaine, sont ouverts à une perspective critique sur leur travail, et ouvre la réflexion sur l’avenir des échanges dans l’Europe des vingt-cinq en création.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christoph Vatter, « Jacques Demorgon, Edmond-Marc, Lipiansky, Burkhard Müller, Hans Nicklas, Dynamiques interculturelles pour l’Europe », Questions de communication, 6 | 2004, 354-356.

Référence électronique

Christoph Vatter, « Jacques Demorgon, Edmond-Marc, Lipiansky, Burkhard Müller, Hans Nicklas, Dynamiques interculturelles pour l’Europe », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/4577

Haut de page

Auteur

Christoph Vatter

CREM, Université de Metz, Universität des Saarlandes, c.vatter@mx.uni-saarland.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page