Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet, dirs, La télévision et ses influences

Bruxelles, De Boeck Université/INA, coll. Médias Recherches, 2003, 208 p.
Angeliki Koukoutsaki-Monnier
p. 352-354
Référence(s) :

Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet, dirs, La télévision et ses influences, Bruxelles, De Boeck Université/INA, coll. Médias Recherches, 2003, 208 p.

Texte intégral

1« La question de l’influence domine les sciences de la communication dès les origines de cette interdiscipline ». Ces propos de Bernard Miège (p. 114), l’un des auteurs de cet ouvrage dirigé par Didier Courbet et Marie-Pierre Fourquet, nous semblent démontrer à eux seuls l’importance du thème développé dans ses pages. En effet, depuis plus de cinquante ans, la question de l’influence occupe une large part des recherches sur les médias et ne cesse de soulever de nombreuses polémiques. Du modèle laswellien de la « piqûre hypodermique » aux recherches « administratives » de l’école de Columbia, en passant par les approches critiques de l’école de Francfort et les théories interactionnistes des Cultural Studies sur la réception, la question de fond reste la même : comment et jusqu’à quel degré les médias influent-ils sur les individus et/ou sur les sociétés ? En guise de réponse, l’utilisation du pluriel dans le titre de l’ouvrage s’avère significative, et ce à deux niveaux, l’un d’ordre épistémologique, l’autre d’ordre méthodologique : vu « l’expérience polymorphe que constitue l’usage de la télévision » (p. 91), on ne peut pas parler d’une seule et unique influence, à la fois processus et résultat, ni d’une seule et unique approche de celle-ci. Voici donc le principe de ce livre : une démarche pluridisciplinaire intégrant, entre autres approches, la psychologie socio-cognitive, l’anthropologie, la sociologie, la science politique, l’économie, la philosophie, et visant à examiner les « micro-influences » de la télévision sur les spectateurs et ses « macro-influences » sur les structures et les systèmes sociétaux, à plus long terme.

2Ces deux axes forment l’architecture de l’ouvrage. Une première section traite de la réception individuelle de la télévision et des usages de celle-ci. Plus particulièrement, la première partie aborde la question du traitement cognitif et des effets des publicités télévisés (Didier Courbet), des images subliminales (Ahmed Channouf et Jacques Araszkiewiez), ainsi que des émissions politiques (Marie-Pierre Fourquet), et dresse l’état des nouvelles méthodes d’analyse et des récentes études expérimentales dans le domaine. Ces dernières permettent de mieux comprendre les processus d’influences inconscientes – « ces propagandes insidieuses » (p. 34) – de la télévision et d’établir de nouvelles conclusions à ce sujet : certes, l’implication du récepteur constitue un facteur important, cependant, un acte de communication peut fonctionner sans que celui-ci produise des significations, sans qu’il interprète d’indices d’intentions communicatives ou même sans qu’il ait conscience de percevoir ou de traiter un message. La deuxième partie de cette section propose une cartographie des usages de la télévision et des médias selon les statuts de l’émetteur et du récepteur (Francis Balle), suivie de quelques réflexions sur les conséquences de la pratique du zapping pour la construction du discours télévisuel et pour la réception des messages (Pascal Lardellier). Si la « logique régressive qu’instaure la télécommande » (p. 76) homogénéise l’usage de la télévision, l’étude des attentes des publics militants canadiens face aux politiques audiovisuelles de leur pays (Serge Proulx, Marc Raboy) dévoile une facette différente du dispositif, révélatrice de sa complexité extrême : l’usage de la télévision s’avère « un geste profondément ancré dans les méandres de la personnalité individuelle » et « s’explique aussi largement par le positionnement social de l’individu [et] par le niveau de capital culturel auquel il a accès » (p. 91).

3La deuxième section de l’ouvrage aborde la question des influences sociales, culturelles, économiques et politiques de la télévision, à long terme. Plus difficiles à mesurer et, par conséquent, plus facilement soumises à des intuitions et à des jugements d’ordre idéologique, elles font resurgir l’ancienne polémique entre les attitudes positivistes vis-à-vis du média de la télévision et les approches critiques de son pouvoir. Face aux théories sur le totalitarisme de l’image télévisée (Lucien Sfez), la propagande glauque et les effets de modelage qu’opère la télévision sur les conceptions du monde (Jean-Léon Beauvois), une autre approche souligne la valeur éducative de ce média pour les enfants et les citoyens (Judith Lazar). Une étude empirique sur les effets de la télévision en Roumanie postcommuniste (Ioan Dragan, Nicolas Pélissier) et une analyse qualitative sur les rapports qu’entretient la télévision avec la mémoire (Béatrice Fleury-Vilatte) insistent sur le rôle primordial des stratégies de décodage des lecteurs dans le traitement des messages et dans la production du sens. Dans le sillage de la tradition critique de Birmingham, ces travaux, quoique ontologiquement distincts en raison de leurs démarches méthodologiques différentes, prônent la complexité du processus de réception en tant qu’interaction des spectateurs avec les textes médiatiques. Ils attirent aussi l’attention sur les limites de cette approche car, pour reprendre les termes de Béatrice Fleury-Vilatte, « la réception ne commence pas, en effet, avec le public. Elle est déjà à l’œuvre dans les étapes constitutives de l’offre de la production » (p. 125). Dans ce cadre, le besoin de « considérer les médias en se référant aux acteurs sociaux qui les dirigent ou les organisent » (Bernard Miège, p. 118) nous paraît judicieux. L’histoire de la télévision et de son économie en Europe du Sud nous apprend, par exemple, que les modes de financement de ce dispositif, liés aux conceptions politiques qui les ont légitimés dans le temps, influent sur l’évolution des modes de représentations et des mises en scène que produit la télévision (Pierre Musso). Ces modes correspondent à trois façons distinctes, quoique actuellement superposées et confondues, d’appréhender ce média (Lucien Sfez) : en tant que représentation du réel, en tant qu’expression du téléspectateur au sein d’un environnement spectaculaire ou bien en tant qu’objectif en soi, simulacre d’une réalité en absence de référent. Ainsi manifestent-ils l’ampleur du pouvoir symbolique qu’a acquis avec le temps la télévision.

4Arrivé à la fin de l’ouvrage, le lecteur ne peut qu’attester que la démarche entreprise dans ses pages est ambitieuse. La question de l’influence de la télévision est certainement très complexe et difficile à saisir dans sa totalité. Si les théories en la matière ont évolué avec le temps, ne serait-ce aussi parce que les modalités de réception et la relation des spectateurs avec la télévision se sont également modifiées ? Un premier constat s’impose à la fin de la lecture : en dehors de tout jugement qualitatif la concernant et malgré les divergences quant à ses limites, la notion d’influence de la télévision émerge finalement comme une vérité, même si « seules des conceptions très larges, englobantes et contextualisantes » (p. 94) permettraient de cerner la complexité de ses macro-influences. Cependant, c’est justement cette question de jugement qualitatif, à savoir d’« ancrage idéologique » qui caractérise plusieurs travaux dans ce domaine, qui s’avère parfois problématique. Didier Courbet et Marie-Pierre Fourquet, lors d’une tentative d’établir une classification épistémologique des différents types de recherche sur l’influence de la télévision, signalent que certaines de celles-ci n’ont pas encore explicité leurs critères d’acceptabilité scientifique et alternent « logique de recherche abstraite, logique scientifique et raisonnement idéologique » (p. 181). La définition des différentes stratégies et des méthodologies de recherche s’avère donc indispensable, surtout pour une jeune discipline comme les sciences de l’information et de la communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angeliki Koukoutsaki-Monnier, « Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet, dirs, La télévision et ses influences », Questions de communication, 6 | 2004, 352-354.

Référence électronique

Angeliki Koukoutsaki-Monnier, « Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet, dirs, La télévision et ses influences », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/4570

Haut de page

Auteur

Angeliki Koukoutsaki-Monnier

GEREC-F, Université des Antilles et de la Guyane, akoukoutsaki@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page