Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jean-Claude Bonnefont, éd., Stanislas et son Académie, 250e anniversaire

Nancy, Presses universitaires de Nancy, coll. Publications du Centre d’étude des milieux littéraires, 2003, 362 p.
Jeanne Benay
p. 342-344
Référence(s) :

Jean-Claude Bonnefont, éd., Stanislas et son Académie, 250e anniversaire, Nancy, Presses universitaires de Nancy, coll. Publications du Centre d’étude des milieux littéraires, 2003, 362 p.

Texte intégral

« Si pour arrester un mal, il en faut extirper la / cause qui le produict il ne s’ensuyt pas que / pour faire porter un bon fruict […] a une plante / il faille […] la dera / ciner […] ». 
Stanislas Leszczynski, Le remède pire que le mal.

1Le destin de Nancy, celui de Stanislas Leszczynski et de l’Académie de cette ville – édit du 28 décembre 1750 – furent intimement liés pendant la période des Lumières où cet ancien roi de Pologne régna sur le duché de Lorraine et de Bar, suite aux arrangements entre la France, la Prusse et la Russie, lors du troisième partage de la Pologne. Ce volume réunit trente et une contributions pluridisciplinaires livrées par des chercheurs locaux, nationaux et internationaux représentant l’Allemagne, le Canada, la France, la Pologne et la Suisse. Les discours officiels liminaires, reproduits dans le volume, soulignent le caractère « festif » ou jubilien exceptionnel de cet événement, mais aussi les liens complexes de la politique et de la culture, la relation de la culture à l’économique et au social – phénomènes souvent oubliés à l’heure où la culture n’est parfois jugée qu’en termes de rentabilité immédiate, « sonnante et trébuchante ».

2Ce sont essentiellement des membres de l’« Académie de Stanislas » qui sont ici à l’œuvre, mais leurs travaux reflètent très bien la polyvalence qui fut toujours celle des « académies », avec des correspondants dans le monde entier (Tressan, membre externe de l’Académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin au XVIIIe siècle, Louis Châtelier, p. 254). Hormis ceux de l’Église ou ceux des marchands, les académies furent certainement les premiers réseaux organisés, ce dont l’Académie de Stanislas eut conscience et fit usage (pp. 341-342 ; Jacques Délivré, pp. 287-296). À juste titre, Roger Marchal parle de « dorsale académique » (p. 296) de l’Est (Metz/Nancy, Nancy/Besançon, Besançon/Dijon). Le projet original de Stanislas, de ce « citoyen à la voix libre » – ouvert à l’espace publique –, était accompagné d’une « Chambre des consultations » (1750 -1790 ; cf. Pierre Vicq, pp. 75-89) qui permit à tout un chacun d’obtenir une aide juridique. On apprend que la langue de Stanislas – signe de l’acculturation au XVIIIe siècle – était un français mêlé d’expressions latines, de mots polonais, mais jamais de « lorrain » (Jean Lanher, pp. 91-107) – alors que l’ancienne Lotharingie passe aujourd’hui auprès des linguistiques pour le berceau de la langue allemande.

3L’œuvre de Stanislas fut celle d’un découvreur, d’un homme à l’esprit transnational, d’un citoyen du monde qui adopta véritablement « cette » terre et la fit « sienne » pour quelques décennies, au moment où l’héritier initial, François-Étienne de Lorraine, emmena en Autriche, lors de son union avec l’archiduchesse Marie-Thérèse de Habsbourg, non seulement une grande partie de sa cour, mais aussi ses archives. Décidément, Stanislas, son « Académie » – qui n’a plus rien de provincial, ce dont témoigne la présence de certains membres : le médecin, anatomiste et physiologiste Nicolas Jadelot, le docteur Jean-François Coste de l’École militaire Saint-Jean, les musiciens Titon du Tillet, Bollioud-Mermet, François de Neufchâteau, « Panpan » Devaux, Montesquieu, Saint-Lambert (Karl Hildebrandt, pp. 303-316 ; Simone Mazauric, pp. 317-324) –, son univers, sa cour – une économie que l’on retrouve dans le classement thématique de l’ouvrage (1. Stanislas ; 2. Les sciences à l’époque des Lumières ; 3. Les milieux littéraires à l’époque de Lumières ; 4. Le mouvement académique en Europe) – sont fascinants. Vivier des sciences et belles-lettres, l’« Académie de Stanislas » fut aussi portée administrativement par le secrétaire perpétuel, le chevalier de Solignac (1751-1773 ; cf. pp. 255-285, la contribution de Jean-Claude Bonnefont), et s’avère avoir été un centre, un vecteur de « sociabilité supérieure » (Sylvain Menant, p. 238) et de convivialité, ce qui contribua certainement à renforcer sa position exceptionnelle, non seulement ouverte à la grande région, mais aussi à l’Ouest (Paris) et à l’Est (Berlin, Moscou, Varsovie). Si les œuvres de chacun de ces académiciens ou personnages méritent le plus grand intérêt, on découvre aussi leurs avatars « privés » – dont celui d’écrire un discours d’« entrée » à l’Académie (English Showalter, « L’élection de Panpan Devaux », pp. 185-194 ; Davis Smith, « La mutilation d’un discours de réception », pp. 223-231). Mais Montesquieu (« Montesquieu et le mouvement académique » de Catherine Volpilhac-Auger, pp. 205-214), Voltaire (« Les Stanislas de Voltaire » de François Bessire, pp. 195-203), Diderot, Saint-Lambert, Mme de Graffigny, voire le contestataire Rousseau ne sont jamais bien loin. Les réseaux à dimension européenne – comparés aux ramifications généalogiques, mais ici amicales, intellectuelles et/ou spirituelles – sont tout aussi surprenants. Quant à la réception de Stanislas par les voyageurs polonais, elle relève d’une imagologie chronique et diachronique qui ne prit conscience du rayonnement de leur ancien roi qu’avec le recul (Isabelle Zatorska, p. 340).

4Par exemple, à la lumière de ces faits, et chaque époque ayant son histoire, on comprend mieux lors de l’annexion de l’Alsace-Lorraine (1871-1918), l’expansion de Nancy, première terre d’accueil des « optants » messins, mais aussi terre d’une « fraternité » scientifique, car les anciens membres de « l’Académie (nationale) de Metz » furent recueillis par l’héritière de l’« Académie de Stanislas ». Nul doute que la résistance des « naturalisés alsaco-lorrains » (contraints) – comme on les appelait à l’époque – fut facilitée par ces enclaves scientifiques tout autant que par le maintien de la culture française à Metz grâce à la troupe du Théâtre de Nancy qui se produisait régulièrement dans cette ville. Or, c’est dès le XVIIIe siècle que l’Académie de Stanislas avait noué des liens avec celle de Metz.

5La présentation des contributions est très bien menée, chacune étant accompagnée d’un résumé et d’une discussion, cette dernière étant placée en fin d’ouvrage. L’homogénéité scientifique de l’ouvrage ne se limite pas au thématisme consacré au célèbre homme politique que fut Stanislas, à son esprit encyclopédique (philosophe, hommes de sciences, économiste, astronome, politologue, juriste « bienfaiteur », agronome…), à ses entreprises fondatrices et à l’un de ses joyaux, son « Académie ». Ici, les notes n’apparaissent pas comme de simples appendices scientifiques, mais elles apportent de précieuses informations et témoignent d’un travail de longue haleine et de la consultation de nombreuses archives (Académie nationale de Nancy, Bibliothèque municipale de Nancy, Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle, Musée historique Lorrain, Bibliothèque diocésaine de Nancy, Bibliothèque municipale de Besançon, Bibliothèque nationale de Varsovie, Musée historique d’État de Moscou, Bibliothèque Beinecke de l’Université Yale, etc.). Trésors livresques du XVIIIe siècle, revues tel le Mercure de France, de nombreux ouvrages polonais (Andrzej J. Zakkzewski, pp. 57-73 ; Stanislaw Fiszer, pp. 99-107), les Mémoires de l’Académie Stanislas, véritables agendas de la mémoire lorraine et nancéienne, les nombreux écrits (en koïné française, Jean Lahner, p. 98), très variés, de Stanislas Leszczynski – mis au compte de sa « curiosité d’esprit » (André Markiewicz, p. 48) –, les travaux fondateurs de Charles Pfister et ceux de Guy Cabourdin, René Taveneaux, Laurent Versini sont autant de sources précieuses.

6Il est dommage que certains articles soient relativement courts (Jean-Louis Greffe, pp. 139-143 ; Yves Ferraton, pp. 177-181 ; Marie-Claire Mangin, pp. 215-221 ; Michèle Crogiez, pp. 241-246 ; Louis Châtellier, pp. 249-254 ; Jacques Delivré, pp. 297-302), et livrés sans explications, parfois même uniquement par leurs résumés (Jean Dhombes, p. 163 ; Jean-François Lemaire, p. 175). Les archives non exploitées sont encore importantes – entre autres lieux à la Bibliothèque municipale de Nancy et à l’Académie –, et il est également dommage que la publication des œuvres complètes de Stanislas soit freinée par un certain nombre d’obstacles. L’ensemble de l’ouvrage – très soigné, très informé –, dû à des chercheurs-témoins, héritiers de « l’esprit philosophique » du XVIIIe siècle (Jean-Claude Bonnefont, p. 280), retient l’attention et ouvre nombre de perspectives sur la vie sociale, les sciences et les Belles-Lettres au siècle des Lumières, ainsi que sur la propagation européenne (Karl Hildebrandt, pp. 303-316 ; Simone Mazauric, pp. 317-324) ou encore sur le parcours des nombreux membres de l’Académie de Stanislas, leurs correspondances, les relations entre académies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanne Benay, « Jean-Claude Bonnefont, éd., Stanislas et son Académie, 250e anniversaire », Questions de communication, 6 | 2004, 342-344.

Référence électronique

Jeanne Benay, « Jean-Claude Bonnefont, éd., Stanislas et son Académie, 250e anniversaire », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/4506

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page