Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Jérôme Bourdon, Le récit impossible. Le conflit israélo-palestinien et les médias

Bruxelles, Ina/De Boeck, coll. Médias recherche, 2009, 240 p.
Vincent Goulet
p. 287-289
Référence(s) :

Jérôme Bourdon, Le récit impossible. Le conflit israélo-palestinien et les médias, Bruxelles, Ina/De Boeck, coll. Médias recherche, 2009, 240 p.

Texte intégral

1Dans un livre particulièrement dense, Jérôme Bourdon tente de rendre compte du traitement journalistique d’un conflit qui occupe régulièrement « la Une » des journaux depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La tâche est immense. Elle est aussi des plus délicates : la question israélo-palestinienne est propice à toutes les polémiques et a détruit plus d’une solide amitié. Pour éviter les chausse-trappes, l’auteur borne solidement son objet. Il ne s’agit pas du « conflit lui-même, mais [de] son exportation en mots et en images » (p. 11). Il ne s’agit donc pas ici de « vérité historique » mais de critique des médias, voire d’une critique de la critique. L’ouvrage traite en particulier de la deuxième Intifada (septembre 2000-septembre 2006). Il fonde son propos sur une trentaine d’entretiens avec des journalistes et correspondants, des analyses de contenu et une grande familiarité avec le terrain : l’auteur a vécu et travaillé durant treize ans en Israël. Bien des choses se sont passées depuis la fin de la rédaction de l’ouvrage (la nouvelle guerre du Liban, le retrait puis la guerre de Gaza, l’affaire de la « flottille humanitaire ») mais le propos garde toute sa pertinence, l’auteur s’attachant à décrire les mécanismes qui président à la production et à la réception des informations concernant cette partie du monde. La principale réussite de l’entreprise réside dans le point de vue adopté par l’auteur, un exemple de neutralité axiologique et de réflexivité. Tout en exerçant en Israël, Jérôme Bourdon parvient à présenter de façon nuancée et précise les faits historiques et les symboles, préalable nécessaire pour « comprendre le rôle des médias, analyser le réseau au centre duquel ils se trouvent » (p. 13). Certes, si l’auteur avait été « du côté palestinien », le livre aurait été différent et l’on peut regretter que le substrat culturel sur lequel repose l’analyse soit principalement occidental. On peut y voir une logique à la fois sociale et éditoriale, ce filtre étant celui de la majorité des lecteurs potentiels du livre (comme il est celui de la majorité des usagers des médias en France). Construire et déconstruire un point de vue « palestino-centré » sur le traitement de ce conflit aurait sans doute dépassé le cadre de cet ouvrage (ce qui révèle au passage à quel point la culture arabo-musulmane reste dominée en Europe) mais ce travail reste néanmoins à mener, dans la lignée, par exemple, des publications de Gregory Kent (voir Questions de communication, 8, 2005). Cet avertissement donné, la rigueur de Jérôme Bourdon reste exemplaire, d’autant qu’il s’appuie sur une comparaison internationale entre la France, le Royaume-Uni et les États-Unis, ce qui permet de mieux comprendre les modes de construction des différentes visions normatives du conflit.

2Les deux premiers chapitres permettent de s’immerger dans le contexte, d’abord à travers la polémique qui a suivi la diffusion par France 2 de la mort du « petit Mohammed », puis au travers d’un rapide historique de la « perception médiatique » du conflit proche-oriental depuis 1948 par les différents pays étudiés. Très vite, on s’aperçoit que celle-ci dépend tout autant de facteurs diplomatiques et culturels que du dispositif journalistique mis en place (par exemple, en début de période, les correspondants sont tous en empathie avec le nouvel État d’Israël pour devenir, au fil du temps et des victoires électorales de la droite israélienne, de plus en plus sensible à la cause palestinienne). Mais le cœur de l’ouvrage repose sur la fabrique de l’information et sa critique, deux éléments bien articulés dont on perçoit la dynamique. Jérôme Bourdon montre avec force détails les facteurs qui président à la constitution de « l’événement médiatique » proche-oriental, depuis le travail des correspondants sur le terrain aux cadrages effectués par les rédactions en chef. Dans ce cas d’école qui pourrait être enseigné dans toutes les formations au journalisme, l’auteur montre avec beaucoup de pertinence la fragilité des notions d’objectivité, de symétrie du traitement ou même d’équilibre entre les parties prenantes. Il insiste sur les enjeux politiques des luttes sémantiques, rappelle les limites formelles du discours journalistique (« inapte à remonter toute la chaîne des causalités »), prévient de l’emploi irréfléchi des images ici très vite propulsées au rang de symboles. L’un des passages les plus convaincants, le quatrième chapitre, détaille de manière subtile et avec une grande rigueur intellectuelle les usages médiatiques de la comparaison et de la métaphore, depuis l’assimilation de la « barrière de sécurité » à un « mur », la qualification d’Israël comme « État colonial » ou le rapprochement avec la Seconde Guerre mondiale, qui a pu mener certains caricaturistes à risque l’analogie selon laquelle « les Palestiniens d’aujourd’hui sont les juifs d’hier », donc « les Israéliens d’aujourd’hui sont les nazis d’hier ». On peut néanmoins regretter que le travail ne soit qu’esquissé concernant les amalgames dont sont victimes les Arabo-musulmans, en particulier depuis l’attentat du 11 septembre 2001, ou que l’auteur ne discute pas certains termes utilisés par des militants pro-palestiniens comme « terrorisme d’État » ou « sociocide ». Si la notion de cadrage est au cœur de l’approche théorique de Jérôme Bourdon, jusqu’à parfois déboucher sur un constructivisme un peu abrupt (par exemple, p. 14 : « Tandis que nous croyons consulter [les médias], ils nous constituent » ; ou encore, p. 64 : « la réalité passe et repasse toujours par les médias »), on aurait aimé une formulation théorique plus ample des matériaux présentés. Par exemple, lorsque l’auteur décrit les effets des sites internet militants de media monitoring « dans l’univers journalistique traditionnel » (p. 39), le jeu des positions et des prises de positions de certains intellectuels ou de certains grands titres de la presse écrite, ou encore la circulation entre les différents médias des images et arguments rhétoriques, il aurait été utile de mobiliser, ou au moins de mettre à l’épreuve, le concept de « champ journalistique ». Sans nul doute, le conflit proche-oriental – cas particulier qui gagnerait effectivement à être désingularisé – nous apprendrait beaucoup sur le fonctionnement de celui-ci. De même, l’auteur ne rompt pas suffisamment avec la théorie des effets des médias, comme le révèle, par exemple, son exhortation à une meilleure « responsabilité sociale des médias ». Dans le même temps, il ne se réfère pas à la théorie de « l’effet troisième personne » de Karina W. Davison, pourtant centrale dans les processus de mobilisation des « publics concernés » et cède parfois à une représentation a-structurale de l’opinion publique à partir de sondages, jusqu’à incarner (p. 145) une improbable « opinion de la masse » dans un « citoyen français lambda » ! Pourtant, les développements historiques et les comparaisons internationales avancées suggèrent que la perception du conflit israélo-palestinien est fortement commandée par la structure des publics (où les Arabo-musulmans apparaissent particulièrement dominés), par les intérêts politiques et diplomatiques des nations, par leurs schèmes de perception culturelles (par exemple, pour les Américains, l’analogie « Indiens/Palestiniens » semble des plus pertinentes) ou encore par le rapport historique et moral que les différents pays entretiennent avec les Juifs (le Proche-Orient apparaît ainsi clairement le lieu où l’Europe tente d’exporter sa culpabilité de la Shoah, d’où son attention et son exigence plus que soutenues vis-à-vis de l’État hébreu). Dès lors, une analyse sociologique structurale de la production des représentations médiatiques du conflit s’imposerait pour articuler ces différents éléments qui ruinent définitivement la théorie des effets, que ceux-ci soient directs ou indirects. L’auteur remarque d’ailleurs incidemment la pauvreté des arguments qui se répètent inlassablement dans les innombrables débats sur ce sujet, comme si les mots prenaient possession des corps des « acteurs ventriloques » (p. 68).

3Jérôme Bourdon esquisse des pistes de recherche du plus grand intérêt quand il se penche sur les phénomènes de réception et d’appropriations des contenus médiatiques par les différents publics. Il le répète avec raison à plusieurs endroits : l’identité provient surtout de la mobilisation, et le traitement médiatique est l’un des ingrédients de la mobilisation. Beaucoup d’universitaires français « se découvrent juifs » durant la deuxième Intifada, alors qu’ils ressentent comme antisémites les critiques faites à l’État d’Israël ; pour beaucoup d’enfants d’origine arabo-musulmane, agiter le drapeau palestinien ou arborer le kefier est une façon de s’affirmer dans l’espace public et de dépasser leur condition dominée. La thèse est forte  : « Les publics ne consomment pas les médias pour connaître le réel, ou pas seulement, mais se reconnaître eux-mêmes (et autrui en même temps). Les médias ne sont pas ici des pourvoyeurs d’information mais des vecteurs d’identité » (p. 217). L’ouvrage montre de nombreux exemples de ce processus, en se focalisant en particulier sur les « publics identitairement fragiles ». Cependant, il faudrait approfondir l’enquête qui n’en est ici qu’à ses prémices, et une fois encore, recourir à un appareil théorique un peu plus consistant. Si l’auteur met en garde sur les dangers de l’emploi en France du terme « communauté », il ne les évite pas toujours et utilise de manière schématique le terme « diaspora », s’inscrivant ainsi trop rapidement dans une perspective globalisante d’un certain type de cultural studies alors qu’il reconnaît lui-même que, du côté arabo-musulman, le conflit israélo-palestinien constitue un répertoire symbolique qui n’est pas une préoccupation quotidienne et que l’on connaît mal la relation médiatique de ces populations avec l’actualité israélo-palestinienne (p. 159). Sur ce point, l’auteur aurait pu mobiliser davantage les (effectivement trop) rares études de terrain en réception qui abordent ces questions, comme celles menées par Kamal Hamidou, Alec Hargreaves, Marie Gillespie ou encore celles présentées par Tristan Mattelart (Médias, migrations et cultures transnationales, Paris, Ina/De Boeck, 2007).

4Malgré ses limites, et parce qu’il détaille avec précision et honnêteté intellectuelle les rouages de la médiatisation de ce conflit, le livre de Jérôme Bourdon (qui avait contribué à celui dirigé par Béatrice Fleury et Jacques Walter, Les médias et le conflit israélo-palestinien. Feux et contre-feux de la critique, Metz, Centre d’études linguistiques des textes et des discours, coll. Recherches textuelles, 9, 2008) est un apport précieux dans la connaissance du fonctionnement du champ médiatique. Il ne peut que susciter la réflexion, voire la réflexivité, chez ceux qui s’intéressent de près au Proche-Orient. Les autres le liront également avec profit : contrairement à ce que le titre suggère, il apparaît que, malgré son caractère inextricable, le conflit israélo-palestinien est justement un récit structurant, une des matrices culturelles où se jouent, dans leurs différences, la définition des valeurs cardinales de nos sociétés occidentales et orientales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Goulet, « Jérôme Bourdon, Le récit impossible. Le conflit israélo-palestinien et les médias », Questions de communication, 18 | 2010, 287-289.

Référence électronique

Vincent Goulet, « Jérôme Bourdon, Le récit impossible. Le conflit israélo-palestinien et les médias », Questions de communication [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/307

Haut de page

Auteur

Vincent Goulet

CREM, université Nancy 2
vincent.goulet@univ-nancy2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page