Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, épistémologie

Thomas Römer, Les cornes de Moïse. Faire entrer la Bible dans l’histoire

Paris, Collège de France/Fayard, coll. Leçons inaugurales du Collège de France, 2009, 68 p.
Elena Di Pede
p. 282
Référence(s) :

Thomas Römer, Les cornes de Moïse. Faire entrer la Bible dans l’histoire, Paris, Collège de France/Fayard, coll. Leçons inaugurales du Collège de France, 2009, 68 p.

Texte intégral

1Pourquoi représente-t-on souvent Moïse avec des cornes ? Cette question que de nombreux observateurs d’œuvres d’art se posent certainement, sert de point de départ à cette leçon inaugurale de la Chaire « Milieux Bibliques », tenue par l’auteur au Collège de France le 5 février 2009. En réalité, cette question est beaucoup moins anodine qu’il n’y paraît car elle concerne l’un des personnages principaux du corpus biblique, celui qui, quoi qu’il en soit de son historicité, est présenté par la Bible elle-même comme son « fondateur » (p. 16). Dans la tradition iconographique, on le sait, le personnage est identifiable par ses cornes, sous l’impulsion de la traduction latine que Jérôme propose du verbe hébreu qaran dans l’épisode où Moïse descend du Sinaï avec les tables de la Loi (Exode 34,29). Les esprits retors ou simplistes penseront que Jérôme a voulu diaboliser la figure principale du Judaïsme. En réalité, selon Thomas Römer, ce terme qui, au sens large, signifie effectivement « corne » et non « rayonnant » ou « resplendissant » comme le proposent nombre de traducteurs, peut s’expliquer par le contexte. Suite à l’épisode du veau d’or, Moïse a détruit les tables de la Loi mais remonte sur la montagne où il les obtient à nouveau. Sur le temps du voyage où il rencontre Dieu une nouvelle fois, Moïse est profondément transformé, ce que semblent démontrer les cornes qui, dans l’iconographie du Proche-Orient ancien, sont un attribut de la force divine et du roi qui le représente. Lui conférant ainsi un attribut aujourd’hui bien peu reluisant, l’écrivain biblique aurait voulu exprimer « une proximité inégalée entre Yahvé et Moïse » (p. 19), le prophète que Dieu a connu « face à face », comme l’affirme un peu plus le livre du Deutéronome (34, 10), lui que la Bible présente non seulement comme fondateur, mais aussi comme « le médiateur visible entre Yahvé et Israël » (p. 19).

2Pour le moins fascinante, cette explication pose tout de même la question de savoir si Jérôme connaissait aussi bien les us et coutumes du Proche-Orient ancien que ne le soutient l’auteur. Quoi qu’il en soit, la démonstration sert à mettre le doigt sur un élément fondamental du travail de l’exégète biblique : il ne peut y avoir de travail exégétique correct sans une bonne connaissance historique et philologique du milieu producteur des textes. S’il est indispensable pour tout exégète de connaître au mieux la genèse d’un texte littéraire, comme le soutient Thomas Römer, cet exercice ne doit pas empêcher le plaisir de la lecture ni éloigner du souci de proposer une herméneutique contemporaine à partir du texte.

3Au-delà du genre littéraire spécifique d’une leçon inaugurale, celle-ci présente une synthèse claire et accessible du vaste chantier qu’est l’histoire de la formation du Pentateuque et de la recherche moderne et postmoderne à son propos. Elle permettra à un public large, souvent ignorant des préoccupations des spécialistes, de prendre la mesure de celles-ci et de se poser les questions pertinentes dans le domaine de la recherche historique concernant la Bible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Di Pede, « Thomas Römer, Les cornes de Moïse. Faire entrer la Bible dans l’histoire », Questions de communication, 18 | 2010, 282.

Référence électronique

Elena Di Pede, « Thomas Römer, Les cornes de Moïse. Faire entrer la Bible dans l’histoire », Questions de communication [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/302

Haut de page

Auteur

Elena Di Pede

Écritures, université Paul Verlaine-Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page