Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Nouvelles technologies

Cédric Fairon, Jean René Klein, Sébastien Paumier, Le langage sms. Étude d’un corpus informatisé à partir de l’enquête « Faites don de vos sms à la science »

Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2006, 136 p.
Gilles Boenisch
Référence(s) :

Cédric Fairon, Jean René Klein, Sébastien Paumier, Le langage sms. Étude d’un corpus informatisé à partir de l’enquête « Faites don de vos sms à la science ». Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2006, 136 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, trois chercheurs de l’université catholique de Louvain et de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, se sont attelés à l’analyse du langage sms (Short Message Service) et ses répercussions sur la langue française. Ce travail est fondé sur un corpus de 75 000 sms qui a nécessité un fastidieux travail de tri. Ces messages ont été récoltés via l’appel à participation : « Donnez vos sms pour la Science ». L’intérêt de cette recherche est de s’interroger sur l’incroyable succès de cette fonctionnalité secondaire du téléphone portable qui, imposé par l’engouement des utilisateurs, est rapidement devenue un incontournable vecteur de communication à travers lequel le langage écrit semble renouvelé. De la parole au texte, cet usage détourné du téléphone semble démontrer, malgré les limitations et les contraintes techniques, que le langage n’est pas un système figé et définitivement imposé, mais un véritable « outil de communication dont les règles de fonctionnement peuvent se construire de manière collective et évolutive » (p. 1). C’est avec rigueur et pragmatisme que cet examen est conduit, ne laissant paraître ni préjugés ni attentes préconçues autres que celles consistant à exploiter le matériau unique de ce corpus significatif. D’ailleurs, c’est ce qui fait l’originalité de ce travail permettant de s’interroger sur les raisons qui ont fait du sms un phénomène de société mais aussi, plus transversalement, sur les nouvelles pratiques socio-techniques du langage et celle de la communication appareillée.

2À juste titre, les auteurs font remarquer que, souvent, « les linguistes, sociologues, psychologues et autres spécialistes de la communication s’inquiètent ou se réjouissent de ce phénomène. Les plus craintifs voient d’un mauvais œil la vague sms en train de balayer grammaire et orthographe, repères déjà peu maîtrisés par les jeunes très friands de nouvelles technologies. Les plus optimistes y voient au contraire des jeux de langue propres à inciter à la fréquentation de l’écrit, un nouveau langage permettant des formes nouvelles d’expression et enrichissant les échanges entre individus » (p. 6).

3Au vu de ceci, après avoir rappelé les motivations qui sous-tendent leurs recherches, les auteurs s’attachent d’abord à décrire les protocoles méthodologiques découlant des modes opératoires et des difficultés de constitution du corpus se devant d'accéder à une grande représentativité. Qu’il s’agisse d’éléments juridiques, de stratégies liées à la collecte de données, d’anonymisation ou encore de transcription, on a le sentiment qu’aucun aspect ne semble écarté, avec un texte clair et aisément accessible aux néophytes (pp. 19-24). À ce stade, on découvre l’exposé des règles de transcription et de traitement de données brutes, qui nécessitent trois étapes successives afin d’être exploitables. La première a concerné la sélection, les filtrages divers, la reconstitution des messages. La deuxième a permis d’anonymiser scrupuleusement les données concernées. La troisième a été l’interprétation d’un sous-ensemble de 30 000 messages du corpus initial selon un protocole précis fourni en annexe. Le but de ce corpus étant de constituer une référence à même de servir de base à des études linguistiques et d’atteindre une vision plus objective des phénomènes observés, la solution retenue pour améliorer l’efficacité et la simplicité de consultation a été l’intégration dans un logiciel à façon, offrant des possibilités de recherche avancées. Indéniablement, on perçoit l’intérêt de cette mise en œuvre destinée aux spécialistes dès lors qu’il s’agit d’exploiter des mots, des séquences de mots ou des structures linguistiques en regard du profilage des utilisateurs (pp. 25-29). De ces multiples possibilités de concordance d’occurrences, d’analyses et de décryptages linguistiques, ressort une typologie complète, illustrée et commentée des procédés d’écriture utilisés dans les sms. Les phénomènes mis en exergue sont la phonétisation des caractères, les rébus, l’orthographe phonétique, les phénomènes graphiques, les icônes et symboles divers, les phénomènes lexicaux, la morphosyntaxe, la syntaxe particulière, la variété des formes de discours. Cette typologie, largement explicitée, précède une analyse quantitative des figures présentes dans les sms et dans leur interprétation, ce qui donne la mesure de l’écart entre style sms et écriture classique (pp. 31-48).

4Suit une partie qui dénombre et élucide quelques idées reçues autour de l’écriture sms. La première touche à la soi-disant innovation du langage sms que les auteurs contestent vivement, en signalant le caractère antérieur de la plupart des procédés et en soulignant leur agrégation particulière dans les sms. Du reste, c’est ce qui les incite à parler plus volontiers de « mode de communication que de « style d’écriture » dès qu’il s’agit d’éclaircir les formes utilisées. La deuxième hypothèse concerne les raccourcis de l’écriture sms, elle aussi modulée par les auteurs qui non seulement démontrent que de nombreux procédés contribuent à l’allongement des mots, mais surtout que les stratégies usuelles n’omettent jamais les espacements et s’attachent plus a un gain de rapidité de frappe qu’à une économie de longueur des messages. Enfin, le troisième point pose la question d’un éventuel « langage sms », comme le suggèrent de nombreuses études ou publications de type dictionnaire du sms. Une nouvelle fois, il est impossible de parler en ces termes, l’analyse détaillée a révélé l’importance de la fantaisie et de la liberté que s’octroient les utilisateurs et qui varient d’un message à un autre. En ressort une distance importante entre le corpus réel et celui représenté dans ces ouvrages grand public. Une convergence de certaines modalités expressives utilisées par plus de 100 participants finissent pourtant par émerger et se trouvent listées en annexe (pp. 49-67).

5Enfin, dans une partie conclusive, les auteurs font le point sur la controverse qui oppose défenseurs et contradicteurs de l’écriture sms avant de terminer le livre sur des expériences en prolongement de cette recherche (pp. 69-80) et l’exposé des annexes présentant les documents d’analyse (pp. 83-119). Ce livre offre donc un tour d’horizon de l’inventivité dont font preuve les usagers du sms, avec des modes d’expression pas si nouveau, ni radicalement différents ou dangereux pour la langue française, mais qui soulèvent nécessairement des questions essentielles pour les linguistes, telle celle de la frontière entre langage écrit et langage parlé que ces usages obligent à redéfinir.

6Enfin, pour ceux qui souhaiteraient disposer d’informations complémentaires, on mentionnera un logiciel de consultation et son guide d’usage qui sont disponibles conjointement à l’ouvrage (Fairon C., Klein J., Paumier S., Le Corpus sms pour la science. Base de données de 30.000 SMS et logiciels de consultation, CD-Rom, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Boenisch, « Cédric Fairon, Jean René Klein, Sébastien Paumier, Le langage sms. Étude d’un corpus informatisé à partir de l’enquête « Faites don de vos sms à la science » », Questions de communication [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/272

Haut de page

Auteur

Gilles Boenisch

CREM, université Paul Verlaine-Metz
gilles.boenisch@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page