Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Alice Krieg-Planque, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 2009, 146 p.
Michelle Lecolle
Référence(s) :

Alice Krieg-Planque, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 2009, 146 p.

Texte intégral

1Après « Purification ethnique ». Une formule et son histoire, paru en 2003, Alice Krieg-Planque expose, avec La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, le second volet – une partie – d’un travail de recherche considérable ayant donné lieu à une thèse de doctorat en sciences du langage soutenue en 2000 (Émergence et emplois de la formule « purification ethnique » dans la presse française (1980-1994). Une analyse de discours, université Paris 13). Si le premier ouvrage proposait une analyse des discours médiatiques et politiques par le biais de la formule « purification ethnique », ce second opus revient aux fondements théoriques de la notion elle-même de « formule » comme fait discursif en proposant au lecteur des éléments méthodologiques d’analyse en corpus de telle ou telle formule. Si ces deux ouvrages, conçus pour être complémentaires, sont le fruit d’une thèse, ils n’en sont pas de simples extraits dûment répartis. On a affaire ici à un véritable travail de réécriture destiné à rendre accessible une recherche académique – minutieuse, rigoureuse et pertinente – aux chercheurs et étudiants de différentes disciplines des sciences sociales désirant bénéficier des outils de l’analyse du discours pour porter un regard critique sur les discours dominants. Le choix délibéré d’un format court répond au souci didactique de fournir à ce public un fascicule efficace, un « précis » (p. 11).

2Les cinq chapitres structurant l’ouvrage montrent un cheminement qui, partant des travaux fondateurs de l’analyse du vocabulaire sociopolitique puis de la notion de « formule » et de sa mise en œuvre, conduit aux propositions théoriques étayées de l’observation et de l’analyse de « purification ethnique » et d’autres formules. Qu’est-ce qu’une formule? Le quatrième chapitre en détaille et discute les caractéristiques (on y reviendra plus loin) : une formule est un segment figé : elle est « portée par une matérialité linguistique relativement stable » (p. 84) ; elle s’inscrit dans une dimension discursive : « la formule n’existe pas sans les usages qui la font advenir comme telle » (p. 84) ; elle fonctionne comme « référent social » : la formule « est un signe qui fonctionne pour tous à un moment donné » (p. 95) ; elle a une dimension polémique.

3Par ces propriétés, l’articulation de fait de langue et de fait de discours qui définit la formule est d’emblée affirmée. Une nécessaire pluridisciplinarité, dans laquelle la linguistique, sous ses versants formels (grammaticaux et lexicaux), discursifs et pragmatiques apparaît centrale est également affirmée et illustrée (sur ce point, voir aussi Krieg-Planque A., « Travailler les discours dans la pluridisciplinarité. Exemples d’une manière de faireen analyse du discours », pp. 57-71, in : Bonnafous S., Temmar M., dirs, Analyse du discours et sciences humaines et sociales, Paris, Ophrys, 2007). À travers plusieurs catégories de travaux, les trois premiers chapitres présentent l’ancrage de la catégorie « formule », l’histoire de la notion et l’apparition du terme lui-même chez le philosophe Jean-Pierre Faye. Ces sections sont aussi l’occasion de situer le présent travail dans le panorama d’autres travaux en analyse du discours et d’en cerner les spécificités.

4Le premier chapitre dresse un bilan sélectif de travaux de lexicologie politique qui s’attachent à analyser les usages sociopolitiques du lexique dans des corpus circonscrits, dont certains ont donné lieu à de véritables programmes de recherche (voir les projets de description du vocabulaire sociopolitique du laboratoire de Lexicométrie et textes politiques de Saint-Cloud publiés en fascicules depuis 1985). C’est l’occasion d’affirmer quelques principes sous-tendant ces études comme ils sous-tendent la notion de formule et son analyse : même si tous les termes analysés (« travailleur », « jaune », « révolution », « classe (stérile) », « intégration », etc.) ne peuvent pas à proprement parler être qualifiés de formules, ils les préfigurent en ce qu’ils émergent au travers de leurs usages où ils apparaissent comme « problématiques », qu’ils connaissent des phases d’accélération quantitatives et de productivité lexicologique (notamment sous forme de dérivés), et des « zones de turbulence » (p. 24) historiquement repérables. Comme dans ces études, l’approche revendiquée pour la formule est celle d’une étude en corpus issus de discours produits dans l’espace public où l’unité lexicale, simple ou complexe, sert de fil conducteur.

5Le deuxième chapitre aborde la démarche adoptée par Jean-Pierre Faye dans son étude de la formule « État total » dans l’entre-deux-guerres. Si cette démarche n’est pas celle d’un linguiste, et cherche même à s’en distinguer, le travail est considéré comme heuristique. Et, de fait, c’est chez Jean-Pierre Faye que sont posés, outre le terme lui-même, plusieurs points centraux de la formule repris par Alice Krieg-Planque : figement formel et « procès d’acceptabilité » – la formule est « agissante », elle « a pour effet de rendre acceptable quelque chose » (p. 45) – pour les caractéristiques, observation de la genèse et de la circulation (entre langues, entre partis) pour la démarche. C’est en référence à Jean-Pierre Faye, et reprenant le terme de « formule », que Pierre Fiala et Marianne Ebel prolongent ce travail dans un autre environnement (la Suisse, décennies 1960-1970) et sur d’autres mots « Überfremdung » (« emprise et surpopulation étrangères ») et « xénophobie ».

6Le troisième chapitre poursuit la chaîne des filiations théoriques de la formule en mettant l’accent sur l’importance, dans ces études, de la circulation de la formule comme référent social constitutivement polémique, observations tout aussi essentielles pour l’analyse que centrales d’un point de vue théorique. En effet, considérer comme définitoires de la formule son caractère circulant et le fait qu’elle constitue un « passage obligé » des discours conduit les auteurs à reconsidérer la clôture des discours et des formations discursives sur eux-mêmes pour prendre en considération l’hétérogénéité des conditions de production (voir Foucault M., L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, pp. 44-54 et Charaudeau P., Maingueneau D., dirs, Dictionnaire d’analyse du discours. Paris, Éd. Le Seuil, 2002). Quant aux méthodes, elles sont le pendant des propriétés prêtées à la formule : comme signe, valant pour tous à un moment donné, elle génère des paraphrases ; sa circulation donne lieu, en corollaire, à une production néologique considérable ; son caractère polémique est attesté dans les énoncés qui la commentent, selon son contenu (valeur de re), selon le mode de dire qu’atteste l’emploi de la formule (valeur de dicto). On tient ici de solides modes d’entrée dans les corpus.

7Le quatrième chapitre reprend et discute ces approches, et les prolonge. Importance de la forme tout d’abord (caractéristiques morphosyntaxiques) : la formule est concise, ce qui permet sa circulation ; elle est figée en une unité lexicale le plus souvent complexe, ce qui lui permet d’être reconnaissable et d’apparaître comme « lieu commun du débat » (p. 76). Cette identité de la formule à elle-même est cependant modulée par la reconnaissance de variantes dont l’une est considérée comme prototypique. Ainsi les unités « épuration ethnique », « nettoyage ethnique » et « purification ethnique » sont-elles des variantes de la séquence prototypique « purification ethnique ». Via le foisonnement des travaux récents sur le figement, présentés ici dans leur diversité et selon leurs différents points de vue (morphosyntaxique, énonciatif, mémoriel, etc.), ces caractéristiques permettent l’expression par Alice Krieg-Planque de positions théoriques et méthodologiques fermement argumentées contre une conception purement formaliste qui négligerait « les multiples paraphrases dont [la formule] est la cristallisation » (p. 69) contre, d’une part, une approche transformationnelle qui esquiverait les précieuses ambiguïtés énonciatives et les fondamentales sous-détermination et surdétermination du sens contre, d’autre part, des méthodes strictement quantitatives qui passeraient à côté de l’abondance de la créativité néologique. Une description plus fine de la structure interne de différentes formules met au jour l’importance du caractère relationnel des termes qui les composent : des descriptions en sont proposées (pp. 78-80) parmi lesquelles on retiendra la structure en [nom + adjectif dénominal] –, « entreprise citoyenne », « ségrégation raciale », etc. –, où l’adjectif relationnel est propice à une riche ambiguïté (voir aussi Krieg A., « L’adjectif “ethnique” entre langue et discours. Ambiguïté relationnelle et sous-détermination énonciative des adjectifs dénominaux », Revue de sémantique et pragmatique 11, 2002, pp. 103-121). On ne reviendra sur le caractère discursifde la formule, deuxième propriété, que pour insister sur l’importance des usages qui se saisissent d’une séquence souvent préexistante, la font circuler, et lui confèrent son statut de formule lorsque la séquence devient un enjeu, un « mot-événement » : apparaît telle la séquence « fracture sociale », repérée à travers son utilisation récurrente par Jacques Chirac, candidat à l’élection présidentielle (hiver 1995) – ce qu’un corpus saturé donne à voir, rétrospectivement. Comme référent social, troisième propriété, la formule est un « dénominateur commun » (p. 99) par rapport auquel les discours se situent. Ici aussi, ce caractère donne lieu à des propositions méthodologiques : en attestent, dans les corpus, outre une productivité néologique, l’existence de séquences prédicatives présentant la formule comme du connu, présupposant une réalité. Il en est ainsi par exemple des titres à structure [X : Y], où X est le présupposé et Y le posé. Indissociable de son statut de référent social, le caractère polémique de la formule, enfin : les formules sont porteuses d’enjeux sociopolitiques, elles sont agissantes, elles font partie de l’Histoire. Les enjeux portent sur le mode de dire, sur l’(in)adéquation au réel, sur l’appropriation de la formule par une formation discursive adverse, sur sa reconnaissance sociale – les cas sont divers et les exemples nombreux. La saisie en corpus pourra alors tirer parti des différents achoppements des locuteurs sur la séquence.

8En clôture de l’ouvrage, l’auteure revient, dans le dernier chapitre, sur les propositions précédentes pour en asseoir et prolonger certains aspects, à travers une discussion sur le choix du terme « formule », d’une part, et sur la nécessaire gradualité du « fait » formule, d’autre part. Pour finir, revenant sur le caractère public de la formule, le chapitre conclut de manière nuancée et, une fois de plus, solidement étayée, sur le rôle des médias, « agents de circulation des formules » (p. 123), mais non pas (ou pas toujours) créateurs de formules. En définitive, ce petit livre, didactique et rigoureux, laisse le lecteur (étudiant, enseignant, chercheur ou analyste critique) solidement équipé pour, à son tour, interpréter et analyser les discours politiques et médiatiques auxquels il est confronté dans l’espace public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Lecolle, « Alice Krieg-Planque, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique », Questions de communication [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/247

Haut de page

Auteur

Michelle Lecolle

CELTED, université Paul Verlaine-Metz
lecolle@univ-metz.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page