Navigation – Plan du site
Échanges

Rallier les sciences de l’information et de la communication dans les années 70

Joining the information and communication sciences in the 70's
Roger Bautier
p. 149-161

Résumés

Cet article vise à expliciter les raisons pour lesquelles un certain nombre d’enseignants et de chercheurs intéressés spécialement par la place du langage dans la communication ont pu rallier une nouvelle discipline apparaissant en France dans les années 70 : les sciences de l’information et de la communication. Il renvoie au contexte : particulièrement les nouvelles conditions d’enseignement et la possibilité d’établir des relations entre la sociolinguistique, la rhétorique et l’anthropologie. Il débouche sur des considérations concernant la situation présente de la discipline.

Haut de page

Texte intégral

1Le travail entrepris par Robert Boure (2002 ; 2006 ; 2007) sur l’histoire des sciences de l’information et de la communication (sic) est impressionnant par la rigueur théorique et la prudence méthodologique qui s’y manifestent constamment. Il est aussi remarquablement inventif, au sens premier de ce terme. En effet, il met au jour des éléments de connaissance que ses lecteurs ne pouvaient pas acquérir eux-mêmes facilement, soit qu’ils en aient été empêchés par la lourdeur de la tâche à accomplir, soit qu’ils aient préféré n’en rien savoir, pour des raisons diverses, institutionnelles ou personnelles. Mais c’est, en plus, un travail qui incite à prolonger la réflexion. Laissant à d’autres le soin de revenir peut-être sur les aspects méthodologiques et sur les résultats fournis, je m’attacherai à prolonger son propos en reprenant les cheminements qu’il a dessinés. Non pas, certes, en tendant vers une nouvelle « histoire officielle », mais plutôt, au risque, bien sûr, de tomber dans les travers de ce qu’il appelle une « histoire spontanée », en recourant à la formulation de propositions hypothétiques concernant les raisons pour lesquelles un certain nombre d’enseignants et chercheurs ont pu rallier les sic dans les années 70, à partir - notamment - de questionnements relatifs au langage, en particulier, et aux moyens de communication en général (et non à la littérature). Ces questionnements étant eux-mêmes issus de la pratique d’enseignement de techniques d’expression, de l’intérêt pour la sociolinguistique, de la connaissance de l’histoire de la rhétorique ou de la lecture de travaux anthropologiques, les sic ne sont-elles pas apparues comme un champ dans lequel dételles préoccupations pouvaient s’inscrire ? Si tel était le cas, cela n’impliquerait pas que celles-ci, qui se sont constituées, à la fois, en sciences sociales et en interdiscipline, aient ensuite correspondu entièrement aux attentes sous-jacentes à ces raisons. C’est pourquoi ce retour en arrière débouchera sur l’examen du passé plus récent, du présent, voire du futur proche.

La définition des techniques d’expression

2L’enseignement du français était devenu, à la fin des années 50, un enseignement fondamentalement littéraire dont l’objectif était de mettre les élèves en contact avec les « grandes œuvres ». En fait peu adapté aux enfants des classes supérieures, cet enseignement l’était, évidemment, encore moins aux nouveaux élèves des lycées en voie de démocratisation ou, plutôt, de massification. La mise en place d’un enseignement des techniques d’expression dans certaines filières de l’enseignement supérieur, d’une part, dans le cadre de la formation continue, d’autre part, va correspondre à la prise en compte de la division sociale repérée par de nombreuses analyses du début des années 70. Elle revient, notamment, à tirer les conséquences de ce que les formes verbales qui sont enseignées dans le réseau secondaire-supérieur (composition française, dissertation française et philosophique) n’étaient pas dans le prolongement de l’enseignement propre au réseau primaire-professionnel (Baudelot, Establet, 1971) : au contraire, elles établissaient une coupure qui assimilait les exercices scolaires pratiqués parce dernier réseau à des produits culturels de niveau inférieur Ainsi les nouveaux enseignements ont-ils pu apparaître comme des tentatives de remédiation destinées à ceux qui, plutôt destinés au premier réseau, se retrouvaient néanmoins dans le second. Dans une certaine mesure, les enseignements de techniques d’expression ont visé à fournir les moyens d’une maîtrise de tous les niveaux de langue et ont pris comme référence les canons propres aux modes d’expression des milieux socialement supérieurs. Mais, en même temps, ils ont tenté de répondre à une demande qui, sous la demande de formation en expression écrite et orale, était en fait, très précisément, une demande de pouvoir (Burgelin, 1977). En effet, il s’agissait pour les étudiants et les stagiaires de formation continue concernés, d’acquérir un comportement langagier et un comportement général qui leur permettraient de faire oublier leurs déterminations de classe par la maîtrise des usages propres aux dominants, cette recherche de conformité n’excluant nullement la revendication d’une expression personnelle.

3Du coup, cette recherche de pouvoir a paru à certains enseignants -quelquefois eux-mêmes en situation de promotion sociale - suffisamment légitime pour les pousser à une réflexion plus générale sur les moyens de communication et sur les conditions sociales des pratiques de communication, réflexion pour laquelle le cadre d’un enseignement de langue, même élargi, ne convenait pas. Celui des sic pouvait leur sembler, en revanche, beaucoup plus adéquat. D’autant que, dans certains cas au moins, formateurs et formés ont alors peut-être tenté, par les enseignements donnés ou suivis de répliquer aux tentatives de manipulation symbolique que de nombreux conseillers en communication commençaient à développer en recourant à des techniques orientées vers une normalisation des pratiques discursives au sein de tout un ensemble de contextes organisationnels, plus ou moins indépendamment des particularités de chacun de ceux-ci, et en provoquant, d’ailleurs, des résistances plus ou moins fortes. Les techniques en question comprenaient, en particulier, l’adaptation à des fins stratégiques de certaines propriétés des situations non stratégiques : par exemple, la simulation d’un style conversationnel et pseudo-démocratique dans une situation institutionnelle (c’est ce qui apparaissait nettement dans l’introduction d’un mode de management plus participatif, tendant à favoriser la dimension horizontale sur la dimension verticale du fonctionnement des entreprises et des administrations). C’est la même attitude critique, prenant quelquefois une allure franchement militante, qui est sans doute à l’origine d’un déplacement d’attention : celui qui a entraîné, là encore, certains enseignants et leurs publics à se déporter de l’analyse des discours tenus en situation de communication interpersonnelle pour aller vers l’analyse des discours diffusés par les médias. Les moyens de communication dits « de masse » apparaissant comme de grands pourvoyeurs d’opinions toutes faites et de formes récurrentes d’expression de ces opinions, les sic ont alors pu être jugées capables de mettre à la disposition de ceux qui entendaient adopter cette attitude critique un champ d’étude et d’enseignement où celle-ci était non seulement autorisée à s’exercer, mais où elle était fortement encouragée.

La place de la sociolinguistique

4Par là, les enseignements de techniques d’expression rejoignaient une problématique très générale : celle de la mise en rapport des processus idéologiques avec leur expression linguistique et leur enracinement social. D’où la nécessité, à cette époque, de se situer par rapport à tout un ensemble de travaux portant spécifiquement sur les discours politiques, syndicaux, etc., travaux qu’on peut classer grossièrement en deux catégories : ceux réalisés par des linguistes et ceux réalisés par des politologues. Les travaux des linguistes, particulièrement riches, n’envisageaient généralement pas ces discours sous l’angle de leur réception : l’objectif premier était de rendre compte de leur structure et tout ce qui, de près ou de loin, ressemblait à une préoccupation pour l’étude de l’efficacité de ces discours était, le plus souvent, écarté. Cependant, ils apportaient, dans la perspective d’une sociolinguistique centrée sur l’analyse des discours, la possibilité d’une prise en considération de leurs conditions de production : « Le discours, c’est l’énoncé considéré du point de vue du mécanisme discursif qui le conditionne. Ainsi, un regard jeté sur un texte du point de vue de sa structuration “en langue” en fait un énoncé ; une étude linguistique des conditions de production de ce texte en fera un discours » (Guespin, 1971 : 10). Les politologues, quant à eux, acceptaient pleinement de s’intéresser à la communication conçue comme persuasion (Cotteret et al., 1976) : il y avait donc analyse du comportement global de l’émetteur du discours considéré et repérage des stratégies verbales, telles qu’elles s’expriment dans la vitesse d’élocution, les formes d’adresse ou la subjectivité, mais, suivant une tradition propre aux recherches appartenant au domaine de la science politique, ce qui était jugé comme fondamental dans le processus de persuasion, c’était essentiellement la polarisation du discours par des unités sémantiquement surchargées, qui auraient la propriété de permettre au récepteur d’y projeter un contenu qui lui soit personnel. Pour ceux qui se sont intéressés alors aux aspects idéologiques de la communication, le cadre fourni par les sic a pu apparaître comme favorable à l’intégration de tous les éléments à prendre en compte, l’interdisciplinarité qu’elles ont revendiquée d’emblée étant justement censée garantir cette intégration souhaitée.

5La préoccupation pour l’ancrage social des discours qui se manifestait dans les recherches en analyse des discours était encore plus nettement la marque des travaux linguistiques portant sur les différences repérables dans les comportements langagiers des individus en fonction de leur origine sociale. Ceux-ci se sont très fréquemment appuyés sur les analyses produites, d’une part, par la recherche américaine, d’autre part, par la recherche britannique. Ce qui a été montré particulièrement, c’est que le handicap social ne s’identifiait pas à un handicap verbal qui empêcherait les raisonnements complexes (Labov, 1972). Cependant, il fallait faire attention, une fois qu’on avait repoussé toutes les conceptions simplistes du handicap culturel, à ne pas verser dans un romantisme qui, exaltant les vertus de la culture des classes populaires, aurait été aveugle aux limites que nombre de leurs membres rencontraient, notamment dans leurs capacités langagières. D’où la prise en compte d’un éventuel enfermement langagier qui ne signifiait nullement que le but était d’apprendre aux membres des classes populaires à s’exprimer suivant des canons bourgeois, mais qui pouvait servir à établir les moyens de les aider à accéder plus largement, plus consciemment, et plus efficacement à leur vie personnelle et sociale (Hoggart, 1957). On pouvait peut-être considérer (Bernstein, 1971) que la possibilité de pratiquer un code de la parole qu’on peut qualifier d’élaboré, caractérisé notamment par l’autonomie du discours, par l’usage de symboles analytiques et par sa référence à la rationalité, orientait vers la mise en œuvre de significations universalistes dans un environnement social où chacun est censé formuler un discours fortement individualisé, grammaticalement et lexicalement complexe. Et que la pratique d’un code restreint, plus étroitement lié à la structure sociale qui lui a donné naissance, faisant un plus grand usage de symboles condensés et de métaphores, orientait en revanche vers la mise en œuvre de significations particularistes, renforcées par des relations sociales fondées sur des rôles collectifs. En corollaire, la structure sociale était considérée comme responsable de la répartition de ces pratiques, par son incidence sur l’accès au code élaboré, les enfants des classes populaires recevant une socialisation caractérisée majoritairement par l’usage du code restreint. D’une certaine manière, ces éléments (donnant lieu, d’ailleurs, à des débats fort vifs) allaient être complétés par les analyses sociologiques de l’opinion politique faisant référence à trois modes de production (Bourdieu, 1979) : ethos de classe (principe générateur non constitué en axiomatique), axiomatique (système à base de principes explicitement politiques) et délégation (à d’autres que soi) ; mais ces dernières ne tenaient pas compte des propriétés structurelles du langage. Dès lors, aux yeux de ceux qui tentaient de coudre ensemble ces différents éléments dans leurs pratiques d’enseignants et de chercheurs, la sociolinguistique représentait un apport particulièrement suggestif. Cependant, la linguistique « non sociale » était peu encline à faire une place honorable à la sociolinguistique, la science politique était réductrice dans son analyse de la communication, et la sociologie refusait de donner un statut spécifique au langage. Dans ces conditions, les sic ne pouvaient-elles pas constituer un lieu de confrontation, d’échanges et de production qui échapperait à ces limitations ?

La référence à la rhétorique

6Il n’est pas interdit de penser que la visée critique propre à certains enseignements de techniques d’expression et l’affirmation, concomitante, de l’intérêt d’une étude du fonctionnement du langage dans la société ont été des formes de retour à des préoccupations anciennes : celles qui, en France, avaient concerné la rhétorique jusqu’au tout début du XXe siècle. Parmi ceux qui rallieront les sic, la rhétorique n’était, en effet, pas nécessairement inconnue. La rhétorique ancienne a même fait une réapparition remarquée dans une des premières revues consacrées à la communication, sous forme d’un brillant aide-mémoire montrant que « tout indique qu’une sorte de vulgate aristotélicienne définit encore un type d’Occident trans-historique, une civilisation (la nôtre) qui est celle de l’endoxa » (Barthes, 1970). Par ailleurs, les historiens de la littérature n’avaient pas négligé de faire des comparaisons entre la communication au XXe siècle et les pratiques du discours au XVIIe siècle ou au XVIIIe : « La rhétorique, dit-on parfois, se perd. C’est absolument faux. D’abord l’on n’a jamais tant parlé, jamais en tout cas pour d’aussi vastes publics. Une campagne électorale à la télévision ! Quel Cicéron, quel Bossuet, quel Jaurès a pu disposer de pareils moyens ? et surtout qui d’eux a calculé d’aussi près ses effets ? Oui, dira-t-on encore, mais dans l’ensemble le recours aux moyens audio-visuels submerge, éventuellement abolit le langage. Le slogan l’emporte sur la phrase, et l’image sur le verbe... Soit ! Mais qu’est-ce que cela, sinon l’avènement d’une nouvelle rhétorique, susceptible - comme toute autre - de recherche, d’enseignement et de trafic ? » (Truchet, 1968 : 11). Mais, surtout, les débats qui se sont instaurés dans les années 70 en matière d’enseignement dans le domaine de l’information et de la communication semblent avoir « rejoué » les débats de la fin du XIXe siècle, sans que les protagonistes en aient eu toujours conscience.

7En effet, l’instauration de la IIIe République avait été à l’origine d’un renouveau de la réflexion sur l’usage de la parole et de l’écrit, réflexion qui s’était manifestée par de nombreux débats à propos de la suppression de l’enseignement de la rhétorique traditionnelle et qui avait centré l’attention sur les rapports que cette dernière entretenait avec le processus de démocratisation dans lequel la France était engagée. La suppression de l’enseignement de la rhétorique était alors apparue comme la conclusion inévitable des jugements très négatifs portés sur elle, et les défenseurs de la rhétorique avaient été incapables de résister à ce vent de réforme.

8Ils avaient bien souligné que les attaques contre la rhétorique étaient, en fait, des attaques contre les moyens qui permettent de persuader de ce qui ne se démontre pas. Ils avaient aussi rappelé que le mérite primordial reconnu à la rhétorique, conçue comme le prolongement de l’œuvre d’Aristote, n’était pas de faire naître des orateurs, mais de fournir une éducation de l’esprit et de permettre la participation à la vie publique par la prise de parole en public. Mais si les réformateurs de l’enseignement du français avaient choisi de repousser une telle défense et d’entériner la condamnation de la rhétorique, c’était précisément parce que ces situations de communication étaient celles où la bourgeoisie avait tous les moyens d’exceller Ce qui ne veut évidemment pas dire que les réformateurs de cet enseignement avaient réussi à réformer la société : en supprimant l’enseignement de la rhétorique, ils n’avaient certes pas empêché sa pratique future, éventuellement adaptée à de nouvelles circonstances, par les classes supérieures. Et un certain nombre d’enseignants et de chercheurs se sont retrouvés, dans les années 70, à traiter les questions posées, quelques décennies auparavant, par les idéologues de la IIIe République. Une nouvelle rhétorique était-elle nécessaire ? En tout cas, des travaux consacrés à l’argumentation quotidienne ou spécialisée (notamment juridique) étaient disponibles, qui renvoyaient à Aristote et à sa conception des raisonnements dialectiques, en parlant effectivement de « nouvelle rhétorique » (Perelman, Olbrechts-Tyteca, 1958). Il s’agissait notamment, pour eux, de reconnaître la transversalité du phénomène d’argumentation et d’examiner la mise en œuvre de deux séries d’actions du sujet énonciateur : d’une part, des choix et des constructions opérant sur le rapport entre le discours et la réalité extérieure, d’autre part, la construction par le discours d’une réalité interne, suivant un parcours orienté proposé par le sujet pour instaurer ou modifier des représentations. Cartelle était l’option spécifique prise parles auteurs qui se retrouvaient dans ce cadre théorique (Vignaux, 1976) : alors que l’histoire de la logique avait été marquée par une centration progressive sur la pensée déductive et sur l’idée de calcul capable de représenter cette pensée, l’examen de l’ensemble des raisonnements que l’on pouvait rencontrer montrait que leurs propriétés dépendaient largement de l’intervention d’un sujet pour lequel ils avaient une fonction de connaissance et de communication. Certains d’entre eux allaient s’intéresser aux sic par cet intermédiaire.

L’étude des moyens de communication fondamentaux

9Loin de concentrer l’attention sur l’utilisation de la langue, la référence à la rhétorique a probablement eu la vertu de mettre l’accent sur les considérations anciennes ou récentes à propos des propriétés des différents moyens de communication fondamentaux, envisagés dans le cadre de l’histoire de l’humanité. Ainsi un ouvrage qui se référait copieusement à l’histoire de la rhétorique pour rendre compte de la genèse de « l’homme typographique » (McLuhan, 1962) pouvait-il apporter des raccourcis quelquefois très discutables, mais également des analyses particulièrement stimulantes, en montrant que les formes de l’expérience et les attitudes mentales avaient été modifiées par l’écriture alphabétique puis par l’imprimerie, plus spécialement responsable de l’isolement croissant du sens de la vue par rapport aux autres sens et du privilège accordé au « point de vue arrêté » (c’est-à-dire la position fixe) du lecteur Sans aucun doute ces analyses accordaient-elles trop au déterminisme technologique. Leurs lecteurs, cependant, pouvaient les compléter en recourant à celles qui, venues de l’anthropologie, insistaient à la fois sur les caractères fondamentaux de l’espèce humaine et sur les caractéristiques sociales de l’histoire de l’humanité, et qui considéraient les contraintes affectant l’exercice de la pensée spéculative aussi bien que les modifications de la vie quotidienne (Leroi-Gourhan, 1964-1965). Dans cette perspective, l’activité imaginaire était conçue comme s’étant exercée, pour la plus grande part de l’humanité, à deux niveaux : celui de la participation corporelle (dans le cas des cérémonies) et celui de la figuration (dans le cas de l’usage de mythogrammes destinés à fixer la pensée). Pour le reste de l’humanité, l’écriture avait également pu servir de moyen de fixation de la pensée, soit, en général, comme procédé d’information pratique, soit, pour une infime minorité, en tant qu’instrument de la pensée spéculative, mais, au fur et à mesure de l’extension de l’alphabétisation, l’équilibre originel semblait s’être maintenu, dans la mesure où cette alphabétisation s’était accompagnée d’une diffusion massive d’informations visuelles et sonores, d’abord sous forme d’illustrations accompagnant des textes, puis à travers la radio, la télévision et le cinéma.

10La présentation d’un parcours aussi vaste ne pouvait évidemment pas répondre à toutes les attentes de ceux qui étaient impliqués dans l’enseignement des techniques d’expression, dans la critique sociale des médias et, plus généralement, dans la mise en lumière de l’ancrage social de la communication. Néanmoins, elle leur a peut-être apporté la possibilité de mieux concevoir le champ des sic dans son entier, notamment à travers le couplage qu’elle effectuait entre les modalités du traitement de l’information et celles de la communication proprement dite. En tout cas, un tel couplage allait être affirmé et réaffirmé, souvent par la plupart des responsables directs de l’institutionnalisation des sic, plus particulièrement sous la forme d’une insistance sur la notion de document (Escarpit, 1976). Ainsi le document apparaissait-il comme un objet informationnel ayant la double particularité de n’être ni une séquence linéaire d’événements, ni un événement dans l’écoulement du temps. Avec leur juxtaposition multidimensionnelle de traces, les documents étaient des objets pouvant être explorés librement. Une propriété qui les différenciait des semi-documents, dont l’opération de balayage ayant présidé à leur constitution devait trouver son correspondant, sous forme d’un balayage synchrone en réception. Le même couplage information-communication allait être à nouveau conforté par des travaux issus de l’anthropologie, notamment sous la forme d’une mise en lumière des potentialités de l’écriture et des différents moyens de communication (Goody 1977). D’une part, l’écriture (et les dispositifs graphiques allant avec elle) allait être vue comme offrant la possibilité pour l’esprit critique de s’exercer plus facilement et, en même temps, comme autorisant une meilleure accumulation des connaissances. D’autre part, l’analyse des structures sociales (plus ou moins facilitatrices) allait être reconnue comme nécessairement liée à celle des apports et des utilisations des moyens de communication. Ne peut-on pas penser que c’est justement par des convergences de ce type que se sont établies des conditions favorables à l’intégration dans les sic d’un certain nombre d’enseignants et de chercheurs qui n’auraient pas eu, autrement, de raison particulière de vouloir y travailler ?

De la minoration du sens à l’élimination du sens et du social

11En tout cas, il est possible que, au cours des années 70, par certains aspects, les sic aient paru fournir à ces enseignants et chercheurs une échappatoire au choix stérile entre, d’un côté, une approche linguistique (et sémiologique) marquée par un dédain grandissant à l’égard du sens et du social, et, de l’autre, une approche sociologique ou politologique excluant la spécificité du langage et des signes de ses considérations. Par d’autres aspects, elles ont aussi pu se présenter à ces mêmes enseignants et chercheurs comme un secteur de la connaissance dans lequel les multiples composantes de la communication seraient légitimement étudiables de façon concertée. C’est donc en tant que sciences sociales et en tant qu’interdiscipline qu’elles ont alors été envisagées et éventuellement appréciées favorablement. Avec une difficulté, cependant, qui s’est révélée peu à peu. Ainsi que le formule Yves Jeanneret (2007 :81 -86) : « La conviction s’est imposée que les sciences de la communication étaient nées au milieu du vingtième siècle, dans la confrontation entre théoriciens de la domination médiatique et sociologues de l’usage. On pourrait imaginer de tout autres généalogies, qui, partant d’autres lieux et d’autres temps, par exemple la rhétorique grecque, donneraient une place beaucoup plus déterminante à la question des signes et du sens. [...] Même si les productions signifiantes sont bien les effets des pratiques qui les ont fait naître, elles ont aussi un tout autre statut, car elles connaissent un mode de publicité et mobilisent des formes destinées à être reconnues et interprétées. C’est pourquoi ne les considérer que comme des traces (c’est-à-dire étudier le sens sous le principe de causalité) aboutit nécessairement à manquer la dimension communicative du social ». Effectivement, l’échappatoire définie plus haut n’a sans doute pas été aussi belle et efficace que prévue, et les raisons de ralliement mentionnées auparavant n’ont pas toujours eu l’accueil escompté au sein des sic. Pourtant, si le retour en arrière qui vient d’être effectué impose de reconnaître dans le présent ce que l’on pourrait appeler, pour faire court, la minoration du sens au bénéfice du social, il n’est pas sûr qu’il s’agisse là du danger le plus grand. En effet, rien n’empêche de rétablir un certain équilibre et même de tenter une articulation.

12En revanche, la situation est peut-être plus inquiétante si ce sont, en même temps, le sens et le social qui tendent à disparaître des préoccupations. N’est-ce pas cette disparition qui est programmée par certains courants de recherche plus ou moins récents dont l’influence sur les sic peut ne pas être négligeable ? Un bon exemple en est la tendance, déjà ancienne, à voir dans la diffusion des idées un objet pouvant être traité dans le cadre des sciences de la nature. Conçue comme se rattachant à un « programme naturaliste dans les sciences sociales », c’est-à-dire à un programme de recherche qui situe les sciences sociales dans la stricte continuité des sciences naturelles, la démarche adoptée par Dan Sperber (1996) consiste à tenter de développer ce qu’il appelle une « épidémiologie des représentations ». Il s’agit là d’une conception matérialiste de la communication, en ce sens qu’elle présuppose que toutes les causes et tous les effets sont matériels. Très précisément, l’objectif est d’expliquer pourquoi certaines représentations sont largement partagées. Afin d’expliquer (au sens fort du terme) l’existence de telle ou telle famille de représentations fondées sur la communication, la théorie épidémiologique prendra en compte des facteurs cognitifs et de ceux environnementaux : ainsi ces deux types de facteurs seront-ils considérés comme agissant différemment, suivant qu’ils affectent la communication d’un mythe, d’une croyance politique ou d’une croyance scientifique. Mais, dans tous les cas, elle admettra que la communication varie entre deux situations limites : d’un côté, la transmission, par le communicateur au destinataire, d’une information à l’identique et, de l’autre, la perte totale de cette information. On peut penser (Leclerc, 1997) que cette théorie sous-estime le problème de la légitimité-crédibilité des énoncés mis en circulation dans l’espace social. En effet, cette circulation implique une validation sociale, capable d’attribuer une « valeur collective » à certains énoncés, et elle met en œuvre la distinction entre deux grands types de discours : d’une part, le « social » constitué de discours individuels juxtaposés qui sont devenus l’opinion publique, d’autre part, le « culturel » - le monde de la religion, de la littérature et des savoirs - formé par les énoncés individuels qui ont été institutionnalisés et mémorisés culturellement.

Une « science des réseaux » ?

13Cependant, l’exemple le plus frappant d’élimination du sens et du social est issu des réflexions portant sur le développement de l’internet et des réseaux virtuels qui lui sont liés (le world-wide web dans son ensemble, le sous-ensemble formant la blogosphère ou bien le réseau peer-to-peer). Au cours des dernières années, sont apparus de nombreux travaux, réalisés majoritairement par des physiciens, dont les résultats tendent à minorer nettement le caractère artefactuel des réseaux en question, au bénéfice d’une mise en avant de propriétés qui les rattachent aux structures connues en biologie. Plus précisément, il s’agit de travaux qui, loin de se cantonner dans le repérage des contraintes physiques s’exerçant sur les réseaux techniques, cherchent à fournir des modélisations de tous les réseaux. Ne se cantonnant pas non plus dans l’examen de leur aspect topologique, ils avancent des analyses conceptuelles et empiriques qui imposent un traitement des outils et des pratiques de communication en termes de systèmes complexes assimilables à ceux que constituent les systèmes vivants. Ils mettent alors en lumière les caractéristiques « auto-organisationnelles » des réseaux étudiés, en les considérant seulement comme soumis à des règles de développement relevant des sciences de la nature. Ainsi en arrive-t-on souvent à l’affirmation de la naissance d’une « science des réseaux » radicalement nouvelle, comme elle a été définie par Albert-Lazlo Barabasi (2002) ou par Duncan Watts (2004), ainsi que par beaucoup d’autres. Cette revendication repose notamment sur le caractère universel qui est reconnu aux régularités qui sont censées gouverner l’évolution de l’ensemble des réseaux complexes entourant ou constituant les humains. En effet, ces régularités correspondraient à des lois, relativement simples mais extrêmement générales, qui feraient qu’un Martien visitant la Terre ne pourrait pas voir de différence (autre que de taille) entre un réseau social, le world-wide web et le réseau moléculaire des cellules. Il n’y a absolument rien de métaphorique dans cette conception : c’est d’ailleurs ce qui fait, à la fois, son intérêt et son danger (Bautier, 2005). Son intérêt réside dans le fait qu’elle apporte des connaissances précieuses sur le fonctionnement des réseaux, alors que son danger est lié à la dissolution des sciences sociales dans les sciences de la nature qu’elle impose. En effet, si, au lieu de relever classiquement des sciences sociales, les deux premiers réseaux sont jugés comme relevant bien, comme le troisième, des sciences de la nature, ce n’est pas parce qu’ils pourraient, d’une certaine manière, être comparés au troisième, mais parce qu’ils sont considérés comme n’en étant aucunement différents.

Conclusion

14Dans son exposé introductif au premier Congrès français des sciences de l’information et de la communication, Robert Escarpit (1978) avait dit : « Toute étude d’un système de communication consiste d’une manière ou d’une autre en une comparaison entre des contenus d’entrée et des contenus de sortie, des inputs et des outputs. Quand il s’agit de contenus énergétiques, comme c’est le plus souvent le cas dans les sciences physiques, on peut penser qu’une théorie mathématique de type shannonien suffit à décrire les effets. Dans le cas des sciences de la vie, où l’on a affaire à des organisations infiniment plus complexes et à des modes de transmission des messages beaucoup moins bien connus, la constatation de l’effet physique est insuffisante et il faut y ajouter celle de l’influence qui est en fait un bilan entre des effets très nombreux dont beaucoup échappent à l’observation directe. Ce bilan est un contenu qui ne peut être évalué que par des méthodes de type statistique, et cela avec une très grande marge de tolérance. Dans le cas des sciences humaines, l’influence, qui est un bilan d’output, ne suffit pas. Il faut y ajouter un bilan d’input que j’appellerai l’intention ». Et c’est bien un peu cela qui, le plus souvent, a été fait jusqu’à présent au sein des sic. Mais rien ne garantit qu’il en soit ainsi encore longtemps.

Haut de page

Bibliographie

Barabasi A.-L., 2002, Linked : the new science of networks, Cambridge, Perseus.

Barthes R., 1970, « L’ancienne rhétorique », Communications, 16, pp. 172-229.

Baudelot Chr., Establet R., 1971, L’école capitaliste en France, Paris, Maspero.

Bautier R, 2005,» La “naturalisation” des réseaux de communication », pp. 69-77, in :Vieira L., Pinède-Wojciechowski N., dirs, Enjeux et usages des TIC : aspects sociaux et culturels, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux.

Boure R., 2002, « Quelle histoire pour les sciences de l’information et de la communication ? », pp. 17-44, in : Boure R., dir, Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

— 2006, « L’histoire des sciences de l’information et de la communication. Entre gratuité et réflexivité », Questions de communication, 10, pp. 277-295.

— 2007, « L’histoire des sciences de l’information et de la communication. Le cas des origines littéraires des sic », Questions de communication, 11, pp. 257-287.

Bernstein B., 1971, Langage et classes sociales, trad. de l’anglais par J.-C. Chamboredon, Paris, Éd. de Minuit, 1975.

Bourdieu P., 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éd. de Minuit.

Burgelin C., 1977, « Amorces pour une pédagogie optimiste », Langue française, 36, pp. 14-21.

Cotteret J.-M., Emeri C., Gerstlé J., Moreau, R., 1976, Giscard d’Estaing - Mitterrand, 54774 mots pour convaincre, Paris, Presses universitaires de France.

Escarpit R., 1976, Théorie générale de i’information et de la communication, Paris, Hachette.

— 1978, « Pour une nouvelle épistémologie de la communication », Ier Congrès français des sciences de l’information et de la communication, Compiègne.

Goody J., 1977, La raison graphique, trad. de l’anglais par J. Bazin et A. Bensa, Paris, Éd. de Minuit, 1979.

Guespin L., 1971, « Problématique des travaux sur le discours politique », Langages, 23, pp. 3-24.

Hoggart R., 1957, La culture du pauvre, trad.de l’anglais par F. et J.-C. Garcas et J.-C. Passeron, Paris, Éd. de Minuit, 1970.

Jeanneret Y., 2007,» La prétention sémiotique dans la communication. Du stigmate au paradoxe », Semen, 23, pp. 79-92.

Labov W., 1972, Le parler ordinaire, trad. de l’anglais par A. Kihm, Paris, Éd. de Minuit, 1978.

Leclerc G., 1997, La société de communication, Paris, Presses universitaires de France.

Leroi-Gourhan A., 1964-1965, Le geste et la parole, Paris, A. Michel.

McLuhan, M., 1962, La galaxie Gutenberg, trad. de l’anglais par J. Paré, Montréal, Éd. HMH, 1967.

Perelman Ch. Olbrechts-Tyteca, L., 1958, Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, 1970.

Sperber D., 1996, La contagion des idées, Paris, O. Jacob.

Truchet J., 1968, « Pour un inventaire des problèmes posés par l’étude de la rhétorique du XVIIe siècle », XVIIe siècle, 80-81, pp. 5-17.

Vignaux G., 1976, L’argumentation, Genève, Droz.

Watts D, 2004, « The “new” science of networks », Annual review of sociology, 30, pp. 243-270.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Bautier, « Rallier les sciences de l’information et de la communication dans les années 70 », Questions de communication, 12 | 2007, 149-161.

Référence électronique

Roger Bautier, « Rallier les sciences de l’information et de la communication dans les années 70 », Questions de communication [En ligne], 12 | 2007, mis en ligne le 24 septembre 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/2361 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.2361

Haut de page

Auteur

Roger Bautier

Laboratoire des sciences de l’information et de la communication
Université Paris 13
roger.bautier@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page