Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Philippe Tétard, Sylvain Villanet, Les voix du sport. La presse sportive régionale à la belle époque (2 tomes)

Biarritz, Éd. Atlantica, coll. Sport, mémoire et société, 2010, 522 p.
Michael Palmer
p. 416-417
Référence(s) :

Philippe Tétard, Sylvain Villanet, Les voix du sport. La presse sportive régionale à la belle époque (2 tomes). Biarritz, Éd. Atlantica, coll. Sport, mémoire et société, 2010, 522 p.

Texte intégral

1Impulsés par Philippe Tétart et Sylvain Villaret, maîtres de conférences de l’université du Maine, les deux tomes réunis sous le titre Les voix du sport. La presse régionale à la belle époque regroupent, en quelque 500 pages, des travaux d’historiens, de géographes et de spécialistes du sport. La plupart des articles sont plutôt de genre monographique, consacrés soit au thème générique de la presse sportive et à ses déclinaisons par spécialité, soit – surtout – à des études par département, par région. Déjà auteur d’une Histoire du sport en France (Paris, Vuibert, 1997), Philippe Tétart prête main forte à la conduite de certaines monographies par département. Du reste, au départ, son propre travail conséquent portant sur la presse sportive en province (1845-1914) cadre l’ensemble. On le lit avec à l’esprit le souvenir des travaux de Jacques Kayser (La presse de province sous la Troisième république, Paris, A. Colin, 1958) sur la presse de province, de Marc Martin (La presse régionale. Des Affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002) sur la presse régionale et même d’Alain Corbin (L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Flammarion, 2009) sur les loisirs et « le regard » ; de même que le souvenir du petit livre d’Édouard Seidler dans la collection « Kiosque » chez Armand Colin (1964). Que de chemin parcouru depuis un demi-siècle…

2Depuis plusieurs années, Philippe Tétart explore l’histoire de la presse périodique et l’histoire des sports : le croisement des deux domaines lui permet d’adosser ce travail de recension et de direction de monographies avec la caution et la passion qui conviennent : les passages sur les sources, les méthodes et les limites de la démarche posent clairement les conditions du possible. L’Annuaire de la Presse, que dirigèrent tour à tour Émile Mermet, Henri Avenel et Paul Bluyssen, est évoqué comme source de notices possibles (mais aux renseignements de fiabilité variable). D’autres ressources de la Bibliothèque nationale, et surtout des Archives départementales, sont explorées avec bonheur. Ajoutons qu’on s’interrogera encore longtemps sur le sort des toutes premières associations des journalistes sportifs.

3Si le socle se pose dans les années 1880, l’essor de la presse sportive en région s’effectue dans les années 1890 – décennie d’agencement des calendriers et des spectacles sportifs. Titres alpins, titres hippiques, titres vélocipédiques balisent le parcours de cette presse sportive dès le Second Empire. L’approche quantitative que développe Philippe Tétart n’interdit nullement la focale placée sur telle ou telle catégorie de la presse sportive, ou encore sur les points forts et faibles de son développement dans une région donnée. En témoignent l’importance de la presse sportive méridionale dès les années 1845-1878, le retard de son départ dans des régions telles le Limousin ou la Corse et, somme toute, la nature hétéroclite de l’ensemble de cette presse. Dès lors, l’auteur suggère qu’il y eut 900 titres sportifs en 1880 et 1914 (500 composés dans les imprimeries de province et 400 sur les presses parisiennes). Il est à la fois normal, mais regrettable, que l’on ne dispose pas de davantage d’informations sur l’impact qu’eut sur des titres leaders de la presse sportive dans les départements, l’essor des quotidiens nationaux soit spécialisés en information sportive (tel L’Équipe, entre autres titres, dont Édouard Seidler dirigea un temps la rubrique « auto »), soit généralistes. Que de jeunes journalistes de la presse sportive en région durent rêver de monter à Paris pour en profiter…

4Sportifs-journalistes et vrais journalistes, note Didier Rey (la Corse), mais aussi hostilité à l’encontre de journalistes parisiens, note Luc Robène (région bordelaise), scandent les tentatives ici dressées des ambitions et des tensions du milieu – tout comme les rapports complexes avec les associations sportives, par exemple dans le Var (Jean-Claude Gaugain). Dans certaines régions ou certains départements, l’apolitisme de la presse sportive se remarque (le Var là aussi) ; dans d’autres (l’Alsace), les auteurs pointent la politisation du discours sportif – avec bien sûr, dans ce cas précis, une Alsace annexée à l’Allemagne. Dans bien d’autres régions, les querelles entre les titres concurrents ou les rapports complexes entre la presse sportive et les associations sportives sont relevés.

5Il y a quelques années, l’historien culturel de la France, Graham Robb, parcourut l’Hexagone à vélo (The discovery of France. A historical geography from the revolution to the First World War, New York, Norton & Company, 2007). Jadis, l’historien de la culture médiatique en émergence en France, l’États-Unien Eugen Weber (Peasants into Frenchmen. The Modernization of Rural France, 1870-1914, Stanford, Stanford University Press, 1976), pointa la diffusion des petits journaux – ce « papier qui parle » – dans des régions du pays dont des départements longtemps « isolés », mal desservis par les réseaux modernes de communication, fin XIXe siècle ; chacun à leur manière, Graham Robb et Eugen Weber identifiaient des phénomènes d’acculturation tardive en région, dans les campagnes surtout.

6Les deux tomes dirigés par Philippe Tétart et Sylvain Villaret permettent de dresser un inventaire de l’apparente acculturation populaire par le sport. Encore que, à bien des égards, les sports traités dans la presse locale ici analysée paraissent avoir eu des aficionados plus encore dans les milieux bourgeois que dans les milieux populaires. En effet, le lecteur des monographies de ces deux tomes s’interroge encore et toujours : n’assiste-on pas à cette osmose entre les « sports » des pratiquants, souvent simples « happy few », et l’émergence, dans le désordre et selon des temporalités différentes, des « spectator sports » ? L’interface presse locale/régionale et la presse à grand tirage, souvent à un sou, venue de Paris ou des grands métropoles régionaux (Lyon, Toulouse, Marseille, Bordeaux, etc.) est un peu le non-dit de ce travail. La solidité et la clarté des recherches ici valorisées et qui résultent souvent d’un « travail de bénédictin » permettront d’aller plus loin dans ce sens. Les études « micro » réunies permettent de renseigner les réponses qu’on souhaiterait apporter aux questions plus larges. Ainsi la toute dernière étude, réalisée par Philippe Tétard et Sylvain Villaret du reste, « Le cas de Laval-Sport (1899-1901) », permet-elle à la fois de convoquer des travaux sur l’histoire de la Mayenne qui firent date, d’évoquer des travaux sur le vélo et le corps, sur le vélo et le tourisme, et enfin de camper ce support entre la publicité et le fait divers. D’autres monographies font quant à elles ressortir des thématiques dans cette presse sportive qui touchent à des débats sociétaux de l’époque. Ainsi émerge-t-il de l’étude de l’information sportive dans la presse balnéaire saisonnière basse-normande (1889-1914) les interrogations sur la dégénérescence de la race et la question hygiéniste. Il y a là des réminiscences d’Ernest Renan lors de l’approche de 1914-1918…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Palmer, « Philippe Tétard, Sylvain Villanet, Les voix du sport. La presse sportive régionale à la belle époque (2 tomes) », Questions de communication, 20 | 2011, 416-417.

Référence électronique

Michael Palmer, « Philippe Tétard, Sylvain Villanet, Les voix du sport. La presse sportive régionale à la belle époque (2 tomes) », Questions de communication [En ligne], 20 | 2011, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/2209

Haut de page

Auteur

Michael Palmer

CIM, université Paris 3
michael.palmer@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page