Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Nouvelles technologies

Sylvie Leleu-Merviel, (dir.), Création numérique : écritures, expériences interactives

Paris, Éd. Hermes Science, coll. Traité des sciences et techniques de l’information, 2005, 304 p.
Gilles Boenisch
Référence(s) :

Sylvie Leleu-Merviel, (dir.), Création numérique : écritures, expériences interactives, Paris, Éd. Hermes Science, coll. Traité des sciences et techniques de l’information, 2005, 304 p.

Texte intégral

1L’observation de la création numérique et des ses écritures est au cœur de cet ouvrage collectif. À travers neuf contributions, il s’attache à délimiter les éléments de compréhension des innovations dans les formes rédactionnelles, littéraires et dramatiques, appareillées au numérique. Construite en trois parties, elles-mêmes divisées en trois articles, cette recherche est accessible aussi bien au néophyte qu’au spécialiste. On y parcourt plusieurs exemples documentés et d’innombrables références permettant de circonscrire un panorama substantiel et utile. Tout en exposant la situation actuelle du domaine, les contributeurs se lancent en quête de ce que seraient les développements potentiels et portent un éclairage instructif sur de multiples facettes fondatrices. Théoriques, les deux premières parties– « Un regard sur la création » (pp. 23-148), « Des modèles pour la création » (pp. 149-248)– confrontent des approches complémentaires, analytiques et constructivistes. Tandis que la dernière partie– « Deux expériences de création » (pp. 249-294)– compare méticuleusement deux réalisations expérimentales d’écriture numérique.

2« Un regard sur la création » s’attache à décortiquer et analyser les potentialités novatrices des écritures émergentes, tout en retraçant le cheminement des évolutions et les filiations possibles à une certaine tradition. Dans ce cadre, Serge Bouchardon (pp. 23-54) défend l’hypothèse que le récit numérique en est davantage au stade expérimental et qu’il préfigure un genre autonome, pour l’instant difficilement constituable. Cette réflexion étayée d’échantillons significatifs met en relief que les supports, les technologies, les dispositifs narratifs et l’interactivité permettent conjointement de repousser de manière inédite les limites de l’expérience littéraire, tout en posant la problématique du genre lui-même : « Les œuvres de littérature numérique permettent ainsi d’interroger la spécificité même du littéraire, la littéralité » ; « On pourrait même se demander dans quelle mesure la littérature numérique n’est pas avant tout une littérature théorique sur l’activité littéraire, une critique réflexive en actes de la littérature ? » (p.51). Quant à Licia Calvi (pp. 55-74), elle cerne les caractéristiques de l’hyperfiction à partir de la confrontation auteur-lecteur et d’un examen détaillé des spécificités de lecture en passant au crible trois exemples d’hyperfictions populaires. Tout comme Serge Bouchardon, elle s’attache à défendre un genre expérimental précurseur qu’il convient d’explorer largement : « Expérimenter avec cet instrument peut ouvrir de nouveaux horizons, peut révéler des rôles plus novateurs et plus impliquants, à la fois pour l’auteur et le lecteur, peut définir un espace de créativité pour l’auteur et pour l’interaction auteur-lecteur qui reste inexploré à ce jour et qu’il nous appartient de découvrir » (p.71). Pour sa part, Xavier Sense (pp. 75-148) envisage le problème du récit numérique comme le lieu privilégié d’un rapport à l’autre ; il analyse comment les enjeux et les incidences techniques influencent cette posture qu’il considère primordiale dans l’évolution des médiations. D’ailleurs, il milite pour une « résistance et une déconstruction du réseau instrumental et fonctionnel par les nouvelles modalités d’écriture » (p.144) afin de construire un langage du réseau capable de rapprocher les « corps espacés » (p.144).

3La deuxième partie– « Des modèles pour la création »– analyse la conception des documents numériques et propose des pistes de structuration afin de développer des instruments à même d’accompagner les auteurs dans leur activité d’écriture. Ainsi Sylvie Leleu-Merviel (pp. 151-182) propose-t-elle une méthodologie s’appuyant sur la décomposition du processus créatif en cinq étapes : « Élaboration du potentiel scénaristique décrit dans la diégèse, construction de la trame narrative régissant la structure événementielle profonde, conception du schéma scénationnel qui suppose toutes les scénations possibles, choix de la scénique qui prépare la transposition du document abstrait en une réalité perceptible, détermination de la mise en situation spécifiant les modalités concrètes de l’interaction » (p.179). Suit la proposition de Jean-Marc Laubin (pp. 183-208) qui promeut la notion de « rhétorique macro-structurelle par objectifs » (p.183) en tentant d’établir un modèle de distinctions des contraintes de conception sous-jacentes aux actes de communication médiatisés. Les règles de séquencement, les réponses au comportement de l’interacteur, tout comme l’adéquation entre structure cachée et structure perçue sont autant d’éléments permettant d’objectiver une méthode permettant « d’envisager de scénariser des objets médiateurs qui s’auto-adaptent aux contraintes macrostructurelles » (p.206). Enfin, Nicolas Szilas (pp. 209-248) propose une forme structurale d’écriture dramatique interactive. Les concepts attachés à cette orientation très personnelle sont débattus en confrontation au « simple » récit interactif. Par « drame interactif » (p.209), l’auteur a pour ambition de délimiter « toute forme narrative qui présente comme éléments uniquement les actions des personnages et les événements qui se produisent dans le monde fictionnel » (p.211) mais excluent les pensées des personnages, la voix d’un narrateur, ou d’autres éléments externes. « On pourrait définir le drame interactif comme toute forme de drame dans laquelle le spectateur a une influence sur le récit, que cela modifie ou non l’histoire » (p.212) à condition qu’il soit l’un des personnages de l’histoire et que le support soit informatique.

4Dans la dernière partie– « Deux expériences de création »–, Karine Portrait (pp. 251-268), Philippe Cunat (pp. 269-288) et Sylvie Leleu-Merviel (pp. 289-294) analysent et retracent deux expériences de romans-feuilletons interactifs. On y découvre les secrets méthodologiques, les difficultés et surtout les retours épisodiques des participants, influençant largement le déploiement et l’orientation des récits par leurs contributions souvent inattendues et dépassant le cadre formel initial. L’engouement suscité par ces deux exemples démontre à quel point le public est prêt à s’investir dans de nouvelles formes d’écritures, tant du point de vue de la consommation que de la participation.

5Voici un ouvrage non dénué d’intérêt car il compulse et croise des perspectives essentielles par un survol global des innovations émergentes d’énonciation et de récit, tout comme il permet un approfondissement des problématiques. D’ailleurs, il s’inscrit dans une mouvance interdisciplinaire, ouvrant aux renvois nécessaires et utiles qui permettront de compléter la réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Boenisch, « Sylvie Leleu-Merviel, (dir.), Création numérique : écritures, expériences interactives », Questions de communication [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/206

Haut de page

Auteur

Gilles Boenisch

CREM, université Paul Verlaine-Metz
gilles.boenisch@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page