Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Michel Wierviorka, (dir.), Nos enfants

Auxerre, Éd. Sciences humaines, 2008, 296 p.
Laurent Husson
Référence(s) :

Michel Wierviorka, (dir.), Nos enfants, Auxerre, Éd. Sciences humaines, 2008, 296 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage reprend les interventions des « Entretiens d’Auxerre » de 2008, organisés par la revue Sciences humaines et abordant la question de l’enfance. Vingt contributions sont présentées, réparties en quatre parties : les représentations et valeurs « au pays de l’enfance », des « regards historiques et géographiques », « le droit à l’enfance », l’« enfance et la Cité ». Le lecteur y trouve un certain nombre de synthèses historiques et problématiques (par exemple dans les contributions de Michel Wiervorka, François de Singly, Serge Tisseron, Hervé le Bras, Dominique Mehl, Anne Muxel), des états des lieux (Claire Brisset, Jean-Pierre Rosenzweicg, Michel Miaille), des contributions plus pointues (Danièle Alexandre Bidon, Jean Bart, Claude Delasseille, Violetta Stan) ou des témoignages plus locaux (Guy Férez, Jacques Chauvin, Henri de Raincourt).

2L’ouvrage peine parfois à trouver son unité et sa logique et on aurait souhaité une introduction qui reprenne de manière claire les contributions pour les situer dans une problématique d’ensemble. Les intitulés généraux des quatre parties ne sont pas absolument fiables : la contribution de Serge Tisseron aurait probablement plus sa place dans la troisième partie. Inversement, celles d’Alexandre Bidon et de Guy Gauthier, auraient plus eu leur place dans la première partie. Il faut donc trouver son propre chemin, par exemple en reprenant les questions figurant en quatrième de couverture en en modifiant l’ordre : « Comment nous représentons-nous les enfants ? Qui sont-ils ? Où vont-ils ? Quelles valeurs leur transmettre ? ».

3Concernant la représentation de l’enfance, Michel Wiervorka (pp. 5-16) rappelle l’importance de la thèse classique de Philippe Ariès sur l’historicité du sentiment de l’enfance. Danièle Alexandre-Bidon (pp. 87-102) la précise pour le Moyen Âge, à partir de l’importance de l’enfant dans les ouvrages de médecine, qui annonce une médecine infantile. Guy Gauthier (pp. 135-164) reprend l’évolution dans la littérature de la figure de l’enfant de Paris jusqu’au « jeune de banlieue », telle qu’une certaine littérature contemporaine en offre l’image, et qui se positionne comme l’« anti-gamin de Paris, l’envers du mythe » (p.146). Pour Bruno Remaury (pp. 55-68), l’enfant n’est plus aujourd’hui perçu comme un « état initial », mais comme « un but à atteindre » (p.67). Sa conclusion doit être nuancée car certaines figures de l’enfance– comme l’a montré Isabelle Cani pour Harry Potter (Harry Potter ou l’anti-Peter Pan. Pour en finir avec la magie de l’enfance, Paris, Fayard, 2007)– sont en fait des figures d’adieu à celle-ci.

4Mais qu’y a-t-il au-delà de la représentation ? Que sont nos enfants ? Il faut d’abord envisager le rapport à ce qu’on fait d’eux avant qu’ils fassent quelque chose d’eux-mêmes, la façon dont les pratiques sociales construisent ou défont leur identité, notamment au travers de leur filiation. Jean Bart (pp. 103-116) envisage dans une perspective historique la manière dont peu à peu l’« enfant de la nature » est réintégré dans les différents liens sociaux. Claude Delaseille (pp. 117-134) considère le destin– souvent fatal– des enfants abandonnés au XVIIIe siècle pour des motifs sociaux (l’illégitimité) ou économiques ainsi que les dispositifs conduisant à l’abandon sans possibilité de retour. En même temps, c’est le début d’une surveillance des enfants assistés. Revenant au présent, Dominique Mehl (pp. 165-178) aborde l’accouchement sous X et les débats qu’il ouvre, notamment au plan bioéthique, alors que Violeta Stan (pp. 179-192) envisage le cas-limite du destin des orphelins dans la Roumanie communiste. Son article résulte d’une implication directe dans la prise en charge des enfants victimes d’une politique qui a privé nombre d’enfants à la fois d’attaches et d’identité, en même temps qu’il corrompait de manière radicale le lien avec les parents.

5Une deuxième face de ce que la société fait aux enfants est la violence qui s’exerce sur eux directement ou indirectement. Claire Brisset (pp. 193-204) distingue la violence brute, la violence silencieuse (la responsabilisation anticipée de l’enfant, son ignorance comme sujet par les administrations) et la violence en creux (par négligence ou manques). Serge Tisseron (pp. 69-83) envisage le rapport des enfants aux médias et aux images, distinguant les images violentes « qui malmènent une majorité d’individus d’une société ou d’un groupe d’âge » (p.69) et « la violence des images », c’est-à-dire « la façon dont une image peut malmener un spectateur » (loc. cit.). Il pose ensuite les effets de l’exposition aux images en fonction de l’exposition– volontaire ou involontaire– et de l’âge des enfants.

6« Où vont-ils ? » ; Que deviennent les enfants à partir de ce qu’on a fait d’eux ? Hervé Le Bras, Pascal Dibie, François de Singly et Monique Dagnaud envisagent leur place dans la société contemporaine en fonction du passé, du présent et de l’avenir. Dans une perspective économique rarement adoptée, Hervé Le Bras (pp. 153-163) montre l’importance du facteur économique dans la fécondité et aborde la question du rôle des dernières générations dans l’échange des biens matériels et de l’efficacité des politiques familiales. Pour Pascal Dibie (pp. 29-38) la « cyberculture » (p.31) marque la culture enfantine et ses ruptures, dans la transmission ou dans les cadres de la vie sociale (pp. 31-32), ruptures liées à une modification des compétences sociales - les nouvelles solidarités du cyberspace– et cognitives, au travers de la généralisation d’une « attention partielle » (p.34). Monique Dagnaud (pp. 39-54) examine le rapport à l’avenir pour les adolescents d’aujourd’hui (« Demain c’est loin »). La réorganisation des âges de la vie fait devenir adolescent plus tôt en raison du « brouillage des normes et des références pour chaque classe d’âge » (p.41)– que thématise François de Singly (pp. 17-28) pour ce qu’il appelle l’adonaissance– et recule l’entrée dans la vie adulte qui définit la post-adolescence (on parle aussi d’adulescence, selon un terme diffusé par Tony Anatrella), marqué notamment par l’injonction à « être l’entrepreneur de sa propre vie » (p.44). Cependant, l’hypocrisie d’un tel principe induit des pathologies, liées à l’incertitude de cet« interminable chemin envers soi-même » (ibid.).

7C’est donc dans un contexte particulièrement complexe que se pose la question de la transmission, et notamment de celle des valeurs. Anne Muxel (pp. 275-278), réfutant le lieu commun « rien n’est plus comme avant » (p.266), insiste sur la précocité des mécanismes de transmission pour les « convictions politiques et religieuses » (p.267), les deux-tiers des français étant des héritiers. Cependant, cette transmission n’est pas reproduction et les mutations concernent les valeurs de gauche comme celles de droite, venant brouiller ce partage. Le vote souffre d’une baisse de la force de l’impératif moral et les formes d’engagement évoluent, du militantisme traditionnel à d’autres formes d’actions : « La transmission n’opère qu’à la jonction de ce qui persiste et de ce qui s’avance » (p.277).

8Aujourd’hui, la question de la transmission est indissociable de la question de la relation de l’enfant à la norme et à l’institution. Elle concerne d’abord les droits-créances, les conditions de vie et de développement de l’enfant. Jacques Chauvain (pp. 205-216), Jacques Férez (pp. 245-252) et Henri de Raincourt (pp. 217-222) abordent ces questions du point de vue des politiques sociales de l’enfance. En ce qui concerne les droits-libertés, la figure contemporaine de l’enfant-citoyen abordée par Michel Miaille (pp. 279-291), et source de nombreuses polémiques, peut en être le symbole. Ce dernier envisage les figures du rapport de l’enfant à la Cité, en même temps que les tensions qui la traversent pour, in fine, poser la question de la pédagogie de la citoyenneté. Pour affronter ce problème, l’École doit surmonter les défaillances relevées par Bernard Defrance (pp. 225-244) et relever les défis actuels : l’articulation entre savoir et institution de la loi, transmission et création, prise en compte de l’immaturité de l’enfant et reconnaissance de ses droits. Le problème se pose de manière encore plus aiguë pour l’institution judiciaire. Jean-Pierre Rosenzweicg (pp. 253-264) revient sur plusieurs clichés aujourd’hui les parents démissionnaires, le refus de l’usage de la sanction par la Justice– et milite pour un usage clair de la sanction face à des formules bâtardes (centre éducatifs fermés) et son articulation à une politique sociale.

9Quel bilan peut-on dresser ? Celui d’une incitation à la réflexion. De la représentation des enfants aux conditions de la transmission, c’est un ensemble de figures historiques en même temps que des pathologies de la transmission qui se trouvent ici dessinées. La transmission concerne la représentation de l’enfance et l’enfance elle-même et, dans les deux cas, se trouve affectée par d’importantes mutations. Cette transmission commence donc par la vie et l’identité ; plusieurs contributions marquent de manière forte les formes et les effets de sa perturbation. Cependant, cette transmission est indissociable de son envers, la violence. Quelles conditions et quelle forme doivent prendre les transmissions volontaires et sur quelles représentations de l’enfant peut-elle s’appuyer ?

10Ce recueil fournit donc au lecteur un ensemble de points d’appui et de suggestions pour des lectures et des recherches plus approfondies. Sa diversité en fait à la fois l’intérêt et la limite. Mais n’est-ce pas là le sens des rencontres d’Auxerre et de cet ouvrage : nourrir le débat public de manière pluridisciplinaire, le relancer plus que le clore ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Husson, « Michel Wierviorka, (dir.), Nos enfants », Questions de communication [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/204

Haut de page

Auteur

Laurent Husson

Écritures, université Paul Verlaine-Metz
UHP Nancy 1 - IUFM de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page