Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Identité/altérité et noms collectifs humains

Le cas de communauté
Identity/otherness and the human collective nouns. The case of communauté
Michelle Lecolle
p. 323-342

Résumés

En articulant faits de langue et faits de discours, l’article aborde la question de l’identité du point de vue des groupes humains sous un angle lexical et sémantique, par le biais des noms collectifs humains et particulièrement du nom collectif communauté, que l’on contraste avec d’autres noms collectifs, davantage marqués a priori d’un point de vue « identitaire » comme ethnie et race. Après avoir présenté la notion de nom collectif en sémantique, il décrit, pour communauté, la diversité de ses sens et emplois référentiels. Partant de la constatation de la grande flexibilité de ce nom collectif, dont on peut dire qu’il est employé comme un « mot-joker », il cherche à montrer que, dans le contexte de faits sociaux discutés et problématisés dans les discours publics, comme celui de l’identité et de son corollaire, l’altérité, communauté voit son sens se spécifier pour devenir un désignateur « identitaire ». C’est ce qu’on observe, d’une part, dans la structure syntaxique [la communauté + adjectif catégorisant], d’autre part, en étudiant ses dérivés communautaire et communautarisme. dont on postule que leur sens (supposé dérivé) opère un effet en retour sur le sens de communauté.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je me réfère en particulier à la proposition, en mars 2007, du candidat à la présidence N. Sarkozy (...)
  • 2 S. Rémi-Giraud (2003 ; 2006), étudiant les définitions de race, montre qu’un de ses sens (le plus a (...)

1Je m’intéresserai ici à la question de l’identité, remise récemment sur le devant de la scène dans les discours publics, politiques et médiatiques, en France et en Europe1. Si la question de l’identité peut être abordée, du point de vue de l’individu, en philosophie ou en psychologie, du point de vue du groupe dans les sciences sociales, elle ne concerne pas à proprement parler la linguistique comme discipline. Toutefois, le linguiste, et notamment le lexicologue, peut apporter des éléments sur cette question. Je l’aborderai donc d’un point de vue lexical et sémantique par le biais des noms collectifs humains, et particulièrement du nom collectif, communauté, que je contrasterai avec d’autres noms collectifs plus marqués d’un point de vue « identitaire » comme ethnie, race, caste2.

  • 3 J’utilise indifféremment les termes, respectivement, d’ensemble et collection pour le « tout » (gro (...)

2Avant de présenter plus techniquement cette notion, précisons qu’un nom collectif (Ncoll désormais) est un nom de groupe (humain ou non humain) dénommant, sous une forme au singulier une pluralité d’éléments rassemblés selon une certaine homogénéité : ainsi communauté, ethnie, race, tribu, population, mais aussi forêt, série ou argumentaire pour varier les exemples. Avec le Ncoll sont donc mis en rapport un élément et une collection3, ce qui, du point de vue de l’identité, n’est pas trivial : se pose en particulier la question de la détermination de cette identité, du groupe vers l’individu, ou inversement.

3On glose généralement le rapport entre l’élément et la collection en utilisant - entre autres termes - faire partie de, et ceux, d’inspiration mathématique, de appartenir et appartenance : « tel élément appartient à telle collection » - X appartient à la population française. Mais le terme d’appartenance, pour certains Ncolls humains, et notamment ceux mentionnés, prend une tout autre résonance, lorsqu’il a trait à une identité sociale. Dans ce cadre, appartenir à telle ethnie, race, caste, ou encore classe (sociale) équivaut à « être de » ou « relever de » cette ethnie, race, caste, classe, et donc davantage que, simplement, « faire partie » du groupe correspondant. Dans le cas de communauté, une telle équivalence ne s’impose pas, me semble-t-il, du moins si l’on s’en tient au sens construit de communauté, comme nom dérivé de l’adjectif commun, qui signifie « le fait d’avoir X en commun » et, comme Ncoll, « l’ensemble de ceux qui ont X en commun ». La glose en termes d’appartenance identitaire n’est pas immédiate, donc, mais elle tend, dans certains contextes, à le devenir : ainsi parle-t-on couramment d’appartenance communautaire dans le sens qui m’occupe.

4En effet, des mots relevant du champ lexico-discursif de l’identité peuvent être, dans les discours publics, rapprochés du mot communauté (de même que de ethnie, race et de leurs dérivés), influant ainsi contextuellement (et peut-être durablement) sur son sens : on relève, selon les énonciateurs, les thématiques et les points de vue des textes, l’adjectif identitaire, le nom origine, mais aussi des noms comme critère(s), statistique(s) ainsi que discrimination, exclusion ou ségrégation, ou encore les verbes appartenir ou (s’)intégrer et leurs dérivés, tous mots qui peuvent être compris, dans le contexte social français contemporain (et notamment en rapport à la question de l’immigration), comme ayant trait à l’identité, du point de vue des individus ou des groupes :

(1) L’idée de communauté. S’il est un sujet dont les implications et les enjeux actuels dépassent largement la discussion d’école, c’est bien celui-là. C’est pourquoi il n’est pas vain de toujours la mettre en débat en posant les questions essentielles qu’appelle cette notion : rassemblement ou exclusion ; nature et légitimité des liens communautaires (linguistiques, culturels, sexuels, politiques ou religieux) ; intégration, multiappartenance..
(« La mosaïque des communautés », Le Monde, 05/11/04, à l’occasion de la tenue d’un forum à l’unesco).

5Comme on peut le voir, les mots cités qui se trouvent associés à communauté (de même qu’à ethnie, race, caste) relèvent de l’identité ou de l’altérité, ou des deux. On verra d’ailleurs que, pour les Ncolls « identitaires » présentés, la construction lexicale et discursive de l’identité passe tout autant par le biais de l’expression de l’identité que par celle de son corollaire, l’altérité.

  • 4 J’utiliserai par la suite la glose « identitaire » pour résumer l’articulation identité/altérité lo (...)

6Dans cette contribution, je chercherai à montrer que le Ncoll communauté, dénotant un rassemblement fonctionnel et social d’individus, et pourvu d’un sens général, englobant et malléable, voit, dans certains contextes socialement situés, son sens se spécifier en synchronie, pour devenir un Ncoll relevant de l’expression de l’identité/altérité (sans que pour autant cette valeur supplante les autres). Pour ce faire, après avoir présenté et discuté les ressources textuelles utilisées, je définirai et caractériserai les Ncolls. Après avoir dessiné les particularités sémantiques et distributionnelles de communauté, je dresserai un panorama de certaines de ses valeurs (sens et emplois référentiels rencontrés), afin de souligner l’extension et la souplesse de ce nom. Je présenterai ensuite le mot communauté dans des contextes syntagmatiques - syntaxe du groupe nominal (GN désormais) ; environnement textuel - où est posé, directement ou indirectement, un sens relevant de l’ide ntité/alté rité4 avant d’aborder en dernier lieu, des faits qui me font supposer une installation stable pour communauté d’une spécification de sens « identitaire » : la création, et l’emploi contemporain de ses dérivés communautaire et communautarisme. Ces mots, morphologiquement seconds par rapport à communauté, n’en cohabitent pas moins avec celui-ci, et sont donc, par effet de système (linguistique et socio-discursif), susceptibles d’influer sur son sens.

Constitution du corpus

Les corpus

  • 5 Il me semble que ce caractère polémique n’est, à l’heure actuelle, plus aussi saillant.
  • 6 Voir la rubrique « ressources » infra.
  • 7 Parmi ces textes figurent les débats à l’Assemblée nationale autour de la loi dite « sur le voile » (...)

7La question identitaire dont je mentionne l’actualité n’est en fait pas totalement inédite - un historien pourrait sans doute en retracer le parcours. En témoignent à leur manière les emplois de communauté relevant de l’identité/altérité que j’ai pu relever précédemment (depuis 2004), dont certaines, d’ailleurs, montrent le caractère polémique de ce mot (voir l’exemple I)5. Les attestations sur lesquelles je me fonderai ici sont issues d’un corpus constitué pour les travaux antérieurs cités, enrichi de textes contemporains6 (corpus « public »). En réalité, il s’agit d’un corpus « ouvert », destiné à capter la circulation du mot communauté et de sa valeur « identitaire » - parmi d’autres. Il a été constitué à partir de textes portant sur des questions de société contemporaines telles que le racisme, l’antisémitisme ou la laïcité7 - textes publics (c’est-à-dire donnés à voir au public), qu’il s’agisse de presse, d’articles de chercheurs ou d’hommes politiques publiés dans la presse, de pages Web ou de courriers des lecteurs sur ces thèmes, les communautés discursives étant ici, à dessein, diverses.

  • 8 Ce corpus est constitué de 487 textes relevant de tous les genres distingués par Frantext. En rappo (...)

8En complément, dans le but de répertorier le plus vaste éventail possible d’acceptions de communauté d’une part, et de juger de la pertinence de sa valeur « identitaire » dans des textes différents, d’autre part, j’ai extrait automatiquement des occurrences à partir de la base de données textuelles Frantext. La sélection des textes s’est alors faite exclusivement sur un critère de date (textes contemporains, à partir de 1950) ; elle mêle ainsi tous genres et thématiques8.

La démarche : corpus et contexte

9À travers l’ensemble du corpus, les thématiques des textes, leurs énonciateurs, leurs genres constituent des contextes diversifiés qui influent sur le sens de communauté. En effet, je montrerai par la suite que le sens de communauté est peu spécifié : ses environnements distributionnels sont nombreux, ses valeurs sont parfois peu tranchées et se chevauchent. Ces particularités, qui le distinguent de ethnie ou de race par exemple, à touts points de vue plus saillants, font que communauté se modèle sur son contexte (du plus étroit au plus large - thématique), qui en détermine le sens. La méthode et les corpus choisis sont déterminés par cette particularité (ou non-particularité) du mot étudié et par sa fréquence ; c’est pourquoi, pour le corpus « public », j’ai choisi de recourir à un critère thématique en sélectionnant des textes qui paraissaient « appeler » le sens « identitaire » de communauté : compte tenu de la polyvalence et de la malléabilité de ce mot il n’était pas envisageable de répertorier systématiquement l’ensemble de ses emplois toutes thématiques confondues (mais lesquelles ?), fût-ce dans un corpus circonscrit, et de juger de la représentativité de ce corpus (par rapport à quoi ?). Ma démarche, concernant le sens supposé « identitaire », a donc consisté à confirmer dans un corpus choisi thématiquement mais divers du point de vue des énonciateurs, une intuition et des observations préalables, et à les décrire d’un point de vue linguistique. Comme je le développerai par la suite, le sens « identitaire » de communauté apparaît tout particulièrement dans une structure lexico-syntaxique spécifique (la communauté + adjectif), où le sens de l’adjectif est déterminant. C’est cette structure que j’ai examinée dans les deux corpus (voir infra). Au préalable, venons-en à la caractérisation des noms collectifs, pour confronter ensuite une définition générale de ceux-ci au cas particulier de communauté.

Le nom collectif, les noms collectifs

  • 9 Sur les Ncolls, voir aussi M. Lecolle (1998) et M. Lammert (2006).

10D’un point de vue lexical, le Ncoll met en œuvre un rapport sémantique dit « membre/collection ». En voici une définition classique : « Un Ncoll est un nom au singulier dénotant une entité composée d’un regroupement d’éléments de même catégorie » (Lecolle 2007)9. Outre les traits définitoires que sont le singulier morphologique et la pluralité sémantique interne, la définition souligne l’existence d’un niveau supérieur celui de la collection elle-même (« entité »), sur lequel je reviendrai, et la similitude des éléments (« même catégorie ») ; on voit ici supposée l’homogénéité mentionnée en introduction. Dans son schématisme, cette définition passe cependant sous silence la diversité des Ncolls, et notamment, pour ce qui m’occupe ici, le fait que tous ne sont pas équivalents du point de vue de cette homogénéité. En effet, les Ncolls peuvent être distingués selon que leur sens lexical évoque :

a. la pluralité et le rassemblement en lui-même, sans que le mode de rassemblement ni les caractéristiques des individus soient spécifiés (collectivité, ensemble) ;
b. un rassemblement contingent (contiguïté spatiale, c’est le cas de foule, public) ;
c. une fonctionnalité commune ou un lien social (comité, jury, armée, communauté) ;
d. un rassemblement selon une similitude, plus ou moins lâche, des éléments (c’est le cas de forêt, mais aussi de bourgeoisie, de valetaille ou d’argumentaire et, bien sûr, d’ethnie).

11Enfin, selon les Ncolls, les critères mentionnés peuvent cohabiter mais l’un ou l’autre d’entre eux peut aussi être éclipsé : ainsi, une forêt est composée d’éléments de même catégorie, mais aussi rassemblés spatialement, ce qui n’est pas le cas d’un comité (fonctionnel), ou de la bourgeoisie (identitaire). Une foule laisse tout autant dans l’ombre (la pénombre) la ressemblance des membres que le lien qu’ils entretiennent, en mettant l’accent sur la pluralité, la contiguïté spatiale et la configuration elle-même du groupe.

12Second point : les éléments de certains Ncolls n’ont pas de nom - c’est d’ailleurs probablement le cas le plus fréquent, pour les Ncolls humains du moins. Ainsi, en regard des couples membre/collection arbre/forêt, soldat/ armée, les membres des collections dénotées par foule, ethnie, communauté par exemple n’ont pas d’existence lexicale. Pour ces Ncolls, le sens du « tout » est alors susceptible de donner sa configuration aux éléments soit, comme pour foule, collectivité, assemblée (chacun avec ses spécificités), que le trait dominant soit le rassemblement, soit que le sens du « tout » soit particulièrement prégnant, notamment du point de vue identitaire. Pour ethnie, race, caste, l’identité des individus découle de celle posée au niveau du groupe : appartenir à telle ethnie est, en soi, un fait d’identité.

13Mon propos n’est pas ici de classer les Ncolls (voir Lammert, 2006), mais la diversité présentée me permettra par la suite de décrire communauté. Il me semble que ce nom général et vague, en d’autres termes sous-spécifié, est apte à piocher diversement dans le stock des caractéristiques décrites, selon la structure syntaxique et le contexte textuel dans lequel il est employé : parfois pratiquement un simple outil de pluralité (une communauté de locataires peut être équivalent à des locataires ; communauté se rapproche alors des Ncolls de la catégorie a), parfois davantage motivé sémantiquement par la dérivation qui le lie à commun..

14Un fait me paraît pourtant à peu près certain : dans l’éventail des possibilités offertes par les critères de rassemblement des collections, communauté relève plutôt a priori du critère fonctionnel et social - c’est ce que je vais préciser à présent. La question qui se posera ensuite, par rapport au propos général de cet article, peut se résumer de la manière suivante : comment un nom exprimant un rassemblement d’êtres humains selon des critères fonctionnels relativement vagues en vient-il à dénommer l’identité et l’altérité ?

Diversité des valeurs sémantico-référentielles de communauté

Communauté nom de qualité, nom collectif

  • 10 Cet « avant » ne correspond pas à une antériorité historique, mais logique. Les dictionnaires diver (...)
  • 11 Dictionnaire de l’Académie Française, TLFi.

15Avant d’être un Ncoll, communauté est un nom de qualité, formé sur l’adjectif commun (ou ressenti comme tel)10. Ainsi hérite-t-il en partie du sens de sa base : on peut gloser cette acception de communauté par « le fait d’avoir en commun ». De nombreuses occurrences issues de Frantext exemplifient ce sens : (avoir) une communauté de vues, d’intérêts, de sang, d’âge, etc. On trouve également le sens, positivement marqué, de « mise en commun », de partage donc, dans la locution adverbiale en communauté (vivre en communauté), ainsi que dans la terminologie du droit (droit matrimonial notamment : Communauté entre époux11). Et on ne peut que songer à la valorisation que connaît la dénomination

  • 12 Alors que la dénomination est, depuis le traité de Maastricht en 1992, Union européenne (abrégé en (...)

16Communauté européenne, signifiant concurremment ou tout à la fois « mise en commun » et « résultat (collectif) de cette mise en commun »12

17La citation suivante (2) illustre les valeurs qualitative (occurrences 1 et 2) et collective (3) de communauté. On y remarque aussi le passage naturel, en douceur, de l’une à l’autre, et surtout la présupposition existentielle rapportée à les communautés3 :

(2) Communautél d’origine, communauté2 de destin ?
Le débat monte de plus en plus sur les communautés3 : chacun revendique -légitimement - le respect de ses racines, de l’histoire du peuple auquel il se sent appartenir.

Cette communauté d’origine ne signifie pas une communauté de destin : quelle communauté de destin entre un jeune immigré de parents paysans analphabètes et un fils d’homme d’affaires ayant fait ses études dans les meilleures écoles suisses et américaines ?
(Blog de Marie-Laure Meyer 22/02/0513)

  • 14 En anglais, community a également plusieurs sens, dont des valeurs locatives (area, place et local (...)

18Outre ces deux sens, on trouve pour communauté un sens spatial qui me paraît être le calque d’un emploi fréquent de community en anglais14 :

(3) Ce qu’il eût aimé, c’était qu’on l’aidât à vivre, [...] soit dans le logement où elle était à Montmorency, soit dans quelque communauté de province (J.-J. Guéhenno, Grandeur et misère d’un esprit : 1758-1778, t. 3, Paris, Gallimard, 1952).

19À partir de cette valeur spatiale, où communauté est un quasi-synonyme de commune, se retrouve, par une métonymie classique, la valeur collective : comme en anglais, ce communauté-là renvoie très naturellement à ses habitants. En bref, non seulement plusieurs sens de communauté cohabitent, mais aussi et surtout les franchissements de frontière entre sens, et les zones intermédiaires d’indistinction et de mélange sont aisés et fréquents. Conséquence de cette indistinction, ou appuyée par elle, la motivation de la dérivation sur commun, et donc le sens fonctionnel et social de communauté demeure présent.

Diversité des domaines référentiels

  • 15 Le dictionnaire Littré (1872) mentionne le sens ancien suivant : « Autrefois, corporation. La commu (...)

20Cette valeur collective se spécifie contextuellement dans divers domaines référentiels : domaine politique ou social (la communauté scientifique/ universitaire, la/une communauté éducative)15, domaine religieux (une communauté d’une trentaine de Frères de 25... à 90 ans, La Croix, 29/09/04). En outre, le Ncoll est utilisé comme un terme, notamment en sociologie, et il est stable également dans la terminologie linguistique et sociolinguistique, où l’on parle de communauté linguistique, discursive, de langue.

(4) [... ] les membres d’une même communauté de langue sont à égalité d’aptitude culturelle (Cl. Hagège, L’Homme de paroles. Contribution linguistique aux sciences humaines, 1985).

21Dans tous ces cas, le nom communauté sert pour l’essentiel « d’outil » de rassemblement selon un critère classificatoire que fournit l’expansion (universitaire, linguistique, de langue).

22Signe aussi de sa polyvalence, communauté, à l’instar de groupe ou ensemble, est fréquemment utilisé dans les définitions des dictionnaires, comme une sorte de point zéro par rapport auquel se situe le mot défini. Ainsi, dans la définition de ghetto (TLFi) : Quartier où une communauté vit isolée du reste de la population.

Flexibilité référentielle

23Enfin, n’ayant pas, en propre, de nom de membre, communauté, y compris avec un adjectif, permet de laisser sa composition interne sous-spécifiée, aussi bien du point de vue du statut des membres supposés que d’un point de vue quantitatif : ainsi en (5), la communauté universitaire peut (ou non) être structurée de différents sous-groupes (étudiants, cpu, enseignants-chercheurs, personnel administratif), ce qui est (ou non) précisé contextuellement, utilement (ou non) :

(5) Sarkozy veut séduire la communauté universitaire (Le Figaro, 25/06/07).

24On voit ici que, en rassemblant, communauté gomme des différences, que celles-ci soient ou non pertinentes. Le flou sur le nombre et le statut des membres, le rassemblement sous une même étiquette dénominative permettent les usages argumentatifs plus ou moins masqués de communauté (Lecolle, 2007) et expliquent, en partie, que le mot soit discuté. En partie seulement, et d’autres facteurs interviennent, auxquels je viens à présent

  • 16 Voir infra différents exemples, notamment (10), (11) et (12).

25Pour résumer ce qui précède, on ne peut que souligner la flexibilité de communauté, presque un mot à tout faire, que ce soit du point de vue de son sens (nom de qualité, collectif et/ou spatial), des types de référents qu’il peut désigner (catégories sociales de groupes, modes de rassemblements de ces groupes) ou des constructions syntaxiques où il entre : il est pourvu de différents déterminants, employé au singulier ou au pluriel16, avec ou sans expansion (complément de nom ou adjectif) - je reviens sur l’expansion adjectivale plus bas. Cette flexibilité aboutit au fait que communauté épouse en quelque sorte les déterminations de son contexte, distributionnel, phrastique et thématique.

Communauté comme désignant « identitaire »

26On l’a vu, communauté, en rassemblant des individus disparates sous une même dénomination, pose une similitude de ces individus, mais c’est le lot de la plupart des Ncolls, et celui-ci ne semble pas a priori prédisposé à une valeur identitaire au sens fort, c’est-à-dire touchant à « l’être » : son sens collectif met plutôt l’accent sur un rassemblement humain, et on y trouve une idée de « vie en commun », de « règles communes » plus ou moins lâches - un « être avec » (marqué dans notre communauté où le groupe est envisagé, sans autres spécifications, « de l’intérieur »). Mais il me semble que, dans certains contextes textuels et sociaux, et par le biais de déterminations lexico-syntaxiques (adjectif catégorisant), ce caractère commun, extérieur aux individus, tend à s’essentialiser et à conférer aux individus eux-mêmes une identité commune qui, à son tour est posée par différenciation par rapport à ce qui est extérieur Ma présentation passera rapidement en revue quelques faits discursifs posant l’identité elle-même, mais le point principal est que communauté, dans la construction récurrente [Ncommunauté. + adjectif], pose principalement l’altérité par rapport à un groupe englobant, ce qui, en retour, structure (discursivement) le groupe par différenciation : ainsi, par exemple, dans la communauté française d’Abidjan, où Abidjan figure ce groupe englobant.

Communauté et identité

27On l’a dit, pour ethnie et race, le Ncoll est directement identitaire : X fait partie de telle ethnie/race dit intrinsèquement quelque chose de l’identité (l’être) de X, et c’est ainsi qu’on utilise couramment ces termes, que ce soit dans des domaines scientifiques ou dans des discours plus « grand public ». À vrai dire, ces mots sont davantage ressentis comme des noms de « critères identitaires » que comme des Ncolls, à la différence de caste, qui cumule les deux caractéristiques, en ce sens qu’on peut considérer nettement une caste comme un groupe constitué, et employer le mot de la sorte. Pour communauté, on l’a vu, la détermination identitaire n’est pas immédiate : en fait, elle ne l’est guère plus dans - par exemple - « X fait partie de telle communauté » que dans « X fait partie de telle collectivité ».

28Cependant, communauté (et son dérivé communautaire) est souvent rapproché de la notion (ou du mot) d’identité, et il tend à être utilisé comme descripteur para-synonymique de ethnie, de caste ou de race (sur lesquels il a l’avantage de la non-technicité et de la souplesse) - exemples (6) à (8) :

(6) Selon le HCR, sur les quelque 2,2 millions d’Irakiens - toutes origines et communautés confondues - réfugiés en Syrie et en Jordanie, plusieurs dizaines de milliers nécessiteraient d’être "réinstallés", notamment en Europe (Le Monde. 11/12/07).

(7) « C’est sous la domination britannique que le terme de caste en est venu à pouvoir à lui seul exprimer, organiser et surtout "systématiser" les différentes formes d’identité, de communauté et d’organisation sociales de l’Inde » (Citation, dans Le Monde diplomatique, 08/07)

(8) Contrairement à l’Union européenne, qui distingue des « communautés issues de l’immigration » et des « minorités nationales », les principes constitutionnels français interdisent « d’accorder le moindre contenu positif à la notion d’"origine" ou de "race" ». [...] Dans l’image qu’on donne de la réalité, les individus ont de plus en plus de mal à se vivre comme dépositaires d’une égalité promise à tous, leur identité étant réduite à l’appartenance à une communauté d’origine (Télérama, « La discrimination positive, facteur d’intégration ou ferment du communautarisme ? Le casse-tête des quotas », 15/12/04).

29Ce qui apparaît déjà dans ce dernier exemple, discutant une réalité sur le territoire français, nous conduit à une identité envisagée par le détour de l’altérité, exprimée par le biais du complément de nom issues de l’immigration sur communauté, et le rapprochement avec minorités nationales.

Communauté et altérité

30Comme on l’a vu dans certains exemples, le mot communauté est souvent mis explicitement en rapport avec des questions comme l’intégration et l’exclusion, qui supposent altérité (un corps étranger qu’on intègre ou qu’on exclut), en rapport avec la question de la minorité ou des minorités (à opposer à la majorité qu’est la communauté nationale) - exemples (1) et (8), ainsi que (9) ci-dessous.

  • 17 Le mot « ethnique » (nom et adjectif) renvoie, dans certaines terminologies linguistiques, aux peup (...)

31Mais c’est maintenant plus particulièrement aux expansions syntaxiques attachées à communauté que je m’intéresse - voir Communautés issues de l’immigration en (8) -, le cas le plus fréquent étant l’expansion adjectivale. Communauté est usuellement employé dans certaines structures syntaxiques [la Ncommunauté. + Adjectif] où le déterminant est défini, le plus souvent au singulier (la), et où l’adjectif est un adjectif catégorisant - catégorisant « ethnique »17 (corse ; tutsi ou hutu par exemple pour le Rwanda), religieux (juif, musulman), ou portant sur une identité sociale (immigré, homosexuel, gay) voire... raciale (noir) :

(9) [Corse] La communauté maghrébine dont une partie, notamment les jeunes nés sur lîle, est parfaitement intégrée, ressent une forte inquiétude (À propos d’événements à caractère raciste, 2004, Site du Collectif Bellaciao18).

  • 19 On trouvera en annexe le chiffrage des adjectifs figurant dans cette structure dans le corpus Frant (...)

32La catégorisation externe apportée par l’expansion adjectivale, associée qui plus est à la présence d’un article défini (instrument de présupposition existentielle), me paraît déterminante pour la question identitaire : d’une certaine manière, cette catégorisation essentialise la collectivité rassemblée sous le nom communauté. Le sens de l’adjectif est ici décisif ! Si l’on examine les sens de communauté + adjectif en variant les adjectifs, on n’observe pas la même configuration sémantique : communauté est, selon les cas, diversement motivé (au sens présenté supra) et donc son/ses sens diversement prégnant(s) - davantage avec humaine ou encore homogène, primitive,morale (corpus Frantext),et différent avec Européenne,économique, nationale où les GN fonctionnent en bloc comme des dénominations19. En comparaison, dans la structure [la Ncommunauté. + adjectif] où l’adjectif communauté est catégorisant, le sens motivé de communauté me parait partiellement s’effacer : il se rapproche alors d’un simple outil de rassemblement et de pluralité (voir supra).

33Mais c’est un élément supplémentaire, l’expression de la territorialité, qui parachève la construction de l’altérité. Parfois textuellement exprimée par le biais d’un complément de nom à sens locatif - la communauté française d’Abidjan -, le plus souvent implicite, mais inférée par le contexte textuel (par exemple lorsqu’on parle de la communauté musulmane dans la presse, à propos d’événements français), ou encyclopédique (la communauté tutsie est celle du Rwanda), elle est de toutes façons présente. Ainsi, le référent du GN la communauté + adjectif catégorisant est posé en opposition, par différenciation avec une autre collectivité, celle représentée par le territoire qui l’englobe, collectivité qui, pour la France, renvoie également à l’État (laïque). En somme, dans la structure étudiée, ce nom, tout en identifiant, et parce qu’il identifie, fonctionne en réalité comme un désignateur de l’Autre - comme groupe ou comme catégorie. À ce titre, il se rapproche du nom ethnie, analysé par Alice Krieg-Planque (2005 : 1) comme un « hétéro-désignant » : « Ethnie et ethnique apparaissent comme des hétéro-désignants négatifs, c’est-à-dire qu’ils servent toujours à nommer les autres, et qu’ils les nomment négativement, en tant qu’étrangers au système politique aujourd’hui valorisé de la citoyenneté et du rapport à un État ».

34Mais il s’en différencie en premier lieu en ceci que ethnie ne nécessite pas, pour la caractérisation, le recours à une différenciation externe : le GN l’ethnie tutsie par exemple envisage les tutsis en eux-mêmes, et non par opposition avec un ensemble englobant. Communauté se différencie en second lieu de ethnie par sa non-technicité, qui lui permet de caractériser un groupe selon des critères beaucoup plus divers que celui-ci : critères d’ordre territorial (corse), social ou religieux comme illustré par mes exemples. Corrélativement, il est a priori beaucoup moins polémique et scientifiquement sujet à caution.

35Pour résumer, c’est ainsi qu’avec communauté, on passe, par le biais de la désignation, de l’idée de relation sociale interne au groupe à celle de différenciation, voire d’opposition, avec le groupe englobant (la communauté nationale). Je propose donc la caractérisation suivante de communauté dans cette structure : /ensemble humain fondé sur un critère identitaire, et distinct à ce titre d’un ensemble majoritaire - la collectivité nationale/. Caractérisation qui peut s’étendre au mot communauté lui-même : ainsi en (10), (1 1), et (12) où le jeu des reprises anaphoriques montre les rapprochements établis entre communauté(s) et tel sous-groupe de la collectivité :

  • 20 À propos d’une fausse agression raciste, fantasmée mais largement médiatisée puis commentée (affair (...)

(10) Dans le petit monde de Marie, les Arabes sont cruels et les juifs sont riches. Et les Noirs sont toujours prêts à commettre de noirs méfaits. Les agresseurs de Marie étaient coupables, ontologiquement coupables. Parce qu’ils étaient « quatre Arabes et deux Noirs ». [... ] Les communautés qu’elle [Marie L.] a mises en cause n’auront pas même eu droit à ses excuses, ni à celles des hommes politiques (Le Monde, 09/08/04, « Sortir du petit monde de Marie L. »)20.

(11) Une trentaine d’actes violents à caractère raciste ont été commis au cours des six premiers mois de l’année 2004 en Corse. [...] Cette recrudescence rappelle les violents incidents qui avaient eu pour théâtre, en 2002, la rue Droite à Bastia, habitée majoritairement par des Maghrébins et qui avaient fortement traumatisé cette communauté (« Les attentats antimaghrébins se multiplient en Corse », 26/07/04, Collectif Bellaciao).

  • 21 Il s’agit ici de la proposition de Nicolas Sarkozy (février 2008) de faire « parrainer » un enfant (...)

(12) Sur le plan politique, [...] on peut craindre que l’initiative du chef de l’État n’attise la « concurrence mémorielle » qui sévit déjà entre diverses communautés. Maire socialiste de Sarcelles, François Pupponi avertit ainsi : « Certaines communautés trouvent déjà que la République ne prend pas suffisamment en compte leur propre souffrance. C’est le cas des Antillais, qui voudraient voir reconnu le drame de l’esclavage, ou celui des Arméniens pour ce qui concerne le génocide de 1915 » (Le Figaro 15/02/08, sous le titre « Le parrainage d’enfants juifs déportés crée la polémique »21).

36Cette valeur d’identité et d’altérité n’est en fait pas nouvelle, le corpus Frantext le montre. On y trouve ainsi la structure [la Ncommunauté + adjectif] avec adjectif catégorisant dans les essais, et notamment celui de Hélène Carrère d’Encausse sur la Russie (L’Empire Eclaté, 1978), dont est extrait l’exemple suivant :

(13) Pourtant, certains indices suggèrent que le tableau de la communauté juive d’U. R.S.S. qui se dégage du recensement, est quelque peu faussé (Carrère d’Encausse H., L’Empire Eclaté, 1978, p. 76)

  • 22 Le communautarisme est aussi prôné par certains, qui revendiquent la construction d’une communauté (...)
  • 23 On trouve trace de cette discussion dans les textes des débats de l’Assemblée nationale et dans la (...)

37Mais, dans le cadre français, cette valeur « identitaire » me parait recevoir à l’heure actuelle des spécifications, qui doivent être mises en rapport avec l’émergence de certains mots et notions, ou avec leur transposition problématique. Ainsi l’effet d’évidence attaché dans certains cas au sens identitaire de communauté est-il appuyé par des particularités linguistiques, discursives et représentationnelles : il s’agit ici de la question du communautarisme, fort discutée dans l’espace discursif français à l’époque de la collecte de mon corpus « public » (2004)22 et par la suite. La discussion de la validité de cette notion pour la France explique en partie, me semble-t-il, le caractère polémique de l’emploi de communauté, que j’ai illustré ailleurs (Lecolle, 2007)23. Ici, ce sont les mots eux-mêmes communautarisme (et communautariste) et, principalement, communautaire que j’aborde.

Les dérivés de communauté : communautaire et communautarisme

  • 24 Le mot est signalé comme dérivé de communauté (daté de 1951) mais non défini dans le Robert Histori (...)

38Communautarisme est un nom dérivé de communautaire, lui-même dérivé de communauté. On sait que le suffixe -isme permet (entre autres fonctions) de construire des noms de comportements, de pratiques et de mouvements, politiques, artistiques etc. C’est bien le cas de communautarisme ; sans m’attarder sur ce point, je note que le mot est nettement mis en rapport avec la question identitaire (et plus particulièrement avec l’altérité), et c’est là l’essentiel de son sens : on associe à communautarisme l’idée de repli identitaire (et communautaire)24.

(14) On parle de communautarisme lorsque les communautés sont reconnues comme telles dans une société donnée. Ou plus négativement, lorsque ce qui différencie les communautés prévaut sur ce qui unit, par delà la race ou la foi, les individus comme citoyens d’une même société » (Van Eeckhout, 2007 : 27).

(15) « La notion d’identité nationale s’oppose justement au repli identitaire et au communautarisme » (Maxime Tandonnet, conseiller pour l’immigration, cité par Le Figaro, 21/03/07).

  • 25 Sur les adjectifs relationnels, je me réfère ici à M. Roché (2006). Les particularités sémantiques (...)

39L’adjectif communautaire, base morphologique sur laquelle est formé communautarisme, me parait en lui-même plus intéressant, parce qu’il connaît un glissement de sens, largement congruent avec la question qui m’occupe. Formé sur communauté, il en est primitivement « l’adjectif relationnel », c’est-à-dire qu’il équivaut simplement à « de la communauté »25 : les étrangers communautaires (formule usuelle) sont ainsi « les étrangers de la Communauté (européenne) ». Entre autres particularités syntaxiques, comme les adjectifs relationnels, communautaire ne peut pas être employé en fonction attributive : * les étrangers sont communautaires.

40Le Dictionnaire de l’Académie (9e édition), avec des exemples comme Vie communautaire, définit ainsi communautaire : « Relatif à la vie en commun ; qui pratique ou préconise la vie en commun ». L’adjectif a sensiblement la même polyvalence que communauté. Certaines de ses valeurs usuelles ne sont pas particulièrement marquées au regard de l’identité/altérité, comme par exemple en (16), où on peut gloser communautaires par « de la communauté » :

(16) [à propos de paysans salvadoriens]. L’irrigation est un autre problème à résoudre pour les communautés implantées dans les collines. [...] La place des femmes est renforcée puisqu’elles représentent 30 % des animateurs communautaires (Convergences, mensuel du Secours Populaire, 10/04)

41Mais en réalité, dans certains de ses emplois contemporains, cet adjectif évolue vers un emploi qualificatif. La possibilité de l’emploi attributif est par exemple attestée en (17) :

(17) Pink TV est identitaire et non communautaire (France Inter, 10/04, à propos de la création d’une nouvelle chaîne TV).

  • 26 Une valeur approchante est mentionnée par le TLFi, comme régionalisme, à propos de la Belgique : «  (...)

42On peut alors figurer le sens de communautaire, en recourant à son dérivé communautarisme, par la formule /caractérisé par le communautarisme/, ou /fondé sur le communautarisme/26. Ainsi, en (18), interprétera-t-on, repli communautaire par « repli fondé sur le communautarisme » :

  • 27 Il faut noter que l’article original du Monde mentionne la moitié des quartiers sensibles surveillé (...)

(18) L’inquiétant rapport des RG [Renseignements Généraux] Les banlieues défavorisées se « ghettoïsent »27. A en croire un rapport réalisé par les renseignements généraux, 300 quartiers connaissent un inquiétant repli communautaire et une poussée de l’islam radical. Ce document, dont le quotidien Le Monde a publié la synthèse dans son édition de mardi (6 juillet 2004), a été remis début juin au ministère de l’Intérieur » (« Repli communautaire et intégrisme religieux (rtl), Le Monde en ligne).

  • 28 Le mot collocation renvoie à un phénomène de cooccurrence régulière de deux (ou plusieurs) mots. À (...)

43Il en est de même dans les autres collocations28, qu’on peut véritablement qualifier de clichés, (les deux mots du GN construisant mutuellement, et en composition, un sens tourné vers l’altérité) dérapage communautaire -(19) - ou encore enfermement communautaire :

(19) Le succès électoral d’Euro Palestine dans les quartiers populaires n’illustre-t-il pas le risque de dérapage communautaire ? (« Trois questions à Bernard Ravenel », Le Monde, 02/12/04).

  • 29 On trouve également, outre repli communautaire, clubs (sportifs) communautaires dans le corpus des (...)

44Dans l’ensemble de ces types d’emplois, qu’il s’agisse ou non de collocations29, le GN composé d’un nom et de communautaire supporte la transformation que je propose en (20) :

(20) Un comportement communautaire > Le communautarisme de ce comportement.

45Il se rapproche, ou est rapproché, de communautariste, davantage marqué par sa morphologie :

(21) En stigmatisant par trop la religion dans les établissements publics, on risque de susciter le développement d’un enseignement communautaire, voire communautariste (Assemblée nationale).

46Ainsi, d’un point de vue sémantique, le mot communautaire peut-il être qualifié de « biface » : une de ses faces relèverait à proprement parler de la dérivation sur communauté (c’est un adjectif relationnel) ; l’autre ne s’éclairerait que par le recours au sens de communautarisme. Cette bivalence de communautaire me semble nettement illustrée en (1), rappelé ici :

(1) L’idée de communauté. S’il est un sujet dont les implications et les enjeux actuels dépassent largement la discussion d’école, c’est bien celui-là. C’est pourquoi il n’est pas vain de toujours la mettre en débat en posant les questions essentielles qu’appelle cette notion : rassemblement ou exclusion ; nature et légitimité des liens communautaires (linguistiques, culturels, sexuels, politiques ou religieux) ; intégration, multiappartenance..

47Ici, en effet, communautaire - en tant qu’adjectif relationnel de communauté (liens communautaires) - sert, dans un même mouvement et une même occurrence, de transition dans le GN avec l’expression de faits généralement reliés au communautarisme : on le voit, d’une part, avec les mots exclusion et intégration, et, d’autre part, avec les spécifications apportées par les adjectifs figurant dans la parenthèse. Finalement, selon cette analyse, l’existence de cette seconde face ne serait pas sans conséquence sur le sens même de communauté, qui apparaît comme chargé en retour du sens de communautaire et de communautarisme.

Conclusion

48En partant de faits linguistiques et discursifs tels que la désignation des groupes humains par des moyens lexicaux stables (noms collectifs), j’ai confronté l’un d’entre eux, le Ncoll communauté avec des faits sociaux où il trouve, discursivement, une place - la question de l’identité. Il ressort de la description, sémantique et référentielle de communauté, et de l’étude de la diversité de ses emplois, qu’on a affaire ici à un mot au sens peu spécialisé, ce qui lui permet d’être employé comme une sorte de « mot-joker ». Et on peut dire que c’est à partir de ce sens général que ce mot accueillant se spécifie dans certains contextes, sous la pression de problématiques sociales.

49L’observation de faits de discours (représentation de l’identité pour les individus et les groupes ; discussion de cette représentation) et de faits de langue (sens des Ncolls, sens divers de communauté, structures syntaxiques récurrentes, dérivation morphologique) a permis de montrer l’interaction réciproque entre un mot et son « entour ». La motivation sémantique traditionnellement associée à la dérivation (de commun à communauté, puis à communautaire et communautarisme) obéit à des effets en retour dus à d’autres motivations, discursives et sociales. De la sorte, s’illustre, à propos de la question de l’identité et de l’altérité, la dynamique du changement de sens en discours, et le recyclage de faits de discours qu’opère la langue, en lien avec des questions historiquement et socialement situées.

Adjectifs

Sing.

Plur.

Européenne

48

12

|uive

31

3

Humaine

24

8

Économique

23

2

française

20

1

Économique européenne

19

nationale

16

6

Musulmane

13

Politique

11

3

Internationale

8

0

religieuse

7

6

globale

6

0

Chrétienne

5

10

Historique

5

Paysanne

4

2

Atlantique

4

0

Spirituel

4

1

rurale

4

8

Sociale

3

2

Morale

3

0

Civile

3

1

Ecclésiale

3

0

Scientifique

3

0

Mondiale

3

0

Soviétique

3

0

Musulmane soviétique

3

0

Haut de page

Bibliographie

Krieg-Planque A., 2005, « Le mot "ethnie" : nommer autrui. Origine et fonctionnement du terme "ethnie" dans l’univers discursif français », Cahiers de lexicologie, 87, 2005/2, pp. 141-161.

Lammert M., 2006, Sémantique et cognition : les noms collectifs, thèse en sciences du langage, Université Marc Bloch-Strasbourg 2.

Lecolle M., 1998, « Noms collectifs et méronymie », Cahiers de grammaire, 23, pp. 41-65
— 2007, « Enjeux argumentatifs de la nomination : le cas du nom collectif communauté dans les discours publics contemporains », pp. 227-247, in : Boix C., dir :, Argumentation, manipulation, persuasion, Paris, Éd. L’Harmattan.

Noiriel G., 2007, Racisme : la responsabilité des élites, entretien mené par B. Richard, Paris, Éd. Textuel.

Rémi-Giraud S., 2003, « Le mot race dans les dictionnaires français du XIXe siècle », pp. 205-221, in : Moussa S., dir, L’idée de « race » dans les sciences humaines et la littérature (XVIIIe et XIXe siècles), Paris, Éd. LHarmattan.
— , 2006, « Relation partie-tout et relation taxinomique. Le mot race est-il dans l’impasse ? », pp. 137-152, in : Kleiber G., Schnedecker C., Theissen A., éds, La relation partie-tout, Leuven, Peeters.

Riegel M., Pellat J.-C., Rioul R., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, Presses universitaires de France.

Roché M., 2006, « Comment les adjectifs sont sémantiquement construits », Cahiers de grammaire, 30, pp. 373-387.

Taguieff P-A., 2004, « Multiculturalisme et communautarisme devant les principes républicains », site de l’Observatoire du communautarisme, [en ligne] http://www communautarisme.net/ (consulté le 29/02/2008).

Ressources : dictionnaires et corpus

Assemblée nationale : comptes rendus des débats de la XIIe législature (2002­2007), [en ligne] http://www.assemblee-nat.fr/l2/cri/2003-2004/

ATILF CNRS, Académie Française, Dictionnaire de l’Académie française, neuvième édition Version informatisée. [en ligne] http://atilf.atilf.fr/academie9.htm

ATILF CNRS, Frantext, [en ligne] http://www.atilf:fr/frantext.htm.

ATILF CNRS, Le Trésor de la Langue Française Informatisé (TLFi), [en ligne] http://

atilf.atilf.fr/tlf.htm

Encyclopédie Wikipedia, [en ligne] http://fnwikipedia.org/wiki/Accueil

Le Littré, Dictionnaire de la langue française 1872, CD-Rom Texte Intégral, Marsanne, Redon.

Le Monde, La Croix, Libération, le Nouvel Observateur, Télérama, Le Figaro, Politis entre juillet 2004 et juillet 2007. Choix thématique d’articles.

Rey A., dir., l998, Dictionnaire historique de la langue française, 3 tomes, Paris, Dictionnaire le Robert.

Rey A., Rey-Debove J., dirs, 1993, Le Petit Robert. Dictionnaire de la langue française, Paris, Dictionnaire le Robert.

Van Eeckhout L., 2007, L’immigration, Paris, O. Jacob/Éd. La Documentation française.

Haut de page

Annexe

Liste des adjectifs post-posés à communauté (singulier et pluriel) dans le corpus Frantext.

Haut de page

Notes

1 Je me réfère en particulier à la proposition, en mars 2007, du candidat à la présidence N. Sarkozy de créer un « ministère de l’Identité nationale et de l’Immigration » qui a fait et fait encore débat.

2 S. Rémi-Giraud (2003 ; 2006), étudiant les définitions de race, montre qu’un de ses sens (le plus ancien) est collectif, que l’autre est identitaire et que, en définitive, ces deux sens interagissent. De son côté, A. Krieg-Planque (2005) décrit l’entremêlement des sens des mots race et ethnie dans des textes des années 90. C’est aux côtés de ces deux noms « identitaires » que prend place le pacifique et anodin communauté ; je pense qu’il peut, dans certains emplois, en être tenu pour un substitut euphémistique.

3 J’utilise indifféremment les termes, respectivement, d’ensemble et collection pour le « tout » (groupe) et de élément et membre pour les « éléments ». Le rapport mis en œuvre est proche d’un rapport ensembliste, au sens mathématique du terme (Lecolle, 1998). Les mots groupe et individu seront employés selon la même logique, mais préférentiellement pour les Ncolls humains et les gloses s’y rapportant.

4 J’utiliserai par la suite la glose « identitaire » pour résumer l’articulation identité/altérité lorsque cette articulation elle-même correspond à un trait de sens. Cette articulation, ici présupposée, s’appuie sur leur parenté en français et leur interdéfinition pour le sens commun mais aussi pour les dictionnaires, de langue (notamment le Trésor de la Langue Française informatisé, TLFi) et philosophiques (on la trouve dans les systèmes de renvoi). Naturellement, comme il apparaîtra plus loin, l’un des termes, identité ou altérité, peut être mis en exergue pour lui-même.

5 Il me semble que ce caractère polémique n’est, à l’heure actuelle, plus aussi saillant.

6 Voir la rubrique « ressources » infra.

7 Parmi ces textes figurent les débats à l’Assemblée nationale autour de la loi dite « sur le voile », début 2004.

8 Ce corpus est constitué de 487 textes relevant de tous les genres distingués par Frantext. En rapportant les I526 occurrences de communauté(s) au total des mots de chaque genre, j’ai pu remarquer que ce mot est nettement plus représenté dans les Essais (traités d’histoire, de politique, de sociologie, de religion et de philosophie) : la proportion (très petite, au demeurant) est quatre fois plus importante dans les Essais (I294 occurrences) que dans le genre Mémoire (27) et le genre Théâtre (24).

9 Sur les Ncolls, voir aussi M. Lecolle (1998) et M. Lammert (2006).

10 Cet « avant » ne correspond pas à une antériorité historique, mais logique. Les dictionnaires divergent d’ailleurs sur la question du premier sens historique de communauté. Mais seul nous importe ici le fait que, à notre époque, ces deux sens sont vivants, qu’ils ont une parenté et qu’ils se mêlent parfois. Quant au terme de « nom de qualité », il à peu près équivalent à celui de « nom de propriété », et appartient au vocabulaire de la morphologie dérivationnelle, notamment. Les noms de qualité sont généralement dérivés d’adjectifs - beauté sur beau, blancheur sur blanc par exemple.

11 Dictionnaire de l’Académie Française, TLFi.

12 Alors que la dénomination est, depuis le traité de Maastricht en 1992, Union européenne (abrégé en UE, qui fait disparaître le sémantisme de Union), la notion (qualitative) de « communauté » se maintient, notamment dans un terme tel que Politique agricole commune, ainsi que dans l’adjectif communautaire, sur lequel je reviens plus bas : lorsqu’on parle de politique communautaire, communautaire semble bien être l’adjectif relationnel correspondant à l’UE, et non un supposé unitaire.

13 http://www.marielauremeyercom/, consulté le 18/07/07.

14 En anglais, community a également plusieurs sens, dont des valeurs locatives (area, place et local people, métonymique) et des acceptions renvoyant aux notions de « solidarité » et de « collectivité ».

15 Le dictionnaire Littré (1872) mentionne le sens ancien suivant : « Autrefois, corporation. La communauté des notaires », qui me paraît en réalité tout à fait usité à notre époque.

16 Voir infra différents exemples, notamment (10), (11) et (12).

17 Le mot « ethnique » (nom et adjectif) renvoie, dans certaines terminologies linguistiques, aux peuples.

18 http://bellaciao.org/.

19 On trouvera en annexe le chiffrage des adjectifs figurant dans cette structure dans le corpus Frantext : la structure [communauté + adjectif post-posé] est représentée 497 fois, dont 374 au singulier ; les adjectifs sont divers. Pour alléger je n’ai fait figurer que les adjectifs représentés au moins trois fois.

20 À propos d’une fausse agression raciste, fantasmée mais largement médiatisée puis commentée (affaire dite du RER D, août 2004).

21 Il s’agit ici de la proposition de Nicolas Sarkozy (février 2008) de faire « parrainer » un enfant juif déporté par chaque élève de CM2.

22 Le communautarisme est aussi prôné par certains, qui revendiquent la construction d’une communauté noire française (Pap Ndiaye tribune dans Libération, 28/02/05). Communauté a bien, alors, un sens « identitaire ».

23 On trouve trace de cette discussion dans les textes des débats de l’Assemblée nationale et dans la presse (où le communautarisme est parfois aussi posé comme un fait). Elle est plus particulièrement traitée par P A. Taguieff (2004) et abordée, d’un point de vue autre, par G. Noiriel (2007).

24 Le mot est signalé comme dérivé de communauté (daté de 1951) mais non défini dans le Robert Historique (2000), de même que communautaire (daté de 1842). Il n’apparaît pas 26 dans les autres dictionnaires consultés.

25 Sur les adjectifs relationnels, je me réfère ici à M. Roché (2006). Les particularités sémantiques et syntaxiques des adjectifs relationnels (par opposition aux adjectifs qualificatifs) sont décrites par M. Riegel, J.-C. Pellat et R. Rioul (1994).

26 Une valeur approchante est mentionnée par le TLFi, comme régionalisme, à propos de la Belgique : « Qui ressortit aux communautés linguistiques du pays. Partis, problèmes communautaires (non daté).

27 Il faut noter que l’article original du Monde mentionne la moitié des quartiers sensibles surveillés [par les RG].

28 Le mot collocation renvoie à un phénomène de cooccurrence régulière de deux (ou plusieurs) mots. À ma connaissance, il a deux acceptions que je présente en résumé : dans la première, il s’agit, dans une tradition de linguistique (informatiquement) « outillée », de traiter statistiquement cette récurrence d’un point de vue essentiellement formel (lexico-syntaxique). Dans la seconde, que j’utilise ici, il s’agit de s’intéresser au(x) sens (linguistique et discursif, ou encore social, philosophique, politique, etc.) qu’on peut en déduire : c’est pourquoi je rapproche cette notion de celle de « cliché », qui conjugue les deux caractéristiques (formelle et sémantique, voire stylistique), mais qui n’appartient pas à la terminologie linguistique, me semble-t-il. Naturellement, cette observation nécessiterait, dans le cas présent, davantage de développements.

29 On trouve également, outre repli communautaire, clubs (sportifs) communautaires dans le corpus des débats de l’Assemblée nationale (« loi sur le voile » 2004), le contexte phrastique et thématique induisant ici cette même interprétation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michelle Lecolle, « Identité/altérité et noms collectifs humains », Questions de communication, 13 | 2008, 323-342.

Référence électronique

Michelle Lecolle, « Identité/altérité et noms collectifs humains », Questions de communication [En ligne], 13 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/1862 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.1862

Haut de page

Auteur

Michelle Lecolle

Centre d’études linguistiques des textes et des discours Université Paul Verlaine-Metz, lecolle@univ-metz.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page