Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Alain Garrigou, Jacques Le Bohec, Rémi Lefebvre, Roger Martelli et al., Voter et se taire ? Monopoles politiques, influences médiatiques

Paris, Éd. Syllepse, coll. Documents de la Fondation Copernic, 2008, 142 p.
Amina Lasfar
Référence(s) :

Alain Garrigou, Jacques Le Bohec, Rémi Lefebvre, Roger Martelli et al., Voter et se taire ? Monopoles politiques, influences médiatiques, Paris, Éd. Syllepse, coll. Documents de la Fondation Copernic, 2008, 142 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue la première contribution à une série de documents publiés par la Fondation Copernic dont l’objectif est l’analyse critique de la société libérale. Voter et se taire ? Monopoles politiques, influences médiatiques est une entreprise de vulgarisation scientifique visant à aiguiser le sens critique des citoyens en mettant à la portée d’un large public, des travaux de spécialistes de la chose politique (articles courts, écriture accessible etc.). Fournir des ressources critiques à ceux qui refusent l’État libéral, comme le précise Willy Pelletier, et « faire de la démocratie participative une vraie démocratie de la participation » (p.7), telle est la finalité de ce livre contenant huit contributions.

2Dans la première partie, les auteurs procèdent à une analyse critique des mécanismes de la démocratie représentative telle qu’elle fonctionne en France. Christophe Voilliot, Rémi Lefebvre et Marion Paoletti s’attaquent aux effets et conséquences de l’autonomisation du champ politique, tandis que Roger Marlelli revient sur la réforme constitutionnelle de 2008, pour mettre en évidence le recul de la démocratie sociale au profit des méthodes de gouvernance et de management néolibéral. La professionnalisation du métier politique (processus engagé depuis le XIXe siècle) et son corollaire, la fermeture du monde politique sur des jeux et enjeux internes, éloignent les hommes politiques des citoyens– résultante de l’opacité du jeu politique et de l’ésotérisme des débats– et produisent des effets sur le champ politique lui-même. En remontant aux événements de 1848, Christophe Voilliot fait ce constat : l’élection a toujours été un instrument permettant aux dominants de se prémunir des actions des groupes subversifs et d’assoir leur domination sur la majorité silencieuse. Aussi pose-t-il la question de savoir si l’élection de 1848 n’a pas confirmé l’élite censitaire et mis fin à la dynamique révolutionnaire. Loin de produire des citoyens égaux engagés dans le processus démocratique, l’élection produit ce que le chercheur appelle « une relation de délégation » marquée par l’ampleur de la distance sociale séparant les candidats de la masse. Cette délégation politique dépossède, selon Rémi Lefebvre, les citoyens de leur souveraineté et exclut les catégories populaires du champ politique. Cette exclusion atteint son paroxysme avec le déclin du Parti communiste français (pcf) et les transformations du Parti socialiste (ps) depuis les années 80.

3En outre, précise Rémi Lefebvre, le monopole de l’activité politique (des savoirs et des compétences) tend à devenir une ressource de légitimation politique, au nom de la technicisation et la complexité du métier. La course pour l’acquisition du capital politique pousse les hommes politiques à cumuler des mandats et des positions– aussi bien dans le temps que dans l’espace– notamment, avec leur l’implantation au niveau local. Justifiée au nom de la « proximité », celle-ci est en réalité un moyen permettant à l’homme politique de rester dans le jeu– et de rebondir– en cas de perte de mandat national. Pour Rémi Lefebvre comme pour Marion Paoletti, l’impact politique de cette situation au niveau local est d’importance : la transformation de la démocratie locale en une « démocratie oligarchique » touchée à son tour par l’homogénéisation socioculturelle des élites locales, y compris pour le ps. Pour mettre fin à ces tendances oligarchiques, les trois auteurs plaident pour la fin du cumul des mandats et le mandat unique pour les députés. Marion Paoletti en fait un préalable pour toute réforme touchant à la décentralisation et aux institutions locales : tant que les deux assemblées demeurent d’abord des assemblées d’élus locaux (90 % à la veille des élections législatives de 2008), toute réforme est vouée à l’échec ou se réduira à un marchandage corporatiste entre différentes catégories d’élus locaux.

4Par ailleurs, la démocratie locale, précise Marion Paoletti, souffre d’un autre problème : celui de la multiplication des collectivités locales et des Établissements publics de coopération intercommunale (epci). Cette prolifération fait de la « France des collectivités locales […] un système féodal structuré comme un mille feuilles de fiefs opaques où le pouvoir s’exerce au grand profit d’une coopération d’élus cumulant » (p.47).

5En effet, la multiplication des collectivités et epci, précise l’auteure, pose le problème de leur hiérarchisation et, par voie de conséquence, celui de la clarification des niveaux de compétences et de responsabilités. Depuis 25 ans, la politique de décentralisation conçoit la démocratie locale comme une simple juxtaposition de structures provoquant ainsi la fragmentation et la dilution du pouvoir et rendant impossible toute tentative d’évaluation ou de contrôle. Ajouté à cela la concentration des pouvoirs, délibératif et exécutif, entre les mains du « patron de la collectivité », à savoir le maire, le président du Conseil général et le président du Conseil régional. Pour réaliser une décentralisation faite « par des parlementaires pour des citoyens et animée par des élus locaux » (p.47), Marion Paoletti opte pour une décentralisation non corporatiste concentrant les pouvoirs sur des collectivités élues tout en renforçant le poids et le pouvoir de la « région ». Cette dernière devra assurer pleinement sa position intermédiaire entre l’État et l’Europe, d’une part, les autres collectivités, d’autre part.

6Si la question de cette démocratie locale a été escamotée par la dernière réforme constitutionnelle (juillet 2008), la démocratie sociale, quant à elle, enregistre un recul au profit des méthodes de gouvernance et de management néolibéral. C’est le constat de Roger Martelli dans sa contribution portant sur le contenu de ladite réforme qui porte essentiellement sur trois points : d’abord, la consécration de la prééminence du statut du président de la République au détriment de celui du premier ministre ; ensuite la rationalisation du travail parlementaire au profit de la majorité avec la limitation du droit d’amendement (seul moyen dont disposait l’opposition minoritaire pour faire obstruction) ; enfin, l’élargissement de la saisine du Conseil constitutionnel, en permettant aux citoyens de contester les normes législatives.

7Selon l’auteur, cette nouvelle réforme opère une transformation du modèle français et tend à le rapprocher de plus en plus du modèle anglo-saxon : la mise en place d’une démocratie, gérée et contrôlée par une élite revendiquant un État minimaliste et annonçant la fin de « l’équilibre social fondé non pas sur le conflit et la norme publique, mais sur la négociation et le contrat » (p.65). Roger Martelli croit dans les vertus d’une nouvelle mécanique constitutionnelle. Il plaide pour une rupture radicale avec le système actuel œuvrant pour la mise en place d’une VIe République : réduction des pouvoirs du président de la République et la suppression de son élection au suffrage universel, la concentration du pouvoir exécutif entre les mains du gouvernement et la revalorisation du pouvoir parlementaire, des garanties constitutionnelles affirmant les droits individuels et collectifs et reconnaissant le principe de la citoyenneté sociale, l’élargissement du droit de vote aux immigrés et la généralisation de la proportionnelle.

8La deuxième partie de l’ouvrage se focalise sur les relations entre le champ médiatique et le champ politique pour dévoiler les censures et les cadres symboliques qui structurent les débats publics. Pour ses analyses, Jacques Le Bohec mobilise des thématiques et des problématiques qui ont dominé le discours critique du travail journalistique dans les années 80-90, aussi bien dans sa version savante que dans celle plus accessible au grand public. Ainsi s’attaque-il aux contraintes– politiques et économiques– qui pèsent sur le travail journalistique à la télévision et part à la chasse de certaines idées reçues diffusées par l’élite des journalistes politiques, comme le mythe de la liberté de la presse ou encore celui de la médiacratie. En effet, selon le chercheur, l’emprise du politique est toujours d’actualité mais elle prend des formes plus insidieuses qu’auparavant : l’autocensure, le rôle joué par le csa et par les dirigeants de chaînes de télévision, les mesures de rétorsion comme la diminution des subventions, etc. Cependant si l’élite journalistique vit une situation de domination politique, elle partage néanmoins avec l’élite politique son mode de vie et ses visions du monde. Ainsi assiste-t-on à une uniformisation du discours journalistique se transformant en chantre du libéralisme économique fustigeant l’interventionnisme étatique dans le domaine de l’économie et prenant la forme d’une rhétorique compassionnelle préférant la charité à la justice sociale. La diversité des chaînes ne signifie donc nullement celle des opinions.

9Le même constat est au cœur de la contribution d’Antoine Schwartz, concernant le traitement médiatique de la campagne référendaire de 2005 relative au traité constitutionnel européen. En effet et à quelques exceptions près (l’Humanité), tous les journaux, quelles que soient leurs sensibilités idéologiques ont soutenu avec ardeur le « oui » au référendum. Ce soutien, précise l’auteur, s’est accompagné d’une violence symbolique à l’encontre de ceux qui n’étaient pas favorables au traité constitutionnel, violence qui atteindra son paroxysme après la victoire du « non ». Dès lors, les vainqueurs se trouvent dépossédés de leur victoire et leur vote stigmatisé par des lectures conservatrices et dépréciatives. Le résultat perçu comme un « désastre général et une épidémie de populisme qui emportent tout sur leur passage » (Serge July, Libération,30/04/05 ; p.132). L’auteur conclut par le constat suivant : le discours journalistique n’a fait que valider des visions officielles : celles produites, d’une part, par des hommes politiques et, d’autre part, par les instances européennes défendant le système capitaliste et la modernité libérale.

10Dans la lignée entre autre chercheurs de Pierre Bourdieu, Patrick Champagne et Éric Blondiaux, Alain Garrigou revient sur un autre instrument permettant aux hommes politiques et aux journalistes politiques d’imposer leur vision du monde : le sondage d’opinion publique. Il s’attaque à cette situation paradoxale : l’usage massif des sondages à un moment où cette technique pose de sérieux problèmes quant à sa méthode. Cette situation est révélatrice des mutations du système démocratique transformé en « régime d’opinion ».

11La fiabilité des sondages électoraux, fondés sur des votes réels, fait oublier les problèmes que pose le sondage au niveau de sa méthode. En effet, côté sondeurs, la logique de rentabilité économique pousse ces derniers à adopter des techniques de plus en plus simples (enquêtes téléphoniques) ; côté sondés, la banalisation du sondage, les changements de mode de vie (comme l’usage des téléphones portables et le système de filtrage des appels) ont modifié profondément le comportement des enquêtés qui répondent de moins en moins aux questionnaires (un appel sur dix aboutit). L’ampleur de ces refus est telle que les méthodes de correction se révèlent inefficaces remettant ainsi en cause la représentativité de l’échantillon et la fiabilité des résultats. Mais, « peu importe l’exactitude pourvu qu’il y ait de la mesure » (p.126). Le sondage est une technique de légitimation politique dans un régime gouverné par l’opinion, et l’opinion publique, qui n’est en réalité que le reflet des opinions de ses commanditaires (hommes politiques et journalistes), joue le rôle d’une boussole permettant aux hommes politiques de se repérer dans l’espace politique, d’évaluer les positions des uns et des autres afin de développer des stratégies et d’anticiper les actions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amina Lasfar, « Alain Garrigou, Jacques Le Bohec, Rémi Lefebvre, Roger Martelli et al., Voter et se taire ? Monopoles politiques, influences médiatiques », Questions de communication [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/186

Haut de page

Auteur

Amina Lasfar

ISCEA/CRAPE, université Rennes 1
amina.lasfar@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page