Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique, littérature, musique

Jean-Louis Fabiani, Après la culture légitime. Objets, publics, autorités

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Sociologie des arts, 2007, 256 p.
Adeline Clerc
Référence(s) :

Jean-Louis Fabiani, Après la culture légitime. Objets, publics, autorités, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Sociologie des arts, 2007, 256 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Jean-Louis Fabiani, directeur d’étude à l’ehess, renouvelle les problématiques de la sociologie de la culture. Après s’être demandé s’il était encore possible de parler de légitimité culturelle (Jean-Louis Fabiani, «  Peut-on encore parler de légitimité culturelle  ?  », in  : Olivier Donnat, Paul Tolila, dirs, Le(s) public(s) de la culture, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, pp.  305-317), le sociologue se consacre à une question parallèle  : qu’est-ce que la culture «  légitime  » aujourd’hui  ? Pour répondre à cette interrogation – tant difficile que primordiale – l’auteur procède en deux temps. Une première partie de l’ouvrage revient sur les conceptualisations majeures qui ont marqué la sociologie de la culture, notamment le paradigme de la légitimité culturelle. Quant à la seconde, elle est une sélection d’objets et de pratiques spécifiques ayant pour but de mettre à l’épreuve les théories passées au crible dans la partie initiale de l’ouvrage. Fonctionnant sous la forme d’un diptyque, le livre de Jean-Louis Fabiani met en regard des théories rendues inopérantes par une réalité culturelle de plus en plus complexe.

2Dès les premières lignes, l’auteur rappelle – tout comme d’autres l’ont déjà constaté auparavant – qu’aujourd’hui, «  le modèle hérité de La Distinction de Pierre Bourdieu [est] obsolète  » (p. 7). Son propos n’est pas tant de rappeler quelles sont les dettes et limites de la théorie bourdieusienne sur les effets de domination symbolique, les hiérarchies et les échelles culturelles que de démontrer, par différents cas de figure (la musique jazz en France, la culture corse et les relations établies avec l’État français, la lecture en prison, le festival de Cannes, l’arte povera italien, le projet Fun Palace, etc.) que cette théorie ne s’applique plus, ou n’est plus opérante aujourd’hui. «  Nous avons le sentiment que nous sortons aujourd’hui d’une époque  : c’est au moins l’impression que l’on ressent à la lecture des travaux que de nombreux sociologues ont menés depuis une bonne quinzaine d’années et qui contribuent à ébranler le socle de l’analyse «  légitimiste  » des faits culturels  » (pp.  19-20). Face à ce sentiment, force est de constater que la «  nécessité de la réévaluation de notre outillage mental s’impose  » (p. 20). C’est ainsi que l’auteur préconise une méthodologie issue de la sociologie pratique, voire «  ethnographique  » (p. 12), fondée sur la «  considérable hétérogénéité des objets  » (p. 13) et leurs multiples appropriations. En somme, la sociologie recommandée doit s’appuyer sur les ressources de l’enquête localisée. Dans cette optique, sera refusée la catégorisation systématique des objets culturels et de leur public. Pour l’auteur, il s’agit donc de parler de publics au pluriel et non plus d’un public idéal, homogène ou encore général. L’exemple du projet architectural Fun Palace de Cédric Price (architecte anglais) constitue un exemple pertinent sur lequel s’appuie Jean-Louis Fabiani pour remettre en cause la vision de la sociologie de la légitimité culturelle à l’égard de la notion de «  public  »  ; celle-ci n’a eu de cesse d’inventer un lien de classe entre les individus qui composent une assistance. L’objectif de ce gigantesque «  antibâtiment  » imaginé par Cédric Price était de représenter la modularité permanente des lieux culturels ainsi que le caractère particulièrement composite des publics. Cette architecture sans plancher, ni toit, ni mur mais pouvant accueillir 55 000 spectateurs «  se situe bien au-delà de toute anxiété à propos de la légitimité culturelle et évite soigneusement de produire un principe de construction des publics  » (p. 209). La polymorphie des objets et de leurs publics induit, par conséquent, de la part du chercheur, un «  réarmement conceptuel et méthodologique  » (p. 20) fondée sur l’enquête de terrain située. Rappelons que cette hétérogénéité est due, entre autres éléments, au foisonnement d’initiatives en matière de patrimoine et d’activités locales, lequel a été notamment impulsé par la régionalisation à partir de 1984.

3Au même titre que Lawrence Lévine (Highbrow, lowbrow, Cambridge, Harvard, University Press, 1988) et ses travaux consacrés aux changements de statuts accordés à l’œuvre de Shakespeare au cours de l’Histoire, Jean-Louis Fabiani considère la culture sur un plan horizontal et en termes de processus. Ainsi va-t-il, par exemple, revenir sur les différentes manières de s’approprier et de considérer la musique jazz selon les époques (tantôt la plus populaire des musiques savantes, tantôt la plus savante des musiques populaires). Ce terrain de recherche est l’occasion de «  s’interroger sur les changements de statut social d’une forme symbolique au cours de l’histoire  » (p. 24) et, par conséquent, d’illustrer l’idée qu’il défend  : les objets et pratiques culturelles ne peuvent plus être évalués selon leur degré de légitimité puisque celui-ci n’est plus un outil opérant face à la variabilité historique des objets, des publics et de leurs attitudes. Pour étayer son propos, le sociologue revient sur la pratique culturelle sans doute la plus composite qu’il soit  : la lecture. En convoquant les écrits de Michel de Certeau qui fut l’un des premiers à manifester sa «  lassitude à l’égard des théories dominantes de la domination  » (p. 151), l’auteur convoque l’une de ses enquêtes réalisée en milieu carcéral et visant à analyser la pratique de la lecture en prison (Lire en prison. Une étude sociologique, Paris, Éd. Centre-Pompidou, 1995). Cette recherche lui permet d’observer que «  les effets de légitimité qu’on prête d’ordinaire aux dispositifs de canonisation littéraire ou à la constitution de corpus scolaires  » (p. 167) sont à relativiser et à réinterroger selon le terrain d’enquête et les individus concernés.

4Un retour sur plusieurs temps forts ayant marqué l’histoire du Festival de Cannes met une fois de plus à l’épreuve la question de la légitimité culturelle. En effet, l’auteur analyse de quelle manière cette cérémonie de remise de prix – entendue comme voie de consécration du septième art – tend à perdre son caractère rituel (élément pourtant essentiel participant à sa légitimité). La forme festivalière est un terrain fécond pour l’auteur qui, avec d’autres chercheurs, a consacré quinze ans d’enquête au Festival d’Avignon (Emmanuel Ethis, Avignon, le public réinventé. Le Festival sous le regard des sciences sociales, Paris, Éd. La Documentation française 2002  ; Emmanuel Ethis, Jean-Louis Fabiani, Damien Malinas, Avignon ou le public participant. Une sociologie du spectateur réinventé, Montpellier, Éd. L’Entretemps, 2008). C’est donc sans surprise que certains des résultats issus de cette longue recherche viennent servir le questionnement de cet ouvrage. À plusieurs reprises, Jean-Louis Fabiani reviendra sur une donnée indispensable à la compréhension des manifestations culturelles de cet acabit  : le public n’est pas uniforme mais se réinvente au gré des métamorphoses du Festival.

5Relevant de la «  sociologie pratique  », ces quelques cas témoignent de l’impossibilité d’une classification «  légitimiste  » et immuable des objets et des pratiques culturelles. Il serait vain et faux de vouloir catégoriser un monde social, culturel et artistique aussi polymorphe  : «  Au fond, le principal intérêt du maintien de la référence à la notion de légitimité réside dans le fait qu’elle est capable de rendre compte de processus de sélection des œuvres ou des genres qui transforment les contextes sociaux de leur consommation et qui produisent de nouvelles configurations de sens  » (p. 18). Finalement, c’est bien la production de sens nouveaux, de publics et d’objets multiples qui priment  ; leur évaluation sur une échelle de légitimité devient quant à elle caduque. En clair, le regard du chercheur doit, dans un premier temps, se poser sur les objets et non sur leur degré de légitimité. Dans un second, il doit se poser sur les multiples appropriations qu’en font les publics et non sur les connivences sociales susceptibles de relier les individus entre eux. Cette méthodologie préconisée par Jean-Louis Fabiani protège le chercheur de toute tentation légitimiste consistant à étudier les phénomènes culturels uniquement en fonction du positionnement social des publics qui les constituent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Clerc, « Jean-Louis Fabiani, Après la culture légitime. Objets, publics, autorités », Questions de communication [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/167

Haut de page

Auteur

Adeline Clerc

CREM, université Nancy 2
adelineclerc@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page