Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique, littérature, musique

Violaine Appel, Cécile Bando, Hélène Boulanger, Gaëlle Crenn, Valérie Croissant, Bénédicte Toullec, (dirs), La mise en culture des territoires. Nouvelles formes de culture événementielle et initiatives des collectivités locales

Nancy, Presse universitaires de Nancy, 2008, 275 p.
Mona Aghababaie
Référence(s) :

Violaine Appel, Cécile Bando, Hélène Boulanger, Gaëlle Crenn, Valérie Croissant, Bénédicte Toullec, (dirs), La mise en culture des territoires. Nouvelles formes de culture événementielle et initiatives des collectivités locales, Nancy, Presse universitaires de Nancy, 2008, 275 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif confronte différents événements culturels portés par les collectivités territoriales. Son objectif est d’appréhender un phénomène politique, culturel et communicationnel qui, aujourd’hui, revêt une importance majeure dans les politiques locales. Les initiatives en la matière s’accompagnent souvent de justifications sur l’importance qu’il y a de redécouvrir et se réapproprier des territoires injustement disqualifiés et dont on cherche à améliorer l’image (Gravari-Barbas M., Violier P., Lieux de culture, culture des lieux. production(s) culturelle(s) local(s) et émergence des lieux  : dynamiques, acteurs, enjeux, Rennes, Presse universitaires de Rennes, 2003).

2Dans la première partie – «  Construction des identités et mise en image des territoires  » –, les auteurs éclairent le processus territorial de reconnaissance par des groupes à partir des expériences culturelles auxquelles ils sont invités à participer. Ainsi Laurent Béru (pp.  41-52) met-il en lumière le double processus d’assignation d’un genre musical – le rap – à un territoire (la banlieue), et la promotion de manifestations autour de cette pratique. Il étudie le dépassement des stéréotypes qui s’opère via les politiques conduites et qui constituent une opportunité pour la légitimer. En effet, dans la cité populaire, le nombre de groupes de hip hop étant non négligeable, les responsables municipaux des secteurs ayant en charge la culture encouragent les initiatives de jeunes artistes amateurs du mouvement officiellement englobé sous l’expression «  cultures urbaines  » (p. 50).

3Concernant un autre type de manifestation, Rachel Jacopin, Jean-Pierre Husson et Marc Benoit (pp.  53-63) rendent compte des transformations du regard porté sur un territoire, à l’occasion d’une fête du paysage organisée dans l’ouest vosgien rural. Dans cette action de développement d’un territoire stigmatisé par sa faible densité, l’implication des publics génère l’émergence de nouvelles revendications, telles la patrimonialisation et la qualité de vie. Sont évoquées les retombées servant à évaluer la mobilisation des forces locales et son impact sur le projet politique d’aménagement. Est également étudié l’enseignement que l’on peut tirer d’une manifestation de ce type. Trois logique sont mises en évidence (p. 54)  : l’appropriation de l’espace par la reconnaissance de paysages agrestes  ; la recherche de consensus  ; l’émergence d’une nouvelle territorialisation portée par le développement local. Concernant un environnement proche, Sévrine Langneaux (pp.  65-74) détaille les perceptions contrastées que différents publics associent aux fêtes rurales, confrontant des images opposées de l’européanité et de la romanité. Le spectacle folklorique se présente comme un trait culturel national et induit des émotions collectives médiatisant la relation à l’altérité. Ici, la culture affiche deux fonctions conjointes  : affirmer les spécificités irréductibles à chaque peuple  ; tendre à l’universalisme par le mimétisme. Ainsi la localité apparaît-elle comme étant une réponse à la corrosion d’un contexte mondialisant  ; elle est composée d’un ensemble de sentiments permettant de faire face aux transformations des formes sociales (p. 72).

4Changement de cadre avec Emmanuel Da Silva (pp.  75-83) qui rend compte de la constitution d’un territoire flou, «  l’Arctique  », à travers l’engagement des communautés rassemblées par les Jeux de l’Arctique. Le chercheur présente un exemple contemporain de création simultanée d’une identité et d’un territoire, par le biais d’un événement culturel et sportif international. Les nombreuses facettes de celui-ci célèbrent une unité culturelle et identitaire des populations du Grand Nord, quelles que soient leur origine, nationalité, sexe et âge. En fait, ce qui définit ce territoire n’est pas tant une stricte délimitation géographique ou politique que la symbolisation d’un ensemble de caractéristiques jugées fécondes pour développer une identité particulière. Le premier principe fondateur consiste en la construction d’une différenciation défavorable. Le second est l’ancrage local, ou plus exactement l’attention portée à celui-ci. La communauté qui se construit sur ce territoire symbolique doit être suffisamment ouverte et attentive pour que chaque individu concerné ait cosncience qu’il peut participer à la construction du collectif.

5La seconde partie de l’ouvrage se concentre sur la production de projets et les rapports entre acteurs impliqués dans le montage de ces derniers. Émilie Pamart (pp.  87-100) analyse la mise en place d’une régie culturelle et montre comment celle-ci autorise un réagencement des acteurs et pratiques au profit d’une logique territoriale plus affirmée. Son objectif est de comprendre les modalités de production de sens assigné à un territoire et sa mise en lisibilité. Elle interroge la création d’un nouvel outil de gestion et de programmation, dans les domaines du spectacle vivant et du cinéma (la Régie culturelle Ouest Provence). De toute évidence, cet outiljoue un rôle de médiateur entre acteurs et habitants, ce afin de diffuser et consolider des représentations renouvelées du territoire. L’une des dimensions étudiées est politique  : il s’agit de comprendre le territoire «  comme un mode de découpage et de contrôle de l’espace  » (p. 88). Une autre est symbolique et pose la question de la production identitaire. Enfin, une autre encore est historique et permet d’approcher le territoire en ce qu’il se construit sur le temps long, en particulier du point de vue de la production symbolique. C’est aussi aux montages événementiels que Martine Regourd (pp.  101-111) s’intéresse. Elle analyse la mise en réseau des musées du Gers, pointant le fait que si celle-ci permet d’éviter des blocages institutionnels, elle comporte également des limites dans la conduite à long terme d’une action publique. Dans cette étude, il s’agit donc de montrer comment, dans un territoire rural, le mode événementiel tend à devenir le mode d’intervention normal de la politique culturelle des collectivités locales. Pour sa part, Michel Jean Lavaud (pp. 113-125) rend compte d’une recherche-action visant à étudier l’association de douze cantons dans la création d’un pays d’art et d’histoire articulé autour du fleuve (le Rhône) qui le structure. Les images contrastées portées par des producteurs et la difficulté à définir la place des habitants dans le processus en s’appuyant sur la réalité vécue d’un territoire, révèlent la complexité de l’entreprise. C’est aussi la complexité qui caractérise le montage de l’année culturelle au Luxembourg et de la Grande Région, capitale européenne de la culture en 2007. L’analyse qu’en donne Éric Auburtin (pp.  127-135) permet de démêler l’enchevêtrement historique des niveaux d’actions ainsi que leurs effets en termes de territoire, de frontières, ou d’incertitudes sur les stratégies des différents partenaires. Traitant de la politique municipale de la ville de Nantes, Laura Delavaud (pp.  137-145) insiste, elle aussi, sur les trajectoires individuelles de personnalités clés. Elle tente de faire comprendre en quoi l’investissement dans le domaine culturel est important aujourd’hui pour les municipalités. Fondant son propos sur une enquête de terrain réalisée à l’espace d’art contemporain de la ville (pp.  140-141), elle montre l’intérêt porté par le pouvoir local à ces apports non culturels et qui ont des conséquences dans le monde de la culture  : «  Si le soutien des pouvoir publics permet en France la diffusion de l’art contemporain, il semble aussi qu’il n’encourage pas complètement l’inscription de ses acteurs dans la dynamique artistique internationale comme le montre d’ailleurs la faible représentation des artistes français sur la scène internationale de l’art contemporain  » (p. 144). L’analyse de Didier Manuel (pp.  147-158) apporte un point de vue complémentaire et critique sur les contraintes – essentiellement d’ordre communicationnel – que ces politiques font peser sur l’indépendance artistique. À cette occasion, il en appelle à des résistances interstitielles, faisant l’hypothèse que la mise en culture des territoires passe avant tout par la possibilité pour l’artiste de se réapproprier les terrains d’actions. Toutefois, l’ensemble de ces arguments n’a de sens que si l’on croit encore à l’idée que l’art et la culture sont en mesure d’apporter plus qu’une simple distraction mais participent bien à la construction de la cité des hommes.

6La troisième et dernière partie, consacrée aux «  dispositifs et déploiement des événements culturels  », rassemble des travaux qui précisent la forme et la mise en œuvre des dispositifs, dans leur ensemble aussi bien que sur un aspect particulier. Émilie Da Lage (pp.  161-173) en montre la subtilité à travers le cas des ambassadeurs de Lille 2004, la cohérence entre le mode d’implication des acteurs et la communication de l’événement en constituant un point crucial. Ces bénévoles sont à la fois relais et image de l’événement, dans un dispositif à première vue normatif. Cependant, la façon dont, par leur propre travail d’interprétation, ils peuvent le déjouer où l’orienter a pour effet de transformer le sens de l’événement, introduisant de l’épaisseur là où les concepteurs souhaitent parfois une opérativité plus immédiate des dispositifs sur les publics visés. Un décalage trop prononcé entre les formes de participation proposées aux publics et l’image de l’opération peut également causer de sérieuses difficultés. De son côté, Alain Lavigne (pp.  175-185) étudie le cas des Fêtes de la Nouvelle France. À cette occasion, un des points à respecter est l’adéquation du dispositif élaboré au territoire investi  ; c’est ce que suggère l’analyse de Claire Maheo et Manuelle Aquilina (pp.  187-200), fondée sur les projets de deux cités bretonnes. Fortes d’un état des lieux concernant leurs atouts territoriaux propres et de la mise en œuvre de thématiques originales visant à s’éloigner des stéréotypes folklorisant, celles-ci ont inventé des formes événementielles atypiques. Par la création de ces dispositifs spécifiques, elles sont parvenues à créer des stratégies de différentiation pertinentes, aptes à la reconnaissance de micro-territoires culturels viables dans la durée. À l’inverse de cette stratégie de «  niche  » réussie, un positionnement inadéquat peut compromettre les rapports noués entre un acteur culturel et le territoire dans lequel il s’insère, comme le montre le cas du Centre Saint-Jean d’Angely  ; c’est ici une analyse sémio-pragmatique, envisagée par Gérard Chandès et Alain Ohnenwald (pp.  201-213), qui en révèle les points de blocage et les perspectives. Une meilleure compréhension des projets et des dispositifs passe par l’étude des représentations et des modes d’actions propres aux acteurs qui investissent le champ de l’action culturelle. Ainsi, en analysant les acceptions du terme même de «  territoire  » dans les centres d’art, Sarah Cordonnier (pp.  215-227) est-elle en mesure de mieux en comprendre le positionnement initial ainsi que ses évolutions. Quant à Élise Macaire (pp.  229-243), elle étudie le cas singulier de l’intervention des architectes dans la culture événementielle, saisissant à la fois ce qui caractérise leurs modes d’action en tant que profession, et les formes particulières de dispositifs auxquels leur ethos donne lieu. Enfin, Laurent Sébastien Fournier (pp.  243-254) porte son attention sur la constitution des fêtes locales traditionnelles comme ressources touristiques pour le territoire, via un processus de requalification qui passe du «  cultural  » au «  culturel  », et surtout à leur inscription dans un calendrier festif, qui devient en lui-même un instrument de valorisation touristique. Par ce biais, il éclaire un aspect essentiel de l’élaboration des dispositifs, à savoir la gestion de la temporalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mona Aghababaie, « Violaine Appel, Cécile Bando, Hélène Boulanger, Gaëlle Crenn, Valérie Croissant, Bénédicte Toullec, (dirs), La mise en culture des territoires. Nouvelles formes de culture événementielle et initiatives des collectivités locales », Questions de communication [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/161

Haut de page

Auteur

Mona Aghababaie

CREM, université Paul Verlaine-Metz
monababaie@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page