Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sciences sociales

Patrick Champagne, Olivier Christin, Pierre Bourdieu. Mouvements d’une pensée

Paris, Bordas, coll. Philosophie présente, 2004, 252 p.
Buata Malela
p. 364-366
Référence(s) :

Patrick Champagne, Olivier Christin, Pierre Bourdieu. Mouvements d’une pensée. Paris, Bordas, coll. Philosophie présente, 2004, 252 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage consacré à Pierre Bourdieu, Patrick Champagne et Olivier Christin tentent de rendre compte, en un exposé riche et clair, le processus par lequel s’est élaborée la pensée de ce dernier. Pour ce faire, les deux auteurs ne manquent pas de la situer dans son contexte intellectuel et social. De la sorte, on peut lire une synthèse utile – et autorisée – de la démarche de Pierre Bourdieu, vue à partir des notions d’« habitus », de « capital » et de « champ », ainsi que de leurs implications de celles-ci dans l’espace public.

2Les deux auteurs commencent par reconstituer la philosophie qui préside à la sociologie de Pierre Bourdieu. Ainsi est-il rappelé que l’auteur de la Distinction : critique sociale du jugement (Paris, Éd. de Minuit, 1979) est parti du constat qu’il était la nécessaire d’utiliser les instruments de la philosophie et des sciences sociales pour questionner différemment le monde et, plus particulièrement, le sens des actes de l’individu. Aussi Pierre Bourdieu a-t-il forgé la notion d’habitus dont Patrick Champagne et Olivier Christin rappellent la genèse. Proche des philosophes marginaux du champ universitaire comme Martial Guéroult, Georges Canguilhem et Jules Vuillemin, le sociologue s’est progressivement orienté vers l’ethnologie, une discipline en voie d’ennoblissement qui lui permettait de mobiliser des interrogations philosophiques à même d’informer sa propre pratique.

3Il s’est ensuite lancé dans une tentative de construction d’un sujet socialisé en liant, grâce à la philosophie, la question du subjectivisme et de l’objectivisme. Autrement dit, pour le sociologue, le monde est « ma » représentation, laquelle est, de surcroît, faite par le même monde (p. 37).

4Il s’est également nourri de la philosophie des sciences, de l’épistémologie et du langage, par la lecture de Gaston Bachelard, John Dewey, John L. Austin, et bien d’autres. Autant de courants qui lui ont permis d’importer en sociologie une certaine vigilance sur l’utilisation des concepts et la reproduction du sens commun, et ce, tout en évitant une relation non contrôlée à l’objet. Cet intérêt pour la philosophie s’incarne dans l’analyse du champ philosophique avec le cas de Martin Heidegger à travers lequel l’auteur de l’Ontologie politique de Martin Heidegger (Paris, Éd. de Minuit, 1988) a essayé de dépasser l’opposition entre une lecture « purement » interne et une lecture« purement » externe.

5Par la suite, Pierre Bourdieu élaborera le concept d’« habitus » (Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Droz, 1972 et Paris, Éd. Le Seuil, 2000) pour expliquer le mécanisme et le destin, précisément en transcendant l’opposition entre le subjectivisme et l’objectivisme (p. 62). Si l’objectivisme que le sociologue attribuait à la théorie marxiste et à l’ethnologie structurale ne rend pas compte de la régularité des pratiques (p. 63) comme celle de la parenté, le subjectivisme, issu de la philosophie idéaliste, liée à l’interactionnisme méthodologique (ibid.), rencontre la même difficulté. De la sorte, pour Pierre Bourdieu, tel que le précisent Patrick Champagne et Olivier Christin, ces deux tendances distinguent la théorie pratique de la reproduction de l’expérience personnelle des agents (p. 64) et prennent pour argent comptant le point de vue même des agents. Par exemple, le structuralisme réduit la notion de parenté à une mise en œuvre de règles et normes qui existent en dehors du sujet (p. 65). Le structuralisme doit alors multiplier les règles d’invariants pour expliquer la diversité des pratiques. Pour échapper à cette difficulté, Pierre Bourdieu propose la notion de « stratégie » (p. 66) afin de passer de la description des produits objectivés à la manière de les produire. Or, justement, la notion d’« habitus » a été forgée pour penser la pratique comme un « lieu dialectique de l’intériorisation de l’extériorité et de l’extériorisation de l’intériorité » (p. 68).

6C’est dans ce contexte que s’est élaborée la notion de « capital », c’est-à-dire à partir d’un cadre empirique éprouvé. Ainsi, pour expliquer les classes sociales, y a-t-il lieu de rompre, d’une part, avec le processus de naturalisation des schèmes classificatoires, produits du monde social (la sociodicée) et, d’autre part, avec le sens commun « que le monde social produit en faisant « naturellement » intérioriser, au cours du processus de socialisation, des schèmes de perception du monde social qui sont, aux variations marginales près, identiques pour tous les membres qui le composent […] » (p. 96). Selon Pierre Bourdieu, il s’agit, par exemple, d’étudier le jugement de goût dans La Distinction. Critique sociale du jugement (Paris, Éd. de Minuit, 1979) contre le sens commun selon lequel le goût ne se discute pas, en ce sens que la singularité fait qu’il ne s’explique pas. C’est plus particulièrement dans cet ouvrage que l’auteur construit la théorie du « capital » en se fondant sur les recherches conduites depuis des années.

7La notion de « champ », reprise de Kurt Lewin (Resolving social conflicts. Field theory in social science, New York, Harper, 1951) comme l’« espace de structure de position », tente de transcender l’opposition entre le réductionnisme objectiviste et la célébration subjectiviste du « génie créateur », perpétuation de la distinction scolaire entre le comprendre et l’éprouver. Complémentaire à celle de « capital », cette notion permet de penser l’univers littéraire et artistique comme un espace autonome doté de règles et d’enjeux propres (Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éd. Le Seuil, 1998). Pour le dire de façon lapidaire, il s’agit donc de décrire l’ensemble des possibles, c’est-à-dire le choix des autres artistes et écrivains vis-à-vis desquels les écrivains et artistes se positionnent. D’ailleurs, c’est sur cette dernière remarque que Patrick Champagne  et Olivier Christin montrent ensuite les implications théoriques de la pensée du sociologue sur sa propre expérience de l’engagement qui prend corps dans sa réflexion sur la diffusion des résultats des sciences sociales dans l’espace public.

8On le voit, Pierre Bourdieu. Mouvements d’une pensée offre une vue d’ensemble sur le travail gigantesque du feu sociologue. Ainsi l’ouvrage peut-il servir d’introduction honnête à la sociologie bourdieusienne, ce d’autant qu’il émane de fins connaisseurs. Sans doute la proximité heureuse et la familiarité des auteurs avec le travail du chercheur fait-elle l’économie d’une mise en relief des réserves possibles à la démarche qu’ils tentent de synthétiser, mais qui ne permet malheureusement pas aux moins informés de s’y livrer. Puisse cet ouvrage permettre à ces derniers de fréquenter davantage et mieux les textes d’un intellectuel dont la pensée fut toujours en mouvement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Buata Malela, « Patrick Champagne, Olivier Christin, Pierre Bourdieu. Mouvements d’une pensée », Questions de communication, 14 | 2008, 364-366.

Référence électronique

Buata Malela, « Patrick Champagne, Olivier Christin, Pierre Bourdieu. Mouvements d’une pensée », Questions de communication [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/1578

Haut de page

Auteur

Buata Malela

University of Languages, Bakou, Azerbaidjan, buata_malela@no-log.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page