Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Genres

Gérard Neyrand, Abdelhafid Hammouche, Sahra Mekboul, Les mariages forcés. Conflits culturels et réponses sociales

Paris, Éd. La Découverte, coll. Alternatives sociales, 2008, 310 p.
Sylvie Thiéblemont-Dollet
p. 333-335
Référence(s) :

Gérard Neyrand, Abdelhafid Hammouche, Sahra Mekboul, Les mariages forcés. Conflits culturels et réponses sociales. Paris, Éd. La Découverte, coll. Alternatives sociales, 2008, 310 p.

Texte intégral

1Les mariages forcés. Conflits culturels et réponses sociales est le fruit d’une étude réalisée pour la Direction de la population et des migrations à partir d’une enquête menée entre novembre 2005 et décembre 2006 à Paris, Lyon et Marseille. Outre les incontournables acteurs spécialistes de la question et représentatifs des secteurs associatif (e.g. Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles) et institutionnel (e.g. Observatoire de l’égalité femmes/hommes de la ville de Paris ; Fasild), contactés par les porteurs du projet, seize jeunes filles âgées de vingt-et-un à trente ans ont été interviewées, neuf d’entre elles ayant subi un mariage forcé et sept l’ayant évité. Mais les sociologues Gérard Neyrand et Abdelhafid Hammouche, et la criminologue juriste-psychologue Sahra Mekboul, ont été confrontés à une réelle difficulté : ne pouvoir facilement consulter et interroger des personnes concernées par ce problème, alors qu’ils espéraient qu’il en serait autrement. Outre l’oubli du rendez-vous pour certaines jeunes filles, les différents facteurs exposés et développés dans « Diversité des situations rencontrées » (chapitre 1, pp. 37-70) sont sans surprise pour ceux qui connaissent quelque peu le problème du mariage forcé :« Culpabilitéà l’égard de [la] famille, voire […] pression de celle-ci ou d’un membre de l’entourage, […] [autre] raison non explicitée… » (p. 37). Toutefois, les seize personnes qui ont témoigné représentent, pour chacune d’entre elles, une expérience différente, ce qui donne accès à une variété des situations en lien avec celles que l’on rencontre sur le territoire français.

2Le mariage forcé est une expression que les auteurs développent et expliquent longuement en introduction (ils utilisent aussi celle de mariage par contrainte), marquant ainsi des distinctions – si tant elles qu’elles soient valides au regard d’autres experts – avec les mariages dits arrangés, coutumiers ou traditionnels. En effet, pour ces chercheurs, « le mariage forcé demande à être différencié d’autres types de mariages, dont il constituerait une perversion, [ces autres mariages] qui eux, ne sont pas répréhensibles […]. La plupart des mariages arrangés ne sont ainsi pas forcés, en ce sens que les jeunes gens et les jeunes filles concernés ne s’opposent pas explicitement à la décision ou à la proposition de leurs parents et leurs familles. […]. La difficulté tient, entre autres, à ce qu’aujourd’hui, en France, même le mariage arrangé n’apparaît plus guère acceptable et que confusion peut être faite entre mariage arrangé et forcé » (p. 23). L’argumentaire tendant à prouver que l’intérêt d’opérer une telle différenciation n’est pas totalement probant, malgré les nombreuses références à la législation française. Par exemple, quelques nuances rendent encore plus complexes ces situations matrimoniales telle celle entre mariage arrangé avec « volonté déclarée » et mariage arrangé avec « volonté interne » (p. 31). De fait, si le mariage forcé ou contraint se décline sous des vocables tels que mariage arrangé, mariage coutumier, stratégie matrimoniale, mariage économique, c’est parce qu’il a, dans la plupart des cas, les mêmes conséquences traumatisantes pour celles et ceux qui en sont victimes.

3Ceci étant, comme en attestent les auteurs et à l’image de tous ceux qui traitent du sujet, il est difficile de chiffrer le nombre de personnes touchées. Même si le Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles estimait, en 2000-2001, avant l’application de la loi 2006-399 du 6 avril 2006 (loi qui a servi à enrayer les mariages forcés d’adolescentes issues de l’immigration, notamment par la modification de certains articles du « code Napoléon » en portant l’âge minimal du mariage à 18 ans pour les filles au lieu de 15), que le nombre de jeunes filles potentiellement menacées, chaque année, d’être mariées contre leur gré, pouvait être d’environ 70 000,aucune statistique officielle ou évaluation scientifique n’a jamais existé et n’existe encore, ces événements restant dans l’espace fermé du cercle familial ou communautaire.

4En revanche, les entretiens dont les auteurs publient de nombreux extraits, donnent des éléments intéressants sur les raisons qui font que cette tradition se perpétue en terre d’accueil : « La prévalence du lien à la société d’origine » (p. 93),« le maintien des références culturelles » (ibid.), la conformité à un rang et à des règles malgré l’émigration, et donc la possibilité pour les parents de jouer le rôle social qui leur est dévolu au sein de leur propre groupe. Dans le même ordre d’idée, les auteurs tentent de montrer les positionnements souvent complexes des jeunes filles au cœur de l’enquête (chapitres 2 et 3), et les étapes par lesquelles elles sont passées pour accepter ou refuser le mariage forcé. Dans le premier cas (l’acceptation), il peut s’agir de maintenir le lien avec la famille restée au pays, de gérer l’héritage culturel et/ou d’idéaliser une tradition, au fond méconnue, etc. Dans le second (le refus, parfois après avoir accepté), les raisons sont ou bien des conflits de références entre celles de la famille et celles de l’extérieur (école, travail, autres institutions), la découverte d’autres modèles matrimoniaux, refus « de se plier à la logique groupale » (p. 87), l’« affirmation de l’autonomie personnelle de choix » (p. 94), ou bien encore l’acculturation formelle (par exemple, choix du conjoint et de la manière de se marier, etc). Par ailleurs, le fait d’évoquer « la position des garçons (pp. 28-30) est plutôt pertinent car cela déconstruit un certain nombre de clichés : les auteurs rappellent que si les garçons « sont dominants malgré eux, […], ils sont néanmoins destitués de leurs propres choix de vie » (p. 29). Ils étayent leur propos en rappelant, par exemple, que l’homosexualité masculine est « évincée » (ibid.) par la famille qui va « rétablir un certain « ordre des sexes » et par là préserver l’image du groupe » (ibid.).

5Le chapitre quatre – « Le consentement, une modalité centrale de la validité du mariage » (pp. 141-164) – dresse un bilan complet des dispositifs juridiques en la matière et, en cela, peut être un outil intéressant pour les personnes conduites à gérer ou subir de telles situations. En outre, la seconde partie du livre, nourrie de préconisations (pp. 263-270) et de cinq annexes – « Statuts personnels et codes de la famille comparés du Maghreb », « Instruments juridiques internationaux et mariage forcé », « Notes juridiques », « Les dispositions civiles européennes et la mariage forcé », « Les dispositions pénales européennes et le mariage forcé » –, présente les associations qui accordent un place importante au mariage forcé dans leurs statuts (chapitres 5 et 6), donne le positionnement des institutions françaises questions de communication, 2008, 14 et leurs modalités d’actions (chapitre 7), ainsi que celles d’institutions plus généralistes (chapitre 8).

6Finalement, ces quatre derniers chapitres font œuvre d’utilité publique, car non seulement ils recensent différentes structures, mais ils présentent aussi toutes les formes d’actions existantes (répression, médiation, prévention, accompagnement, soutien, etc.). Ainsi ne peut- on qu’insister sur l’intérêt que représente un tel ouvrage, destiné par ailleurs à un large public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Thiéblemont-Dollet, « Gérard Neyrand, Abdelhafid Hammouche, Sahra Mekboul, Les mariages forcés. Conflits culturels et réponses sociales », Questions de communication, 14 | 2008, 333-335.

Référence électronique

Sylvie Thiéblemont-Dollet, « Gérard Neyrand, Abdelhafid Hammouche, Sahra Mekboul, Les mariages forcés. Conflits culturels et réponses sociales », Questions de communication [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le , consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/1496

Haut de page

Auteur

Sylvie Thiéblemont-Dollet

CREM, Université Nancy2, Sylvie.Thieblemont@univ-nancy2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page