Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Cinéma, télévision, images

Jean-Claude Soulages, Les rhétoriques télévisuelles. Le formatage du réel

Bruxelles/Paris, De Boeck Université/INA, coll. Médias Recherches, 2007, 153 p.
Yeny Serrano
p. 327-328
Référence(s) :

Jean-Claude Soulages, Les rhétoriques télévisuelles. Le formatage du réel. Bruxelles/Paris, De Boeck Université/INA, coll. Médias Recherches, 2007, 153 p.

Texte intégral

1On connaissait déjà Jean-Claude Soulages par ses nombreux travaux sur la télévision et plus particulièrement sur les informations télévisuelles (e.g. Jean-Claude Soulages, Les mises en scène visuelles de l’information, Paris, ina/Nathan, 1998). Cette fois, il propose une réflexion sur la télévision en tant qu’industrie de masse, en essayant d’appréhender l’ensemble des productions télévisuelles et les rapports entre « sujets regardants », producteurs et contenus télévisuels, à travers la notion de cadre de réception et de cadre d’usage. À l’origine de cette réflexion : le constat de l’évolution et du succès du petit écran. Ce spécialiste de l’analyse du discours télévisuel et publicitaire remarque qu’en réduisant la distance spatiale et temporelle entre le monde figuré et son spectateur, ce dernier « participe » de plus en plus aux productions télévisuelles. C’est ainsi que l’auteur questionne les notions de genre et de style au sein des industries culturelles. En effet, assujettis aux mécanismes du marché commercial et symbolique des biens de la culture de masse, les formes et les contenus télévisuels sont en constant renouvellement. Dans ce processus, la publicité a joué un rôle déterminant en changeant profondément la télévision. Elle a imposé une course effrénée pour la différenciation stylistique qui caractérise actuellement tous les programmes.

2L’objectif de Jean-Claude Soulages est donc de proposer de nouveaux instruments d’analyse qui prennent en compte l’ensemble des formes et contenus du petit écran. En fait, il dénonce les études télévisuelles qui se limitent au potentiel communicatif et qui, en conséquence, négligent les dimensions esthétiques, expressives et rhétoriques de ce média. D’ailleurs, le livre fait l’inventaire des particularités de la télévision, notamment par opposition au cinéma et à la photographie, et questionne l’éthos rhétorique des émissions télévisuelles. Ce parcours permet à l’auteur d’avancer l’explication selon laquelle le succès de la télévision tient à la malléabilité des formes rhétoriques et génériques. À propos des particularités rhétoriques et esthétiques des contenus télévisuels, le chercheur évoque trois dispositifs qui structurent les « images-mondes » du petit écran : un dispositif de monstration, un dispositif de mise en spectacle et un dispositif fictionnel. Dans le dispositif de monstration, l’univers profilmique préexiste à la monstration. Pour le média télévisuel, il s’agit de produire un effet vériste et authentifiant. En ce qui concerne le dispositif de mise en spectacle, la télévision se caractérise par l’absorption des spectacles et des performances les plus diverses, délaissant très tôt la visée médiatrice – spectacles exogènes au média télévisuel – pour devenir une machine productrice de spectacles purement télévisuels. Enfin, c’est le dispositif fictionnel qui s’est le plus enrichi grâce à la télévision par son inventivité et sa proximité. Une des particularités rhétoriques de la télévision correspond aux différents cadres – cadre support, cadre-scène, cadre- fenêtre, cadre-fresque et cadre-parcours – qui formatent le regard des spectateurs induisant diverses attitudes spectatorielles. En effet, ces postures dépendent de la place donnée au « prodestinataire » du flux télévisuel, soit éloignée – ce qui était propre à la télévision des débuts et au cinéma –, soit intégrée – ce qui résulte de l’évolution du média. Jean-Claude Soulages parle alors de « citoyen cathodique » pour se référer à la « créature médiatique » réflexive, devenue un des piliers de la nouvelle configuration de l’espace public et de la culture de masse des sociétés contemporaines. Il revisite les notions de style – forme de production et d’expression – et de genre – forme des contenus – pour développer celles de formule, de facteurs d’activation et de format – ajustement imposé par la logique de diffusion du média télévisuel, segmentation des grilles. Aux yeux de l’auteur, le flux des programmes se structurent en entraînant un glissement du genre vers la formule. Alors que la formule est à l’initiative des instances de production, le genre se situe entre le cadre d’usage et la mise en formule. Ces notions trouvent leur intérêt lorsque le chercheur expose les trois dynamiques qui dominent et caractérisent les rhétoriques télévisuelles : la fragmentation du flux ou formatage temporel dans la grille de programmation et à l’intérieur même du déroulement des programmes, la sérialisation des formules qui vise à agréger les publics et à les fidéliser ainsi que le recours à des procédés d’intermédialité, d’intersémiocité et de transgénéricité. Par ailleurs, il évoque le vidéo- clip et le spot publicitaire comme les procédés, devenus de véritables genres télévisuels, qui ont pour fonction de remplir les espaces laissés par la fragmentation des contenus. Ces dynamiques sont donc en lien direct avec le processus de renouvellement des productions télévisuelles et avec le succès du média télévisuel dont l’auteur fournit une explication tout au long de son ouvrage.

3Divisé en sept chapitres, cet ouvrage livre un parcours intéressant et concis de l’évolution de la télévision, notamment en France. Richement référencé, il propose au débutant en études sur la télévision un nombre important de références parmi lesquelles se trouvent non seulement les classiques, mais aussi des références plus récentes. Jean-Claude Soulages présente également une grille d’analyse pour étudier l’ensemble des productions télévisuelles (journaux télévisés, émissions de télé-réalité, fictions, etc.) autour des notions de formule, de facteurs d’activation, de format, de style et de genre. Néanmoins, ces outils théoriques auraient intérêt à être d’avantage développés d’un point de vue méthodologique et pratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yeny Serrano, « Jean-Claude Soulages, Les rhétoriques télévisuelles. Le formatage du réel », Questions de communication, 14 | 2008, 327-328.

Référence électronique

Yeny Serrano, « Jean-Claude Soulages, Les rhétoriques télévisuelles. Le formatage du réel », Questions de communication [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 20 janvier 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/1402

Haut de page

Auteur

Yeny Serrano

Université de Genève, yenyserrano@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page