Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies de l'information et de la communication

Ahmed Dahmani, José Do-Nascimento, Jean-Michel Ledjou, Jean-Jacques Gabas, dirs, La démocratie à l’épreuve de la société numérique

Paris, Éd. Gemdev/Éd. Karthala, 2007
Hadj Bangali Cissé
p. 491-494
Référence(s) :

Ahmed Dahmani, José Do-Nascimento, Jean Michel Ledjou, Jean-Jacques Gabas, dirs, La démocratie à l’épreuve de la société numérique. Paris, Éd. Gemdev/ Éd. Karthala, coll. Hommes et sociétés, 2007, 375 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, issu de travaux sur les enjeux de la société de l’information, conduits par le Centre de recherche Analyse des mutations économiques, des technologies de l’information et des sociétés/Collège d’études interdisciplinaires AMETIS/CEI) de l’université Paris-Sud II, s’inscrit dans la continuité de l’ouvrage dirigé par Jean-Jacques Gabas et publié aux éditions Karthala en 2005, sous le titre Société numérique et développement en Afrique. Usages et politiques publiques. Il comprend trois sections d’importance inégale : « La société numérique et les exigences de la démocratie » (pp. 11-137) ; « La société numérique au service de la Démocratie » (pp. 139-338) ; « La société numérique et les menaces contre la démocratie » (pp. 339-368).

2En préambule, Éric Georges, professeur de communication à l’université du Québec, analyse la « société de l’information » (p. 6) au prisme d’une approche fondée sur l’économie politique, intégrant par ailleurs les hypothèses de Dominique Carré, Vincent Mosco et Érik Neveu qui s’emploient à montrer « la face économique (le plus souvent cachée) de la communication (p. 27). Ensuite, la première partie de l’ouvrage s’ouvre sur « Les logiciels libres et formats ouverts pour l’accessibilité citoyenne » (pp. 33-46) où Benoît Sibaud, président de l’Association pour la promotion et la recherche en informatique libre (April), pose le problème de la transparence, de l’indépendance et du libre accès (p. 35). La triade citoyen, administrations et collectivités y est abordée à la lumière des logiciels libres (p. 46). Puis, dans la « Stratégie concurrentielle des collectivités territoriales et construction de la Société numérique » (pp. 47-60), Amel Attour-Oueslati, doctorante en économie à l’université de Nice Sophia-Antipolis, traite de la situation en Europe, principalement en France, en faisant le point sur la connectivité des collectivités territoriales qui fait apparaître différents types de marchés (pp. 51-54).« L’impératif de régulation et de transparence » est quant à lui abordé par Jose Do-Nascimento, juriste, politologue et ingénieur d’études au ametis/cei de l’université Paris-Sud II, avec la thématique de la régulation — « L’internet entre acteurs publics et privés. Vers une régulation centrifuge ou centripète ? » (pp. 60-90) — vis-à-vis de laquelle il prône une gestion internationale du réseau (p. 65). Quant à Audrey Loridan- Baudrier, docteur en économie de l’université Paris I-Panthéon Sorbonne, elle prolonge cette réflexion dans « De la régulation à l’interrégulation. La gouvernance des télécommunications à l’épreuve des principes démocratiques » (pp. 93-101). Elle s’interroge notamment sur les rapports de l’interrégulation à la démocratie politique (p. 94). Jose Do-Nascimento revient sur « La régulation de l’internet au regard du Droit public » (pp. 109-119) et sur « La réforme de la gouvernance de l’internet au Sommet mondial sur la société de l’information (smsi, pp. 121-136). À ce sujet, il développe la notion de compétence de régulation appliquée à l’internet (p.114), tandis que la tutelle américaine sur la gouvernance de l’internet est décrite par Stéphane Koch, spécialiste de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (icann, p. 123).

3Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Laurence Monnoyer Smith, Professeur à l’université de technologie de Compiègne propose : « Derrière l’urne, le citoyen, les rituels de vote sont-ils intangibles ? » (pp. 139-148) qui porte sur la réflexion du vote électronique et du vote en ligne en Europe, deux processus de vote qui diffèrent selon la matérialité du vote (p. 145). Céline Desmarais, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Savoie, Hélène Michel, docteur en management public et jean Moscarola professeur à l’université de Savoie, prennent pour prétexte le grand débat sur l’avenir de l’école française, organisé par Luc Ferry, afin d’analyser le débat citoyen. Les discours sont étudiés via l’analyse de contenu, la citation et l’analyse lexicale assistée par ordinateur, l’analyse critique du processus ainsi que les apports de l’analyse de la presse. Dans le même registre, Marion Ben-Hammo, ATER en science politique à l’université Paris 8, interroge l’internet non pas comme un vecteur en soi d’un renouvèlement de la démocratie, mais comme un support accompagnant les pratiques citoyennes dans l’espace public local (p. 170) dans « Internet : un outil au service de la démocratie participative locale ? Les usages d’internet dans les conseils de quartiers parisiens ». Pour sa part, Marie-Gabrielle Suraud, maître de conférence en sciences de l’information et de la communication à l’université Toulouse 3, traite de la participation effective citoyenne via le net : « Le débat électronique, Entre agir communicationnel et stratégie militante » (pp. 179-192). En prenant comme prétexte l’analyse de l’espace public, l’auteure tente de mesurer la représentativité des citoyens à travers leurs traces laissées sur le net, qui peuvent témoigner d’une certaine démocratie comme l’exemple de l’usine chimique AZF à Toulouse (p. 191).

4L’autre volet de la deuxième partie met l’accent sur la relation gouvernants/gouvernés. Il se compose d’un article intitulé : « Gouvernance et nouvelles technologies » (pp. 193-206) de Dominique de Saint Sernin, professeur agrégé en sciences de gestion, et jean Michel Ledjou, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication de l’université Paris-Sud II. La pertinence de l’introduction et de l’utilisation des technologies de gestion, d’information et de communication est posée en même temps qu’est notée une faible participation des citoyens au processus électoral. Après une description des enjeux de l’e-évolution (pp. 195-202), les auteurs déduisent qu’en « prônant la transparence, en misant sur les nouvelles possibilités de dialogue avec les citoyens, l’administration en ligne peut resserrer le lien de confiance avec les administrés, mais au-delà contribuer à rapprocher les citoyens du corps politique […]. Le risque d’une « virtualisation » de la relation avec les pouvoirs publics est intrinsèquement lié à l’usage des technologies » (p. 202). Encore faudrait-il que les citoyens puissent accéder aux TIC et qu’ils n’aient pas de préoccupations plus vitales.

5Le dernier volet de cette partie — « Nouveaux supports d’expression et formation » (pp. 207-368) — est riche de cinq contributions : « Les nouvelles logiques d’expression : « blogs et journalisme participatif, vers une e-démocratie » (Iannis Pledel, pp. 209-223) ; « De la liberté de la presse à la liberté d’expression : quand les blogs s’emmêlent, RSF s’en mêle… » (Valérie Jeanne-Perrier, Étienne Candel, pp. 225-239) ; « Les forums de discussion sur les sites web de la presse quotidienne nationale : régulation et participation  » (Sophie Falguères, pp. 241-251) ; « Une blogosphère démocratique ? » (Roger Bautier, pp. 256-263) ; et enfin « Le forum de discussion, entre démocratie et affirmation « néo-communautaire » : l’exemple de zouker.com » (Alex Laupeze, pp. 265-276).

6Diplômé en épistémologie économique de l’université Paris I-Panthéon Sorbonne, Iannis Pledel parle de journalisme citoyen ou journalisme participatif avec les outils de communication que sont les blogs (p. 210). Et de poser la question, le blog « peut-[il] remodeler le débat démocratique ? » (ibid.). Dans certains pays, les blogs sont apparus comme un moyen pour révéler des affaires publiques tel le « Monicagate ». En s’inspirant des travaux de Francisco Varela (Autonomie et connaissance. Essai sur ie vivant, trad. de l’américain par Paul Bourgine et Paul Dumouchel, Paris, Éd. Le Seuil, 1979 [1989]) et de Daniel Bougnoux (La communication contre l’information, Paris, Hachette, 1995), l’auteur introduit le concept de clôture informationnelle (pp. 215-220). Valérie Jeanne-Perrier, enseignante au CELSA, aborde le thème de la liberté de la presse par rapport aux blogs sous la surveillance de Reporters Sans Frontières (RSF, p. 226). L’éthique y est abordée ainsi que la pédagogie de l’action médiatique. Il vrai qu’en incitant à la pratique des écrits de réseaux via les blogs, RSF entend promouvoir la liberté de la presse et des médias, mais le risque n’est-il pas d’inciter les citoyens à la pratique du journalisme d’information, en détournant la forme originelle du blog qui est celle d’un journal intime. Sophie Falguères, docteur en sociologie et ATER à l’université Toulouse 2, analyse : « Les forums de discussion de sites web de la presse quotidienne nationale : vers un renouvellement des mandats d’expression ? » (pp. 241-263). Pour interroger la société numérique et la démocratie, l’auteure prend pour prétexte l’exploration des forums de discussion (p. 241), à partir des journaux Le Monde et Libération. Ainsi s’interroge-t-elle sur la pertinence des forums des sites de presse en la comparant avec la prise de parole dans les médias de masse (p. 244) à travers l’analyse énonciative qui est « l’étude des modalités du dire » (p. 245).

7Roger Bautier, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Paris 8, se demande si « la blogsphère est démocratique » (pp. 253-263). En spécifiant la description topologique issue des réseaux techniques et sociaux, il constate que la théorie des graphes a « suscité chez les amateurs de ce type de sites web une réflexion à propos des effets des “lois de puissance” sur leurs pratiques à partir de diverses interventions d’observateurs et d’acteurs de la blogosphère » (p. 259). Ainsi montre-t-il les limites de la communication au sein de cet espace. Alex Laupeze, docteur en anthropologie de l’université Paris 8, clôt le débat avec« Le forum de discussion, entre démocratie et affirmation « néo-communautaire » : l’exemple de zouker.com » (pp. 265-276).À partir des traits identitaires et de la définition d’une « centralité numérique », il met en évidence une conception « néo-communautaire » des Antillais (p. 265). Étant donné que dans le système politique et intellectuel français, les communautés culturelles sont proscrites, l’auteur craint des dérapages quant à l’universalisme et à la République qui seraient menacés (p. 275).

8Enfin le quatrième volet de la deuxième partie s’intitule : « La transition démocratique  » (pp. 279-338). Jean Michel Ledjou — « Les TIC : un viatique pour démocratiser l’Afrique ? (pp. 279-291) — traite de la démocratie avec les TIC, et pense que, « face à une société de l’information « apatride », une meilleure représentation de l’Afrique au sein des instances internationales se révèle indispensable (p. 290). Ahmed Dahmani, économiste, enseignant-chercheur à l’université Paris-Sud II s’inquiète quant à lui des dérives d’une démocratisation numérique au Maghreb dans « Économie politique de l’internet au Maghreb : incertitudes d’une démocratisation du numérique » (pp. 293-324). Il constate que si sa progression a été remarquable par rapport à la moyenne africaine et arabe, il n’en demeure pas moins que de nombreux obstacles socioéconomiques et institutionnels freinent son développement. Qu’en est-il de l’Afrique ? Dans « Société civile et construction de la Société de l’information en Afrique de l’ouest : entre marginalisation et implication (pp. 325-338), Olivier Sagna, maître-assistant à l’école de bibliothécaires et archivistes de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, pose le problème de la participation de la société civile dans la construction de la société de l’information, en Afrique de l’Ouest. À partir de l’exemple sénégalais, il décrit la situation en élargissant son étude au niveau de l’UMEOA (Union monétaire de l’Afrique de l’Ouest) et en arrive à la conclusion que « la société civile et le secteur privé sont peu impliqués dans ces dynamiques » (p. 337).

9Dans la troisième et dernière partie de l’ouvrage : « La société numérique et les menaces contre la démocratie », Pierre Fargeaud, expert informatique au Centre d’expertises CELOG, aborde le problème de la cybercriminalité — « Les usages criminels et réactions législatives. Les pratiques criminelles via l’internet » (pp. 341-358) — dont les contours sont difficiles à cerner au regard des lois nationales, et présente quelques aspects de la cybercriminalité internationale selon le prisme d’organisations comme Europol et Interpol (p. 355). C’est ensuite au tour de Xavier Guchet, maître de conférences en philosophie à  l’université Paris I-Panthéon Sorbonne, de parler de la biométrie et des inquiétudes des citoyens français dans « Libertés et dérives sécuritaires. Big Brother nous regarde-t-il vraiment ? La biométrie au service d’un pouvoir inédit » (pp. 359-368). Si, d’un côté, la procédure se veut rassurante, notamment à l’école (par exemple l’accès des élèves à la cantine scolaire), de l’autre, elle paraît comme l’instrument d’un pouvoir de plus en plus oppressant (p. 368).

10Riche et bien documenté, La démocratie à l’épreuve de la société numérique soulève néanmoins un certain nombre de problèmes, notamment au regard des rapports entre la société, au vu de son fonctionnement politique, et les TIC. D’une part, l’émergence de celles-ci influence indéniablement le jeu politique et, d’autre part, la démocratie agit sur les pratiques citoyennes. D’ailleurs, la question à laquelle les auteurs ont tenté de répondre demeure l’accessibilité des citoyens. Si des exemples ont été cités en France, en Afrique du Nord et au sud du Sahara, en revanche, l’Asie et le continent américain n’ont pas été traités. Ce qui aurait permis d’avoir une vue globale et plus fine de la société numérique, en particulier dans le monde anglo-saxon. Par ailleurs, la troisième partie du livre— comportant peu de contributions — et qui traite des menaces de la démocratie, aurait pu être plus développée, d’autant que ce volet est fondamental pour les citoyens qui cherchent à se protéger des dérives de la société numérique. Pour autant, cela n’enlève en rien la pertinence des sujets évoqués qui permettront aux lecteurs d’avoir des informations souvent ignorées au sujet de cette société numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hadj Bangali Cissé, « Ahmed Dahmani, José Do-Nascimento, Jean-Michel Ledjou, Jean-Jacques Gabas, dirs, La démocratie à l’épreuve de la société numérique », Questions de communication, 15 | 2009, 491-494.

Référence électronique

Hadj Bangali Cissé, « Ahmed Dahmani, José Do-Nascimento, Jean-Michel Ledjou, Jean-Jacques Gabas, dirs, La démocratie à l’épreuve de la société numérique », Questions de communication [En ligne], 15 | 2009, mis en ligne le 18 janvier 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/1187

Haut de page

Auteur

Hadj Bangali Cissé

CREM, université Paul Verlaine-Metz
cissehadj@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page