Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Alain Rabatel, Alice Ferrara-Léturgie, Arnaud Léturgie, dirs, La Sémantique et ses interfaces. Actes du colloque 2013 de l’Association des sciences du langage

Limoges, Lambert-Lucas, coll. Linguistique et sociolinguistique, 2015, 344 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 572-574
Référence(s) :

Alain Rabatel, Alice Ferrara-Léturgie, Arnaud Léturgie, dirs, La Sémantique et ses interfaces. Actes du colloque 2013 de l’Association des sciences du langage, Limoges, Lambert-Lucas, coll. Linguistique et sociolinguistique, 2015, 344 pages

Texte intégral

1Dans les années 70 du siècle précédent, Mariana Tutescu (Précis de sémantique française, Paris, Klincksieck, 1974) pouvait encore déplorer que la sémantique fût « la Cendrillon des études de linguistique » (p. 13). Ce n’est évidemment plus le cas aujourd’hui et en témoigne ce volume des actes du colloque tenu à Paris, en janvier 2013, à l’initiative de l’Association des sciences du langage. Il n’est guère de secteur de la recherche contemporaine qui, à un moment ou à un autre, n’achoppe sur une question de nature sémantique, et la diversité des domaines dans lesquels s’investit désormais cette réflexion fait d’elle un carrefour inévitable dans toute recherche plaçant l’homme au cœur du langage : pragmatique, logique, approches énonciatives, sémiotique, lexicologie et lexicographie, traitement automatique du langage, tous ces champs d’étude retrouvent la question sémantique lorsqu’ils abordent les problèmes concrets du langage. Le format d’un colloque ne permet pas des développements infinis, mais offre la possibilité de dégager des axes forts de réflexion et c’est ce dont témoignent très bien les treize communications du présent volume.

2Dans « Trois questionnements sémantiques encore largement méconnus en France » (pp. 23-47), Jacques François attire l’attention sur des aspects de la discipline n’ayant pas encore retenu l’attention de la communauté française des sémanticiens, à un titre ou un autre, car c’est bien cela – l’étiquette commune – qui neutralise trop vite l’émergence de questions remettant en cause l’extension de chacun des secteurs de cette nébuleuse heuristique ; ainsi de l’examen des conditions historiques de l’auxiliarisation, ou des problèmes soulevés par la cartographie sémantique diachronique ou la réelle possibilité d’une métalangue sémantique naturelle telle que la souhaite Anna Wierzbicka. Guy Achard-Bayle (« Interfaces texte-cognition », pp. 49-68) rapproche linguistique textuelle et la linguistique cognitive pour expliquer pourquoi et comment les propositions interrogatives indirectes et conditionnelles en si apparaissent « entre fiction et diction » (p. 64). Dans « Sémantique de corpus. Questions d’épistémologie et de méthodologie » (p. 69-84), François Rastier s’interroge sur les transformations de la recherche induites par la linguistique de corpus, et souligne les difficultés herméneutiques qui en résultent notamment pour l’étude de la typologie des genres et des discours, et, plus largement, pour l’étude des corrélations entre contenu et expression. Gaston Gross, dans « Statut de la sémantique » (pp. 85-110), rappelle qu’il est impossible de penser un niveau sémantique autonome de la syntaxe et du lexique ; et après avoir rapidement fait le tour des différentes formes d’approches du sens (grammaire traditionnelle, Gustave Guillaume, Zellig Sabbetai Harris, distributionnalisme, générativisme), il conclut en rappelant que « la description d’une langue à des fins de traitement automatique exige le recensement le plus complet possible de ce qui est compositionnel et de ce qui est idiosyncratique » (p. 107), ce dernier terme étant évidemment le nœud de la question ! Avec « Un problème à la croisée des disciplines linguistiques : les noms d’humains comme interface entre morphologie, syntaxe et sémantique » (pp. 111-141), Catherine Schnedecker montre que l’étude de ces noms (femme, plombier, pianiste, facteur, etc.) est susceptible de faire apparaître des classements différents de ceux proposés jusque-là, lesquels se contentaient pour la plupart d’identifier si ces termes s’appliquaient temporairement ou épisodiquement à une personne, ou si, au contraire, ils s’y appliquaient indépendamment de toute situation. Dans « Tu, te, toi » (pp. 143-160), Danielle Leeman propose une vision grammaticale de la sémantique par opposition aux approches logiciennes, cognitives ou référentielles, et montre que les unités de la langue ne correspondent pas à celles du monde objectif ni à celles du monde mental. Jean-Claude Anscombre (« Les suffixes -age et -ment du français : une opposition aspectuelle ? », pp. 161-180) démontre que ces deux suffixes ne sont pas interchangeables : le premier, l’action se caractérise par rapport au sujet (point de vue externe), le second pose au contraire (point de vue interne) la situation du sujet par rapport à l’action ; l’auteur conclut ainsi sur l’idée qu’une entité lexicale n’est pas une constante mais bien une fonction sémantique. Iva Novakova aborde la question des « Émotions entre lexique et discours » (pp. 181-204) et propose de combiner l’étude systématique de la combinatoire syntaxique et lexicale avec les méthodes lexicométriques pour dégager un modèle intégratif qui permette de proposer un classement de ces lexies de l’émotion valable dans plusieurs langues (en l’occurrence, ici, en français, espagnol, allemand, anglais, russe). Le traitement automatique du langage (tal) fait l’objet de la communication de Mathieu Valette et Egle Eensoo : « Une sémantique de corpus pour la fouille de textes » (pp. 205-224), dans laquelle ils exposent très bien la situation ancillaire de la sémantique face aux algorithmes mathématiques d’apprentissage qu’a générés le déclin des méthodes symboliques à base de règles linguistiques formelles. Ils préconisent, là encore, la complémentarité d’une sémantique de corpus alliée à des méthodes par apprentissage automatique. Dominique Ducard (« Une “sémantique de l’énonciation”, sans doute », pp. 225-242) entend développer l’idée d’Émile Benveniste d’une « méta-sémantique » possible à partir de la sémantique de l’énonciation, mais plutôt à partir du schéma de la théorie des opérations énonciatives mis en place par Antoine Culioli. Il montre alors que l’emploi du prédicat « doute » en référence à un état intrasubjectif de l’énonciateur traduit un geste mental réunissant l’appréhension et la crainte à l’incertitude. La question de l’origine du sens, qui place immédiatement la sémantique au cœur du domaine plus vaste de la sémiotique, ne pouvait être évacuée ; le groupe μ, ou ce qu’il en subsiste, représenté dans ce cas par Jean-Marie Klinkenberg et Francis Edeline, s’est penché « Aux sources du sens. Sensorialité et sémantique » (pp. 243-262) pour mettre en évidence une théorie matérialiste du sens, opposée à la théorie idéaliste traditionnellement soutenue jusqu’à aujourd’hui par la plupart des sémioticiens. Ainsi, pour eux, les structures linguistiques correspondent aux structures cognitives sémiogénétiques que l’expérience du monde fait émerger à la conscience du sujet. Jacques Moeschler, dans « La frontière sémantique-pragmatique existe-t-elle ? La question des présuppositions et des implicatures révisée » (pp. 263-286), par l’étude de ce qui distingue la sémantique (intra-linguistique) et la pragmatique (extra-linguistique), propose de concevoir l’implication comme un fait sémantique et l’implicature comme un fait pragmatique. Enfin, Jean-Pierre Desclés, dans « Sémantique et logiques : une sémantique des significations est-elle possible ? » (pp. 287-337), s’appuyant sur la logique combinatoire typée de Haskell BrooksCurry (Combinatory Logic, Amsterdam, North-Holland, 1958), traite la question de l’identification des traces d’opérations énonciatives perceptibles dans des énoncés en langue naturelle. Par-là, il montre que la logique classique (de Gottlob Frege à Richard Montague) n’est qu’un cas très particulier « d’une logique plus générale, construite en interaction avec une prise en compte des données empiriques observables » (p. 22) dans les systèmes sémiotiques des langues naturelles.

3La diversité des approches enregistrées dans ce volume marque à la fois la difficulté de cerner l’origine, la nature et les fonctions du sens, ainsi que le très grand attrait que suscite cet obscur objet d’investigation que demeure la sémantique. Il manque probablement là, outre un index des termes et notions ainsi qu’une bibliographie récapitulative (chaque article possède la sienne, d’où des redites), une discussion de synthèse qui ferait dialoguer les voix diverses, parfois opposées, apparues au cours de ce colloque. Indépendamment de ce grief mineur, ce sont justement cette difficulté à cerner l’objet et l’attrait qu’il suscite qui font toute la richesse et l’intérêt de ce volume ardu, mais qui a le mérite de fixer élégamment un état actuel de la question et d’en dresser l’état de l’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Alain Rabatel, Alice Ferrara-Léturgie, Arnaud Léturgie, dirs, La Sémantique et ses interfaces. Actes du colloque 2013 de l’Association des sciences du langage », Questions de communication, 31 | 2017, 572-574.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Alain Rabatel, Alice Ferrara-Léturgie, Arnaud Léturgie, dirs, La Sémantique et ses interfaces. Actes du colloque 2013 de l’Association des sciences du langage », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11396

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87000
jacques-philippe.saint-gerand[at]unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page