Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Marceline Laparra, Claire Margolinas, Les Premiers Apprentissages scolaires à la loupe. Des liens entre énumération, oralité et littératie

Louvain-la-Neuve, De Boeck, coll. Le point sur la pédagogie, 2016, 176 pages
Julien Van Beveren
p. 562-563
Référence(s) :

Marceline Laparra, Claire Margolinas, Les Premiers Apprentissages scolaires à la loupe. Des liens entre énumération, oralité et littératie, Louvain-la-Neuve, De Boeck, coll. Le point sur la pédagogie, 2016, 176 pages

Texte intégral

1Les Premiers apprentissages scolaires à la loupe est le fruit des recherches menées conjointement, pendant plusieurs années, par Claire Margolinas, didacticienne des mathématiques, et Marceline Laparra, didacticienne du français. Le titre précise clairement le sujet : les auteures analysent de manière très fine des situations didactiques observées en grande section de maternelle et au cours préparatoire ; les apprentissages en jeu dans ces situations sont associés aux concepts d’énumération, d’oralité et de littératie. Ces recherches s’inscrivent dans le cadre des travaux initiés par le groupe reseida, fondé par Élisabeth Bautier et Jean-Yves Rochex.

2Tout est fait pour guider efficacement le lecteur dans les cinq chapitres de longueur à peu près égale : les analyses sont accompagnées d’illustrations ; les rappels ne manquent pas sans pour autant nuire à la progression du propos ; un glossaire clôt l’ouvrage ; des allusions fréquentes à l’observation par Jack Goody d’une situation d’énumération de coquillages dans la société des LoDagaa, apparaissent comme un fil rouge qui présente l’avantage de coupler l’approche didactique et l’approche anthropologique. Ces manifestations diverses d’une attention portée à la compréhensibilité du propos, qu’il faut saluer, n’étonneront guère : ce livre est publié dans une collection destinée aux étudiants. À notre sens, il gagnerait à être utilisé aussi dans des activités de formation continue, tant ses auteures remettent en question des pratiques qui se sont pour ainsi dire naturalisées dans les petites classes.

3Étant donné la densité des apports de ce livre, nous nous cantonnons à aborder trois problématiques qui nous paraissent essentielles : l’ancrage des activités d’apprentissage dans des disciplines scolaires, la verbalisation en lien avec la tentative de réduire les inégalités d’apprentissage et le choix d’un corpus.

4Dès l’avant-propos, les auteures signalent qu’elles ont enjambé « les barrières qui ont pourtant été nécessaires à [sic] fonder les didactiques des disciplines sur des bases épistémologiques claires » (p. 8) ; l’entame de l’ouvrage le confirme : les activités d’apprentissage sur lesquelles portent les analyses ressortissent tantôt à la discipline « mathématiques » (activités de tri et de comptage, notamment), tantôt à la discipline « français » (activités de reconstitution de prénoms ou de recherches de lettres, entre autres éléments), mais les observations des didacticiennes sont en quelque sorte fédérées par les concepts centraux d’énumération, d’oralité et de littératie. Il est vrai qu’à la maternelle, le découpage disciplinaire n’est pas aussi net qu’il ne l’est dans la suite de la scolarité, mais plus qu’un désaveu de ce découpage, nous avons trouvé dans ce livre un apport précieux à la didactique comparée. Si toute situation d’apprentissage revêt une dimension disciplinaire et si cet ancrage n’est pas sans lien avec le succès ou l’échec de l’enseignement-apprentissage, il est utile, dans une tentative d’amélioration des pratiques de classe, d’épingler ce qui peut être commun à des activités relevant de disciplines diverses, en l’occurrence de disciplines aussi différentes, de prime abord, que le français et les mathématiques.

5Le deuxième point qui retiendra ici notre attention est la verbalisation qui peut être, à la suite des travaux d’Élisabeth Bautier et Jean-Yves Rochex dans la lignée desquels se situent les auteures, envisagée comme un des moyens d’éviter les « malentendus », de faire en sorte que les élèves, guidés par le maitre, ne soient pas simplement à la tâche, mais qu’ils saisissent les enjeux de celle-ci en termes d’apprentissage. Pour analyser les séquences de classe qu’elles ont enregistrées, Claire Margolinas et Marceline Laparra ont choisi un grain très fin : plusieurs caméras ont été utilisées, tous les faits et gestes des élèves ont été minutieusement rapportés. Le plus souvent, les constats dressés sont suivis d’hypothèses, étayées par les recherches antérieures des didacticiennes ou par celles d’autres chercheurs, mais ces hypothèses, dans le cas de la séquence de classe la plus longuement analysée, ne sont pas confirmées ou infirmées par des entretiens avec les élèves ; cette option, qui n’est pas justifiée par les auteures et qui aurait très certainement été chronophage, peut étonner compte tenu de l’intention, plusieurs fois rappelée et concrétisée, d’adopter le point de vue de l’élève. L’adoption de ce point de vue résulte, dans l’ouvrage, d’une construction des chercheuses ; il eût été intéressant, selon nous, que cette construction intellectuelle soit mise à l’épreuve des échanges verbaux avec les élèves observés.

6La question du choix du corpus, enfin, mérite d’être soulevée. La démonstration de Marceline Laparra et de Claire Margolinas repose sur « l’observation systématique de neuf élèves durant leur scolarisation en gs puis au cp » (p. 9) ; à ces neuf élèves, s’ajoutent ceux – dont le nombre n’est pas précisé – qui ont été observés en dehors de la classe. Neuf élèves, tous issus de « milieux populaires, défavorisés au plan économique » (ibid.), n’est-ce pas trop peu, même s’ils apparaissent sur « 60 heures de vidéo » (ibid.) ? Étant donné les moyens financiers et humains dont ils disposent, les chercheurs en didactique sont souvent contraints de limiter leurs travaux à l’observation d’un petit nombre d’élèves ; cette contrainte est très visible dans les thèses soutenues dans ce domaine. Invalide-t-elle pour autant ces travaux ? Nous en doutons. Certes, elle limite la portée des constats dressés, mais une telle limitation est souvent compensée – c’est à tout le moins le cas dans cet ouvrage – par la finesse de l’analyse et par le renvoi à des travaux d’autres chercheurs.

7Comme tout ouvrage stimulant, celui de Claire Margolinas et de Marceline Laparra, suscite plus de questions qu’il n’apporte de réponses : parmi celles-ci, nous songeons à la possibilité – ou à l’impossibilité – d’étendre les constats dressés, d’une part, à des activités d’apprentissage associées à d’autres disciplines que le français et les mathématiques et, d’autre part, à des niveaux ultérieurs de la scolarité. Dans un prochain ouvrage, peut-être.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Van Beveren, « Marceline Laparra, Claire Margolinas, Les Premiers Apprentissages scolaires à la loupe. Des liens entre énumération, oralité et littératie », Questions de communication, 31 | 2017, 562-563.

Référence électronique

Julien Van Beveren, « Marceline Laparra, Claire Margolinas, Les Premiers Apprentissages scolaires à la loupe. Des liens entre énumération, oralité et littératie », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11380

Haut de page

Auteur

Julien Van Beveren

Haute École de la Ville de Liège, B-4000
Julien.VanBeveren[at]hel.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page