Skip to navigation – Site map
Notes de lecture
Théories, méthodes

Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse »

Paris, Éd. La Découverte, coll. Cahiers libres, 2016, 183 pages
Emmanuel Brandl
p. 560-562
Bibliographical reference

Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse », Paris, Éd. La Découverte, coll. Cahiers libres, 2016, 183 pages

Full text

1Bernard Lahire nous propose un ouvrage clair, accessible et cependant précis, visant à déconstruire les présupposés qu’une certaine intelligentsia française semble porter sur la sociologie en s’appuyant sur une analyse de l’ouvrage pamphlétaire de Philippe Val, Malaise dans l’inculture (Paris, Grasset, 2015). L’hypothèse défendue par Philippe Val consiste à dire qu’en analysant les systèmes de contraintes qui pèsent sur les individus, la sociologie nourrie une « culture de l’excuse ». C’est ce qu’il appelle « le sociologisme ». Pour lui, il s’agirait même d’une intention de la sociologie que de se donner comme objectif explicite ou implicite d’excuser, de déresponsabiliser l’individu de ses actes.

2Il s’agit donc pour Philippe Val, comme pour tous ceux qui se réclament de sa critique, de rendre toute sa responsabilité à la personne. Bernard Lahire montre comment cet objectif est atteint au prix d’une glose sans fondement, d’une méconnaissance du travail scientifique d’enquête et des objectifs de compréhension que se donne toute science, celle du monde social ne faisant pas exception, même si la sociologie occupe une position particulière dans le champ scientifique, le sociologue visant à produire « une représentation du monde social dotée de l’autorité de la science » tout en étant « engagé, qu’il le veuille ou non, qu’il le sache ou non, dans les luttes symboliques qui opposent les professionnels de la production symbolique à propos de l’imposition des principes légitimes de vision et de division du monde social » (Pierre Bourdieu, « Sur la possibilité d’un champ international de la sociologie », pp. 33-49, in : Leclerc C., Lizé W., Stevens H., dirs, Bourdieu et les sciences sociales. Réception et usages, Paris, Éd. La Dispute, 2015). Mais c’est aussi au prix d’une « confusion des perspectives » (p. 36) (entre jugement de fait et jugement de valeur), de dénégation et de voilement des contraintes sociales. D’ailleurs, la vision qu’a Philippe Val de la sociologie parait tellement limitée, que si on ne doit plus faire appelle au « social » pour parler des actions, on peut toutefois s’en référer au culturel par exemple, comme si la culture échappait à la fois au social et à la sociologie (dans l’émission « L’interview d’Anne Sinclair », avec Philippe Val, Europe 1, diffusée le samedi 11 avril 2015), et si l’on doit refuser le déterminisme des sciences sociales, on doit pourtant « adhérer à un déterminisme biologique naturalisant autrement plus implacable » (p. 57). Mais comme le dit Bernard Lahire, « il ne faut pas demander plus de cohérence aux acteurs qu’ils ne sont capables d’en produire » (ibid.).

3Plutôt que de prendre la peine d’une démonstration visant à déconstruire les enquêtes sociologiques réalisées, en tentant par exemple d’en pointer les présupposés théoriques ou les biais méthodologiques, de façon assez classique finalement et presque banale aujourd’hui, c’est en usant de la rhétorique de « l’autonomie » et de la « liberté individuelle » qu’il mène son argumentaire (du type : « On choisit de devenir délinquant », Jean-Pierre Raffarin, homme politique, cité p. 34). Or, précisément, la sociologie, en développant un mode de pensée relationnel, prend l’exact contrepied de cette fiction juridique et philosophique de « l’Homo clausus et du libre arbitre » (p. 51), elle « vient ­contrarier toutes les visions enchantées de l’Homme libre, autodéterminé et respon­sable » (p. 53). Ainsi, pour les défenseurs du libre-arbitre, les sciences sociales « nient qu’il puisse y avoir de “vrais choix” ou de “vrais actes de liberté”, et dénoncent le fatalisme et le pessimisme des chercheurs » (p. 55). Pourtant, la sociologie ne dit pas que des choix ne sont pas faits, « elle dit seulement que les choix, les décisions et les intentions sont des réalités au croisement de contraintes [internes et externes] multiples » (pp. 55-56). En fait, la sociologie constate (elle ne postule pas), grâce à l’élaboration de méthodologies poussées intrinsèquement liées à une démarche réflexive systématisée, que les individus ont conscience de leurs actions, mais que, du fait qu’ils sont multisocialisés et multidéterminés, ils ignorent les causes qui les déterminent (p. 61).

4Le premier chapitre (pp. 15-31) décrypte nombre de discours et de postures adoptées par les hommes politiques principalement, et qui semblent tous guidés par l’objectif de flatter l’émotion publique les yeux rivés sur les cotes de popularité. Et le constat est international et de tous bords politiques, de Manuel Valls à Barack Obama, en passant par David Cameron et Nicolas Sarkozy. Les chapitres 2 et 3 (pp. 33-49 et 51-65) reviennent sur la démarche scientifique de la sociologie : neutralité axiologique et recherche du savoir pour lui-même (sans rire, sans pleurer, sans détester), sans objectif spéculatif, et sans prédiction (la sociologie analyse des tendances, des probabilités). Trop souvent d’ailleurs, les commentaires médiatiques des résultats d’enquêtes sociologiques desservent la démarche scientifique, car ils sont tels que tout se passe comme si les résultats avaient été comme décidés par les sociologues eux-mêmes…

5Le chapitre 4 (pp. 67-83) revient, quant à lui, sur l’impact d’une pensée du « libre arbitre », d’une certaine façon de penser ceux qui n’ont « aucune excuse », et pas seulement les auteurs d’actes terroristes, mais prosaïquement – et sans surprise – toute personne pouvant bénéficier à un degré ou à un autre d’aides sociales. Cette « pensée » du monde, avec ses mythes (celui de self-made man, du don, de la méritocratie, du génie), déréalise les dominés. Bernard Lahire insiste ici sur la notion de « consentement » dit « volontaire », connexe de celle du « libre arbitre », notion qui pour ce dernier vient « nier la domination et critiquer ceux qui ont l’arrogance de l’analyser en ces termes » (p. 72). Par quelques exemples (le travail le dimanche ou la prostitution), Bernard Lahire montre combien les « choix » ou la « volonté » exprimés par les individus reposent sur des conditions de possibilité. Les salariés n’ont pas, par exemple, la « volonté » de travailler le dimanche. S’ils défendent pour certains le droit de travailler le dimanche, c’est bien plutôt parce qu’ils sont dans des situations économiquement fragiles et qu’ils ont intériorisé l’impossibilité pour eux « de gagner plus sans travailler plus » : « Si les travailleurs faiblement qualifiés obtenaient, à la suite de luttes, l’augmentation substantielle de leurs salaires sans travail supplémentaire, nul doute que la question du travail du dimanche ne se poserait plus tout à fait dans les mêmes termes » (p. 74).

6Le chapitre 5 (pp. 85-116) déconstruit l’idée selon laquelle la sociologie pourrait avoir quelque intérêt, autre que scientifique, à produire ses analyses en rappelant ses apports à la connaissance : 1) le fait que son intérêt ne se porte pas seulement sur les collectifs mais aussi sur les individus singuliers, 2) qu’elle développe un mode de pensée relationnel permettant de 3) comprendre radicalement les choses, en dehors des urgences du monde social. Bernard Lahire en profite au passage pour revendiquer « l’irresponsabilité politique ou morale des savants qui n’ont pas à se demander si ce qu’ils découvrent va plaire ou déplaire, être utile ou inutile » (p. 116).

7Enfin, en revenant sur le rôle de l’école, la conclusion du livre revendique une sociologie « pour la démocratie » et revendique a contrario, loin, très loin des thèses de Philippe Val, l’enseignement de la sociologie dès l’école primaire. La sociologie enseigne le regard critique, la mise à distance, une capacité d’observation, de description et de narration, permettant de « se fixer avec précision sur les réalités [réellement] observées » (p. 123). Comme le soulignait Émile Durkheim, « un peuple est d’autant plus démocratique que la délibération, que la réflexion, que l’esprit critique jouent un rôle plus considérable dans la marche des affaires publiques » (Émile Durkheim, Leçons de sociologie. Physique des mœurs et du droit (1890-1900), Paris, Presses universitaires de France, 1950, cité p. 120). Si cela était, alors un livre comme celui de Philippe Val « n’existerait pas » (p. 128).

8À la fin de cette publication, on trouve un long « supplément » qui porte sur une lecture attentive du livre de Philippe Val pour en déconstruire sans équivoque l’ensemble des « arguments » et en dégager pour finir les ressorts idéologiques… libéraux exprimés comme tels par Philippe Val lui-même : « La majorité des enquêtes sociologiques d’aujourd’hui ont pour but de débusquer l’inégalité économique, c’est-à-dire le mal. […] Il n’y a pas de justice dans le talent, et il n’y en aura jamais. Il faut aimer cette inégalité et en profiter, comme lorsque l’on va au théâtre pour voir un acteur sublime dans un bon rôle. Car la capacité et le talent de certains, face à d’autres, sont indispensables à la survie de tous » (Philippe Val, Malaise dans l’inculture, Paris, Grasset, 2015, p. 59, et pp. 287-288, cité p. 164).

9Cet ouvrage, très accessible donc, pourrait être prolongé par l’analyse sociologique des contraintes sociales internes et externes (par la reconstruction minutieuse de sa trajectoire sociale en lien avec l’évolution du champ médiatique comme cela a été proposé par Louis Pinto [« L’espace public comme construction journalistique. Les auteurs de “tribunes” dans la presse écrite », Agone, 2002, 26/27, pp. 151-182]) qui portent un auteur comme Philippe Val – lequel est loin d’être isolé – à écrire un tel livre, afin d’en décrire les conditions sociales de possibilité et mieux en comprendre à la fois les ressorts de son action (publier ce livre) et le contenu même de ses propos. La sociologie peut ­donc expliquer pourquoi Philippe Val a écrit un tel livre. Mais ce n’est pas une excuse…

Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuel Brandl, « Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse » », Questions de communication, 31 | 2017, 560-562.

Electronic reference

Emmanuel Brandl, « Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse » », Questions de communication [Online], 31 | 2017, Online since 01 September 2017, connection on 21 September 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11376

Top of page

About the author

Emmanuel Brandl

Enssib, F-69100
emmanuel.brandl[at]enssib.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page