Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Delphine Gardey, Cynthia Kraus, dirs, Politiques de coalition. Penser et se mobiliser avec Judith Butler. Politics of Coalition. Thinking Collective Action with Judith Butler

Zurich, Éd. Seismo, coll. Questions de genre, 2016, 282 pages
Camila Lima De Braga
p. 557-559
Référence(s) :

Delphine Gardey, Cynthia Kraus, dirs, Politiques de coalition. Penser et se mobiliser avec Judith Butler. Politics of Coalition. Thinking Collective Action with Judith Butler, Zurich, Éd. Seismo, coll. Questions de genre, 2016, 282 pages

Texte intégral

1« Comment se coaliser ? » Telle est la question qui conduit les travaux de recherche de Judith Butler et qui fait l’objet d’une analyse dans Politiques de coalition. Penser et se mobiliser avec Judith Butler. Appuyé sur l’ensemble de la pensée butlérienne et accordant une attention particulière à l’ouvrage Gender Trouble (New York, Routledge, 1990) et à sa conception de la précarité et de la vulnérabilité, cet ouvrage fournit une réflexion mûre et réaliste de la façon de faire alliance. Outre l’article inédit de Judith Butler (pp. 250-271), qui compte parmi les plus grandes théoriciennes contemporaines du genre, l’originalité de ce livre s’exprime par la contribution des chercheurs.es et des jeunes scientifiques qui témoignent « de l’actualité critique et politique de l’ouvrage de Judith Butler » (p. 8). En priorisant la circulation des expériences et les perspectives du « coaliser » dans les sociétés dites postcoloniales, telles que la France, la Suisse, la Serbie, la Turquie et Israël, les auteurs.es proposent des méthodes pour faire du commun malgré les divisions culturelles qui traversent chacun de ces espaces. À partir du référentiel théorique butlérien, l’ouvrage prospecte les manières d’agir des minorités afin de combattre l’oppression du pouvoir hégémonique et les dissensus corrosifs qui existent au cœur de ces groupes minoritaires.

2En parlant métaphoriquement « d’ouvrir les portes de la maison », Delphine Gardey explique l’ambition de l’ouvrage bilingue (français-anglais) avec une série de verbes d’action : « Traduire, être invité.e et recevoir ; prendre la parole et s’allier » (p. 36). De cette manière, l’ouvrage lui-même représente un exercice de coalition. Ce livre fait suite au colloque Whats is Coalition? Reflections on the Conditions of Alliance Formation with Judith Butler’s work, organisé en 2012 à Genève. La rencontre était un espace d’un faire commun, qui s’exprime dans cet ouvrage en deux parties : la première, intitulée « Expériences », fournit des exemples concrets de coalition ; la deuxième, intitulée « Perspectives », propose « une série de lectures plus transversales qui approfondissent, déplacent ou complètent les questions posées précédemment » (p. 50). Pour conclure les « Perspectives », Judith Butler intervient dans l’article Vulnérabilité, précarité et coalition (pp. 250-271). Ce texte peut être perçu dans la continuité de sa pensée, mais il est aussi révélateur d’une facette « sans précédent » concernant sa notion de contingence : « Ce qui me frappe, c’est que Butler nous dit clairement que la condition partagée pour un “nous” est non-contingente. Voici à ma connaissance quelque chose de très nouveau », dit Cynthia Kraus dans son article « Comment se coaliser ? Corps alliés et démocratie » (p. 28). 

3« Expériences » nous place au cœur de l’agency (agir ensemble) des groupes minoritaires, des corps vulnérables mis en situation de précarité. Ana Vulic (pp. 56-77) démarre ce chapitre en exposant deux mouvements en Serbie, les Femmes en Noir et la Marche des fiertés de Belgrade, dont la coalition a permis le basculement « des antagonismes existants afin de déconstruire les cadres nationalistes et familiaux qui perpétuent l’économie de la violence et de l’exclusion » (p. 74). Il semble pertinent de souligner la manière dont l’auteure rend palpable les deux théories les plus remarquables de Judith Butler : la « performance » et « les vies sujettes au deuil » à travers Femmes en Noir (le principe des vies sujettes au deuil désigne le fait que certaines vies méritent d’être pleurées tandis que d’autres sont réduites à l’indifférence). Par le biais d’une performance dans l’espace public, les Femmes en Noir donnent un visage aux victimes du génocide de Srebrenica et laissent aux Serbes la possibilité de pleurer ces vies effacées par les politiques nationalistes et par le silence médiatique.

4La réflexion est poursuivie par l’enquête de Eirini Avramopoulou (pp. 78-103) qui apporte une occurrence surprenante de coalition en Turquie. Queers, féministes et religieuses s’allient en tant que « femmes » pour dénoncer l’État paternaliste et pour revendiquer le droit sur leurs propres corps. Cette coalition n’était pas évidente étant donné qu’elle nécessitait l’accueil d’un « autre » individu très différent du « moi-même » et du groupe d’appartenance : « Leur alliance était construite sur un processus de mésentente » (p. 94). Au fil du temps, l’alliance s’est affaiblie à cause des forces conservatrices extérieures qui s’opposaient à l’initiative et des dissensus au sein de la coalition elle-même. En s’appuyant sur Judith Butler, Eirini Avramopoulou achève l’article en évoquant l’importance de défendre les frontières de ces alliances et de ne pas laisser le « co » se détacher du mot « habitation ».

5Tal Dor (pp. 104-139) poursuit l’idée du « cohabiter » en la déplaçant à un autre territoire. À partir du Forum de la périphérie « créé pour que les groupes opprimés puisent faire entendre leurs voix » (p. 104), l’auteur interroge les alliances radicales qui transgressent la violence et la temporalité de l’État et qui mettent en cause les dynamiques coloniales. Tal Dor analyse le conflit israélien et les groupes principaux coexistant dans cet espace : Juifs ashkénazes (d’origine européenne, ils représentent le pouvoir hégémonique), les Palestiniens (associés aux Arabes, ils se trouvent tout en bas de la pyramide sociale) et les Juifs mizrahim (précaires comme les Palestiniens, mais qui, pour se faire accepter par les ashkénazes, gomment leur arabité et finissent eux-mêmes par opprimer les Palestiniens). Lors des grandes manifestations en 2011 orchestrées par la classe moyenne (Juifs ashkénazes), Palestiniens et Juifs mizrahim sont exclus des protestations. Délaissés, ils se rassemblent en périphérie en partagent leurs vulnérabilités afin de cohabiter et de se coaliser.

6La dernière expérience, suisse, montre une manière dissimulée d’exercer le pouvoir hégémonique. Sushila Mesquita et Patricia Purtschert (pp. 140-167) nomment ce phénomène gouvernance gay. Les auteures cherchent à démontrer comment les visions postcoloniales et impérialistes sont produites au cœur des communautés lgbt. Pour illustrer ces oppressions, l’un des exemples cités évoque un voyage d’une ancienne membre de l’Organisation suisse des lesbiennes (los) avec sa partenaire au Ghana. Les deux militantes suisses ont déclaré l’envie de coaliser avec les groupes lgbt en Afrique de l’Ouest. Cependant « le récit qu’elles proposent renforce en réalité la coalition avec la Suisse hétérosexuelle et blanche à la fois par leur recours à un discours colonial et postcolonial sur les homosexuels africains » (p. 154).

7Sabine Hark (pp. 170-193) ouvre la deuxième partie de cet ouvrage, « Perspectives », en mobilisant une réflexion sur l’identité et sur les possibilités d’action collective. En s’appuyant sur Hannah Arendt, Michel Foucault, Bernice Reagen et Judith Butler, l’auteure réfléchit à « comment nous pouvons nous exprimer pour légitimer une différence socialement imposée (l’identité) sans reproduire encore les cadres restrictifs de la reconnaissabilité » (p. 182). Par la suite, Philippe Corcuff (pp. 194-193) revient sur les mouvements sociaux en mobilisent un dialogue entre Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Pierre-Joseph Proudhon, Emmanuel Levinas et Judith Butler. Appuyé sur ce qui résonne de cet échange, Philippe Corcuff salue d’autres formes de coalitions telles que les coalitions altermondialistes : « La galaxie altermondialiste est conduite à réévaluer, d’autres façons de vivres, de travailler, de décider ou d’apprendre, sans pour autant abandonner nécessairement l’horizon d’une révolution social » (p. 208). Les « Perspectives » se poursuivent avec Nacira Guénif-Souilamas (pp. 220-248) qui nous expose une « étrange France ». L’auteure examine le contexte de « colonialité français » en passant par l’islamophobie, l’antisexisme patriarcal et l’homonationalisme. Nacira Guénif-Souilamas suggère « une autre dialectique de la démocratisation et de l’émancipation » (p. 246).

8Judith Butler clôt « Perspectives » avec « Vulnérabilité, précarité et coalition » (pp. 250-271). L’article commence par une réflexion sur la vulnérabilité des femmes et de l’agir féministe. Selon elle, il est risqué d’affirmer que les femmes sont vulnérables car cela impose une caractéristique immuable et renforce la protection paternaliste. L’auteure démontre que les femmes ne sont pas plus vulnérables que les hommes, mais qu’il existe une distribution inégale des vulnérabilités. Une fois que ces vulnérabilités sont inégalement distribuées, « certaines populations sont de fait ciblées comme pouvant être blessées » (p. 252). Ce type de marquage justifie la violence de l’État ou d’autres institutions sur les « vulnérables ». L’idée nouvelle (et radicale) présentée ici est que la vulnérabilité est non contingente : « Quoiqu’il soit possible de se sentir vulnérable à certains moments et non à d’autres, la condition de notre vulnérabilité n’est pas, elle, modifiable. Tout, au plus, il y a de moments où notre vulnérabilité nous est apparente, mais cela ne revient pas à dire que nous ne sommes vulnérables qu’à ces moments-là » (p. 262). Judith Butler souligne que la vulnérabilité est liée à la précarité et que cette dernière est distribuée de façon inégalitaire : « La précarité est une fonction de notre vulnérabilité sociale et la condition de notre exposition. La précarité est inégalement distribuée » (p. 264). Pour conclure, l’auteure suggère que la coalition des corps vulnérables en situations précaires doit être menée contre les formes logiques sécuritaires et contre les anciens et nouveaux paternalismes. Néanmoins, cette alliance ne peut exister que « si les modes de coalition sont ancrés dans l’interdépendance et s’ils luttent contre la précarité » (p. 266). Cependant, ces alliances, comme nous l’avons vérifié avec les « Expériences », exigent d’aller vers l’autre et de l’accueillir. Cela se fait de façon douloureuse : « Interdépendance ne signifie toutefois pas harmonie. Ces alliances ne sont pas forcément heureuses » (ibid.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camila Lima De Braga, « Delphine Gardey, Cynthia Kraus, dirs, Politiques de coalition. Penser et se mobiliser avec Judith Butler. Politics of Coalition. Thinking Collective Action with Judith Butler », Questions de communication, 31 | 2017, 557-559.

Référence électronique

Camila Lima De Braga, « Delphine Gardey, Cynthia Kraus, dirs, Politiques de coalition. Penser et se mobiliser avec Judith Butler. Politics of Coalition. Thinking Collective Action with Judith Butler », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11373

Haut de page

Auteur

Camila Lima De Braga

Élico, université Lumière Lyon 2, F-69000
C.LimaDeBraga[at]univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page