Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Antonietta De Feo, Marco Pitzalis, dirs, Produzione, riproduzione e distinzione. Studiare il mondo sociale con (e dopo) Bourdieu

Cagliari, Cuec Editrice University Press, 2015, 238 pages
Anna Uboldi
p. 553-555
Référence(s) :

Antonietta De Feo, Marco Pitzalis, dirs, Produzione, riproduzione e distinzione. Studiare il mondo sociale con (e dopo) Bourdieu, Cagliari, Cuec Editrice University Press, 2015, 238 pages

Texte intégral

1L’ouvrage recueille les contributions du colloque qui s’est tenu à Cagliari en 2013 sur le thème « La science et la critique du monde social. La leçon de Bourdieu » ; cette conférence est un des moments les plus importants de l’héritage du chercheur dans la sociologie italienne. En outre, le livre est enrichi de la traduction italienne d’un texte de dénonciation de l’idéologie néolibérale, écrit par Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant pour Le Monde Diplomatique, et d’un entretien avec Loïc Wacquant en mémoire de Pierre Bourdieu.

2Les textes de Fiorenzo Parziale, Clementina Casula, Luca Queirolo Palmas et Chiara Bassetti explorent quelques aspects des processus de classification du monde social. Fiorenzo Parziale (pp. 45-62) propose une analyse des données sur l’évaluation sociale des professions en Italie. Sa contribution offre une réflexion stimulante sur la structure de classe de la société italienne et sur les dynamiques d’interprétation des différences culturelles et sociales liées au monde du travail. L’auteur analyse en quoi les études et les élaborations des échelles d’emploi ne fournissent qu’un cadre générique du prestige et de la désidérabilité sociale des travails. Fiorenzo Parziale démontre la profonde différence de classe – et la persistance d’un écart entre le nord et le sud de l’Italie – dans les critères utilisés, et évalués comme essentiels, par les sujets dans l’ordonnancement des professions.

3Pour sa part, Clementina Casula (pp. 105-120) propose une réflexion sur les changements dans le domaine de l’éducation musicale. L’auteure se penche sur les effets de la réforme scolaire via l’analyse des données d’une recherche sur les élèves et sur les enseignants des conservatoires italiens. Clementina Casula examine la dynamique du pouvoir interne à ce domaine scolaire et offre une interprétation de la violence symbolique portée par l’État. En effet, l’analyse permet de détecter que les conservatoires ont perdu une partie de leur autonomie traditionnelle. L’assimilation au système universitaire n’a pas créé une plus grande légitimité de la formation musicale, elle semble au contraire conduire à une perte de spécificité et d’autonomie. Par conséquent, ces écoles occupent aujourd’hui une position très marginale dans le domaine de l’enseignement universitaire.

4Luca Queirolo Palmas (pp. 121-136) étudie le phénomène des gangs de jeunes en Espagne. Il propose quelques réflexions sur une recherche ethnographique menée à Madrid et Barcelone sur ces formes de sociabilité. Il reconstruit les logiques et les pratiques mises en œuvre par le monde des services sociaux – visant à réaliser une forme d’inclusion sociale grâce à la transformation des bandes en associations. En particulier, il se concentre sur l’analyse de l’évolution, et de l’échec, des dispositifs discursifs et pratiques, d’une politique de conversion et rééducation – au parfum colonial – des gangs dans des associations formelles.

5Sur un versant info-communicationnel, Chiara Bassetti (pp. 155-176) propose, quant à elle, une analyse sociologique des représentations médiatiques de la culture de la danse et du théâtre en Italie. La recherche se concentre sur le contenu publicitaire et vise à étudier les dynamiques de classification et distinction sociale à la base de cette forme particulière de communication. L’auteure propose une définition des publicitaires comme des intermédiaires culturels. Ils sont donc engagés dans un travail de liaison entre les produits de consommation et l’univers des sens. Dans ce travail du publicitaire, on peut lire la construction des catégories de classification qui renvoient à la reproduction des différences de genre et de classe sociale.

6En outre, les contributions de Paolo Magaudda et Andrea Cerroni se caractérisent par un travail de développement de l’appareil conceptuel de la sociologie d’inspiration bourdieusienne. Paolo Magaudda (pp. 75-90) s’interroge sur l’héritage de Pierre Bourdieu dans le champ des technologies de l’information. Il offre une réflexion structurée se fondant sur un examen critique de la littérature et des recherches dédiées aux différences socio-culturelles dans l’utilisation des médias numériques. Sa contribution souligne la nécessité d’un développement des instruments bourdieusiens. Par exemple, il introduit la notion de capital numérique pour étudier les dynamiques relationnelles dans les social network. Cette contribution n’a pas seulement une valeur de résumé de l’état de l’art ; elle offre aussi une réflexion critique qui soulève de nouvelles idées et des questions de recherche.

7En ce qui concerne la contribution d’Andrea Cerroni et Zenia Simonella (pp. 91-104), elle propose une nouvelle lecture des carrières académiques dans une perspective qui intègre les concepts de Pierre Bourdieu complétés par certaines notions de Mary Douglas. Les auteurs soutiennent que le modèle de la grille et du groupe développé par l’anthropologue américaine peut être intégré aux concepts bourdieusiens de champ et de violence symbolique. En résumé, c’est une spécification du modèle interprétatif de Mary Douglas, plus sensible à la dimension du pouvoir. De ceci émerge un cadre d’interprétation riche en nuances qui capte, de façon originale, certaines dimensions clés qui caractérisent les trajectoires scientifiques.

8Quant aux contributions de Gabriele Pinna et Marinella Pepe, elles se concentrent sur le thème de la distinction comme principal outil d’interprétation de champs sociaux très différents. Gabriele Pinna (pp. 63-74) propose un résumé efficace de sa recherche menée dans le champ des hôtels de luxe parisiens. En quelques pages, l’auteur réussit à mettre en lumière la complexité du travail dans le microcosme social des services hôteliers. En particulier, l’utilisation de la notion de champ permet de comprendre certaines logiques gouvernant les pratiques du travail dans différents hôtels. En outre, une subtile sensibilité goffmanienne permet d’observer les dynamiques de domination qui régulent les interactions quotidiennes dans ce monde du travail particulier. Marinella Pepe (pp. 209-224) examine les pratiques associatives des femmes migrantes en Italie. L’auteure propose une réflexion à partir d’une recherche qualitative menée sur la participation des migrants aux associations formelles. Elle interprète le phénomène associatif comme un dispositif d’ascension et de distinction sociale. L’engagement dans des rôles clés dans des associations pour la protection des droits des femmes et des migrants représente une stratégie pour affirmer une différence par rapport aux autres migrants. La recherche met en lumière comment la participation associative répond aux besoins sociaux d’une petite bourgeoisie migrante. Ces migrants visent à reconstruire un sens projectif pour leur propre trajectoire biographique et aussi à revendiquer une migration réussie, qui se détache des conditions initiales difficiles et de la marginalisation sociale. La valeur distinctive de ces pratiques associatives semble ainsi éloigner ces femmes migrantes de la réalité des autres migrants.

9Les travaux de Paolo Gusmeroli, Francesco Della Puppa et Marco Romito se concentrent plus particulièrement sur les questions de la reproduction sociale et de la violence symbolique. Paolo Gusmeroli (pp. 193-208) introduit le monde du vin selon une perspective genrée. L’auteur étudie les représentations de genre de l’esprit d’entreprise à travers une recherche qualitative consacrée au problème du changement de génération des dirigeants des entreprises viticoles italiennes. L’étude permet de découvrir la persistance d’une empreinte patriarcale qui semble caractériser les logiques des pratiques de succession familiale. L’analyse des formes et des stratégies de transmission du leadership dans les affaires met en lumière un sens pratique andro-centrique. Marco Romito (pp. 29-44) explore les pratiques d’orientation et les dynamiques des processus de choix et de transition vers l’école secondaire. Sa contribution est une réflexion à partir des résultats d’une recherche ethnographique menée dans les écoles secondaires à Milan sur les familles, les élèves et les enseignants. En particulier, l’analyse des représentations des enseignants permet d’observer certaines formes quotidiennes de violence symbolique portées par l’institution scolaire, dans ses tâches de sélection et de classification sociale. Francesco Della Puppa (pp. 137-154) offre un résumé descriptif d’une recherche socio-anthropologique sur la vie de jeunes migrants bangladais. L’auteur utilise un prisme bourdieusien pour interpréter les moments clés de ces trajectoires sociales : l’émigration, le mariage, le regroupement familial, la nationalité italienne et le déplacement vers l’Europe. Il met l’accent sur l’analyse des formes de reproduction et de distinction sociale liées à la sphère familiale, dans laquelle résonnent les enseignements anthropologiques de Pierre Bourdieu.

10Enfin, Lello Savonardo (pp. 177-192) développe une réflexion théorique sur le statut de l’artiste de musique pop selon une perspective attentive à la relation entre le champ du pouvoir et le champ intellectuel. C’est une contribution qui soulève des questions sur le pouvoir symbolique des pop stars. Ces chanteurs sont devenus des sujets charismatiques capables de transmettre, grâce au rôle des médias, des messages portant des contenus sociaux et culturels. En effet, l’auteur observe la centralité des rites de la musique dans la culture des jeunes. Ces événements musicaux constituent des moments d’agrégation juvénile et de cultivation utopique de valeurs. Les considérations de Lello Savonardo ouvrent une recherche sur la dynamique de la représentation sociale de la réalité dans le champ de la musique.

11L’ouvrage rassemble donc un nombre considérable de contributions couvrant une grande variété de sujets : le champ scolaire, les loisirs et les arts, le travail et les phénomènes migratoires. Il offre une vision large qui nous permet de voir la vitalité intellectuelle des chercheurs d’inspiration bourdieusienne. Cependant, la façon de présenter les contributions soulève quelques doutes. Ces contributions semblent maintenir une empreinte discursive caractéristique des propositions orales. Elles auraient besoin d’une réélaboration pour ne pas reproduire les contributions d’un colloque. En outre, certaines contributions semblent négliger le lien entre la réflexion théorique et la dimension empirique qui non seulement est un enseignement important de Pierre Bourdieu, mais aurait permis de mieux comprendre la valeur des études présentées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Uboldi, « Antonietta De Feo, Marco Pitzalis, dirs, Produzione, riproduzione e distinzione. Studiare il mondo sociale con (e dopo) Bourdieu », Questions de communication, 31 | 2017, 553-555.

Référence électronique

Anna Uboldi, « Antonietta De Feo, Marco Pitzalis, dirs, Produzione, riproduzione e distinzione. Studiare il mondo sociale con (e dopo) Bourdieu », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11368

Haut de page

Auteur

Anna Uboldi

Université Milano Bicocca, IT-20126
a.uboldi2[at]campus.unimib.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page