Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Nicolas Couégnas, Du genre à l’œuvre. Une dynamique sémiotique de la textualité

Limoges, Lambert-Lucas, coll. Sémiotique, 2014, 172 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 551-553
Référence(s) :

Nicolas Couégnas, Du genre à l’œuvre. Une dynamique sémiotique de la textualité, Limoges, Lambert-Lucas, coll. Sémiotique, 2014, 172 pages

Texte intégral

1Le livre de Nicolas Couégnas présenté ici reprend avec une certaine hauteur de vue et réunit de manière synthétique l’ensemble des travaux de sémiotique littéraire qu’il a entrepris depuis ses années de formation auprès de Jacques Fontanille. À cet égard, il ressemble à s’y méprendre au document que les universités demandent pour l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches qui mène désormais aux fonctions de Professeur. Ces travaux ont l’intérêt d’être soutenus par une réflexion théorique soumise à investigation critique, et appuyés sur de multiples exemples de cas pratiques. Nous avons donc là, simultanément, les deux faces, qui devraient rester infrangibles, d’un même projet : répondre à la question du positionnement du genre littéraire au regard des formes dans lesquelles se réalise la matière écrite ou illustrée. La base documentaire exploitée par l’auteur est vaste et variée : les albums pour la jeunesse, le jeux vidéo, les bandes dessinées, le blog littéraire d’Éric Chevillard, la poésie contemporaine en la personne de Judith Chavanne, Michel Houellebecq, les réflexions de Julien Gracq, Nathalie Sarraute et Mohammed Dib… Une base judicieusement choisie pour permettre l’exercice d’une pensée sémiotique, l’exercice d’une pensée de la sémiotique. Organisé en douze sections, l’ouvrage propose donc une succession d’analyses qui mettent progressivement en lumière et en valeur la pertinence de ce que l’auteur nomme « gradient de généricité ». Nicolas Couégnas entend par là une « représentation dynamique, et non plus statique, de la visée singularisante qui s’exerce au sein d’un horizon générique » (p. 48). En d’autres termes, les degrés par lesquels passe un texte pour assumer sa singularité au regard des canons du genre, ce qui pose nécessairement, à un moment ou un autre, la question du style des œuvres.

2La première section « Textualité et sémiotique » (pp. 7-18) envisage les rapports et l’apport de la sémiotique générale à l’étude des textes littéraires, et en quoi une sémiotique littéraire est possible à condition de bien préciser ses concepts appliqués et ses instruments d’analyse. La seconde, « Genre et généricité » (pp. 19-29), met en place, notamment à travers l’étude des albums pour la jeunesse, la notion de généricité définie comme « hiérarchisation des composantes textuelles, donnant lieu à la caractérisation d’un arbre générique » (p. 29). La troisième, « La généricité des albums d’enfance » (pp. 31-45), illustre la théorisation précédente en distinguant trois modèles génériques pour ces albums : le modèle du conte, fondé sur une dialectique onomasiologique (pp. 35-36), celui de la boule de neige (pp. 37-39), fondé sur une dialectique sémasiologique, et le modèle dialogique de la surprise (pp. 40-41). La quatrième « Le gradient de généricité » (pp. 47-61) est intégralement dévolue à l’exposition et l’explicitation de cette notion, notamment dans le cadre de la bande dessinée. La cinquième « Interprétation et généricité » (pp. 63-71) pose la question de la lecture des objets écrits sous l’angle de la définition de la perspective sous laquelle elle s’exerce : « La lecture, qui fait fonds sur des “tensions présentes dans l’œuvre même”, implique nécessairement des interprétations, partielles, locales, modelables pendant tout le temps de la lecture, et ce jusqu’à la fin du texte. Cette lecture, qui repose sur la construction de totalités partielles n’est pas du tout anodine, elle n’est pas une sous-lecture dont il faudrait se débarrasser pour lui substituer une lecture savante. Bien au contraire puisqu’elle seule permet de comprendre la dynamique du texte et son emprise sur le lecteur, ainsi, peut-être, que la singularité des œuvres » (p. 64). C’est la sixième section, « Parcours du gradient dans le blog d’Éric Chevillard » (pp. 73-81) qui illustre la complexité de la mise en place de cette lecture par la nature composite des textes soumis à l’analyse (blog, journal, autofiction). Avec la septième section « Valeurs littéraires et tensivité » (pp. 83-94), Nicolas Couégnas aborde l’épineuse question de la définition des critères de la littérarité d’un texte ; l’exemple fourni par Les Lauriers sont coupés, d’Édouard Dujardin (1887, Paris, Librairie de la revue indépendante), introducteur du courant de conscience dans le récit, donne l’occasion de rappeler l’importance de la prise de position d’une instance énonçante au sein du champ positionnel du récit (p. 87). En étudiant l’exemple du paysage dans la poésie, l’auteur traite dans la huitième section des « Contraintes de la textualité » (pp. 954-108) et met en évidence ce qu’il nomme le principe de bascule méréologique, ou de « tension paraissant la plus à même de représenter l’émergence et la construction du paysage » (p. 107). La neuvième, sous l’intitulé « Pour un ancrage sémantique de la tensivité : le schéma et la molécule » (pp. 109-114) s’attache à l’analyse d’un poème de Michel Houellebecq « Je ne reviendrai plus jamais entre les herbes » et conclut en soulignant le fait que la tensivité, en tant que « mode d’articulation des sémèes » devient un « des mécanismes de la perception sémantique » (p. 114). Dans la dixième section de son ouvrage, « En suivant Gracq : les combinaisons cinétiques pour valences de la littérature » (pp. 115-122), Nicolas Couégnas rencontre naturellement l’auteur du Rivage des Syrtes (Paris, Plon, 1951) en tant qu’écrivain et lecteur, qui insiste souvent sur « l’interaction très singulière qui se joue [chez cet auteur] entre sensori-motricité, schèmes imaginaires et esthésies » (p. 119), créant par-là l’atmosphère si particulière des romans de Julien Gracq. La onzième, « Des titres sous influence : l’esthésie de l’atlal » (pp. 123-141), c’est-à-dire des traces, aborde un nouvel auteur : Mohammed Dib (1920-2003) à travers sa trilogie nordique Les Terrasses d’Orsol (Paris, Sindbad, 1985), Le Sommeil d’Ève (Paris, Sindbad, 1989), Neiges de marbre (Paris, Sindbad, 1990). Nicolas Couégnas y montre comment un schème narratif trouve sa continuité dans l’œuvre du romancier algérien même lorsqu’il est exporté dans un territoire (la Finlande) entièrement opposé et étranger à celui qui l’a vu naître (l’Algérie). La douzième, « Tropismes sarrautiens et esthésies » (pp. 143-154), montre enfin que « l’ensemble des tropismes sarrautiens […] peut être décrit comme un mouvement dialogique, où les différentes instances de la personne [je, ipse, alter ego, tu] s’appellent et se repoussent sans fin » (p. 152). Il revient à la treizième section de servir de conclusion, à l’ouvrage sous l’intitulé « Interprétation générique et singularité » (pp. 155-158) et d’affirmer que « dans un texte, les composantes ne sont pas sans ordre, et cet ordre n’est pas à chaque œuvre le fruit d’une création absolue, que l’analyse ne pourrait prévoir en partie : et c’est donc à la généricité, d’essence sociale, que revient la mise en ordre initiale des composantes au sein du socle générique » (p. 158).

3Une bibliographie des ouvrages critiques référencés (pp. 159-162), le corpus des œuvres envisagées (pp. 163-164), ainsi qu’un index des auteurs cités (pp. 165-166), complètent cet ouvrage qui, sous des allures difficiles, imputables en partie à la complexité des problèmes traités, expose d’intéressants résultats susceptibles de réactiver, puisque la notion de style est constamment évoquée par Nicolas Couégnas, mais sur de nouvelles bases sémiotiques, la tentative que Pierre Larthomas avait inaugurée en 1964 dans un article du Français moderne (« La notion de genre littéraire en stylistique », 32, pp. 185-193), et que Dominique Combe, entre autres auteurs sans même évoquer Tzvetan Todorov, avait poursuivie en 1992 dans son livre Les Genres littéraires (Paris, Hachette).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Nicolas Couégnas, Du genre à l’œuvre. Une dynamique sémiotique de la textualité », Questions de communication, 31 | 2017, 551-553.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Nicolas Couégnas, Du genre à l’œuvre. Une dynamique sémiotique de la textualité », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11366

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87000
jacques-philippe.saint-gerand[at]unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page