Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Cristina Costa, Mark Murphy, eds, Bourdieu, Habitus and Social Research. The Art of Application

Londres, Palgrave Macmillan, 2015, 186 pages
Anna Uboldi
p. 549-551
Référence(s) :

Cristina Costa, Mark Murphy, eds, Bourdieu, Habitus and Social Research. The Art of Application, Londres, Palgrave Macmillan, 2015, 186 pages

Texte intégral

1L’ouvrage est un florilège de contributions visant à remettre en question la fécondité heuristique de la notion d’habitus dans les différents domaines de la vie sociale. L’objectif est de fournir une réflexion qui lie étroitement la théorie à la pratique scientifique. En effet, l’habitus est ici examiné au niveau théorique en tant que concept pour étudier des phénomènes tels l’éducation, la mobilité économique et sociale, la migration, la criminalité juvénile et les pratiques numériques. Le livre est organisé en trois sections principales.

2Dans la première (pp. 20-74), on trouve les études sur le thème des transitions et des trajectoires biographiques. Ainsi le volume s’ouvre-t-il avec la contribution de Garth Stahl (pp. 21-38) qui utilise l’habitus comme outil pour étudier les identités d’apprentissage et les aspirations des jeunes élèves anglais de la classe ouvrière. L’auteur montre comment l’habitus de classe de ces jeunes se pose en contraste avec les valeurs bourgeoises et néolibérales de la compétitivité, de l’individualisation et de l’esprit entrepreneurial. Garth Stahl propose le concept de contre-habitus, caractérisé par des dispositions enclines à la médiocrité. Ces dispositions s’éloignent de l’impératif néo-libéral du succès et conduisent vers l’auto-exclusion des futurs parcours éducatifs. Cependant, c’est grâce à ces dispositions que les jeunes construisent leur propre subjectivité. En ce sens, la proposition de l’auteur a le mérite de souligner l’activité inventive et tactique de l’habitus dans le processus de construction identitaire. Ainsi l’interprétation de l’habitus proposée par l’auteur permet-elle d’observer la nature dynamique et dialectique de la relation entre l’habitus, les capitaux et les champs sociaux.

3Pour sa part, la contribution de Katerina Bodovski (pp. 39-54) examine en quoi les pratiques culturelles et éducatives des parents contribuent à la formation des différentes dispositions éducatives en direction des jeunes adolescents. Elle présente les principaux résultats d’une étude longitudinale quantitative axée sur l’analyse des données d’un échantillon d’étudiants nord-américains, représentatif au niveau national. L’auteure utilise quelques concepts d’inspiration psychologique pour étudier empiriquement, et interpréter en termes sociologiques, certaines dimensions de l’habitus des étudiants : le concept de soi, le locus de contrôle et les aspirations éducatives. L’auteure montre en quoi ces dimensions de l’habitus sont étroitement liées à la première socialisation familiale et, en particulier, aux croyances et aux pratiques éducatives et culturelles parentales. Par exemple, la capacité d’un jeune de se penser responsable des événements de sa propre vie est associée à des aspirations scolaires élevées et à une auto-perception positive. En outre, ces éléments se combinent avec les pratiques culturelles des parents et, enfin, avec une origine sociale élevée. L’intérêt majeur de cette étude réside dans son approche interdisciplinaire et dans sa capacité à rendre très malléable la notion d’habitus. C’est une contribution qui encourage de nouvelles réflexions sur le potentiel heuristique de l’habitus comme concept capable de lier les dimensions les plus subjectives de la vie quotidienne avec la structure sociale.

4Pour ce qui est de la contribution de Ciaran Burke (pp. 55-73), elle examine la valeur heuristique de l’habitus dans la recherche biographique. L’auteur problématise l’habitus comme un concept à l’utilisation empirique délicate, mais néanmoins cruciale pour une sociologie qui cherche à tenir ensemble la théorie et la pratique de la recherche. Par conséquent, il fournit une réflexion sur l’habitus comme outil de recherche et notion. L’auteur résume sa recherche qualitative consacrée à explorer la façon à travers laquelle l’habitus de classe contribue à définir les trajectoires de travail des jeunes licenciés irlandais. Ciaran Burke offre un exemple de recherche bien orientée théoriquement, mais aussi capable de s’ouvrir aux données et à la réalité empiriques. En interrogeant les jeunes sur leur expérience du monde universitaire et leur entrée dans le monde du travail, il montre que la recherche biographique permet d’observer le rôle et les transformations de l’habitus de classe. Cette contribution centrée sur la méthode permet de bien comprendre le potentiel de l’habitus comme un outil capable de saisir la continuité comme le changement social.

5Quant à Alan France (pp. 74-92), il fait valoir que l’habitus est un outil fécond pour analyser la criminalité chez les jeunes. Il soutient que la sociologie bourdieusienne permet de développer une perspective d’écologie politique relative au problème de la criminalité juvénile. En ce sens, il évoque une recherche qualitative menée par des entretiens avec des adolescents britanniques de zones urbaines défavorisées. Il remarque un processus de familiarisation au crime qui apparait comme une composante de la vie quotidienne de ces adolescents. L’étude permet de découvrir dans les expériences de ces jeunes un lien étroit entre la disposition à la criminalité, l’habitus de classe et le contexte écologique de la vie sociale.

6La deuxième section (pp. 92-126) est consacrée au thème de la mobilité. Magdalena Nowicka (pp. 93-110) présente une recherche qualitative longitudinale encore en cours de définition et de réalisation. L’auteure expose en détail un projet de recherche dédié aux transformations de l’habitus des migrants polonais en Allemagne et en Angleterre. C’est une incursion remarquable dans le paysage de la recherche. L’auteure reconstruit les réflexions liées aux décisions prises sur les techniques de recherche, la sélection des sujets et la délimitation du cadre théorique. L’attention est portée sur les concepts de champ et d’habitus, considérés comme des outils essentiels pour la compréhension de la dynamique des processus d’adaptation culturelle des migrants au nouveau contexte social.

7Par exemple, David Cairns (pp. 111-125) propose une réflexion sur une recherche comparative qualitative en cours visant à étudier la disposition à la mobilité des étudiants au Portugal et en Irlande. L’auteur analyse le processus d’émergence de ces dispositions en problématisant la relation entre l’habitus de classe et la mobilité. En particulier, il observe que le lien entre un milieu social favorisé et une propension élevée à la mobilité ne représente qu’un aspect du phénomène. L’analyse des entretiens révèle une image plus complexe : les dispositions à la mobilité ou à l’immobilité renvoyant à des stratégies de reproduction ; stratégies dans lesquelles entrent en jeu aussi le capital social, en particulier familial, et les facteurs socio-économiques structurels comme la crise économique.

8Pour sa part, He Li (pp. 126-150) propose une recherche qualitative sur les inégalités dans l’éducation en Chine en mettant l’accent sur la rupture de la reproduction sociale. L’auteure explore les expériences éducatives des transfuges de classe, en l’occurrence celles des étudiants brillants des zones rurales du pays. La contribution s’attache à l’analyse des dynamiques de disjonction entre l’habitus familial et le champ scolaire dans les trajectoires éducatives. Une fois entrés dans les grandes universités, malgré des compétences académiques élevées, ces étudiants sont perçus comme des « étrangers culturels ». L’auteure met en lumière la dynamique de transformation et d’adaptation permanente de l’habitus de classe. C’est seulement un processus partiel et imparfait de transformation. Le manque de ressources culturelles adéquates, la culture libre au sens de Pierre Bourdieu, et l’exclusion sociale dans la vie universitaire nourrissent des sentiments d’infériorité qui mènent à une crise d’identité. Avec une grande pédagogie, l’auteure met en évidence la complexité et l’ambivalence d’un habitus clivé, dans lequel les dispositions propres de la socialisation familiale entrent en tension avec les expériences scolaires.

9La troisième section est consacrée au monde numérique (pp. 150-167). Cristina Costa (pp. 151-166) propose une métanarration de sa recherche qualitative menée sur l’habitus numérique académique. C’est un parcours réfléchi visant à faire valoir les raisons de l’utilisation, à la fois au niveau théorique et pratique, des outils conceptuels de Pierre Bourdieu. En particulier, l’auteure soutient que la notion d’habitus permet d’étudier non seulement les phénomènes sociaux de reproduction, mais aussi d’analyser les pratiques de travail et leurs dynamiques identitaires. Ainsi l’habitus devient-il l’outil clé pour comprendre les transformations, liées au développement des technologies numériques, en cours dans les universités en Angleterre. L’enquête présentée interroge la socialisation numérique et les changements dans les pratiques de recherche des chercheurs universitaires. Émerge alors une vision du monde numérique académique comme celle d’un champ dominé par des tensions et des logiques de concurrence. Le champ universitaire est donc aujourd’hui caractérisé par des revendications de légitimité et des affirmations identitaires, ainsi que par des dynamiques de distinction et d’éloignement des pratiques académiques classiques.

10Enfin, Huw Davies (pp. 167-182) étudie la relation des jeunes avec les technologies de l’information et de la communication et numérique. L’auteur présente certains aspects de la phase d’élaboration de la recherche, en faisant valoir les implications pratiques du choix d’une perspective bourdieusienne. Il propose un regard méthodologique sur une recherche comparative qualitative qui problématise l’idée, désormais obsolète, des digital natives. Sa recherche explore les pratiques numériques des élèves de deux écoles secondaires en Angleterre et utilise différents outils : des groupes de discussion, des exercices et des discussions en ligne et des entretiens semi-structurés. L’auteur montre très bien en quoi les inégalités sociales et culturelles des jeunes se retrouvent dans les différentes compétences numériques nécessaires pour s’informer et déchiffrer le monde contemporain.

11Au total, ces contributions offrent des analyses très fines dans les expériences de recherche, réflexions dans lesquelles les résultats théoriques sont mis en regard avec les outils utilisés et les choix empiriques faits. Bourdieu, Habitus and Social Research possède une valeur empirique particulière, capable de restituer des fragments des « histoires naturelles » des recherches à la manière de Howard Becker, sans pour autant tomber dans le simple compte rendu technique de méthodologie. Dans son ensemble, l’ouvrage offre un cadre commun de réflexion sur le concept d’habitus et atteint un niveau profond de réflexion dans lequel les regards théoriques et empiriques se mêlent efficacement. Son principal mérite réside dans sa capacité à fournir des réflexions subtiles sur les façons dont l’habitus peut être concrètement appliqué, opérationnalisé et utilisé dans la pratique de recherche pour étudier les phénomènes sociaux les plus divers. En ce sens, ce livre est une précieuse source de stimulation pour une recherche sociale d’inspiration bourdieusienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Uboldi, « Cristina Costa, Mark Murphy, eds, Bourdieu, Habitus and Social Research. The Art of Application », Questions de communication, 31 | 2017, 549-551.

Référence électronique

Anna Uboldi, « Cristina Costa, Mark Murphy, eds, Bourdieu, Habitus and Social Research. The Art of Application », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11363

Haut de page

Auteur

Anna Uboldi

Université Milano Bicocca, IT-20126
a.uboldi2[at]campus.unimib.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page