Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Douglas A. Boyd, Mary A. Larson, dirs, Oral History and digital humanities. Voice, access and engagement

Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2014, 210 pages
Magdalena Schelotto
p. 545-547
Référence(s) :

Douglas A. Boyd, Mary A. Larson, dirs, Oral History and digital humanities. Voice, access and engagement, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2014, 210 pages

Texte intégral

1Douglas A. Boyd et Mary A. Larson se sont retrouvés lors du rendez-vous annuel de la Society for American Archivists et l’ouvrage résulte de plusieurs expériences et échanges autour de l’impact des humanités numériques (digital humanities) dans l’histoire orale. Cette médiation de la technologie dans la discipline est au cœur de ce travail qui change les méthodes de préservation aussi bien que de présentation. Cette évolution rapidement retracée dans l’introduction (pp. 1-16) montre les difficultés auxquelles l’histoire orale s’est vue confrontée pour préserver et rendre accessible un élément si éphémère que la voix et dont la préservation dans des formats fragiles se heurte aux problèmes de compatibilité et d’obsolescence. L’introduction propose un bon éclairage sur le contenu du travail. L’objectif est d’exposer le développement méthodologique et théorique de la pratique de l’histoire orale aux États-Unis des deux dernières décennies et dans quelle mesure il se relie aux humanités numériques.

2L’ouvrage s’organise en trois parties, dont la première (pp. 19-96) s’intitule « Orality/Aurality » met l’accent sur la voix en tant que son émis par la bouche mais aussi comme son perçu par l’oreille et les défis que cela implique. Cette partie développe en quatre chapitres différents projets d’histoire orale, tels que Jukebox, voaha ou Lights of Home. Ces expériences pratiques sont devenues des références dans l’utilisation des technologies de l’information. Les chapitres ont le mérite de faire une analyse approfondie très intéressante qui dépasse la description de leur mise en place et la simple distinction Orality et Aurality. En effet, une analyse conceptuelle approfondie éclaire quelques points clefs de la thématique, à savoir le dépassement de l’ère analogique et le travail transdisciplinaire. D’un côté, l’histoire orale est rattrapée par la démocratisation de la création et la diffusion digitale de ces projets. Celle-ci permet au lecteur de réfléchir non seulement à ce qui a été fait mais aussi aux limites et aux possibilités de développement de la discipline, grâce aux technologies de l’information. De l’autre, une analyse théorique très pertinente entre texte, texture et contexte (p. 24) part du travail de l’histoire orale pour arriver au concept de responsabilités partagées. C’est-à-dire du travail qui va de l’archivage et de la digitalisation jusqu’à la mise en ligne en abordant aussi les réactions et la contribution du public pour enrichir et partager les archives désormais disponibles sur le net : « Dans le monde de l’histoire orale, la distribution numérique est là pour rester, et la question est de savoir si nous allons tirer le meilleur d’elle » (p. 32).

3La deuxième partie de cet ouvrage (pp. 99-171) se penche sur l’aspect pédagogique, l’accessibilité et la diffusion des histoires orales. Bien que quelques idées aient été déjà présentées lors de la première partie, la thématique traitée autour de la création des projets d’histoire orale disponibles en ligne est récurrente. Cette partie de l’ouvrage fournit une approche plus méthodologique qui permet de voir comment l’historien entre en contact avec les narrations individuelles en tant que sources historiques. De même, les éléments autour de l’entretien – tout aussi importants que l’interaction ou le contexte –sont traités. Ces concepts ont déjà été développés dans la première partie de l’ouvrage. Ceci permet de garder une cohérence et une continuité qui rend le travail accessible au lecteur même s’il ne connaît pas tous les projets en profondeur. En outre, la présentation de la mise en place de trois projets d’histoire orale (The Miami Valley Cultural Heritage Project, The Journal for MultiMedia History et Densho : The Japanese American Legacy Project) met en relief les problématiques liées à leurs concrétisations de façon très complète : les aléas techniques, les difficultés propres à la transdisciplinarité mais aussi les raisons économiques, pas étrangères et assez contraignantes de nos jours dans le monde académique. Finalement, cette analyse si suggestive présente les bienfaits pédagogiques liés à la démocratisation de l’histoire orale grâce aux technologies de l’information mais aussi ses enjeux éthiques. Ces derniers, bien qu’ils ne soient pas nouveaux pour la discipline, demeurent présents et deviennent plus complexes du fait de leur accessibilité numérique. La réception du travail, auparavant restreinte et essentiellement académique devient beaucoup plus large. Cette analyse présente de manière très pertinente un discours de l’histoire orale en trois dimensions : de création (interne), de réception (le fait de la rendre accessible en ligne) et publique (qui concerne l’accès réel, le partage, et l’enrichissement des projets grâce à l’intervention des étudiants mais aussi du public en général). Bien que cette révolution technologique ait transformé la manière de collecter, préserver et disséminer le savoir historique d’un point de vue méthodologique et pédagogique « […] les préoccupations centrales des historiens oraux restent les mêmes : la construction d’un espace de confiance pour le dialogue, générer des questions efficaces, développer des compétences d’écoute profondes, et produire des interprétations sophistiquées à partir de souvenirs exprimés oralement » (p. 131) avec tous les enjeux que cela implique actuellement.

4La troisième et dernière partie du travail, « Oral History and Digital Humanities Perspectives », (pp. 175-197) propose deux réflexions sur le rapport entre les humanités numériques et la médiation de l’ère digitale dans les deux dernières décennies de travail de l’histoire orale. Dans le premier essai, celui de Stephen M. Sloan (pp. 175-186), l’accent est mis sur le besoin de la discipline de garder l’analyse critique et l’apprentissage qualitatif dans un monde, le digital, régi par la quantité « tsunami de bites » (p. 177), mais capable de nous faire trouver sur le net l’information autour de nos intérêts de manière ciblée car « c’est une nouvelle phase de notre relation avec le monde digital » (p. 183). Nous sommes face à une analyse très perspicace qui cherche à distinguer clairement l’experience recorded, qui fait référence aux faits de nos vies que nous pouvons partager sur les réseaux sociaux de l’experience examined, celle de l’histoire orale, documentée et avec un objectif précis. Finalement, dans le deuxième essai, écrit par Dean Rehberger (pp. 187-197), on s’interroge sur les similitudes entre la construction d’un projet d’humanités numérique et le travail fait dans l’histoire orale digitale. La conclusion, quelque peu évidente et cohérente avec la réflexion présentée tout au long de l’ouvrage, retrouve plusieurs éléments partagés, tels les valeurs, les méthodes, la transdisciplinarité ainsi que le caractère innovant avec ses très bons résultats mais aussi ses limites et ses contraintes.

5La richesse de cas pratiques, la très claire description de leur évolution et des analyses faites avec rigueur font le grand intérêt de l’ouvrage malgré une certaine répétitivité. Cela montre le travail de long haleine mené aux États-Unis dans la discipline de l’histoire orale pour maitriser et tirer profit de toutes les possibilités ouvertes par les humanités numériques. Loin d’être naïfs ou hédonistes vis-à-vis des nouvelles technologies, les contributeurs affrontent leurs réticences et les limites rencontrées au cours des années d’expérience comme une partie supplémentaire dans l’apprentissage des choix qui parfois répondent au départ à des critères techniques ou économiques, tout simplement. Il est aussi intéressant de voir comment l’ouvrage permet d’observer l’évolution de ces projets, ce qu’ils sont devenus et les leçons tirées. La présence régulière de codes qr permettant à tout moment de visualiser et d’accéder aux projets mentionnés incite à lire smartphone à la main montrant la cohérence dans le choix digital jusqu’au bout en faisant rentrer ce dernier dans le papier noir sur blanc. De découvrir également comment l’histoire orale a changé si vite et profondément dans la mesure où les nouvelles technologies ont elles aussi changé la manière de créer, de documenter, de partager, d’accéder, d’interpréter et de présenter l’Histoire sans guère en modifier sa méthode et ses objectifs. Finalement, l’étude assume pleinement la collaboration nécessaire avec d’autres spécialistes tels que les anthropologues, folkloristes, ethnographes, archivistes ou ingénieurs, avec le temps et l’investissement que cela demande mais avec la richesse que cela apporte à la recherche scientifique : « Le digital c’est le domaine des sources ouvertes et des ressources ouvertes. Tout ce qui tenterait de cloitrer cet espace devrait être reconnu comme ce qu’il représente : l’ennemi » (p. 168). Un ouvrage qui dévoile un travail très complexe et long dans le temps mais qui le rend intelligible et invite à réfléchir et pourquoi pas à prendre exemple, quel que soit notre domaine de recherche en sciences humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magdalena Schelotto, « Douglas A. Boyd, Mary A. Larson, dirs, Oral History and digital humanities. Voice, access and engagement », Questions de communication, 31 | 2017, 545-547.

Référence électronique

Magdalena Schelotto, « Douglas A. Boyd, Mary A. Larson, dirs, Oral History and digital humanities. Voice, access and engagement », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11357

Haut de page

Auteur

Magdalena Schelotto

Université Paris Descartes, F-75005
magdalena.schelotto[at]parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page