Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Nicolas Auray, L’Alerte ou l’enquête. Une sociologie pragmatique du numérique

Paris, Presses des Mines/ParisTech, coll. Sciences sociales, 2016, 158 pages
Jacques Kerneis
p. 538-541
Référence(s) :

Nicolas Auray, L’Alerte ou l’enquête. Une sociologie pragmatique du numérique, Paris, Presses des Mines/ParisTech, coll. Sciences sociales, 2016, 158 pages

Texte intégral

1Ce livre majeur intéressera tous ceux que les sociabilités numériques interpellent. Il paraît à titre posthume et le lecteur ne peut qu’être troublé par le témoignage de Michel Gensollen concernant son auteur : « Je garderai le souvenir de ses exposés fulgurants. Et ses silences. Il s’arrêtait soudain, au milieu d’une phrase, comme si une idée-colibri volait dans la pièce, au-dessus de la tête des auditeurs. Il les laissait sidérés, condamnés à penser par eux-mêmes » (p. 15). Cette évocation de Nicolas Auray (1969-2015), qui clôt la préface proposée par Emannuel Kessous (pp. 7-16) donne également la teneur du livre. Son cœur est constitué par quatre études de cas qui ont été publiées sous forme d’articles entre 2005 et 2013. Elles abordent quatre comportements essentiels de la vie impactés par le numérique : apprendre, travailler, faire des rencontres et se divertir. Nous reviendrons sur chacun d’entre eux en soulignant leur portée. Nous souhaitons insister sur les différents éléments présents dans l’ouvrage qui peut être vu comme un système de « poupées russes » et qui mettent utilement en lumière ces quatre enquêtes. Il y a d’abord trois éléments, écrits de la main de l’auteur, qui donnent sa profondeur à l’ouvrage.

2L’introduction (pp. 17-25) met en évidence le caractère anthropologique de l’exploration et sa valorisation récente. En ce sens, elle prolonge l’ouvrage de Jacques Gonnet Les Médias et la curiosité du monde (2003, Paris, Presses universitaires de France). Le programme de l’auteur est défini clairement. Il s’agit de « savoir si cette accélération de l’exploration, cette réduction du coût de la recherche propre au numérique s’est accompagnée ou pas d’une démocratisation des comportements exploratoires » (p. 24). Il émet une hypothèse critique à ce sujet et identifie quatre types de risques dont l’assemblage donne le mot « D.I.M.E » (p. 25) : « Une désorientation (D) rendant difficile la hiérarchisation des contenus durant les apprentissages ; une insécurité sociale (I) rendant vulnérables les acquis garantis par le statut social du contributeur ; la manipulabilité mutuelle (M) rendant difficile d’octroyer à autrui une grandeur de probité ou d’authenticité et une excitabilité (E) ou compulsion addictive ».

3Le premier chapitre (pp. 27-49), le plus dense, définit le régime exploratoire à partir de trois caractéristiques : l’attention divisée qui suppose un certain effort : « Elle repose sur une attente, qui peut s’exprimer, parmi d’autres possibilités, par une insatisfaction face aux flux d’informations prescrits, ou par l’intention de résoudre une énigme » (p. 34) ; la vigilance flottante qui nécessite un engagement des personnes, celui-ci n’étant pas nécessairement volontaire car il peut dépendre d’une frustration ressentie ; la difficulté à réfréner l’excitabilité, car effectivement chacun de nous se trouve toujours à deux clics du bonheur : « Le raccourcissement de l’écart entre l’intention et sa réalisation configure souvent l’action sur le modèle de l’immédiateté » (p. 19).

4Selon l’auteur, dans la constellation des sociologies pragmatistes, seulement trois d’entre elles ont porté un intérêt à cet « état d’attention flottante caractéristique des engagements curieux » (p. 38) : la première est la phénoménographie de l’action d’Albert Piette (2009, « Phénoménographie de la tranquillité et anthropologie de la présence », pp. 161-169, in : Berthon S. et al., dirs, Ethnologie des gens heureux, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme) qui « fait de la distraction et de l’engagement minimal un trait constitutif de l’humanité » (p. 38). Nicolas Auray est d’accord avec le fait que, aujourd’hui, « la capacité d’inattention ou plutôt d’attentions latérales est une condition nécessaire à la vie collective et à l’interaction sociale ». Cependant, il pointe deux limites du travail d’Albert Piette par rapport à sa propre entreprise émancipatrice. D’une part, dans cette approche, cette distraction n’est souvent pas jugée pertinente par l’acteur et on est obligé de la lui faire percevoir, grâce à la photographie le plus souvent. D’autre part et surtout, « cette flânerie n’est pas considérée comme pouvant produire des savoirs ».

5La deuxième est la pragmatique des objets défendue par Antoine Hennion (2000, Antoine Hennion, Sophie Maisonneuve, Émilie Gomart, Figures de l’amateur. Formes objets et pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui, Paris, Éd. La Documentation française/dep-ministère de la Culture ; Antoine Hennion, 2004, « Une sociologie des attachements. D’une sociologie de la culture à une pragmatique de l’amateur », Sociétés, 85, pp. 9-24 ; Antoine Hennion, 2009, « Réflexivités. L’activité de l’amateur », Réseaux, 27, pp. 57-78). Dans ce modèle, l’ouverture attentionnelle est bien prise au sérieux dans une perspective deweyene où « il y a une relation de proximité forte, voire d’identité entre le rôle que l’exploration joue pour les acteurs et le rôle qu’elle joue pour le sociologue » (p. 41). Nicolas Auray pointe également deux limites à cette approche. L’exploration y est toujours glorifiée, alors qu’elle n’est pas toujours productrice. Ainsi le sociologue devient-il « porte parole des acteurs » sans recul critique.

6Le troisième cadre est celui qui a effectivement servi de boussole épistémologique à Nicolas Auray. Il s’agit de la sociologie des épreuves (Luc Boltanski, 1990, L’Amour et la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié) et de celle des régimes d’engagement (Laurent Thévenot, 2006, L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, Éd. La Découverte). Cette dernière « articule, dans une conception pluraliste de l’action, des modalités d’engagement dans le monde qui rapprochent un type d’évaluation, un type de cognition et un type d’activité » (p. 43). Cette approche montre quand l’engagement produit une valorisation et quand ce n’est pas le cas. Elle donne ainsi une posture critique au sociologue. Par exemple, quand il s’agit de la mise en nombre des comportements curieux de masses d’usagers. L’approche selon le régime exploratoire constitue donc pour Nicolas Auray « un dispositif pour enquêter sur les implications politiques de l’action » (p. 42). En particulier, il pointe la place prise par les moteurs de recherche, les algorithmes et les alertes qui, sous prétexte d’aider l’usager, l’empêche d’explorer. II est également très sensible aux inégalités d’accès à la compétence exploratoire, qu’il construit grâce à une approche de type grounded theory (Barney G. Glaser, Anselm L. Strauss, 2009, The Discovery of grounded theory. Strategies for qualitative research, New Brunswick, Aldine Transaction) en mettant en exergue les effets diligence (Jacques Perriault, 2000, « Effet diligence, effet serendip et autres défis pour les sciences de l’information », accès : http://www.imagiter.fr/​article-l-effet-diligence-113102776.html) face à l’innovation technologique.

7Il développe cette idée dans une brève conclusion qui vise à donner des clés pour « exorciser le chaos » (p. 131). Ses propos nous semblent ici plus génériques voire même « datés », mais cela n’enlève rien à la pertinence des quatre compétences discriminantes qu’il nous propose :

8La compétence managériale est apprise dans le cadre scolaire et consiste à accepter d’être critiqué, de se corriger… C’est une capacité au dialogue qui « suppose un art de limiter devant le public le recours à l’accusation personnelle, à la violence et à l’insulte verbales » (p. 135). Elle est nécessaire pour participer à un forum, par exemple.

9La compétence sociale se déduit, quant à elle, de la capacité des acteurs à faire appel à des ressources extérieures permettant de leur délivrer une aide ou de les former : « Il faut développer une aptitude à suivre les voies de l’hétérogénéité des rencontres, à varier son univers relationnel et à construire des ponts ». Nous sommes dans un monde où la domination culturelle s’exprime autour de la norme de la curiosité omnivore (Richard A. Peterson, 2004, « Le passage à des goûts omnivores : notions, faits et perspectives », Sociologie et société, 36, 1, pp. 145-164) et c’est là que l’on trouve les plus grandes inégalités entre les classes populaires et les classes aisées. Ces compétences sont très largement familiales et extra-scolaires. Il s’appuie sur Richard Hoggart (1970, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie populaires en Angleterre, trad. de l’anglais par F. et J.-C. Garcias et J.-C. Passeron, Paris, Éd. de Minuit, 1973), Olivier Schwartz (1990, Le Monde privé des ouvriers, Paris, Presses universitaires de France, 2002) et Bernard Lahire (1995, Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Éd. Le Seuil) pour marquer le tropisme vers le monde de l’entre-soi ou le monde extérieur « qui fonctionne comme un mécanisme de défense contre la domination subie et qui est le contraire d’une ouverture à la compétence exploratoire » (p. 136).

10La compétence herméneutique est également acquise durant la scolarité. Elle consiste à savoir prendre de la distance avec l’ensemble des sources disponibles sur l’internet. Elle renvoie à un mixte de deux aptitudes. D’abord, savoir expertiser les sources d’un document de façon à lui accorder ou pas du crédit. En s’appuyant sur Laura Robinson (« Freeways, detours, and deads ends: search journeys among disadvantaged youth », New Media & Society, 16, 2, 2014), il constate que « bien souvent le visuel et le format des sites sont des indices privilégiés par l’utilisateur au détriment du contrôle de la crédibilité de la source, à laquelle on fait une confiance excessive » (p. 137). Ensuite, il faut disposer de compétences discursives qui sont encore plus précieuses à l’ère du numérique.

11La compétence topologique est plus spécifique au régime numérique. Nicolas Auray la décrit en s’appuyant sur l’anthropologue Tim Ingold (2007, Une brève histoire des lignes, trad. de l’anglais par S. Renaut, Paris, Éd. Zones Sensibles, 2013) qui distingue la capacité à suivre deux types de lignes (celle de la promenade contenant sa propre dynamique et celle de la géométrie euclidienne qui relie un point à un autre). Il interroge l’opposition entre tactique et stratégie produite par Michel de Certeau (L’Invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1980). Celle-ci est remise en cause au moment où « il est possible désormais d’habiter durablement un espace “topologique” de voisinage, alors que nous vivions plutôt dans un espace métrique, référé par les distances » (p. 139). Cette nouvelle compétence est selon Nicolas Auray susceptible de réduire les inégalités constatées auparavant.

12Deux autres contributions donnent aussi du relief à l’ouvrage. Il s’agit de la préface d’Emmanuel Kessous qui rappelle la contribution de l’auteur à la sociologie des médias sociaux et retrace son parcours scientifique interrompu. Il nous livre également en quelques pages une synthèse structurée du livre. La postface, écrite par Sylvaine Bulle (pp. 153-156), n’est pas moins éclairante quant aux perspectives politiques et critiques du travail de Nicolas Auray. Celle qui a beaucoup travaillé avec lui durant ses dernières années sait rendre compte de son éclectisme et nous livrer les clés de son projet : « Il n’était pas intéressé par les sociétés de contrôle à proprement parler, mais par les sanctions, les jurisprudences, les controverses ouvertes par les tic au plan des coordinations ; et au plan des régimes d’exploration, par les mystères qui se créent dans les plis du capitalisme computationnel – de l’escroquerie au complot à la distraction émancipatrice et la flânerie » (p. 154).

13En effet, les travaux empiriques s’appuient sur de terrains originaux qui mettent en évidence certains traits du régime d’exploration curieuse. Le chapitre 2 (pp. 51-69) met l’accent sur l’impact des offres dites illimitées dans les industries culturelles de la musique, du cinéma et du livre : « La culture numérique nous offre ainsi une lunette appropriée pour analyser des processus de confrontation à la prodigalité […] qui renvoie à la cohabitation tourmentée et frustrée entre deux sources d’infini : le désir comme infini des aspirations et la réalité qui s’offre comme illimitée » (p. 53). Il établit trois conditions pragmatiques (grammaticales) de l’usage de l’illimité : il repose sur une profusion de titres, l’immédiateté ou l’absence de restriction d’accès et l’échelonnement varié des anciennetés de leurs contenus culturels proposés. Il précise que « si ces conditions ne sont pas remplies, une contestation amène leur échec ou leur disparition rapide » (p. 57). Ce régime de l’illimité ouvre la voie à des dynamiques d’engagement qui articulent le plan émotionnel de l’expérience malheureuse et le plan normatif. Il distingue l’anomie, qui alterne fascination et souffrance, la résignation qui oscille entre frustration et autodiscipline et la protestation qui marie critique et émancipation (p. 59). Il met en évidence l’avantage du connaisseur qui s’appuie sur les blogs spécialisés pour mieux arpenter le domaine et les difficultés qu’éprouve le novice qui se perd dans la navigation.

14Le chapitre 3 (pp. 71-90) analyse l’impact des technologies de l’information et de la communication sur le monde du travail. Ici aussi, Nicolas Auray choisit un terrain original et le justifie. Il enquête sur une communauté qui utilise un modèle avancé de collectif par projet : 800 développeurs répartis sur 30 pays qui proposent une distribution complète de logiciels libres : Debian (dont Mozilla). Il étudie les mécanismes institutionnels qui sont mis en place pour résoudre deux problèmes : d’une part, les tensions entre le fonctionnement libertaire du groupe et le souci de la qualité du produit pour les consommateurs et, d’autre part, la manière de prendre en compte l’égalité dans le traitement et la juste répartition des réputations.

15Le chapitre 4 (pp. 91-113) aborde la question des rencontres en ligne et les arnaques auxquelles elles donnent lieu. Nous n’insisterons que sur l’aspect permanent de l’excitation liée à l’internet et à l’exploration curieuse de manière plus large. Les victimes ont beaucoup de mal à admettre qu’elles se sont fait berner et quand c’est le cas, elles sont nombreuses à réinvestir ce régime d’excitation émotionnelle dans la chasse aux escrocs.

16Le chapitre 5 (pp. 115-130) est consacré au divertissement et à l’exploration d’espaces indéterminés où la désorientation est entretenue par les concepteurs du jeu avec la complicité des joueurs. L’auteur évoque aussi les moyens inventés pour monétiser un espace ludique. Il nous propose un exemple exemplaire (Thomas S. Kuhn, 1977, La Tension essentielle. Tradition et changement dans les sciences, trad. de l’anglais par M. Biezunski, P. Jacob, A. Lyotard-May et G. Voyat, Paris, Gallimard, 1990) de cette nouvelle compétence topologique dans un monde incertain.

17Reste un mystère quant au sens du titre du livre (L’Alerte ou l’enquête). Si on trouve bien trace de l’enquête (au sens sociologique) ou au sens de John Dewey à travers 16 occurrences, il n’en est pas de même pour l’alerte (4 occurrences seulement). La première phrase de la conclusion nous met sur la piste et nous incite à explorer chaque page de ce livre pétillant : « Un débat sociologique central qui nous a intéressé portait sur le régime d’engagement en contexte saturé ou obèse en informations : routine réactive ou curiosité exploratoire ? Alerte ou enquête ? Dans notre monde marqué par la créativité, l’ouverture, l’incertitude, où nous devrions de plus en plus vivre dans un état d’esprit qui favorise l’intuition, le régime de l’alerte, de l’association d’esprits, il se développe pourtant une disposition marquée par la réaction aux alertes » (p. 131).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Kerneis, « Nicolas Auray, L’Alerte ou l’enquête. Une sociologie pragmatique du numérique », Questions de communication, 31 | 2017, 538-541.

Référence électronique

Jacques Kerneis, « Nicolas Auray, L’Alerte ou l’enquête. Une sociologie pragmatique du numérique », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11350

Haut de page

Auteur

Jacques Kerneis

Créad, université de Bretagne occidentale, Espé, F-29200
Jacques.kerneis[at]espe-bretagne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page