Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Agnès Steuckardt, dir., Entre village et tranchées. L’écriture de Poilus ordinaires

Uzès, Éd. Inclinaison, 2015, 456 pages
Cyrielle Montrichard
p. 536-538
Référence(s) :

Agnès Steuckardt, dir., Entre village et tranchées. L’écriture de Poilus ordinaires, Uzès, Éd. Inclinaison, 2015, 456 pages

Texte intégral

1La Première Guerre mondiale suscite depuis un siècle, et davantage encore aujourd’hui dans le cadre du centenaire, une importante littérature. Ce lieu de recherche, d’abord circonscrit aux seuls historiens, est investi depuis une trentaine d’années par les autres disciplines des sciences humaines. L’ouvrage Entre village et tranchées. L’écriture de poilus ordinaires, dirigé par Agnès Steuckardt, professeure en sciences du langage, s’inscrit dans ce mouvement. Il est aussi le signe de la volonté de ne plus s’intéresser uniquement à la population lettrée, aux élites dont les écrits – et par conséquent les analyses –, comme ceux d’Henri Barbusse, Maurice Genevoix ou encore Jean Giraudoux, furent nombreux et largement diffusés. En effet, cet ouvrage propose différents parcours de lecture des quelques 650 documents provenant de la correspondance de 7 combattants « peu-lettrés » issus du monde rural et de leurs proches.

2Dans l’introduction (pp. 9-17), Agnès Steuckardt démontre l’intérêt d’une telle étude : il s’agit d’entrevoir le rapport des Français issus du monde rural à la langue française. Elle rappelle qu’en 1914 le patois est encore fréquemment employé et que la pratique de l’écrit est peu développée. Or, dès août 1914, le courrier devient pour le mobilisé le seul lien avec ses proches et le village. L’étude de ce corpus de correspondances offre donc la possibilité de s’interroger sur la langue employée et les échanges scripturaux.

3L’ouvrage est scindé en deux parties. Dans la première, intitulée « Présentation des textes », se succèdent 13 articles émanant de chercheurs issus des sciences du langage qui s’interrogent moins sur le contenu des lettres que sur la forme que prennent celles-ci. La seconde partie, « Textes », est constituée d’une sélection de lettres issue du corpus, laquelle est éclairée d’une bibliographie des auteurs et d’informations sur leurs conditions de vie au moment de l’écriture. Cette deuxième partie offre la possibilité aux lecteurs d’accéder au texte tel qu’il a été orthographié et structuré par le scripteur tout en livrant en parallèle une version plus normée et davantage lisible pour le lecteur d’aujourd’hui.

4Simon Mercier ouvre la première partie avec un article situant les lettres étudiées « Dans la grande Histoire » (pp. 19-39). Il livre ainsi au lecteur non initié l’importance de l’acheminement postal – 10 milliards de lettres échangées pendant la durée du conflit – et son organisation. Il traite succinctement, et à travers des exemples du corpus, de la vie au front, du moral des soldats et de leurs attentes. Une question sous-tend la majorité des articles : Comment l’émetteur se raconte-t-il ? Sonia Branca-Rosoff (pp. 41-52) s’interroge, pour sa part, sur le respect du modèle épistolaire tel que l’enseignement primaire l’inculque au début du xxe siècle. Elle met au jour l’importance pour les protagonistes de respecter le cadre imposé par le genre épistolaire. En effet, les lettres présentent immanquablement la date, une formule d’appel et de péroraison. Dans le respect de ce cadre, le scripteur inexpérimenté semble trouver un socle qui lui permet d’entrer plus facilement dans l’écrit. La graphie ne respecte pas toujours la norme mais n’empêche que rarement la compréhension du lecteur. Le scripteur oscille entre le français moderne et ancien, la syntaxe du français standard et celle de son patois, une volonté d’économie de mots – face à la difficulté de trouver du papier notamment – et une volonté de rester intelligible. Ces hésitations associées à un emploi parcimonieux de la ponctuation donnent à lire une structure incertaine (pp. 53-100). En outre, à la lecture de ces textes, Florence Pellegrini (pp. 101-112) perçoit une logique d’écriture qui relève davantage de la liaison que de la structuration, qui mime « un déroulement qui n’est pas sans rappeler le rythme de la parole orale » (p. 112). Au-delà de la graphie et de la syntaxe, deux articles s’interrogent sur le vocabulaire employé tentant de comprendre, d’une part, la quasi absence de la langue vernaculaire (Jean-Michel Géa, pp. 53-65) et, d’autre part, la faible présence dans les lettres des poilus de l’argot de guerre (Nicolas Bianchi, pp. 125-142). Jean-Michel Géa explique l’absence du patois par le fait que celui-ci est davantage la langue de l’oral que de l’écrit en se référant notamment à quelques verbatims issus du corpus. Nicolas Bianchi, quant à lui, distingue le recours à l’argot selon les scripteurs et dévoile une grande inégalité d’emploi de ce vocabulaire selon les protagonistes mais également selon le thème abordé. Qu’il s’agisse du patois ou de l’argot, le recours à ce vocabulaire semble être la volonté des protagonistes de combler un manque de la langue standard et ainsi de se rendre davantage intelligible.

5Une seconde partie des articles s’interroge davantage sur ce qui est dit et la fonction des paroles échangées. La contribution de Giancarlo Luxardo (pp. 113-123) permet une entrée dans le contenu des textes par une approche textométrique qui se veut « sans a priori thématique » (p. 113). Sans réelle surprise, l’auteur démontre statistiquement que la famille est le thème central des lettres. Il fait par ailleurs remarquer que le thème de la guerre est très peu abordé par les soldats, ceux-ci préférant, comme l’explique également Corinne Gomila (pp. 157-167), la fonction phatique des lettres à la fonction cognitive. En effet, c’est moins les informations transmises dans les lettres que le fait de recevoir des nouvelles et de maintenir le lien qui importent comme l’illustre un extrait issu du corpus émanant d’un combattant : « Écris-moi tous les jours. Ce serait une seule carte avec pas grand-chose, eh bien cela n’y fait rien, ça me suffit pour me distraire et me lever de languir » (p. 247). Une mise en comparaison des locuteurs grâce à l’outil txm permet à Giancarlo Luxardo de percevoir les particularités langagières de certains scripteurs. L’auteur constate et analyse notamment le fait qu’un scripteur sur-emploie les marqueurs temporels, un autre les formules épistolaires et que les femmes utilisent davantage les pronoms de la deuxième personne du singulier. Nathalie Auger (pp. 143-155), quant à elle, offre une étude intéressante sur la représentation de l’ennemi dans les courriers des combattants. S’intéressant d’abord à la désignation de l’ennemi (« Allemand », « Boche » ou encore « Prussien »), elle montre ensuite l’évolution du ressenti du soldat de « France » – et non « français » comme la statistique tend à l’indiquer – envers l’ennemi d’en face qui, selon sa proximité géographique, est plus ou moins craint.

6Les deux derniers articles de cette première partie offrent une focalisation différente des deux grandes questions jusqu’ici abordées. Stéphanie Fonvielle (pp. 169-180) s’interroge sur la pratique de l’écrit des femmes, particulièrement celle des épouses. Elle démontre l’enjeu fondamental de leurs écrits dans le maintien, malgré la distance géographique et temporelle – la correspondance étant une communication asynchrone –, d’un lien avec la vie d’avant-guerre. Leur rôle est essentiel dans la réalisation et le tissage d’un réseau social permettant aux combattants d’obtenir des nouvelles des proches, du village, de l’exploitation agricole ou viticole, etc. Cette contribution met en lumière l’importance non pas de ce que les hommes transmettent mais des réponses qu’ils reçoivent et qui participent pour une part importante au maintien de leur moral, comme ils le laissent transparaître fréquemment dans leurs écrits. Chantal Wionet (pp. 181-191) propose, dans un article concluant la première partie, de s’intéresser au style de l’écriture des protagonistes du corpus. Bien que ne respectant pas les normes graphiques et syntaxiques, elle montre la fonction poétique – avec la présence de figures de style telles que la gradation – de certains textes et la performativité du langage mise au service de l’expression des sentiments.

7Cet ouvrage, fruit du projet « corpus 14 » et de l’équipe de recherche Praxiling (université Paul-Valéry – Montpellier 3), offre une succession d’analyses fines sur un corpus original de correspondances de guerre s’intéressant à des scripteurs peu-lettrés et issus du monde rural. Les approches linguistiques, sociolinguistiques et discursives sur des textes jusqu’ici peu exploités par les sciences humaines sont également novatrices. Le croisement des regards des différentes disciplines des sciences du langage permet une approche tout à la fois globale et précise des écrits épistolaires des « peu-lettrés » durant la Grande Guerre. Les analyses portant sur la forme du texte – graphie, ponctuation, syntaxe, structure – apportent notamment de nouvelles informations sur le niveau de français d’anciens élèves de la République ayant quittés les bancs de l’école depuis plusieurs années. C’est peut-être autour de cette problématique que les historiens trouveront un intérêt à l’ouvrage. Malgré la forme peu standard de ces lettres, les auteurs s’appliquent à démontrer la présence d’une certaine logique dans l’écriture. Les analyses portant davantage sur le contenu sont prises avec le recul nécessaire du genre et du contexte de communication. En effet, il s’agit de la correspondance entre des proches et des combattants qui craignent la censure et font certainement preuves d’autocensure afin de ne pas heurter ou inquiéter les destinataires. Ainsi, l’analyse des fonctions et du contenu de ces écrits trouvent-elle son sens et éclaire-t-elle l’importance quantitative des lettres échangées durant le conflit. Chacun des 13 articles qui constitue l’ouvrage interroge le corpus sous un angle particulier et participe à un ensemble cohérent où chacune des analyses trouve sa place dans un tout construit et qui fait sens. En définitive, Agnès Steuckardt et les auteurs dont elle coordonne les contributions offrent une vue précieuse sur les caractéristiques linguistiques, sociolinguistiques, discursives et stylistiques d’un corpus original dont une sélection est donnée à lire dans la seconde partie de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrielle Montrichard, « Agnès Steuckardt, dir., Entre village et tranchées. L’écriture de Poilus ordinaires », Questions de communication, 31 | 2017, 536-538.

Référence électronique

Cyrielle Montrichard, « Agnès Steuckardt, dir., Entre village et tranchées. L’écriture de Poilus ordinaires », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11347

Haut de page

Auteur

Cyrielle Montrichard

Elliadd, université Bourgogne Franche-Comté, F-25000
cyrielle.montrichard[at]edu.univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page