Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Jean Guilaine, Jacques Sémelin, dirs, Violences de guerre, violences de masse. Une approche archéologique

Paris, Éd. La Découverte, coll. Recherches, 2016, 342 pages
Jean-François Tétu
p. 523-525
Référence(s) :

Jean Guilaine, Jacques Sémelin, dirs, Violences de guerre, violences de masse. Une approche archéologique, Paris, Éd. La Découverte, coll. Recherches, 2016, 342 pages

Texte intégral

1Longtemps, expliquent Dominique Garcia en préface et Jean Guilaine en avant-propos, (p. 9 et 11), l’archéologie a laissé à l’histoire et à l’anthropologie l’examen des violences de guerre et des violences de masse. Mais, depuis assez peu d’années, et notamment du fait des demandes du Tribunal pénal international (tpi) pour ses enquêtes sur des conflits récents (Bosnie ou Rwanda en particulier), l’archéologie médico-légale a été fréquemment sollicitée et a entraîné l’ensemble de la discipline dans des recherches sur des violences parfois fort anciennes ; elles conduisent à un réexamen critique de l’histoire des conflits, à la déconstruction de la propagande des auteurs des violences, à une contextualisation des objets mis à jour, enfin à une meilleure compréhension du cadre économique et social des conflits. L’Histoire elle-même, depuis ses plus anciens fondateurs (Thucydide, Xénophon, Tacite par exemple), était écrite à partir des batailles, des conquêtes ou des invasions qui conduisaient à de nouvelles configurations géopolitiques. Mais le retour de la barbarie dans de récents conflits a eu une double conséquence pour l’archéologie : d’abord, celle d’imposer une réflexion nouvelle sur l’origine de la guerre et l’évolution de la violence armée ; ensuite, de développer cette sous-discipline qu’est l’archéologie médico-légale (forensic archeology), dont le but est la reconnaissance des victimes de génocides, de guerres civiles, de la torture, de l’élimination des opposants politiques, etc. Et cela renouvelle l’histoire car l’archéologie, bien qu’elle fasse connaître des lieux et des méthodes d’exécution, met au jour des victimes, mais jamais leurs agresseurs.

2L’archéologie, certes, soumet à la réflexion des questions qui lui sont tout à fait propres, par exemple celle de savoir si la guerre est de tout temps où si elle est apparue avec la révolution agraire du néolithique, ou même plus tardivement encore avec les premiers mondes urbains et leurs cités-états. Nous laisserons tout à fait cela. En revanche, ce livre, issu du colloque « Archéologie de la violence : violence de guerre, violence de masse », organisé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) au musée du Louvre-Lens du 2 au 4 octobre 2014, repose sur la distinction entre violence de guerre et violence de masse, qui montre, notamment, que les massacres ne sont pas des excès de la guerre, mais une de ses dimensions, jusqu’à s’autonomiser totalement de la guerre comme le terrorisme en temps de paix. Si bien que l’archéologie conduit à une modification du regard : la guerre y est vue non seulement comme destruction, mais comme phénomène de civilisation, ce que confirme l’évolution du regard de l’artiste pour qui la guerre représentée autrefois comme épopée à la gloire du vainqueur a cédé la place aux atrocités et aux cortèges de victimes, de Francisco de Goya à Otto Dix ou à Pablo Picasso.

3Cette archéologie médico-légale ne répond pas à une demande proprement scientifique comme les chapitres de la première partie de l’ouvrage (pp. 23-61) sur le paléolithique, l’examen de fosses communes du ive millénaire ou celui des soldats grecs du ve siècle avant notre ère, mais à la volonté des victimes de connaître la vérité sur leurs proches en Amérique latine (pp. 287-296), à la demande de la justice internationale, de Nuremberg au tpi (Treblinka, pp. 261-274 ; Bosnie, pp. 275-286 ; Rwanda, pp. 297-314), ou encore à des combats politiques mémoriels (guerre civile en Espagne, pp. 225-240). L’archéologie révèle le modus operandi des bourreaux, les sites des charniers, le nombre des victimes, les méthodes d’exécution. Car on finit toujours par retrouver des traces, même lorsque les bourreaux ont cherché à les effacer, comme à Treblinka, en Amérique latine, en Bosnie (80 charniers à Srebrenica) ou au Rwanda. L’archéologie montre aussi à quel point les victimes ont été déshumanisées, privées d’inhumation ou de tout rite funéraire, ce qui conduit à rappeler que la racine étymologique de notre « humanité » est humus, la terre : Jacques Sémelin (dont on doit rappeler ici le grand livre Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris, Éd. Le Seuil, 2005) cite le verbe latin humare qui signifie « enterrer ».

4On retrouve assez naturellement ici, notamment dans le chapitre 17 (Christopher R. Browning, « Comment des gens “ordinaires” peuvent-ils en arriver à massacrer leurs semblables ? L’exemple de l’Allemagne nazie », pp. 241-260), un questionnement plus proche de travaux de chercheurs en sciences de l’information et de la communication, comme Philippe Breton (Les Refusants, Paris, Éd. La Découverte, 2009) ; et, bien entendu, cela rejoint aussi les recherches sur la médiatisation des conflits et la médiation mémorielle (équipe Praxitèle du Crem, université de Lorraine).

5Ce qui retient donc dans cet ensemble, a priori fort éloigné des sciences de l’information et de la communication (hormis le fait que cette archéologie dément les mensonges de la propagande de régimes autoritaires), est bien qu’il s’agit toujours de traces, que l’interprétation de l’archéologue tente de transformer en signes de ce qui s’est passé. Et cela commence avec les conditions et les formes de l’inhumation. En temps de guerre, l’inhumation est généralement très rapide pour des raisons prophylactiques, mais elle revêt des variations considérables : grande minutie des soldats anglais pour enterrer les « Grimsby Chums », tombés à Arras en avril 1917 (figures 1 et 2, p. 187) qui contraste avec les corps de combattants accidentellement ensevelis avec leur équipement (pp. 183-193) ; empilements sans soin, parfois avec des violences post mortem pendant la guerre de Vendée (pp. 145-158) ou pendant la guerre d’indépendance d’Espagne de 1808 (pp. 159-170) ou encore les civils indigènes dans les camps de concentration britanniques de la guerre des Boers (pp. 171-182), ou enfin, les soldats de Napoléon en Russie ; extrêmes violences imposées aux suppliciés de la guerre civile espagnole ; massacres dissimulés par les tortionnaires à Treblinka, en Amérique latine, au Rwanda, et en Bosnie où les charniers ont été déménagés plusieurs fois.

6Cela contraint à une réflexion sur la différence fondamentale entre trace et signe : la trace montre une réalité matérielle indiscutable qui présuppose ou exige une interprétation ; par exemple, la faible taille des suppliciés espagnols de la guerre civile et leur malnutrition, les maladies dont souffraient les vendéens, les marques de la vie difficile des soldats de Napoléon, les conditions de vie des noirs sud-africains ; mais aussi, bien entendu, les marques des armes qui permettent de distinguer les victimes de civils ou de militaires, et les blessures ante- ou post-mortem qui indiquent l’acharnement sur les victimes. En revanche, le signe affirme la présence d’un sens, c’est pourquoi les rites d’ensevelissement ont valeur de signe, ce qui donne une grande cohérence au recueil des données archéologiques sur la très longue période de ce volume.

7La trace, que traquent les archéologues, est donc, comme le relevait Yves Jeanneret (in Béatrice Galinon-Mélénec, L’Homme trace, Paris, cnrs éditions, pp. 59-85), liée moins au sens qu’à l’interprétation : chercher une trace, c’est chercher le signe de quelque chose, ou plutôt de quelqu’un dont les violences font sens. Ainsi la trace renvoie-t-elle non pas directement à la signification, comme le fait un rite funéraire manifeste, mais à une référence à un passé disparu, certes, mais supposé ou postulé : il s’est passé là quelque chose, mais quoi ? L’acte du tortionnaire par exemple, ou le masquage d’un massacre. La matérialité de l’objet (restes humains, squelettes) est affectée par un phénomène, comme le démembrement, l’entassement ou l’alignement soigneux des corps, ou comporte des traces physiologiques, comme les dents altérées par une mauvaise farine des soldats de Napoléon, la tuberculose massive des prisonniers des camps espagnols, et les signes de malnutrition des victimes. Cela met en évidence le rôle spécifique de la photographie dans l’« avoir été là » qu’elle indique et que Roland Barthes a montré depuis bien longtemps déjà (Communications, 4, 1964, p. 47). L’exemple du Rwanda est ici particulièrement significatif (p. 297 sq.).

8Ce que l’archéologie révèle, ce sont très exactement des « vestiges », des objets matériels considérés comme des indices, qui deviennent « traces », c’est-à-dire le support d’un travail mémoriel lié à l’identification des victimes, à l’établissement des lieux et circonstances de la mort, que les parents attendent pour faire enfin un travail de deuil, jusque-là impossible. À la limite, on peut considérer ces traces comme texte ou plutôt bribes de texte, ce à quoi tend l’établissement des cartes, à Treblinka par exemple (p. 261 sq.). Le travail d’interprétation des indices vise à accéder à des processus sociaux, et montre, dans le cas de ce livre, que la « guerre totale » existe bien avant l’époque contemporaine (voir les villages de Bohème abandonnés pendant la guerre de Trente ans (p. 129 sq.), ce qui donne un relief singulier à l’impact des traités de Westphalie (1648) sur l’Europe de l’époque.

9Classiquement, on peut considérer l’indice comme ce qui introduit du réel dans le signe, et de ce fait, exige une interprétation, qui introduit à un travail de la mémoire, à une culture mnésique. Ce recueil pose des questions aux sciences de l’information et de la communication, et d’abord parce que ces vestiges constituent la forme indicielle minimale de l’information. L’archéologie apparaît clairement comme la science de la mémoire matérielle des hommes : les traces les plus nombreuses laissées par l’armée américaine en Afghanistan et en Irak, sont constituées par des millions de bouteilles d’eau abandonnées au hasard des marches des troupes (p. 206).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « Jean Guilaine, Jacques Sémelin, dirs, Violences de guerre, violences de masse. Une approche archéologique », Questions de communication, 31 | 2017, 523-525.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « Jean Guilaine, Jacques Sémelin, dirs, Violences de guerre, violences de masse. Une approche archéologique », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11329

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

Élico, université Lumière Lyon 2, F-69000
jf-tetu[at]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page