Skip to navigation – Site map
Notes de lecture
Sociétés

Corinne Grenouillet, Catherine Vuillermot-Febvet, dirs, La Langue du management et de l’économie à l’ère néolibérale. Formes sociales et littéraires

Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. Formes et loisirs, 2015, 294 pages
Bruno Salgues
p. 520-523
Bibliographical reference

Corinne Grenouillet, Catherine Vuillermot-Febvet, dirs, La Langue du management et de l’économie à l’ère néolibérale. Formes sociales et littéraires, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. Formes et loisirs, 2015, 294 pages

Full text

1L’ouvrage dirigé par Corinne Grenouillet et Catherine Vuillermot-Febvet est la restitution d’un colloque sur le thème « Discours du management, du travail, de l’économie : représentation/fiction », qui s’est déroulé à Strasbourg du 5 au 7 juin 2013, colloque qui entendait croiser plusieurs disciplines.

2Dans l’introduction, Corinne Grenouillet et Catherine Vuillermot-Febvet proposent l’acronyme lamen pour LAngue du Management et de l’Économie à l’ère Néolibérale : « La connotation religieuse de lamen n’est pas fortuite : lamen suscite en effet la communication en une seule croyance possible autour du bon sens érigé en évidence » (p. 9). Pour elles, ce terme aurait été construit en analogie avec la Lingua Tertii Imperii (lti) de Victor Klemperer (lti, La langue du iiie Reich, Paris, A. Michel, trad. de l’allemand par É. Guillot, [1947] 1996) ou la Lingua Quintae Respublicae (lqr) d’Éric Hazan (lqr, Lingua Quintae Respublicae, Paris, Éd. Raison d’agir, 2006), opérations qu’elles désignent comme processus de siglaison (p. 9). Mais les auteures ne font en aucun cas référence aux écrits de Jean-Pierre Faye sur les langages autoritaires et les langages meurtriers (Langages totalitaires, Paris, Hermann, 1972 ; Le Langage meurtrier, Paris, Hermann, 1996). Même si l’acronyme lamen n’a pas le succès des deux autres acronymes, celui-ci vient de faire l’objet d’une émission de radio sur France Culture à une date clé, le 1er mai 2016 (https://www.franceculture.fr/​emissions/​le-monde-selon-antoine-perraud/​tout-sur-lamen) ! Cette introduction est un assez bon résumé de l’ensemble du livre, ce qui peut apparaître comme un moyen d’attirer le lecteur, mais aussi de donner la possibilité de limiter la lecture à ces pages (pp. 9-22). Cet ouvrage est composé de deux parties auxquelles a été ajoutée en son centre une autre nommée « Album ».

3La première partie est consacrée au discours utilitaire de lamen. Anthropologue, Michel Feynie cherche à montrer comment l’entreprise est idéalisée à travers l’étude de cas « LP ». Il se réfère aux écrits de Tom Peters et Robert H. Waterman (Le Prix de l’Excellence, Paris, Interéditions, [1982] 1983, trad. de l’américain par M. Garène et C. Pommier) sur l’excellence en signalant que cette dernière est transitoire et que les entreprises excellentes avaient disparu quelques années plus tard (à noter que ce livre n’apparait pas dans la bibliographie de l’article) (pp. 27-35). Catherine Vuillermot (pp. 37-52) s’intéresse au discours des dirigeants dans leurs autobiographies. Bernard Arnaud, André Essel, Jean-Marie Messier, Bernard Tapie… font partie de la longue liste des écrits étudiés. Le dirigeant apparaît comme un travailleur passionné, obstiné et valeureux, mais sa réussite n’est pas quantifiée. Pour cette auteure, les biographies « célèbrent les vertus de l’individualisme » (p. 51). Elles seraient une preuve de la théorie proposée par Adam Smith selon laquelle l’intérêt général résulte de l’intérêt particulier. Thierry Guilbert (pp. 53-66) propose une analyse du discours du journal Le Monde sur la privatisation partielle de France Telecom en 1997. Il analyse les occurrences de quelques mots clés, notamment comment le discours a évolué de l’usager vers le client. En revanche, l’auteur semble méconnaître l’entreprise, surtout lorsqu’il s’intéresse au plan « delta minutes » sans faire référence aux « formations Azur ». Sa conclusion est alors assez générale ; il fait référence au fait que le discours libéral fonctionne comme une pensée unique (au sens d’Ignacio Ramonet [« La Pensée unique », éditorial, Le Monde Diplomatique, janvier 1995]) ou un métadiscours du consensus (selon Thierry Guilbert, lui-même, auteur de cet article). La multiplicité des autocitations est un peu gênante dans ce texte. La fiction du consentement dans les relations entre employé et employeur a été étudiée par Alicia-Dorothy Mornington (pp. 67-80). Dès le début, l’auteure se situe dans le champ politique et fait référence à John Locke (Deux traités sur le gouvernement, Paris, J. Vrin, [1689] 1997, trad. par B. Gilson) ainsi qu’à la théorie du contrat social, selon laquelle le consentement des individus est ce qui rend légitime un État, notamment un État empreint de libéralisme. Elle étudie différents points du consentement. La première question est de savoir pourquoi certains Américains acceptent de se priver de droits fondamentaux par contrats. Le caractère éclairé du consentement contractuel est l’objet de la deuxième question. Le texte de cette doctorante marque le début d’un travail prometteur. Tout ce chapitre montre l’importance de l’idéologie néolibérale dans les relations, et il pourrait nourrir par ces exemples un cours de relations industrielles (pp. 27-78).

4Le deuxième chapitre de cette partie s’intitule « Extensions du domaine du discours managérial néo-libéral ». Le premier texte est une relecture de la situation actuelle à travers l’œuvre de Karl Polanyi et notamment La Grande transformation (Paris, Gallimard, 1983, trad. de l’anglais par C. Malamoud et M. Angeno). Frédéric Moulène (pp. 81-92) y décrit des rhétoriques construites pour conduire le changement, soit la rhétorique de l’austérité économique (p 87) et la rhétorique antisociale ou de la compétitivité (p. 89). Il finit par le problème des limites de la performativité. Roland Pfefferkorn (pp. 93-103) s’intéresse au discours de substitution face à un déni de l’existence des conflits et des classes sociales. Il les classe en deux catégories, les discours de moyennisation et les discours d’exclusion. Il en explique le succès par le rôle des think-tank et des médias. Le texte d’Ève Lamendour (pp. 105-112) nous éclaire sur l’utilisation du « devenez vous-même » dans le recrutement qui donne priorité à l’individu sur le collectif, même pour ce qui est du recrutement de militaires. Emmanuel Triby s’est intéressé au discours économique dans les écrits des cadres de santé. Ce corpus est éclairant dans l’absence de raisonnement de performance. Cela permet à l’auteur de s’intéresser à trois questions : la modalité de reconnaissance du poids de l’économique, le paradoxe de la justification et la norme actuelle du devoir agir (pp. 111-127). Lionel Prigent (pp. 129-140) consacre sa recherche aux listes patrimoniales de l’Unesco et plus précisément au fait que la présence d’un site ou d’un événement contribue à une mise sur le marché associé d’un discours de justification. Même si l’Unesco se défend de cette référence à l’économie, Lionel Prigent montre comment elle est prégnante et sous-jacente à la plus grande part des inscriptions. Cette partie est intéressante en ce sens que c’est une source de réflexion ; elle livre une liste de thèses à réaliser autour du sujet des discours néolibéraux (pp. 81-140).

5Avec la partie suivante, nous entrons dans le domaine de la fiction. Alexandre Péraud (pp. 173-185) étudie la présence de l’argent dans les romans depuis Honoré de Balzac jusqu’à Éric Reinhardt. Une de ses principales conclusions est que l’argent est comme le temps, lequel se caractérise pour une autonomisation. Cette autonomisation permet aux personnages de vilipender et dénoncer l’importance de la machinerie financière. Françoise Cahen (pp. 187-192) prend la suite en s’intéressant à l’œuvre d’Éric Reinhardt. Ces œuvres comportent une constante : « Chacun se laisse aisément contaminer par ce système d’imposture » (p. 192), ce qui conduit l’auteure de ce texte à conclure que le libéralisme apparaît comme un système romanesque généralisé, une machine à fabriquer des fictions. Michel Houellebecq et Philippe Vasset sont les deux auteurs étudiés par Reynald Lahanque (pp. 193-205) qui précise que « le roman européen s’est très tôt intéressé au monde du travail et de l’économie » (p. 193) et cela depuis le Robinson Crusoé de Daniel Defoe en 1719. Reynald Lahanque considère que Michel Houellebecq est un romancier du travail et de l’économie alors que Philippe Vasset offre des scènes de la vie professionnelle. Si les personnages du premier sont remplis d’amertume, ceux du second sont empreints d’enthousiasme. L’article de Corinne Grenouillet (pp. 207-221), une des coordinatrices de cet ouvrage, étudie différents romans afin de mettre en avant des slogans managériaux comme pampa (Personnalisation, adaptation, mobilisation, partage, anticipation) (p. 212) ou ordre (Ordonner, ranger, découvrir des anomalies, rendre évident, être rigoureux) (p. 213). Ces slogans sont repris par les auteurs de romans pour en faire une source d’humour. Corinne Grenouillet s’intéresse par la suite au dispositif ironique que représente la médaille. En conclusion, elle montre l’intérêt de l’ironie comme méthode pour se poser des questions. La contribution de Sonya Florey (pp. 223-233) est intitulée : « It’s too late to say économie » titre qui est un mix de français et d’anglais. Elle montre comment la littérature s’est emparée des valeurs, des utopies et des paradigmes propres au monde de l’économie ; elle nous laisse sur une conclusion simpliste : le fait que la littérature se soit emparée de l’économie est pour elle une performance. Le texte de François Emmanuel, La Question humaine (Paris, Stock, 2000), est décortiqué par Maryline Heck (pp. 235-246) à travers les théories de Walter Benjamin. Elle cherche à démontrer que l’humain est réduit à l’état de facteur face à la nécessité économique ; Maryline Heck y arrive bien, mais la conclusion est absente, ce qui laisse le lecteur de cet article un peu sur sa faim. Le passage sur l’utilisation des mots (en allemand) et des symboles que l’on peut construire avec de V et des X est très intéressant.

6Dans la seconde sous-partie, Jean Paul Engélibert invite à désarmer le discours de l’entreprise, il utilise pour cela différents textes dont il en conclut à la fois la présence d’un rapport utilitaire dans les organisations et la perte due à l’absence de langage (pp. 249-258). Marianne Noujaim note la prédominance de la sphère professionnelle sur la sphère privée dont elle annonce un effet dévastateur (pp. 259-269). « Poéticiser la langue de l’entreprise », tel est le titre de l’excellente contribution d’Isabelle Krzywkowski (pp. 271-281)qui part d’un point de départ : « La langue de travail peut sembler incompatible avec la langue poétique : technique, fonctionnelle, liée à un savoir-faire, donc à une expérience, elle est, comme sociolecte, à la fois difficilement accessible pour les non-initiés et difficilement intégrable dans ce que l’on attend par/attend de la langue et l’institution littéraire » (p. 271). Pour elle, il s’agit de décrire la langue nouvelle de l’entreprise qui se caractérise par l’hétérogénéité et le brouillage. Pour Isabelle Krzywkowski, dés-automatiser la langue permettra de la rendre plus poétique. Pour cela, tout son propos se fonde sur l’ouvrage célèbre de Roman Jakobson intitulé Huit questions de poétique (Paris, Éd. Le Seuil, [1973] 1977). Elle termine par une discussion sur la théorie de Roman Jakobson selon laquelle la poésie est l’organisatrice de l’idéologie, car la poésie formerait la langue. Aurore Labadie clôt cet ouvrage par un article intitulé « Le roman d’entreprise ou l’entreprise comme écriture », qui comporte des exemples de textes littéraires d’entreprises et une série de questions (pp. 283-294).

7La partie « Album » présente une œuvre poétique et photographique de Jean Charles Massera située au milieu de l’ouvrage, dont l’intérêt n’est ni présenté ni compris par le lecteur que je suis. Les pages ne sont pas numérotées et l’usage des minuscules et des majuscules est surprenant. Citons par exemple le nom de l’auteur en minuscule (pp. 143-173).

8Comme souvent dans des exercices de ce genre, la qualité des articles proposés est inégale. Ce qui est assez surprenant, c’est le changement de titre entre le colloque et l’ouvrage, ce qui introduit de fait une connotation religieuse au sens de l’appartenance à une « église » de pensée, celle du néolibéralisme et une volonté de se situer dans l’idéologie. L’ouvrage affiche un découpage arbitraire entre l’économie et l’entreprise comme si les deux concepts étaient disjoints. De plus, l’ordre des sous-chapitres est inversé entre les deux chapitres sans qu’aucune raison ne soit avancée. Cet ouvrage ne possède pas de conclusion, ce qui aurait facilité la compréhension globale du sujet et créé un lien entre les disciplines présentes dans ce colloque. Toutefois, notons que le grand intérêt de ce livre est la pluridisciplinarité bien réelle, qui se traduit par une diversité des propos très intéressante.

Top of page

References

Bibliographical reference

Bruno Salgues, « Corinne Grenouillet, Catherine Vuillermot-Febvet, dirs, La Langue du management et de l’économie à l’ère néolibérale. Formes sociales et littéraires », Questions de communication, 31 | 2017, 520-523.

Electronic reference

Bruno Salgues, « Corinne Grenouillet, Catherine Vuillermot-Febvet, dirs, La Langue du management et de l’économie à l’ère néolibérale. Formes sociales et littéraires », Questions de communication [Online], 31 | 2017, Online since 01 September 2017, connection on 22 October 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11327

Top of page

About the author

Bruno Salgues

CIS, École des Mines Telecom, F-42000
bruno.salgues[at]imt.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page