Skip to navigation – Site map
Notes de lecture
Sociétés

Samuel Depraz, Ute Cornec, Ulrike Grabski-Kieron, dirs, Acceptation sociale et développement des territoires

Lyon, ens Éd., coll. Sociétés, Espaces, Temps, 2016, 266 pages
Arine Kassabian
p. 511-513
Bibliographical reference

Samuel Depraz, Ute Cornec, Ulrike Grabski-Kieron, dirs, Acceptation sociale et développement des territoires, Lyon, ens Éd., coll. Sociétés, Espaces, Temps, 2016, 266 pages

Full text

1Acceptation sociale et développement des territoires reprend certaines contributions du deuxième séminaire doctoral franco-allemand de géographie qui a eu à Lyon en 2012. Il reflète la variété du spectre thématique, méthodologique et conceptuel existant sur le champ de la recherche relatif au développement territorial et à son acceptation sociale. L’ouvrage vise également à démontrer l’importance des dimensions subjectives dans le processus d’acceptation des innovations territoriales et des projets d’aménagement.

2L’expression « acceptabilité sociale » prend en considération les processus de gestion et de développement des territoires. Elle regroupe les conditions de réception d’une innovation territoriale qui vise à l’aménagement et au développement du territoire. L’étude de l’acceptabilité sociale d’un projet tend à prévenir les conflits et les tensions entre les différents acteurs du terrain. La quête d’une acceptation sociale ne consiste pas à éradiquer les conflits, mais plutôt à trouver des consensus et à préserver les négociations et la médiation entre les parties (pp. 14-15). L’acceptation sociale maximale reste une idée illusoire, l’idéal étant d’avoir une meilleure acceptation sociale à travers la compréhension des différents facteurs qui l’affectent (p. 23).

3Différents facteurs subjectifs interfèrent dans l’acceptation sociale. En effet, chaque territoire et ses habitants ont leurs particularités, ce qui rend les territoires irréductibles à un simple espace. Il existe également différents ordres d’acceptation sociale, comme l’acceptation d’ordre socio-politique, d’ordre communautaire ou d’ordre marchand : le premier est celui attesté par les porteurs d’enjeux et de décisions ; le second est centré sur les riverains et s’appuie sur les représentations collectives et la justice sociale, alors que le dernier est une approche économique prenant en compte la satisfaction des « consommateurs » et l’évaluation des coûts et des avantages. Les différents facteurs qui interfèrent dans l’acceptation sociale peuvent être étudiés par des outils de la science socio-politique, de la psychologie sociale, de la géographie ou de l’aménagement (p. 20).

4Il existe également des concepts et thèmes transversaux qui ont un rôle important dans l’acceptation sociale des territoires. Acceptation sociale et développement des territoires en relève trois. Le premier est l’attention visuelle. Elle est la base sensible, esthétique et émotionnelle de l’acceptation sociale (p. 21). Le second concept est le décryptage des logiques implicites de pouvoir. Il s’agit de comprendre comment un régime de gouvernance peut influencer sur l’acceptabilité sociale de projets à travers sa capacité d’innovation ou d’adaptation (p. 23). Le troisième concept est l’importance d’une herméneutique des pratiques de territoire. En effet, pour faire accepter un projet, il faut le faire inscrire en conformité avec les représentations et les pratiques du territoire, ou faire évoluer ces représentations en fonction du projet (p. 26).

5Acceptation sociale et développement des territoires aborde la question de l’acceptabilité sociale à travers quatre thèmes d’aménagement : le projet urbain (p. 37), le développement des transports durables (p. 89), la gouvernance régionale (p. 143) et la protection du patrimoine naturel et culturel (p. 189).

6De nos jours, les villes sont devenues les lieux où se concentrent la majorité des ressources, qu’elles soient humaines, financières ou culturelles. Cependant, la plupart des villes européennes tendent à se ressembler : on y retrouve les mêmes chaînes de magasins et les mêmes types de bâtiments. Ainsi l’attractivité d’une ville ou d’un quartier dépend-elle ne dépend plus des infrastructures, mais surtout de la qualité des services offerts aux habitants. Dans ce cadre, les « projets » de villes se présentent comme des instruments novateurs dans la « production » de villes : ils prennent en compte les particularités de chaque territoire et la position des acteurs locaux, d’où leur intérêt dans la production d’une acceptation sociale. L’une des composantes qui affecte le plus l’acceptation sociale d’un projet est son aspect visuel qui est capable de persuader ou de dissuader les habitants d’un territoire.

7L’un des principaux objectifs des villes européennes est devenu la réduction de l’émission de polluants à travers, surtout, le développement des transports durables. Ceci sous-entend la réduction de la place de l’automobile et des transports individuels motorisés et le développement des réseaux de transport en commun dans l’espace urbain. Cependant, l’acceptabilité sociale de ces changements fait appel à des ressorts d’ordre culturel, psychologique, voire affectif. En effet, contrairement à ce qui est montré par les recherches – que les urbains adoptent les modes de transport doux et les périurbains la voiture –, ce sont les préférences résidentielles qui prévoient le mieux le mode de transport utilisé par une personne et l’acceptation sociale de nouveaux modes de transport. De plus, l’adoption des nouveaux modes de transport s’étend sur une période plus longue que celle du projet ou de la politique de mise en place : les habitants d’une région ont besoin de temps pour s’adapter aux nouveaux modes de transport mis à leur disposition et pour commencer à les utiliser de façon régulière. Il est également important de noter que la disponibilité des réseaux de transport en commun est devenue un élément décisif du choix du lieu d’habitation : les utilisateurs des transports en commun préfèrent habiter des zones de la ville qui sont bien servis par les transports en commun.

8Avec le développement des villes, les régions sont devenues irréductibles aux frontières et dépendent de l’ancrage territorial des acteurs et de leurs dispositions à prendre en charge des régions. Le développement régional peut donc être considéré comme un processus dynamique et actif et qui ouvre un espace de coopération entre acteurs publics et privés. La participation des habitants peut varier assez fortement : elle peut aller d’une simple information à leur inclusion dans la prise de décisions. Les processus de développement régional sont ainsi considérables sous l’angle de l’acceptation sociale. En effet, depuis les années 90, ces processus ne cherchent plus seulement à réduire l’impact sur l’environnement et à s’adapter aux changements climatiques, mais cherchent également à appliquer une forme de « justice sociale » à travers la répartition des ressources de manière équitable pour satisfaire les besoins des individus et contribuer à la stabilité de la société. Un développement régional socialement acceptable recouvre donc le sens d’une responsabilité collective envers autrui et l’environnement et donne force à l’idée d’une forme d’autogestion régionale par la coopération et l’initiative sociale.

9Le dernier thème abordé dans cet ouvrage est l’acceptation sociale d’objets du patrimoine. Protéger le patrimoine signifie de mettre en valeur des objets considérés comme ayant une valeur identitaire ou sociale. Ces objets peuvent être culturels, comme des monuments historiques ou naturels comme des écosystèmes caractérisés par leur rareté et leur richesse. La protection du patrimoine implique également la prise de mesures juridiques de protection, donc des contraintes d’aménagement, de limitation d’usage ou même d’interdiction d’accès à un terrain. La dimension identitaire des objets protégés n’est cependant pas reconnue par tous les habitants d’un territoire, surtout lorsqu’il s’agit d’objets peu évidents et controversés. Ceci est le cas d’objets qui relèvent du patrimoine industriel ou d’écosystèmes traditionnellement jugés répulsifs comme les marais, les prairies sèches et à faible valeur agricole ou des espèces considérées comme nuisibles. Pour cela, la pratique contemporaine de la protection du patrimoine a évolué vers une approche plus adaptative, capable de tenir compte des populations locales impactées, de les impliquer dans la démarche de protection et de leur montrer une perspective future.

10En s’appuyant sur des études et des observations effectués sur différents territoires, Acceptation sociale et développement des territoires a ainsi traité les principaux points envisagés dans l’acceptation sociale de projets de développement régional et territorial. Ces points sont la représentation sociale du territoire, les logiques de pouvoir entre les acteurs du territoire et les usages et la pratique du territoire en question.

Top of page

References

Bibliographical reference

Arine Kassabian, « Samuel Depraz, Ute Cornec, Ulrike Grabski-Kieron, dirs, Acceptation sociale et développement des territoires », Questions de communication, 31 | 2017, 511-513.

Electronic reference

Arine Kassabian, « Samuel Depraz, Ute Cornec, Ulrike Grabski-Kieron, dirs, Acceptation sociale et développement des territoires », Questions de communication [Online], 31 | 2017, Online since 01 September 2017, connection on 22 October 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11313

Top of page

About the author

Arine Kassabian

Vips2, Université Rennes 2, F-35000
arine.kassabian[at]univ-rennes2.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page