Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies

Jérôme Roudier, dir., Médias et cultures en dialogue

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Audiovisuel et communication, 2016, 282 pages
Olivier Kouassi Kouassi
p. 498-500
Référence(s) :

Jérôme Roudier, dir., Médias et cultures en dialogue, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Audiovisuel et communication, 2016, 282 pages

Texte intégral

1Médias et cultures en dialogue offre un regard panoramique sur la place occupée par les médias dans les processus de mutations socioculturelles et politiques. Se positionnant dans une perspective pluridisciplinaire, les différentes contributions présentent les médias comme des acteurs incontournables, des plateformes d’expression de la culture, entendue comme l’ensemble des pratiques, des croyances et de modes de vie propres à un groupe social. La lecture de l’ouvrage – qui prolonge les réflexions engagées lors de la journée d’étude du même nom qui s’est tenue le 5 avril 2012 à Lille – fait apparaître quatre points centraux : l’historique des médias en Europe ; l’impact des technologies de l’information et de la communication (tic) dans la sphère politique asiatique ; la place des médias dans les échanges culturels ; la valorisation de l’audiovisuel dans les dispositifs des tic.

2Dans « Machiavel et la communication politique » (pp. 11-23), en s’appuyant sur les écrits de Nicolas Machiavel et en remontant à ce qu’il convient d’appeler l’origine de la communication politique dans la République florentine, Jérôme Roudier présente l’organisation du pouvoir politique à cette époque comme prémices de la démocratie moderne. Comme l’indiquent les écrits du penseur italien (p. 20), l’étroit lien entre médias et politique semble se former à travers les correspondances familières qui font parfois l’objet de lectures publiques. Quoi que, dans son expression contemporaine, la politique (gestion de la cité) soit assimilée aux médias et à l’espace public, dans la République florentine, il existait « une forme embryonnaire » de communication politique mise en œuvre dans des « espaces publics » (p. 22) à travers « des instances » de dialogue « informelles » et relativement indépendantes mais dont l’influence sur l’organisation et le fonctionnement de la vie publique était réelle. Les fondements organisationnels et pratiques du journalisme moderne paraissent clairement avec l’article de Sabine Dumouchel, « Les journaux littéraires au xviiie siècle : premier espace public médiatique virtuel ? » (pp. 27-42). Le journal littéraire se veut « un outil critique » des ouvrages publiés. Sur ce fait, il faut retenir que le choix des sujets est influencé par le public qui a un droit de réponse sur la pertinence et la véracité des ouvrages publiés. On pourrait affirmer que le titre d’envoyé spécial est né à partir de cette technique structurelle et pratique des journaux littéraires du xviiie siècle (p. 33).

3L’impact des médias dans les mutations culturelles est plus perceptible dans l’examen de la pratique journalistique moderne. En effet, les articles portant sur l’Asie, dont l’un sur la Corée du Sud et l’autre sur le Japon, sont révélateurs. Hong Li analyse « L’influence des réseaux sociaux sur la vie politique de la Corée du Sud » (pp. 67-81). Longtemps considéré comme un territoire inaccessible à la démocratie moderne, le pays bascule dans ce nouvel ordre de gouvernance (démocratie) avec l’entrée en scène des tic, et notamment les réseaux sociaux, dans les campagnes électorales (p. 72). Tino Bruno propose une « Étude comparative du cadrage médiatique des manifestations antinucléaires japonaises après la catastrophe de Fukushima » (pp. 83-101). On en retient notamment que la pression diplomatique, politique et médiatique occidentale n’a pas permis de relayer à l’échelle internationale l’ampleur des manifestations antinucléaires japonaises, signal fort du désir de liberté du peuple japonais (p. 85).

4De même que ces transformations sociopolitiques en Asie, l’interculturalité s’exprime par les médias : ils sont acteurs de la visibilité et de la mobilité de pratiques culturelles locales. L’article de Zineb Majdouli consacré aux musiciens gnawas du Maroc (« Musiciens du monde, enjeux socio-spatiaux des médiations musicales », pp. 105-120) et celui de Sabine Lesenne qui analyse les danses traditionnelles tchadiennes à l’épreuve des espaces culturels occidentaux (« Espace graphique et culture traditionnelle : cinétographie Laban et danses du Tchad », pp. 123-133) confirment l’importance des médias dans la reconnaissance de certaines cultures.

5Enfin, l’ouvrage interroge l’importance des arts audiovisuels mis en scène dans les dispositifs des tic. L’exemple des réalisateurs mexicains Alejandro González Iñárritu et Carlos Reygadas cités dans l’article de Marie-Julie Catoir-Brisson, « Hybridation culturelle dans le cinéma mexicain contemporain : penser le dialogue entre espaces (inter)culturels et (inter)médiatiques à partir d’une anthropologie de la communication » (pp. 155-173), est assez parlant. Pour l’auteure, l’« hybridation » culturelle constitue le fer de lance du succès de ces réalisateurs à l’échelle internationale.

6Médias et cultures en dialogue repositionne le débat sur l’interculturalité aujourd’hui qualifiée d’élément déterminant dans la société de l’information ou de la communication. On pourrait s’interroger sur l’efficacité ou non des médias dans la promotion des valeurs culturelles universelles. De nombreuses organisations non gouvernementales, notamment l’Unesco, appellent de leurs vœux une pratique journalistique plus citoyenne et sociale. Sur cette question, l’ouvrage dresse un état des lieux satisfaisant des médias vus comme facteurs de mobilité, d’internationalisation, d’unification des cultures au sens large du terme. D’ailleurs, il se termine sur une invitation à l’éducation aux médias appréhendée comme cadre d’interculturalité. Que serait donc le poids de la culture dans ce dialogue dans la mesure où les médias semblent détenir la force absolue de faire (rendre visible) et de défaire (faire disparaître) certaines cultures, des minorités linguistiques ? Cette inquiétude est partagée dans l’ouvrage Les Médias de la diversité culturelle dans les pays latin d’Europe (A. Lenoble-Bart, M. Mathien, dirs, Bruxelles, Bruylant, 2011) qui révèle notamment que, malgré les efforts des Nations Unies dans la promotion de ce qu’on peut qualifier d’identités culturelles reculées de la civilisation, les médias généralistes d’envergure internationale paraissent muets tandis que ceux de ces « minorités » sont largement sous-représentés et donc incapables d’une auto-valorisation culturelle. Dans Médias et cultures en dialogue, il apparaît clairement que les médias fondent la société moderne en privilégiant l’expression culturelle. D’où la question d’envisager une possible mobilité culturelle en dehors des médias. Les exemples des musiciens gnawas du Maroc, des Sud-Coréens ou des Japonais présentés dans cet ouvrage comme ayant adopté de nouvelles habitudes culturelles du fait de leur exposition intensive aux médias sont évocateurs. Peut-on parler de dialogue même quand un seul acteur impose ses règles à son interlocuteur ? Dans le sens classique du terme, un dialogue présuppose qu’il y ait un certain équilibre des forces entre dialogueurs. Ce qui ne semble pas être le cas entre cultures et médias à en croire les certains chapitres. Reste encore à savoir si l’apprentissage aux médias renvoie ou contribue effectivement et forcément à l’interculturalisme comme l’indique la dernière contribution de Marlène Loicq (pp. 235-254).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Kouassi Kouassi, « Jérôme Roudier, dir., Médias et cultures en dialogue », Questions de communication, 31 | 2017, 498-500.

Référence électronique

Olivier Kouassi Kouassi, « Jérôme Roudier, dir., Médias et cultures en dialogue », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11296

Haut de page

Auteur

Olivier Kouassi Kouassi

Crem, université de Lorraine, F-54000
Kouassi-olivier.kouassi[at]univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page