Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies

Agathe Lichtensztejn, Le Selfie. Aux frontières de l’égoportrait

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Eidos, 2015, 94 pages
Brigitte Sion
p. 495-496
Référence(s) :

Agathe Lichtensztejn, Le Selfie. Aux frontières de l’égoportrait, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Eidos, 2015, 94 pages

Texte intégral

1L’étude d’Agathe Lichtenstzejn sur le selfie, publiée en 2015, est véritablement pionnière d’un phénomène que l’on peut ne pas aimer mais que l’on n’a guère le luxe d’ignorer. Ou peut-être ce livre est-il sorti trop tôt, tant le selfie, né en 2014 et déjà gravé dans les dictionnaires, a connu de nombreux avatars qui ne sont qu’effleurés ici. Mais ce petit livre a d’autres mérites : celui de situer historiquement le selfie dans l’esthétique et l’histoire de l’autoportrait ; de discuter ses éventuels échos narcissiques et de son ancrage à la fois dans la technologie portable (le smartphone), la corporéité (à bout de bras) et la photographie instantanée et de montrer clairement comment il se situe à la frontière (souvent floue) entre réel et virtuel.

2Malgré de nombreuses digressions longues et pas vraiment justifiées (on entre dans le vif du sujet qu’à la 27e page, sur 94 qu’en comporte le volume), Agathe Lichtensztejn propose une lecture solide et multiple d’un phénomène aussi volatile que varié. Elle est convaincante dans sa démonstration que le selfie n’est pas une nouvelle expression de narcissisme, mais plutôt un ancrage dans le présentéisme et l’expression d’une « identité nébuleuse en quête de reconnaissance » (p. 59). En langage anglais d’aujourd’hui, c’est la fomo, ou « fear of missing out » (et non « fear of mission out » comme on le lit p. 19). L’auteure se réfère volontiers aux grandes œuvres de l’histoire de l’art, en particulier aux Ménines de Velázquez, ses effets de miroirs, ses mises en abymes et ses autoreprésentations (Les Ménines sont aussi au centre de l’étude du selfie par Nicholas Mirzoeff dans son livre How to See the World, New York, Basic Books, 2016). Ces références assoient solidement le propos dans l’esthétique et évite l’analyse purement sociologique. En étudiant dans le détail les trois étapes de la formation de l’image (photographier, éditer, publier), l’auteure montre qu’il s’agit de se voir, se donner à voir et être vu, en utilisant diverses technologies : le smartphone, les outils d’édition (couleurs, cadrage, zoom, légende, etc.) et la mise en ligne et diffusion instantanée par les réseaux sociaux. Car un selfie n’est pas un simple cliché de soi mis en ligne. Il y a d’abord l’autoportrait et ses codes de représentation, puis la génération et la gestion de l’image avec divers moyens techniques et enfin sa publication et sa dissémination dans un cercle d’abord intime qui peut très vite s’élargir bien au-delà.

3En fin de compte, l’internet, avec sa mémoire infinie, inépuisable et indélébile, permet au selfie « d’exister en quelque sorte à jamais. Devenir son propre chantier dans l’espace d’un autre, où théâtralité et démesure sont de mise, devient alors un moyen de faire de sa vie un projet auquel le réel se fait écho en retour » (p. 92).

4C’est dans l’analyse de l’auto-référentialité du selfie que l’auteure fait des observations originales, ainsi que dans la dimension portable du selfie, sa nature la fois individuelle et répétitive, son impact performatif et surtout la conversation numérique entre réel et virtuel qu’il engendre et dont il perd rapidement le contrôle : « Il est à projeter sérieusement que la schizophrénie de demain emprunte la forme non pas d’un fractionnement dans le réel, mais d’une fracture identitaire entre réel et virtuel. Les liens entre identités virtuelle et réelle prenant le chemin risqué de devenir si ténus qu’ils pourraient bien rompre » (ibid.). Dommage de finir sur un cliché, « seul le temps nous le dira ».

5Une prochaine édition devrait prendre en compte l’évolution supersonique du selfie, et en sa récupération sociale et artistique : selfies dans les applications de rencontres ; selfies tirés sur des supports papier, agrandis, modifiés et vendus commercialement ; selfies sur des lieux tragiques et rarement appropriés à la situation (Auschwitz, Ground Zero, proximité de lieux de mort violente, etc.) et les critiques, expulsions de médias sociaux et autres réactions aux selfies dans ce contexte macabre. Un aspect à la fois corporel, technique et esthétique manque aussi à cette étude encore jeune : le rôle, le développement, l’influence et l’interdiction sporadique du selfie stick, qui élargit le contexte, le portrait et la perspective, modifiant ainsi certains critères esthétiques du phénomène.

6Il est un peu ironique que ce volume dense, consacré au selfie, comporte peu d’images desdits selfies pour illustrer le propos. En même temps, la nature numérique, transitoire et volatile de l’objet d’étude le fait se dérober à une fixation sur papier. L’auteure en est consciente et choisit la retenue dans les reproductions visuelles. Mais c’est peut-être un signe que de prochaines études sur les selfies devraient être publiées en ligne pour s’appuyer sur des images publiques, dans leur immédiateté, leur temporalité et leur viralité.

7La courte étude d’Agathe Lichtensztejn est pionnière, pas seulement en français, malgré les faiblesses dues, précisément, à la nouveauté du phénomène étudié et à son évolution rapide. Mais ce livre reste une référence pour situer le selfie moins dans l’histoire que dans différents aspects sociaux et esthétiques, moins dans l’autoportrait que dans la quête de soi, moins dans l’histoire de la photographie que dans les nouvelles possibilités qu’offre l’instantanée numérique immédiatement altérable et diffusable auprès du plus grand nombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Sion, « Agathe Lichtensztejn, Le Selfie. Aux frontières de l’égoportrait », Questions de communication, 31 | 2017, 495-496.

Référence électronique

Brigitte Sion, « Agathe Lichtensztejn, Le Selfie. Aux frontières de l’égoportrait », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11290

Haut de page

Auteur

Brigitte Sion

Global Studies Institute, université de Genève, CH-1211 Genève 4
bs[at]brigittesion.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page