Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies

Fathallah Daghmi, Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder, dirs, Médias et changements. Formes et modalités de l’agir citoyen

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2015, 246 pages
Marieke Stein
p. 489-491
Référence(s) :

Fathallah Daghmi, Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder, dirs, Médias et changements. Formes et modalités de l’agir citoyen, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2015, 246 pages

Texte intégral

1Malgré un titre peu explicite, Médias et changements. Formes et modalités de l’agir citoyen, qui réunit des chercheurs issus essentiellement des sciences de l’information et de la communication (sic), mais aussi de la science politique, de la sociologie et de l’urbanisme, constitue une utile synthèse des études récentes sur les liens entre développement des médias numériques et changements sociopolitiques. À partir d’un constat désormais établi selon lequel les mobilisations contemporaines sont étroitement liées au développement et à la démocratisation des technologies de l’information et de la communication (tic), les contributions dépassent la vision un peu trop simple selon laquelle les tic favoriseraient nécessairement les mobilisations. En effet, elles visent à répondre à une même question : l’usage des tic dans les mouvements de contestation (sociale, politique, environnementale…) permet-il une réelle mise en cause des pouvoirs en place et de l’ordre établi, une modernisation de l’espace public, voire la mise en place d’une nouvelle forme de démocratie ? Ces questions, abondamment traitées dans la littérature scientifique, trouvent ici des éléments de réponse souvent pertinents à travers douze contributions réunies en trois parties, dédiées, l’une, à la conception des nouveaux médias et de leur rôle dans les mobilisations citoyennes, l’autre, à l’usage de ces dispositifs techniques, et la dernière, aux interactions engendrées par les situations étudiées.

2La première contribution (pp. 23-46) propose une nouvelle lecture de la « fracture numérique » à travers l’analyse des compétences des usagers à circuler dans la sphère numérique. Dépassant les problèmes d’accessibilité des équipements, Serge Proulx avance la notion de « clivage numérique » qui concerne davantage des différences de modes d’appropriation des outils numériques par les usagers. L’auteur observe que l’usage que les internautes font de l’internet reproduit largement les écarts sociaux et culturels observables dans la société. La dimension critique, voire idéologique, de cette première contribution est vivifiante, notamment lorsque Serge Proulx, remarquant que le développement d’internet et des réseaux sociaux numériques aboutit à une forme d’« injonction à participer », s’interroge sur la captation et le détournement commercial des traces laissées dans l’univers numérique par les internautes. Il développe ainsi la notion de « capitalisme informationnel et communicationnel, dans lequel les liens sociaux sont l’objet de pratiques de marchandisation » (p. 37).

3Plusieurs des textes qui suivent sont consacrés aux mouvements citoyens de ces dernières années, phénomène mondial qui concerne aussi bien les pays de l’Est ou l’Amérique latine que le monde arabe. Les analyses de l’usage des outils numériques dans la mobilisation amazighe en Algérie et au Maroc (Fathallah Daghmi, Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder, pp. 61-76), des usages médiatiques des jeunes Égyptiens et Tunisiens pour contourner les interdits sociaux et religieux (Zeineb Touati, pp. 181-196), des commentaires d’actualité des jeunes Algériens (Aissa Merah, pp. 197-212) ou de la manière dont la communauté roumaine de France utilise ces outils à des fins de construction identitaire (Cristina Badulescu, pp. 77-91)… permettent de questionner l’impact des tic dans les mobilisations récentes, avec, parfois, un optimisme revendiqué, mais souvent de manière plus nuancée. Ainsi, l’étude, par Farrah Bérubé (pp. 145-160), du mouvement ♯YoSoy132 au Mexique, révèle-t-elle que les tic ont favorisé l’internationalisation du mouvement de contestation étudiante sans permettre sa pérennisation. La variété des cas étudiés illustre la diversité des postures et des stratégies militantes, en même temps que la transversalité des questions qu’elles soulèvent. Car, comme le souligne Jean-Paul Lafrance dans sa contribution (pp. 47-60), les mobilisations citoyennes sont un phénomène mondial, préexistant à l’essor des tic mais favorisé par elles, même si leur bilan, contrasté, invite à ne pas surestimer la puissance des nouveaux médias.

4La seconde partie de l’ouvrage se propose d’observer l’émergence de nouvelles formes de militantisme politique, afin d’examiner si internet permet la construction collective d’une « sphère participative accessible à tous et ouverte à tous les échanges » (p. 17). La encore, les réponses ne sont pas univoques, les différentes contributions concluant, en définitive, à un développement de lieux de débats, d’expression libre, de circulation des idées et des informations, mais pas nécessairement à la création d’espaces d’action politique efficace. Marc Lits s’intéresse ainsi aux « pétitions en ligne comme nouvel espace d’action citoyenne » (pp. 95-108), Lucie Alexis et Nancy Ottaviano (pp. 109-128) aux dispositifs de participation mis en place depuis 2009 par la mairie de Paris (« l’appel à projets innovants », « le Budget participatif »…), les deux articles proposant une analyse fine de dispositifs certes ambitieux mais qui nécessitent encore des améliorations – et notamment une meilleure prise en compte par les pouvoirs publics. De son côté, Bouchra Daoudi (pp. 129-144) s’intéresse aux mouvements de contestation des « machines à voter » selon une approche socio-historique, puis ethnologique, qui met en évidence une certaine défiance de ces militants vis-à-vis des tic et relativise « les théories d’une rupture technologique dans la pratique militante » (p. 142). Finalement, les conclusions des différentes contributions convergent : les nouveaux dispositifs socio-techniques démultiplient les espaces d’expression citoyenne, mais ils les fragmentent aussi, limitant ainsi leur portée sur les instances décisionnelles. Ce qui amène à interroger la volonté des acteurs politiques institutionnels de profiter de ces nouvelles pratiques citoyennes pour développer la concertation, certes, mais surtout… leur propre communication.

5Les contributions de la troisième partie explorent plus précisément la manière dont les nouveaux outils de mobilisation modifient les interactions entre individus, ainsi qu’entre les individus et les contextes. Est étudiée notamment la manière dont les outils numériques entraînent une modification profonde de l’agir militant, parfois au détriment de l’investissement durable pour une cause. C’est le sens de l’excellente contribution d’Aude Seurrat, Sarah Labelle, Christine Chevret et Stéphanie Kunert (pp. 163-180), qui évalue l’impact des tic, non plus seulement sur l’engagement, mais sur le désengagement citoyen. Dans l’article qu’elles consacrent à l’usage des outils socio-numériques par Amnesty International France, les auteures, complétant les enquêtes de terrain et les entretiens qu’elles ont menés auprès d’adhérents par une revue de la recherche aussi pertinente que synthétique, soulignent une ambivalence dans la conception des tic par les militants : si certains soulignent les possibilités nouvelles offertes par les médias numériques en terme de diffusion des informations, de recrutement de nouveaux adhérents et de publicisation des actions militantes, d’autres considèrent le numérique comme un facteur de décomposition du lien social, de dispersion de l’action militante, et, en définitive, de démobilisation. Le portrait, tout à fait pertinent, du militant d’aujourd’hui est tracé : impliqué dans des causes multiples, sans forcément de continuité dans son engagement – c’est « l’engagement distancié », théorisé par Jacques Ion puis repris par Fabien Granjon (Matériaux pour l’histoire de notre temps, 79, 2005, pp. 24-29), ou le « click activisme » (Gille Pleyers, « Introduction », Réseaux, 181, 2013, pp. 9-21), notions intelligemment exploitées pour éclairer les résultats des enquêtes exposées.

6L’intérêt de l’ouvrage, ou du moins de plusieurs de ses contributions, est de ne pas céder à un « enchantement » (p. 17) face aux nouveaux outils numériques de la mobilisation, mais bien d’en mettre les impacts réels en question(s), en reconnaissant leurs apports (démultiplication et libération de la parole citoyenne, ouverture de nouveaux lieux d’échange…) mais en soulignant aussi leurs effets pervers : affaiblissement du lien social entre individus, éclatement énonciatif, dérive marchande, déstructuration et fragmentation des engagements, dispersion de militants « multi-positionnés » (Aude Seurrat, Sarah Labelle, Christine Chevret, Stéphanie Kunert, p. 172). Ni simplificateur ni univoque, Médias et changements est d’autant plus stimulant pour la réflexion que la plupart des contributions présentées proposent des références bibliographiques récentes et bien choisies, qui sont autant d’entrées utiles pour le chercheur intéressé par le rôle des médias numériques dans l’engagement citoyen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marieke Stein, « Fathallah Daghmi, Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder, dirs, Médias et changements. Formes et modalités de l’agir citoyen », Questions de communication, 31 | 2017, 489-491.

Référence électronique

Marieke Stein, « Fathallah Daghmi, Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder, dirs, Médias et changements. Formes et modalités de l’agir citoyen », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11281

Haut de page

Auteur

Marieke Stein

Crem, université de Lorraine, F-57000
marieke.stein[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page