Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Erwin Panofsky, Galilée critique d’art

Trad. de l’anglais par Nathalie Heinich, Paris, Éd. Les Impressions nouvelles, coll. Réflexions faites, 2016, 112 pages
Jean-François Clément
p. 474-475
Référence(s) :

Erwin Panofsky, Galilée critique d’art, trad. de l’anglais par Nathalie Heinich, Paris, Éd. Les Impressions nouvelles, coll. Réflexions faites, 2016, 112 pages

Texte intégral

1Erwin Panofsky est célèbre pour la qualité de ses analyses d’histoire de l’art et d’esthétique. On sait moins, malgré une première traduction française parue en revue en 1983 (« Galilée critique d’art », pp. 203-236, in : Chastel A. éd., Pour un temps, Erwin Panofsky, Paris/Aix-en-Provence, Centre Pompidou/Pandora), qu’il est aussi l’auteur d’une étude des goûts littéraires et artistiques de Galilée, initialement publiée en 1954 (Galileo as a Critic of the Arts, The Hague, Nijhoff). Celle-ci fut rapidement lue par l’épistémologue et historien des sciences Alexandre Koyré qui en fit un compte-rendu très élogieux (« Attitude esthétique et pensée scientifique. Compte rendu de Erwin Panofsky, Galileo as a critic of the arts, Paris », Critique, 1955, xii, pp. 100-101). En effet, Erwin Panofsky décelait une attitude commune entre le Galilée scientifique et le Galilée esthète allant même jusqu’à l’idée que les préférences artistiques du jeune Galilée avaient pu avoir un effet dans l’histoire des sciences occidentales et dans ses choix scientifiques et sa perception du cosmos et surtout dans son « oubli » des lois de Képler qu’il connaissait pourtant. C’est dans la mise en évidence d’un noyau cognitif commun s’exprimant dans des domaines apparemment très différents que réside l’intérêt majeur de ce livre publié une première fois chez le même éditeur en 2001.

2Les goûts esthétiques de Galilée se sont construits sur une idée centrale selon laquelle il conviendrait, de manière prioritaire, d’éviter toute forme de confusion. Ainsi, si l’on décide de considérer, après 1400, peinture et sculpture non plus comme des formes d’artisanat destinées à la seule décoration, mais comme des arts libéraux, sans plus confondre les deux domaines, il convient de se demander quelle forme d’art a la prévalence sur l’autre (pp. 50-58). C’est ce que fait Galilée dans une lettre de 1612. La sculpture (imitative et à l’échelle 1/1) peut assez facilement faire croire à la présence d’êtres humains ou d’éléments naturels. On doit donc lui préférer les arts du dessin dont la peinture, qui montre aussi, mais autrement, le relief, alors que ce dernier disparaît des sculptures en l’absence de lumière. La distance entre l’objet représenté et la représentation est alors assez grande pour qu’on évite toute confusion. Chaque discipline doit avoir son autonomie et ne pas se confondre avec les autres. Un géomètre sait faire des anamorphoses. On ne voit pas ce qu’elles pourraient venir faire dans la peinture.

3Mais la pensée de Galilée s’est construite sur un second présupposé qui est une préférence pour ce qui est conçu comme étant simple (p. 64 sqq.). Il n’est nullement nécessaire d’en rajouter comme dans le maniérisme qui produit des images invraisemblables. On voit alors une autre forme de confusion puisqu’on croit qu’on a de l’imagination, dès lors qu’on entasse des corps d’hommes ou de chérubins dans l’espace.

4Bref, mû par ce que Nathalie Heinich appelle un « purisme critique » (p. 6), Galilée se rebelle contre toutes les formes de complexités inutiles à ses yeux. Cela vise à la fois des hommes de lettres, des artistes et des scientifiques. En littérature par exemple, si l’on choisit la fiction, il lui paraît préférable de lire le Roland furieux d’Arioste et d’abandonner la Jérusalem délivrée du Tasse où il y aurait peut-être trop de fantastique et certainement trop d’allégories. En peinture, Galilée, ami du peintre Ludovico Cigoli, souhaite que l’on revienne aux formes plus simples de la période précédente comme celles que produisit Raphaël, très différentes de celles d’Annibale Carraci, un des frères Carrache, ou de Giorgio Vasari, promoteurs du maniérisme.

5Dans le domaine des sciences, Galilée refuse les cabinets de curiosités où tout se mélange et il préfère les espaces de rangement où tout est classé et ordonné à partir de principes clairs (p. 53). Cela jouera en particulier dans sa conception de la mécanique et des mouvements du corps humain. En astronomie, il préfèrera les trajectoires circulaires des planètes autour du soleil ou le mouvement circulaire parfait de la terre autour de son axe. Il refusera de prendre en compte l’idée de Képler selon laquelle les planètes tourneraient autour du soleil selon des ellipses. Celles-ci lui paraissent, en effet, être des cercles imparfaits où s’introduit une relative linéarité. Erwin Panofsky se propose d’expliquer cette omission par Galilée des trois lois de Képler, ce qui est un blocage dans l’histoire de la science sans qu’on puisse pour autant dire, selon lui, que Képler est supérieur à Galilée. Il le fait par le rappel des présupposés à l’œuvre dans les jugements de goût relatifs à la littérature, la peinture et également à la musique.

6L’historien de l’art donne une leçon exemplaire. Des changements collectifs apparaissent dans l’histoire de différents moyens d’expression ou de connaissance comme les arts ou la science. On se trouve, on le sait, à l’époque de la révolution copernicienne. Et, pourtant, des influences d’un champ sur l’autre sont perceptibles comme il en donne un exemple avec les lettres de Galilée. Mais en même temps, en raison de choix personnels de présupposés – qui peuvent aider la recherche ou servir d’obstacles épistémologiques – les synchronies ne sont que partielles. On a là l’une des règles fondamentales d’un discours de la méthode qui porterait sur la présentation de la notion de complexité dans la compréhension des évolutions culturelles.

7Erwin Panofky se livre à un exercice extrêmement savant et très documenté. Il aurait pu se poser d’autres questions. Comment se sont construits les présupposés de Galilée ? Les arguments « rationnels » qu’il imagine pour montrer la supériorité de la peinture sur la sculpture, par exemple, sont-ils si rationnels ou ne dévoilent-ils pas l’amitié qu’il entretint sa vie durant avec un peintre ? S’il avait noué la même relation avec un sculpteur, quelle thèse aurait-il soutenue ? Le hasard – relatif – peut aussi produire des « causalités » apparentes, autre expression de la complexité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Clément, « Erwin Panofsky, Galilée critique d’art », Questions de communication, 31 | 2017, 474-475.

Référence électronique

Jean-François Clément, « Erwin Panofsky, Galilée critique d’art », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11256

Haut de page

Auteur

Jean-François Clément

clementjf[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page