Navigation – Plan du site
Notes de recherche

La présentification de l’absence historiographique : une esthétique de l’excentricité narrative

La Seine était rouge. Paris, octobre 1961 de Leïla Sebbar
The Presentification of the Historical Absence: an Aesthetic of Narrative Eccentricity. The example of Leïla Sebbar’s La Seine était rouge. Paris, octobre 1961
Hélène Crombet
p. 355-371

Résumés

À partir d’une approche narratologique, nous nous attachons à analyser un exemple de récit romanesque d’un événement de l’Histoire, en le confrontant à l’écriture historiographique. La texture narrative de La Seine était rouge. Paris, octobre 1961 tend effectivement à présentifier l’absence inhérente à la représentation d’un fait de l’Histoire : par son caractère multifocal et fragmentaire, elle paraît rendre visible l’excentricité du passé qui se refuse à toute velléité d’exhaustivité relative, dans la volonté d’établir un contrat de transparence avec le lecteur. Quoiqu’elle paraisse s’opposer en ce sens à l’écriture historiographique, nous montrons que cette texture reposant sur un principe de désordre narratif apparent ne saurait faire oublier la subjectivité de l’auteure, qui préside à toute relation de faits passés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une narration enchevêtrée de visions partiales autour de la journée du 17 octobre 1961
Une narration enchevêtrée de la journée du 17 octobre 1961 à Paris
Une narration multifocale
Des focalisations biaisées et stéréotypées
Présentifier l’absence inhérente à la représentation de l’Histoire
Le caractère aporétique de la représentation de l’Histoire
Une esthétique du « décept » : des personnages « ordinaires »
Une narration tout en bribes
Un « chaos ordonné »
La lecture comme acte de reconfiguration de l’Histoire ?
Un désordre chaotique apparent : la subjectivité de l’auteure
Conclusion

Aperçu du début du texte

Un « chaos à écrire ». En ces termes, Gabrielle Napoli (2008) devait présenter la dimension éminemment sibylline de la représentation historique : « Aucun événement passé, aussi simple qu’il paraisse, n’est univoque. Il refuse la simplification, la schématisation des personnages qui font l’Histoire […] ». Pénétré de part en part d’enchevêtrements, pétri de complexité, l’événement historique semble se dérober à toute velléité relative d’exhaustivité : essentiellement absent, le passé paraît faire défaut, excédant immanquablement par son caractère protéiforme la parole qui voudrait l’enserrer dans l’enclosure d’une complétude narrative. Tout discours cherchant à relater des faits du passé serait ainsi aux prises avec une difficulté fondamentale : celle du « tiers absent » (Certeau, 1975 : 60). Confrontée à ce chaos dont il s’agit d’offrir une cohérence, l’écriture historiographique tend à en lisser les aspérités : l’historien, écrit Marc Bloch (2006 : 839), « n’a pas pour ambition de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Crombet, « La présentification de l’absence historiographique : une esthétique de l’excentricité narrative », Questions de communication, 31 | 2017, 355-371.

Référence électronique

Hélène Crombet, « La présentification de l’absence historiographique : une esthétique de l’excentricité narrative », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11189 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11189

Haut de page

Auteur

Hélène Crombet

Médiation, information, communication, arts
Université Bordeaux Montaigne
F-33607
helene.crombet[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page