Navigation – Plan du site
Notes de recherche

La médiatisation du burn out dans la presse écrite

Le cas du quotidien Le Monde
The burn out’s mediatization on the written press: case study about Le Monde
Christine Chevret-Castellani
p. 335-353

Résumés

Les médias français s’intéressent au syndrome d’épuisement professionnel, surtout depuis la vague de suicides dans les grandes entreprises publiques, en 2007. Nous envisageons l’usage de l’expression « burn out » dans la presse écrite en partant de l’idée que le lexique fait l’objet d’enjeux socio-politiques. À partir d’une contextualisation de cet usage et pour circonscrire son introduction dans le débat public, nous le situons plus précisément dans les publications du quotidien Le Monde. Nous dégageons différents moments discursifs qui permettent de situer des significations plurielles de cette expression. Après avoir interrogé les caractéristiques de ces différents moments, nous nous demandons s’il est possible d’envisager un figement de « burn out », voire la construction d’une formule, c’est-à-dire la cristallisation d’enjeux socio-politiques dans le discours.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les significations socio-politiques du burn out
Le burn out comme pathologie sociale
Les causes socio-politiques du burn out
Le contexte médiatique du traitement du phénomène de burn out par la presse écrite
Description du corpus : l’hétérogénéité temporelle
Analyse du corpus : l’hétérogénéité dans le traitement du sujet
Caractéristiques dégagées de l’étude du corpus de presse écrite
Les « moments discursifs » relatifs au « burn out » dans Le Monde
Description des éléments de corpus : l’année 2009 comme rupture
Analyse des éléments de corpus : des visées informatives et explicatives
Analyse lexicométrique des « moments discursifs »
Des différents « moments discursifs » au figement
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’information sur le phénomène de burn out, syndrome d’épuisement fréquemment apparenté à une souffrance au travail, s’est répandue dans l’espace public à partir de la médiatisation des suicides chez Renault et à edf, en 2007, puis à France Télécom. C’est surtout en 2009 que l’évocation dans les médias de ce phénomène devient particulièrement significative. Comme l’indique Christian Bourion (2010 : 214), « le nombre de canaux qui répercutent le thème de la souffrance au travail a littéralement explosé. Au cours de la seule année 2009, il se tient presque autant de manifestations sur ce thème que pendant le reste de la décennie ». On se souvient, par ailleurs, combien la reprise des propos du pdg de France Télécom, Didier Lombard, tenus dans Le Monde (« La première urgence c’est d’arriver à stopper le phénomène de contagion, en finir avec cette mode des suicides », Le Monde, 17/09/2009) a eu pour finalité de susciter l’émotion dans l’opinion. La reprise dans les autres médias a eu po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Chevret-Castellani, « La médiatisation du burn out dans la presse écrite », Questions de communication, 31 | 2017, 335-353.

Référence électronique

Christine Chevret-Castellani, « La médiatisation du burn out dans la presse écrite », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11178 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11178

Haut de page

Auteur

Christine Chevret-Castellani

Laboratoire des sciences de l’information et de la communication
Université Paris 13
F-93430
christine.chevret[at]univ-paris13.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page