Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Pour une analyse informatisée de la critique de cinéma. Ce que dit la critique de la structure du champ cinématographique

Towards a Computerized Analysis of Movie Review. What the Film Review Says About the Structure of the Film Industry
Michaël Bourgatte
p. 315-333

Résumés

Dans le cadre d’une réflexion conduite sur l’usage des technologies numériques pour l’analyse des normes et des formes textuelles de la critique de cinéma, nous avons réuni les critiques produites dans Télérama et Le Parisien autour d’un corpus de 40 films, ainsi qu’un ensemble de 15 930 critiques ordinaires produites par les usagers du site internet Allociné sur ce même ensemble de films. Le résultat de l’étude est que la critique professionnelle et la critique ordinaire se distinguent formellement : la première contient des marqueurs lexicaux et syntaxiques attestant d’un travail d’objectivation et de mise à distance du propos quand la seconde se caractérise par davantage de subjectivité et l’engagement du locuteur dans son propos. La recherche montre toutefois que ces deux ensembles de critiques se rejoignent dès lors qu’on les analyse au regard des types de films sur lesquels elles portent.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Identifier des motifs stylistiques au sein de la critique de cinéma grâce à l’outil informatique
Faire de la critique professionnelle c’est tenter d’objectiver son propos
La critique ordinaire : parler de cinéma, c’est aussi (et surtout ?) parler de soi
Des variations dans les critiques en fonction des types de films critiqués
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le cinématographe est une attraction foraine qui est née à la fin du xixe siècle. À l’origine, les publics ne se préoccupent guère du contenu des films. Ils se déplacent avant tout dans les arrières salles de cafés pour se délecter des images animées qui y sont projetées. Dès lors qu’une exploitation professionnelle se met en place et que l’industrie cinématographique amorce un tournant commercial, on voit émerger dans la presse une critique cinématographique qui met en mots les images animées (Ciment, Zimmer, 1997). Cette critique est d’abord exclusivement professionnelle, mais on verra rapidement apparaître une critique amateur « dont les caractéristiques avaient été imaginées dès 1919 par le critique Louis Delluc, lors de la création de Ciné pour tous » (Sellier, 2013).

Cette glose (professionnelle et amateur) devient quasi inséparable du visionnement lui-même des films de cinéma. Dès lors, chaque spectateur de cinéma est confronté à la critique tout au long de sa vie. Et quand il...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Bourgatte, « Pour une analyse informatisée de la critique de cinéma. Ce que dit la critique de la structure du champ cinématographique », Questions de communication, 31 | 2017, 315-333.

Référence électronique

Michaël Bourgatte, « Pour une analyse informatisée de la critique de cinéma. Ce que dit la critique de la structure du champ cinématographique », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11167 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11167

Haut de page

Auteur

Michaël Bourgatte

Religion, culture et société
Institut catholique de Paris
F-75006
michael.bourgatte[at]gmail.com

Articles du même auteur

  • Mike Davis, Dead Citie [Texte intégral]
    Trad. de l’anglais par Maxime Boidy et Stéphane Roth,Paris, Éd. Les Prairies ordinaires, coll. Penser/Croiser, 2009, 137 p.
    Paru dans Questions de communication, 17 | 2010
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page