Navigation – Plan du site
Échanges

À quelles conditions est-il possible de faire une narratologie comparée ?

Under what Conditions it is Possible to do a Comparative Narratology?
François Jost
p. 265-278

Résumés

Bien que Roland Barthes, dans son article programmatique « Introduction à l’analyse structurale des récits » (1966), ait écrit que le récit pouvait être véhiculé aussi bien par la langue que par l’image, certains narratologues, Gérard Genette en tête, considèrent que le film « ne raconte pas » à proprement parler, voire que le film n’a pas de narrateur. Cette position qui émane de la narratologie littéraire est problématique et étonnante quand on connaît les très nombreux ouvrages consacrés à cette question par les spécialistes du récit cinématographique. Entre l’autonomie des narratologies et l’aspiration à une théorie générale, il est donc urgent de suivre une troisième voie : la narratologie comparée. Quelles sont les conditions de possibilité d’une telle narratologie ? Pour répondre à cette question, on s’interroge d’abord sur ce que signifie le dépassement de la théorie structurale du récit. Est-ce un changement de paradigme ou résulte-t-il d’un changement des objets d’étude ? Cet article apporte d’abord une réponse en considérant le rôle de la structure dans l’écriture de certains récits (comme les séries télévisuelles) et, même dans la réception avec des pratiques comme le speed watching. Dans un second temps, il montre que des objets multiples comme en donne à voir le transmédia font exploser l’approche structurale et oblige à une approche pragmatique. Cette extension méthodologique vers le contexte incite à ne plus penser la narratologie en fonction des seules matières de l’expression, mais à s’interroger sur ce que signifie une « narratologie médiatique ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le récit est-il vraiment partout ?
Où sont les structures ?
Une narratologie forcément pragmatique
Une narratologie médiatique ?
Conclusion : les obstacles institutionnels

Aperçu du début du texte

Bien que l’article de Raphaël Baroni (2016) évoque dans son titre « L’Empire de la narratologie », sa lecture convainc rapidement que celui-ci a vu son territoire se rétrécir au fil des ans en même temps que son pouvoir sur les contrées voisines, théories littéraires ou études cinématographiques. En revanche, comme il le souligne très justement, le récit, lui, n’a cessé de se diversifier, touchant des rivages que le Roland Barthes (1966) de l’« Introduction à l’analyse structurale du récit » ne pouvait même pas imaginer tant ils étaient éloignés des objets narratifs des années 60 : les jeux vidéo, les webséries ou les romans interactifs. Pour faire court : le récit est partout et c’est dans son empire et sous son emprise que nous vivons.

Comment expliquer alors que la discipline qui se donne pour tâche de le conceptualiser et de le penser soit reléguée dans les profondeurs de l’Université ? Pour moi, cette question s’est posée avec acuité au moment où est paru un livre – Storytelling...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Jost, « À quelles conditions est-il possible de faire une narratologie comparée ? », Questions de communication, 31 | 2017, 265-278.

Référence électronique

François Jost, « À quelles conditions est-il possible de faire une narratologie comparée ? », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11141 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11141

Haut de page

Auteur

François Jost

Communication, information, médias
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
F-75005
francoisjost[at]ceisme.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page