Navigation – Plan du site
Échanges

Des récits en général, de la narratologie en particulier

(et de quelques autres considérations sur l’état du monde académique dans nos sociétés libérales)
About Narratives in General, Narratology in Particular (and about some other Considerations on the Academic World in our Liberal Societies)
Alain Rabatel
p. 245-263

Résumés

En premier lieu, l’article revient sur la situation paradoxale de la crise de la narratologie en insistant sur la fragilité d’un expansionnisme miné par l’empirie, en raison du lien distendu des travaux actuels avec les cadres théoriques de la narratologie, réduits à une boîte à outils sommaire déconnectée des enjeux interprétatifs. Par-delà la critique facile du formalisme, il inscrit la suspicion envers les modélisations théoriques dans une crise plus vaste, culturelle et politique. En deuxième lieu, il répond à l’interpellation de Raphaël Baroni s’interrogeant sur les réticences de certains chercheurs à se considérer comme des narratologues alors que leurs travaux ont renouvelé l’analyse des récits ; en appui sur ses travaux, l’auteur dégage certains de ses désaccords avec les théories du récit des années 70. Dans un troisième temps, l’auteur essaie de préciser les concepts pragma-énonciatifs, rhétorico-textuels caractéristiques de sa démarche qui transcendent la catégorie récit. En quatrième lieu, l’article discute quelques propositions institutionnelles ou académiques relatives à la place de la narratologie ou à celle d’autres cadres théoriques contributifs de l’analyse des récits. Il traite notamment des conditions susceptibles de faciliter les échanges interdisciplinaires et d’améliorer l’offre de formation à destination des étudiants et, plus particulièrement, des futurs enseignants de langues et lettres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les constats académiques et leur arrière-plan idéologique et politique
Constats négatifs
Des pratiques positives à affermir
Mes divergences avec la narratologie
Un cadre pragma-énonciatif translinguistique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Je réponds à l’invitation à la réflexion lancée par Raphaël Baroni (2016) dans Questions de communication pour échanger avec tous ceux qui s’intéressent aux récits et à leur analyse. Le lecteur remarquera que je déplace, dès le titre de mon travail, l’ordre des préoccupations de Raphaël Baroni. C’est que, pour le dire d’entrée de jeu – en espérant que le lecteur ne verra pas dans cet aveu un motif à ne pas poursuivre sa lecture –, je ne suis pas narratologue et ne me suis jamais réclamé de ce paradigme. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas discuter avec les narratologues ! Je voudrais commencer par remercier Raphaël Baroni d’avoir répondu à l’invitation de Béatrice Fleury et de Jacques Walter, tout comme je suis sensible au fait qu’il ait manifesté de longue date une curiosité à l’égard de nombreux travaux qui ne relèvent pas explicitement de la narratologie (dont les miens).

Je commencerai par revenir sur le constat dressé par Raphaël Baroni, que je partage largement. Mais surto...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rabatel, « Des récits en général, de la narratologie en particulier », Questions de communication, 31 | 2017, 245-263.

Référence électronique

Alain Rabatel, « Des récits en général, de la narratologie en particulier », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11132 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11132

Haut de page

Auteur

Alain Rabatel

Interactions, corpus, apprentissages, représentations
Université Lumière Lyon 2, ens-Lyon
Université Claude Bernard Lyon 1, espé
F-69007

Alain.Rabatel[at]univ-lyon1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page