Navigation – Plan du site
Échanges

La pratique narratologique

The Narratological Praxis
Arnaud Schmitt
p. 215-229

Résumés

Je reviens sur trois aspects développés par Raphaël Baroni dans « L’Empire de la narratologie, ses défis et ses faiblesses » : l’histoire de cette discipline, ses frontières et sa place à l’université (principalement française). Dans un premier temps, je m’efforce de démontrer que plus que géographique, sa logique historique est bipolaire ; selon moi, la narratologie est définie par les deux pôles qui déterminent sa cohérence disciplinaire depuis plusieurs décennies : elle oscille en effet, selon l’approche que l’on revendique, entre le formalisme et la théorie de la réception. J’avance ensuite que ce pôle appelé par les américains « reader-oriented » est celui qui a mené la narratologie à élargir ses frontières afin d’intégrer des outils d’analyse provenant d’autres champs, telles que les sciences cognitives. Néanmoins, afin de ne pas perdre sa cohérence disciplinaire, la narratologie ne doit pas perdre de vue la praxis qui la sous-tend, l’analyse étroite du texte. Enfin, je démontre que, pour diverses raisons structurelles, la place de la narratologie française à l’Université n’a jamais été aussi fragile, et reste menacée par la « logique géographique » qui structure les études littéraires en France.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La taille de l’empire et son histoire
Les frontières de la narratologie
La narratologie à l’Université
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans « L’empire de la narratologie, ses défis et ses faiblesses », Raphaël Baroni (2016) dresse un tableau à la fois précis et complet, véritable gageure, de l’état des études narratologiques aujourd’hui. Sa profonde connaissance du sujet lui permet de saisir de manière concise l’évolution historique d’une discipline qui n’a pas toujours été perçue comme telle, et d’en présenter les principaux enjeux. J’en retiens cinq : un certain déclin de la narratologie à l’aube du xxie siècle, après l’âge d’or des années 70 ; une évolution entropique des études narratives – qui dépassent largement le cadre de la narratologie – due en grande partie à l’ubiquité du récit comme objet d’étude pluridisciplinaire (« l’empire du récit ») ; les indéniables implications éthiques découlant de cette entropie ; enfin, la nécessité pour la narratologie d’exister en tant que lieu institutionnel, discipline à part entière, et non simple « boîte à outils ».

Faire l’économie d’une réflexion sur ces cinq aspects...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Schmitt, « La pratique narratologique », Questions de communication, 31 | 2017, 215-229.

Référence électronique

Arnaud Schmitt, « La pratique narratologique », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11117 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11117

Haut de page

Auteur

Arnaud Schmitt

Cultures et littératures des mondes anglophones
Université de Bordeaux
F-33000
arnaud.schmitt[at]u-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page