Navigation – Plan du site
Échanges

La narratologie dans tous ses états

Béatrice Fleury et Jacques Walter
p. 183-197

Résumé

Dans la 30e livraison de Questions de communication, le narratologue Raphaël Baroni explique que, après avoir connu son heure de gloire dans les années 1965-1975, la narratologie serait aujourd’hui « relativement moribonde ». Un constat qui tranche avec le « tournant narratif » des années 80 et le déferlement des formes narratives qui s’ensuivit. Pour discuter ses propositions, sept chercheur.e.s de disciplines différentes – littérature, études culturelles, linguistique, sciences de l’information et de la communication – s’emploient à comprendre la configuration des études sur le récit et la façon dont celles-ci se développent dans le champ contemporain du savoir et des pratiques sociales. En débattant et en mettant en perspective plusieurs aspects abordés dans le texte princeps de Raphaël Baroni, ce sont plus particulièrement trois questions qui sont retenues : « De la pertinence d’un retour aux sources ? », « Crise de la narratologie ou crise culturelle ? », « La narratologie est-elle soluble dans les sciences de l’information et de la communication ? ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

De la pertinence d’un retour aux sources ?
Crise de la narratologie ou crise culturelle ?
La narratologie est-elle soluble dans les sciences de l’information et de la communication ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

In memoriam
Tzvetan Todorov (1939-2017)

Dans la 30e livraison de Questions de communication, le narratologue Raphaël Baroni, enseignant-chercheur à l’Université de Lausanne, explique que, tout en ayant connu son heure de gloire dans les années 1965-1975, la narratologie serait aujourd’hui « relativement moribonde » (Baroni, 2016 : 219). Un constat qui tranche avec le « tournant narratif » des années 80, fondé sur l’idée que « nos identités, notre rapport au temps, à notre société ou à notre histoire, collective ou individuelle, [sont] le produit d’une forme de construction narrative ou de ce que Paul Ricœur a appelé, peut-être improprement, une “mise en intrigue” dont la fonction serait de configurer nos expériences ou les événements du passé » (ibid. : 221). Retraçant les répercussions de cette approche sur les sciences humaines et sociales (SHS) mais aussi sur certains pans du monde social, Raphaël Baroni évoque le déferlement des formes narratives. Une « montée en puissance » (ibid...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Fleury et Jacques Walter, « La narratologie dans tous ses états », Questions de communication, 31 | 2017, 183-197.

Référence électronique

Béatrice Fleury et Jacques Walter, « La narratologie dans tous ses états », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11109

Haut de page

Auteurs

Béatrice Fleury

Centre de recherche sur les médiations
Université de Lorraine
F-54000
beatrice.fleury[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Jacques Walter

Centre de recherche sur les médiations
Université de Lorraine
F-57000
jacques.walter[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page