Navigation – Plan du site
Dossier. Humanités numériques, corpus et sens

Signifiant et significatif. Réflexions épistémologiques sur la sémiotique et l’analyse des données

Meaningful and Significant. Epistemological Reflections on Semiotics and Data Analysis
Dario Compagno
p. 49-70

Résumés

L’article porte sur l’analyse de données en sciences humaines et sociales, en particulier selon une perspective sémiotique. Nous montrerons les affinités épistémologiques entre méthodes numériques et analyse sémiotique immanente. Ensuite, nous défendrons l’idée selon laquelle la discussion actuelle sur les limites des méthodes numériques reprend certaines des critiques qui ont suscité la constitution d’une approche pragmatique en sémiotique : l’analyse ne peut être détachée de l’interprétation. Cela peut conduire à formuler des méthodes quali-quantitatives d’enquête, qui sont plus qu’une juxtaposition de méthodes quantitatives et qualitatives traditionnelles. En effet, il s’agit d’identifier des procédures pour la transformation des expressions, capables de retrouver leur sens et leur dimension sociale sans aller au-delà des données. À cette fin, il est nécessaire de dépasser l’opposition entre qualitatif et quantitatif en couplant compétences statistiques et sémiotiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Pas d’analyse sans interprétation
Qualitatifs et quantitatifs
Signifiant et significatif
Transformer plus pour comprendre mieux
Un exemple d’analyse : retour sur expérience
Conclusion

Aperçu du début du texte

Il existe une affinité entre les tournants structuraliste et numérique dans les sciences humaines. Cette affinité profonde va bien au-delà de ce que l’on pourrait voir d’emblée. À sa naissance, la sémiotique structurale se voulait la plus qualitative de toutes les sciences humaines, s’ancrant au coup de force théorique de Louis Hjelmslev (1943 : 12), selon lequel il faut éliminer de l’analyse toute composante substantielle : « La linguistique doit chercher à saisir le langage non comme un conglomérat de faits non linguistiques (physiques, physiologiques, psychologiques, logiques, sociologiques), mais comme un tout qui se suffit à lui-même, une structure sui generis ». Cette proposition semble affranchir le sémiologue de toute quantification si, par définition, on ne peut mesurer que ce qui est en quelque sorte contingent. Les analyses sémiotiques sont effectivement libres des considérations statistiques pour se concentrer sur la saisie formelle des fonctions sémiotiques : les règles...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dario Compagno, « Signifiant et significatif. Réflexions épistémologiques sur la sémiotique et l’analyse des données », Questions de communication, 31 | 2017, 49-70.

Référence électronique

Dario Compagno, « Signifiant et significatif. Réflexions épistémologiques sur la sémiotique et l’analyse des données », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11048 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11048

Haut de page

Auteur

Dario Compagno

Centre de recherche sur les médiations
Université de Lorraine
F-57000
dario.compagno[at]univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page