Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Tiphaine Zetlaoui, Société numérique

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. De Visu, 2016, 123 pages
Jérôme Roudier
p. 485-486
Référence(s) :

Tiphaine Zetlaoui, Société numérique, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. De Visu, 2016, 123 pages

Texte intégral

1Société numérique est un ouvrage de Tiphaine Zetlaoui édité aux éditions l’Harmattan dans la collection « De Visu », dirigée par Yannick Lebtahi. Conformément à l’esprit de cette collection, ce livre propose une introduction à une problématique contemporaine française portant sur la communication. L’objectif est large puisqu’il s’agit, comme l’indique le titre, d’étudier notre société numérique. Cette expression désigne ici tous les aspects de la société française qui ont partie liée avec le numérique (ces nouveaux moyens de communication et de transport de l’information que sont le web, les multimédias et l’informatique) depuis le droit jusqu’aux pratiques individuelles. Tiphaine Zetlaoui a choisi de présenter les approches du numérique par les acteurs principaux de nos sociétés et de s’interroger sur ce qui anime leurs actions, ce qui structure leurs discours. L’ouvrage présente ainsi trois pôles de pouvoir : le pouvoir politique et étatique, le pouvoir économique et le pouvoir artistique. La dernière partie, épistémologique, présente une conclusion audacieuse sous la forme d’un authentique programme de recherche.

2Le premier chapitre (pp. 11-53) présente l’attitude de l’État français face à cette innovation. La chercheuse montre l’importance de la récurrence des discours et des attitudes des représentants de l’État depuis le milieu du xixe siècle. Face au télégraphe électrique, déjà, on espère des miracles et la peur de rater le changement technologique majeur et ses bienfaits supposés entraîne une adhésion fort peu critique. Par cette entrée à la fois conceptuelle et historique, l’auteure permet de comprendre les développements les plus récents et les plus techniques des politiques des pouvoirs publics. L’attitude de l’État vise à favoriser « le développement des ntic en incitant les entreprises et les citoyens à les utiliser » (p. 11). Les collectivités territoriales adoptent des attitudes plus variées face à cette nouvelle société numérique. Si certaines prolongent avec enthousiasme la course en avant, d’autres font preuve de plus de scepticisme. L’ensemble du chapitre montre avec clarté un pouvoir central se constituant comme une force d’impulsion à ce qu’il estime être un facteur important de progrès, de développement économique et de lien social, poursuivant sans l’interroger l’attitude saint-simonienne. Les cybernéticiens perpétuent cette tradition, persuadés que les technologies de la communication sont par elles-mêmes vecteur de lien social. Pierre Musso, Philippe Breton et Lucien Sfez sont alors convoqués pour indiquer que la recherche en communication invite à un scepticisme sur les bienfaits automatiques de la révolution numérique pour la société : « La communication est une valeur plutôt posée en creux » (p. 53).

3Le deuxième chapitre (pp. 55-87) propose un état de l’économie numérique, plus précisément des réseaux de télécommunication (tv, radio, internet). L’authentique libéralisation du marché français débute en 1982 et elle est véritablement effective en 1996. Toutefois, elle s’accompagne d’une forte volonté de régulation par l’État qui implante des hautes autorités de régulation, dites « indépendantes », dans les secteurs de la télématique, la téléphonie mobile et internet : « Le développement de ces autorités semble signaler une volonté gouvernementale […] de montrer qu’il agit sur le marché dans un esprit d’impartialité » (p. 64). Judicieusement, Tiphaine Zetlaoui constate la réalité d’une économie mixte, où l’État, autorité morale, est également un acteur économique via le service public. À cette description fait pendant une analyse de la régulation par les acteurs eux-mêmes, porteurs de débats sur les limites économiques et éthiques de leurs métiers. Sur ce point, les pouvoirs publics renvoient dans leurs discours aux débuts libertaires du net. Tiphaine Zetlaoui montre leur naïveté en rappelant les stratégies commerciales des grands groupes leaders en matière numérique (Apple, Facebook…). La conclusion du chapitre est pessimiste sur la capacité des pouvoirs publics à promouvoir une démarche éthique permettant d’entendre les lanceurs d’alerte.

4Le monde de la culture et de la contre-culture fait l’objet d’un trop court troisième chapitre (pp. 89-107). Après un rappel des origines libertaires du net et de la permanence d’activistes, Tiphaine Zetlaoui présente lapidairement l’utilisation par l’art contemporain des possibilités du numérique. En revanche, le propos s’ouvre à d’autres pratiques inattendues et rafraichissantes, comme celui d’une chorégraphe, Sarah Nouveau, ou de skaters. L’auteure propose ainsi une réflexion sur les usages quotidiens du numérique où les interrogations les plus récentes sur la Troisième Révolution Industrielle sont ramenées avec justesse, une fois de plus, aux illusions saint-simoniennes.

5Face à ce cycle d’espoirs insensés, Tiphaine Zetlaoui propose de penser à nouveau la communication dans son dernier chapitre (pp. 109-117). Les trois métaphores de Lucien Sfez semblent visiblement incapables de saisir une spécificité essentielle du numérique : la fluidité. En effet, l’appréhension d’un phénomène induit une rigidification problématique, au cœur, selon l’auteure, de la critique par la mécanique quantique de la physique traditionnelle. Par la comparaison avec les paradoxes quantiques, Tiphaine Zetlaoui pressent que les limitations induites par une conception figée du monde numérique peuvent être dépassées.

6Cet ouvrage de vulgarisation atteint son but. Il présente la société numérique française dans ses particularités, en particulier via l’attitude philosophique de nos décideurs, issue du saint-simonisme, très favorable par principe envers l’innovation technologique. Les nombreux encarts, rédigés par l’auteure ou des acteurs professionnels, apportent un éclairage pédagogique pénétrant au développement en l’ancrant dans des considérations concrètes. Nous ne pouvons qu’espérer que le programme de recherche trop rapidement esquissé au dernier chapitre (p. 109-117) soit mis en œuvre par Tiphaine Zetlaoui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Roudier, « Tiphaine Zetlaoui, Société numérique », Questions de communication, 30 | 2016, 485-486.

Référence électronique

Jérôme Roudier, « Tiphaine Zetlaoui, Société numérique », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 22 avril 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10995

Haut de page

Auteur

Jérôme Roudier

MCC, université catholique de Lille, F-5900
jerome.roudier@univ-catholille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page