Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

André Vitalis, L’Incertaine Révolution numérique

Londres, ISTE Éd., coll. Systèmes d’information, web et société, 2016, 117 pages
Jean-François Tétu
p. 483-485
Référence(s) :

André Vitalis, L’Incertaine Révolution numérique, Londres, ISTE Éd., coll. Systèmes d’information, web et société, 2016, 117 pages

Texte intégral

1Comme le titre l’indique clairement, le dernier livre d’André Vitalis ne s’associe pas à la vulgate ou aux chantres de la révolution numérique. Il propose, dans un volume restreint et de lecture aisée, une vaste revue de la littérature, nourrie aussi de ses propres travaux, sur cette révolution numérique supposée, qui vise notamment les questions de contrôle, de surveillance et de domination ; le cœur de ce livre est bien entendu consacré aux libertés qui constituent l’apport spécifique d’André Vitalis, dans ses précédentes publications (depuis Informatique, pouvoir et libertés, Paris, Économica, 1981) comme dans celle-ci.

2Au fond, quatre grandes problématiques ont dominé l’histoire de l’informatisation depuis un demi-siècle : elles constituent les fils conducteurs de ce livre. D’abord, la surveillance sociale permise par l’accumulation des données personnelles dont les États ont tenté de limiter les effets par une législation sur la protection de la vie privée. Ensuite, la sécurité publique qui, sous l’impulsion des usa après le 11 septembre 2001, fait reposer la lutte contre le terrorisme sur les techniques d’information. C’est aussi l’explosion des messages permise par l’ouverture de l’internet au grand public. C’est enfin la marchandisation permise par la conversion des données personnelles en ressources économiques par les quatre grands de l’internet  Google, Apple, Facebook, et Amazon (gafa).

3Ces problématiques constituent le thème de chacun des quatre premiers chapitres, le dernier interrogeant les aspects industriels et politiques de la révolution supposée. Le ton est donné dès la fin de l’introduction : « Les Big data nous acheminent tout droit, au nom de l’optimisation de toute chose, vers un monde de décisions opaques prises par des automates au détriment du décideur humain et d’un fonctionnement démocratique de la société » (p. 14).

4Le premier chapitre (« Une surveillance informatique soumise à des règles », pp. 17-31) porte sur la montée du contrôle lié aux techniques d’information. André Vitalis choisit ici une perspective historique qui montre comment, contrairement aux propos du rapport de Simon Nora et Alain Minc sur L’Informatisation de la société (Paris, la Documentation française, 1978), la surveillance exercée par la Gestapo et l’extermination des Juifs « a reposé sur l’organisation et le traitement d’une masse considérable d’informations à l’aide de milliers de machines mécanographiques Hollerith » (p. 19). Mais surtout les réalisations et projets (les années 50 aux usa avec le système Echelon, repris p. 40, puis le projet safari en France) ont conduit à une nouvelle formalisation du droit à la vie privée. Il discute la portée de cette défense de la vie privée (la vie privée étant selon lui une condition absolue de la possibilité d’un espace public (p. 28), et les limites de la réglementation (« en se focalisant sur le seul renforcement du droit à la vie privée, la dimension collective des enjeux de l’ordinateur est oubliée », p. 29).

5Le chapitre 2 (« La sécurité au détriment des libertés », pp. 33-49) montre le déséquilibre de ce couple mis à mal par les questions d’insécurité : restriction des pouvoirs de la cnil en 1995, par exemple (p. 38). Puis il indique la banalisation de la vidéosurveillance dont il est un spécialiste reconnu, et l’état de surveillance global permis par le Patriot Act et le programme Total Information Awareness, qui n’a jamais vu le jour, mais dont les révélations d’Eward Snowden montrent l’étendue (p. 39). André Vitalis conteste l’efficacité de cette surveillance (trop de monde, notion floue de terroriste, p. 44), mais pas le « prosélytisme sécuritaire américain » (idem), avec les injonctions des usa et l’alignement de l’Europe sur les positions américaines et « l’architecture du contrôle » en France (avec l’identité biométrique notamment).

6Le chapitre suivant (« Un réseau au service de la participation et de l’échange », pp. 51-71) rappelle d’abord la vision libératrice des pionniers de l’internet, le rôle de la contre-culture californienne et l’héritage du complexe militaro-scientifique aux usa (Norbert Wiener). Mais le plus important est la transformation du calculateur en outil de communication : le premier Macintosh en 1984 était présenté « comme un objet qui anéantira les bureaucraties et permettra le développement de la liberté individuelle » (p. 55). André Vitalis souligne l’idée millénariste et la rhétorique prophétique qui préside au déploiement du réseau américain sans frontières, autoroutes de l’information en 1993 puis société mondiale de l’information. Le plus important ici est que l’espoir de renouveau démocratique a été déçu malgré les possibilités d’élargissement du débat public : il s’appuie sur une étude convaincante qu’il a dirigée sur le naufrage de l’Erika et de la marée noire qui a suivi en 1999, où les contributions des internautes contredisent avec succès les pouvoirs publics. Ce chapitre s’achève sur le « succès d’un web expressif et relationnel » (p. 64 sq.), quoique cet espace de communication demeure problématique (secret, caché ou public ?).

7Le quatrième chapitre analyse la privatisation et l’exploitation marchande des données personnelles (pp. 73-89) et montre comment l’exploitation de ces données est à la source de la richesse des gafa. Il retrace l’évolution des dispositifs de captation de ces données depuis les premières cartes de paiement jusqu’au web 2.0, et, par suite, la « valorisation algorithmique des données » (p. 77) avec quelques exemples saisissants du travail des robots et des automates (p. 79). Le résultat est une sorte de « datafication des économies » (p. 80) qui remet en cause la hiérarchie public/privé par des monopoles inédits qui reposent sur les effets de réseau et ne sont limités que par les « entraves » que constituent encore heureusement les États, et encore, car seul l’état américain semble avoir désormais le pouvoir d’exercer des contraintes au nom de l’intérêt général (p. 86). Cette captation des données, et son exploitation marchande montre le réseau comme une jungle où s’impose le règne du plus fort.

8Quelle révolution numérique, donc ? Cette révolution n’a pas transformé les biens, les services ou les modes de production à une échelle comparable aux révolutions industrielles précédentes. Mais la nature du progrès technique a changé, remplaçant les travailleurs par des logiciels, ce qui dément la thèse schumpetérienne de destruction/création des richesses et des emplois. On peut même craindre une disparition à grande échelle de nombreuses professions, et donc la naissance d’une classe pléthorique d’individus économiquement inutiles, qui remplacerait la distinction des inter-acteurs et des inter-agis. Il faut donc imaginer de nouvelles répartitions de la richesse, suivre Antonio Negri (Michael Hardt, Antonio Negri, Empire, Paris, Exils, 2000) dans l’idée du capitalisme cognitif comme fondement d’une révolution politique libératrice et penser une révolution où le numérique n’aurait pas la première place.

9Ce relatif optimisme final ne peut cependant faire oublier la logique du profit qui domine actuellement l’usage des réseaux, et les menaces sur les libertés que fait peser sur tous l’obsession de la sécurité. C’est ce qui donne son prix à cet ouvrage, ferme et clair, qui ouvre une nouvelle série (Informatique et sociétés connectées) chez l’éditeur londonien iste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « André Vitalis, L’Incertaine Révolution numérique », Questions de communication, 30 | 2016, 483-485.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « André Vitalis, L’Incertaine Révolution numérique », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10993

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

Élico, université Lumière Lyon 2, F-69000
jf-tetu@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page