Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Dominique Boullier, Sociologie du numérique

Paris, A. Colin, coll. U sociologie, 2016, 352 pages
Tiphaine Zetlaoui
p. 476-477
Référence(s) :

Dominique Boullier, Sociologie du numérique, Paris, A. Colin, coll. U sociologie, 2016, 352 pages

Texte intégral

1De toute évidence l’ouvrage de Dominique Boullier, Sociologie du numérique, constitue un précieux instrument de travail pour les chercheurs qui souhaitent mener une réflexion à la fois solide, distanciée et critique sur notre monde numérique. L’importante érudition dont fait preuve l’auteur permet au lecteur de se familiariser avec une diversité d’approches (historique, philosophique, critique, pragmatique, ethnométhodologique, cognitive, sémantique…) et de courants sociologiques (sociologie des organisations, des innovations et des sciences, des usages…) qui sont parfois rigoureusement discutés dans leur pertinence heuristique. Notons qu’une certaine forme de neutralité axiologique se dégage de l’ensemble, puisque les analyses des phénomènes socio-numériques s’adossent à des paradigmes issus d’horizons distincts voire opposés. L’auteur arrive ainsi à judicieusement convoquer, tout en y adhérant en partie, différentes thèses de penseurs tels qu’Émile Durkheim, Max Weber, Bruno Latour, Pierre Legendre alors que les présupposés théoriques sur lesquels ces derniers fondent leurs travaux sont a priori incompatibles. Par ailleurs, l’audacieuse ambition de Dominique Boullier réside dans sa capacité à décortiquer le fonctionnement complexe des dispositifs techniques de la communication aussi bien dans leur version traditionnelle (imprimerie, réseaux de type télégraphique, téléphonique, audiovisuel en mode analogique…) que nouvelle (réseaux numériques de type télématique, internet, mobile…) en s’intéressant à leurs évolutions et à leurs points d’articulation. L’étude comparatiste qu’entreprend l’auteur en confrontant entre elles leurs caractéristiques techno-logiques lui permet d’examiner la socio-genèse de la société numérique en pointant les éléments de continuité et de rupture qui ont précédé son émergence. Car comme l’explique Dominique Boullier « Si les tendances sont reproduites et amplifiées, elles ne le sont pas toutes de la même façon parce que le numérique possède des qualités propres qui le rendent capable de nous faire agir autrement » (p. 6). Pour le sociologue, le procédé numérique est non seulement « pervasif » (ibid.) pénétrant ainsi tous les domaines d’activité de la société mais sa puissance de calcul et l’incertitude qui l’anime en font indéniablement un système de codification à part. Sans pour autant inscrire son propos dans une perspective déterministe qui l’amènerait à expliquer le changement social de manière techno-causale, Dominique Boullier s’atèle à examiner la manière dont le processus de numérisation opère dans la société et configure le quotidien des individus sur le plan cognitif et comportemental. En se référant à de multiples travaux empiriques sur les usages dont les résultats sont souvent contradictoires (du « cri d’alarme » de Sherry Turkle [p. 116] à « l’expressivisme » de Laurence Allard [p. 117] en passant par le cadre d’analyse interactionniste de Dominique Cardon relatif au « design de la visibilité » [p. 111]), l’auteur montre à quel point les mécanismes de la numérisation sont difficiles à circonscrire et à conceptualiser notamment lorsqu’ils sont abordés sous l’angle des inégalités, de l’identité ou de la sociabilité. En examinant les stratégies de pouvoir qui sont en jeu au sein de la société numérique, l’auteur invite par ailleurs à réfléchir à la part d’idéologie que les techno-discours contiennent et à la manière dont les citoyens et les élites aussi bien financière, économique que politique et institutionnelle agissent pour défendre des intérêts qui peuvent être aussi bien mercantile, libertaire que démocratique. Dans le prolongement des études notamment menées par Manuel Castells sur la mise en place d’une société informationnelle et de celles engagées par Yann Moulier-Boutang sur la constitution d’un « capitalisme cognitif » fondé sur une « force d’invention collective » (p. 187), Dominique Boullier cherche, par exemple, à mettre en évidence les effets socio-organisationnels et managériaux que provoquent les tentatives d’institutionnalisation pluri-sectorielle du Big Data au niveau local, national et international. Si le sociologue parvient incontestablement à donner une forme encyclopédique à son propos qui est pour le moins truffé de références, l’absence d’auteur phare comme Lucien Sfez, spécialiste des technologies de l’esprit, a de quoi surprendre et nourrir la perplexité du lecteur. Force est aussi de reconnaître que la densité des analyses illustrées d’exemples souvent pointus issus de l’informatique et de l’ingénierie télécommunicationnelle peut désorienter les chercheurs-sociologues qui n’ont pas forcément le bagage expertique escompté pour comprendre ce qui se joue « techniquement » au niveau (multi)-médiatique. Il est parfois difficile de véritablement saisir les tenants et aboutissants des choix opérés par le politique tant les modèles de gestion des données sont nombreux, que ce soit au niveau de leur commutation (par circuit ou paquet), de leur transmission (par voie filaire, hertzienne ou satellitaire) ou de leur protocole normatif de traitement. Quoi qu’il en soit, cet ouvrage, pour le moins incontournable, a pour mérite de poser les bases d’une réflexion d’ordre épistémologique sur les manières d’aborder sociologiquement un système aussi hyper-sophistiqué qu’est le numérique et, en l’occurrence, le Big Data. La postface est éloquente pour comprendre la volonté de l’auteur de constituer des social data sciences. L’ouvrage a pour autre mérite de permettre l’émergence d’une prise de conscience chez le lecteur des nombreuses ambigüités méthodologiques et théoriques que pose l’exploration de la place, du rôle, des impacts et des modalités sociétales de fonctionnement et de développement des réseaux numériques. La production scientifique est à ce sujet, au même titre que le Big Data nébuleusement incommensurable. Le désordre semble hélas désormais permanent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Zetlaoui, « Dominique Boullier, Sociologie du numérique », Questions de communication, 30 | 2016, 476-477.

Référence électronique

Tiphaine Zetlaoui, « Dominique Boullier, Sociologie du numérique », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10985

Haut de page

Auteur

Tiphaine Zetlaoui

MCC, université catholique de Lille, F-59000
tiphaine.zetlaoui@univ-catholille.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page